Récit de la course : Marathon d'Azay le Rideau 2008, par Papy

L'auteur : Papy

La course : Marathon d'Azay le Rideau

Date : 27/4/2008

Lieu : Azay Le Rideau (Indre-et-Loire)

Affichage : 2662 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Pas d'objectif

5 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Du soleil sur marathon.

Salutatouss...

Marathon d'Azay le Rideau nous voilà !!!

Dans le planning de préparation à Embrun il y a le Marathon de Printemps.

Normalement il se fait après la PCP (Préparation Cyclosportivienne de Pré Saison) et avant le stage commando, mais là... Les vacances d'Avril étant placé là, nos logistiques étant ce qu'elle sont, le marathon se retrouve 1 semaine après le stage.

J'ai bien quelques doutes sur la réalisation du "meilleur temps possible" voire record sur la distance, mais cela donnera quand même d'excellentes indications lors du débriefing.

Nous arrivons à Azay ce samedi soir et je découvre un charmant village qui a la chance, en plus de bénéficier des premiers rayons de soleil réels de l'année !

Nous mangeons à la pasta party et échangeons avec quelques dirigeants de cette manifestation. J'ai vu que nous étions 350 au départ du marathon (et 400 pour le 11kms), c'est bien, cela ne sera pas la cohue au départ. J'ai un peu peur de m'ennuyer seul sur le parcours, mais si je maitrise ma course et que le terrain est roulant, cela peut être un plus !!!

L'organisation parait aux petits oignons, attentifs aux coureurs, ils aimeraient en avoir plus, nous verrons au final si nous leur ferons de la publicité !

Nous filons au camping, ou il nous est déconseillé de mettre la voiture sur le gazon, sous peine de s'enliser. POurtant, dans cette semi obscurité, je ne vois pas ou est l'Indre et l'imagine assez loin. La nuit passe, tranquille pour certain, moins pour d'autres, arf... Au matin, surprise !... L'Indre est vraiment tout prêt et une partie du Camping est sous l'eau. Heureusement que nous ne nous sommes pas mis à l'écart car l'eau est encore montée !

Il est 7h30', pour un départ à 8h30' c'est bien, j'ai le temps de m'habiller et de m'hydrater.

A ce sujet, je vais inaugurer et tester les "p'tites bouteilles" autour du ventre. J'en prends 4, ce qui me fait un peu plus de 40cl. Je les doses à plus de 20gr/10cl => 200gr/l du produit DK en promo (en gros dextrose 44 %, maltodextrines 30 % et saccharose), pas le temps de faire une Patate sur la formulation. D'autant plus que si c'est ultra important sur le long, je pense que la majorité de sucre rapide sur marathon devrait me faire tenir le coup avant les conséquences néfastes obligatoires sur du long...

Ma stratégie est la suivante, à chaque gros ravitos chaque 5kms, je prends la moitié du bidon (1 pression) puis je dilue avec de l'eau récupérée... J'ai comme cela ma potion à peu ou prou, ma dose... Si je sens blocage, j'augmente l'eau car il y a proportionnellement beaucoup plus de chance que ce soit le manque d'eau (grosse concentration) plutôt que le contraire qui me cause des soucis.

L'autre facteur important de ce jour est ma qualité de récupération. Je pense que la plupart d'entre vous connaissent maintenant nos péripéties Verdon/Ventoux d'il y a une semaine. Il y a 15 ans, j'aurais demander 1 mois de repos après, aujourd'hui, 1 semaine me suffit...

Me suffit ? Heu... Oui, enfin, c'est la grande question. Après mon 24h du Ventoux, Champagne et 800kms route, j'ai mis 3 jours à émerger. J'ai tenté de courir le Mardi suivant, avec une groooosse lassitude, j'étais mou. Le mercredi ma sortie piscine m'a raggaillardi, en effet, j'ai senti l'effet musculation et mon test de fin de séance m'a donné un nouveau record du 200m (Heu... Rigolez pas, c'est 4'14" car mon 3ème 50m fut en 1'10" ) J'ai aussi réussi mon premier 100m papillon (en m'arrétant tout les 25m ! Arf...), le moral est remonté. PLus rien jusqu'à Dimanche, je me repose et tente de dormir dans une fin de semaine à l'agenda serré.

ALors ??? Aurais je récupéré ???  

Sur la ligne de départ, cela à l'air de le faire puisque je n'ai pas mal au ventre et que les étirements passe facilement. J'ai bien le sentiment que quelques toxines non nettoyé par l'oubli d'un HTV salvateur risque de m'ennuyer quelque peu. Mais fi de tout cela, j'ai la pêche, nous allons voir de quel bois se chauffe un Papy remonté face un marathon. 3'10' et 3h15" mes 2 derniers avec 30kms au rythme 3h puis le "PAF le mur", il serait bien que je le tape ce 3h pour me rajeunir quelque peu !!!

Le Chacal parait tout guilleret, après une "Pasta Party" roulotte bien dégusté la veille, un dernier bisou à la Tortue, mes salutations très express (et je m'en excuse) auprès de DomdomG et le départ est donné...

Comme j'ai la montre à la maison, vous aurez la suite demaine, arf...

Chalut les potos !!!


Chateau d'Azay





.Coucou, me revoilou...

.../...

Le soleil est donc bien présent comme l'indique le titre. Je le sens d'ailleurs dès le départ. La petite fraicheur matinale qui m'a fait mettre un t-shirt sous mon débardeur est rapidement moite et je sens la chaleur.

D'entrée, dans le village, les spectateurs applaudissent. En effet les coureurs du 11kms sont là et l'ambiance est sympa. Heureusement que nous ne sommes que 350 au départ car sinon ce passage dans village serait dangereux avec des risques de poussettes à chaque virage.

Le premier kilomètre arrive et c'est très vallonné à mon gout...

1 / 4'08" Mouaiff... Je ne suis pas souple du tout, même si je suis facile... Impression bizarre d'être déjà au 25ème km, en pleine forme prêt à affronter le mur des 30 ! MAIS nous ne sommes qu'au premier !

2 / 4'16" Une belle petite bosse, un groupe compact, un Chacalou dans le tempo je suis bien, mais inquiet...

3 / 4'16" A ce rythme là je risque d'être juste pour 3h. En effet, m'arrétant marcher quelques secondes chaque ravitaillement (pour détendre les muscles antagonistes) j'ai besoin de quelques secondes de moins par km. Mais je n'ai aucune envie d'accélérer. D'autant plus qu'à chaque fois que je me porte devant le groupe, celui ci accélère, je crois que je vais le laisser partir...

4 / 4'11" Le parcours n'est pas désagréable, mais je n'arrive toujours pas à rentrer dans la course. Comme si j'étais sur le palier à me regarder courir sans pouvoir entrer et participer.

5 / 4'04" Je rattrappe le Chacal, mais définitivement je pense que cela ne sera pas ma journée. J'attends le ravito avec impatience, il est après le 5km, je sens la chaleur faire son effet. Je vois nombre de visages ruisselant abondamment, plus personne ne parle, 5kms et déjà dans le dur ?

6 / 4'09" Léger arrêt pour boire et s'arroser, mouiller la casquette et commencer le test "bidons". Cela se passe bien, je sens rapidement l'apport de la fraicheur et de la boisson.

7 / 3'55" ??? Soit il est mal placé, soit le ravitaillement fut dopant !!! En tout état de cause je commence à avoir les jambes dures et je mets un ressenti à mon angoisse. Mes cuisses ayant relativement souffert lors de la semaine Verdon/Ventoux, elles n'ont pas récupéré toutes leurs fibres. En fait je sentais, dès le départ mes cuisses fatiguées, maintenant elles deviennent dures ! Je continue malgré tout car je n'ai NI mal au ventre, Ni aucun pb cardiaque ou souffle, je suis "en dedans" !

8 / 4'32" Gassssp ??? J'espère que c'est le 7èmekm qui était mal placé car sinon mon coup de Bambou serait trop tôt ! Le mur des 30kms remplacé par celui des 8 ??? Suite à mes cuisses dures j'ai pris un sporténine pour tenter de contenir ma "dureté" à ce niveau...

9 / 4'15" C'est mieux, mais je ne suis toujours pas bien. Le soleil tape dur et je commence à avoir envie de laisser filer. Etre mal avant le 10èmekms sur un marathon augure bien souvent un final au "hachoir" ! Je n'ai aucunement envie pour mon Xième marathon de me faire très mal sans raison intéressante et à ce niveau de la course, je suis plus en train de débattre avec moi que de visualiser ma progression sur la course.

10 / 4'08" / 41'56" Je suis encore dans les temps pour faire 3h, mais je n'y crois plus du tout. J'ai même peur d'exploser rapidement. Le petit groupe me lache petit à petit, le Chacal mène devant, mais le temps perdu à chaque ravito n'est pas repris par après, ces messieurs devant gardent la cadence !

11 / 4'08" Je me retrouve seul, malgré que je tourne toujours en <3h, je tente de rentrer dans ma coquille. Le parcours devient encore plus plaisant sur des petites routes encore goudronnée et je tente d'intérioriser ma course comme au marathon d'un triathlon. En fait, la préfatique causée par la semaine de stage me permet de rentrer dans cette configuration. Je ne regarde que mes voyants internes, fi de la performance, dont je suis déjà persuadé qu'elle ne sera pas là. Ma seule angoisse est de dépassé les 3h20' synonyme d'explosion lors du mur des 30kms et de marche...

12 / 4'14" Le soleil tape dur, je suis seul, je sens un ralentissement. Mais il est, me semble t il, maitrisé... Arf... Enfin, presque...

13 / 4'18" C'est, si je me souviens bien, le premier passage dans un chemin... Je le sens mal, mes appuis ne sont pas extra, comme lors de la fin d'un trail de 80kms ou les muscles sont bien usés par les dénivellations. J'avais pourtant échauffé les chevilles, mais elles sont lourdes et ma pose de pied n'est pas facilitée.

14 / 4'09" Incroyable différence entre mes sensations qui sont mauvaises et mon chrono tout à fait correct. Je retrouve la route, je suis tout seul dans ma bulle, je crois que je vais me planter et... Je continue à un bon rythme !

15 / 4'25" Aaaahhh voici enfin un chrono conforme à mes ambitions ! J'ai bien profité du ravitaillement car la chaleur aidant, les corps s'usent. Je m'arrose de partout pressentant l'explosion du soleil. Celui ci nous accompagne et j'ai l'impression de faire une course d'été. PLus que la chaleur c'est la différence de température avec les jours précédents qui nous gène...

16 / 4'24" Ca y est, j'y suis dedans, même pas le semi et c'est l'explosion... Pourtant, en dehors des cuisses dures, je suis bien... Heu... Non... Dans la tête non plus je ne suis pas bien, car pas préparé à 21kms de galère au soleil de la Touraine !

17 / 4'19" Un sursaut d'orgueil ? Peut être, mais je négative à fond...

18 / 4'23" Je n'ai absolument pas profité de la Belle au bois dormant ! Je ne m'attendais pas à la voir si tôt, de plus l'alignement du ravitaillement style "Médoc" avec superbes déguisements, musiques et jeunes filles m'a encore plus miné le moral. Jamais je n'ai refusé, lors de marathon festifs, de gouter les propositions des locaux. Mais là, en plus du chemin difficile à grimper, la vue de ces agapes vinicoles interdite à cet instant m'a mis en rogne. Nous sortons du Chateau et une longue ligne droite direct dans la Loire m'agace au plus haut point. Je suis de mauvais poil, MAIS en plus je me fais remonter, grrrrrrrrrrrr...  

19/ 4'25" Avec le soleil qui tape de plus en plus, j'adopte le rythme limite explosion maximum que je peux tenir. Même si je suis en rogne, je n'ai pas lacher encore le morceau. Je commence d'ailleurs, malgré que je me fasse doubler, à me persuader que vu les conditions, si je me ramenais dans un temps inférieur à 3h10', SANS explosion, j'aurais largement rentabilisé ma journée.

20 / 4'30" / 1h25'16" Gloupss ? Pas grave, je n'en suis plus à quelques secondes prêt, par contre je m'applique à bein mouiller ma casquette, même en dehors des épongeages. L'apport glucidique semble, encore suffisant, et les bidons, une fois que je les laisse tourner autour de moi, ne me gène pas.

21 / 4'31" Chaud, très chaud avec pas l'ombre d'une... Ombre ?  Je commence à avoir plaisir à courir dans cet environnement. J'ai les cuisses dures, incapables d'activer les fibres rapides, pas grave, tout le reste est OK ! Même l'estomac qui m'a superbement ignoré.

SEMI MARATHON en 1h30'16" Tiens, je peux encore faire 3h ??? Heu... Vu la chaleur, mon gaillard, tu oublies !!! Essaye de limiter les dégats car, AMHA, si tu ne perds pas ton rythme tu vas en ramasser des "cadavres", même si devant il n'y a pas beaucoup de concurrent (Une cinquantaine...)

22 / 3'53" (en fait 4'31") Je n'ai pas bien compris et j'ai imaginé un pointage mal mis... Mais j'avais oublié les 100m en moins du à la prise de temps sur le semi. Je ne m'en suis rendu compte que le lendemain...

23 / 4'30" Je m'accroche à ce temps car j'ai du plaisir à y courir dedans. Nous sommes dans un long passage tranquille sans public le long de la Loire, idéal pour méditer... Alors je médites sur ma régularité et commence faire des paris sur le mur des 30kms.

24 / 4'28" C'est tout bon, j'ai plaisir à courir malgré les cuisses dures (j'ai, depuis le 7èmekm, presque en permanence un sporténine sous la langue, que je laisse fondre comme de l'homéopathie. J'ai oublié 2kms, ce fut ceux ou j'ai beaucoup négativé...)

25 / 4'31' / 1h47'39" Je commence à remonter mais pas d'euphorie, ne pas oublier de bien boire et de se finir la bouteille sur la tête, le dos et l'éponge !!! C'est vital !

26 / 4'36" Nous approchons de Bréhémont et des promeneurs commencent à parsemer le chemin et à nous encourager. Je communique avec eux, je suis bien. Je rattrappe le Chacalou. Il n'a pas l'air dans son assiette, il semble marqué. Je n'insiste pas plus que cela pour qu'il prenne ma roue. Au 35ème dans la même config je l'aurais secoué, mais là il semble atteint et pas vaillant.

27 / 4'28" Passage dans le village, avenue du 11 novembre, et tape dans les mains des gamins, je profite de ces instants dans le cas ou le mur me fasse marcher dans 15'... C'est bien un soleil de Mai et non de Novembre qui nous accompagne. :-)

28 / 4'32" Je passe toujours beaucoup de temps aux épongeage et ravitos. Cela me permet de garder mon rythme, le 30 arrive et j'ai toujours la pêche...

29 / 4'29" Je suis inquiet car je suis bien, à l'attaque. Ok, je vois les grincheux, à l'attaque à 4'30"... Vouiiii à 4'30" j'attaque sous le soleil !!! Inquiet car il est habituel d'avoir le sursaut d'endorphine avant la "mort" du mur. Mais je ne m'enflamme pas et me ravitaille et me MOUILLE toujours avec application.

30 / 4'32" / 2h10'20" Aïe ? Le début de la fin ? Pour faire <3h10' il me faudra tenir 5'/kms voire moins. Il me faut de l'avance en cas de choc frontal avec le mur...

31 / 4'27" Nous rentrons dans les terres. Je ne vois toujours pas de mur, par contre les gravillons sur la route me gène. Je commence à décompter les kms...

32 / 4'38" L'épongeage était plus tôt que prévu, c'est d'ailleurs une constante jusqu'à la fin qui permettra aux organisateurs d'insérer un ravitaillement supplémentaire. Cela m'a quand même pertuber un peu. Je prends 1' d'avance, je devrais réussir les <3h10', soyons réaliste, c'est pas trop mal vu les conjonctures des dernières semaines et le soleil.

33 / 4'34" Cela durci, mais je tiens, je rentre dans la course (enfin !!!) Quelques passage très sympa ou je recommence, enfin, à avoir des points de mire. Cela doit faire 2 bons kms que je n'ai plus personne devant, c'est dommage pour la motivation.

34 / 4'34" J'adore ce passage cool. Je n'attaque pas de peur d'exploser, mais n'ayant personne devant et derrière, je m'endors un peu. Un petit coucou des promeneurs habillés comme en été sous la chaleur.

35 / 4'44" Zuuuut, j'ai m*rd* sur ce ravitaillement. Que du glucose présenté, il m'a fallu faire demi tour pour attrapper une bouteille fermée. A ce sujet les bénévoles ne sont pas des coureurs présentant les bouteilles fermées avec lesquelles nous nous battons, parfois, pour les ouvrir. Est ce le mur qui m'attaque, ou mon erreur de ravitaillement ? Angoisse...

36 / 4'26" Ouf, je suis de nouveau en ligne et je remonte des marcheurs. ? ...Enfin, des coureurs qui ont explosés ! J'en ai un en point de mire qui ne se laisse pas avoir facilement. Avec moi au début de la course, il m'a enrhumé mi parcours, mais maintenant que je me rapproche, il donne des coups pour remonter d'autres coureurs et cela m'agace. Il ne veut pas se laisser croquer facilement !

37 / 5'09" Ouille, ouille, ouille... Le mur ?  Ca y est, la Bérézina est là ??? PLutôt le gravier du musée Dufresne ou comme au Chateau de la Belle au Bois dormant, j'ai la "haine" de ne pouvoir m'arréter. Je ralerais au stand d'épongeage ou je prends quelques secondes supplémentaires pour bien m'arroser et lancer le sprint final sur un goudron bien plat ?

38 / 4'32" Je suis de nouveau en ligne, je remonte et me rapproche de ma cible. Je salue les spectateurs qui par leur remarque me montre que mon style est plus aérien que mes copains devant. J'y crois, j'accélère !!!

39 / 4'32" En fait d'accélération je maintiens la cadence. J'ai peur d'accélérer, même si j'ai encore quelques concurrents devant, car je n'ai pas encore ressenti le mur. Va t il me tuer bientôt ? Je controle et calme mes ardeurs de sprint.

40 / 4'25" / 2h56'25" Toujours pas de mur, je suis content (Voui, à 4'25", je suis content !) Tout est impeccable hormis mes cuisses dures, je sens que je vais l'avoir ma proie. Nous remontons d'autres concurrents, mais lui résiste, il me prend même 10 à 15 metres de plus avant la flamme rouge, grrrrr...

41 / 4'33" Zuuut, j'ai eu un coup au moral en le voyant partir... Allez, il ne reste plus rien et même si le mur arrive, avec l'élan je passerais la ligne !

42 / 4'10" Oupps, j'ai vu que mon point de mire à un coup de moins bien, alors je lance la cavalerie. Pas trop vite car j'ai du mal à évaluer ou est l'arrivée, mais plus franchement lorsque je reconnais un restaurant. Il y a du monde, quelques spectateurs derrières les barrières, c'est sympa, cela motive. La petite butte me freine un peu mais je relance l'approche du dernier virage en bosse...  

... Je rattrappe ma proie au 42ème kms et continue sur ma lancée pour faire les 200 derniers mêtres en 40" !!!

Impressionnant, même mon estomac s'est rendu compte que je courrais vite et me la signalé !!!

Je n'ai pas eu le mur des 30kms !!! J'en suis fort aise, même si j'ai les cuisses en "béton"... Avec des cuisses plus souples, il aurait été, peut être, possible de faire quelques minutes de moins. 3h5'49", c'est loin d'un objectif record, mais c'est correct vu la journée et le stage précédent.

Maintenant je regarde autour de moi et... C'est un "massacre"... Rare sont les coureurs alertes comme moi. Il y a accumulation de crampes et coureurs importents. Les secours interviennent à plusieurs reprise. Nous sommes loin, bein entendu des conséquences d'une chaleur comme au Mont St Michel, mais pour une course d'Avril, c'est important.

C'est alors que j'ai quelques inquiétudes pour mes petits camarades. Je vois le Chacalinou quelques minutes après sonn arrivée, son visage semble plus serein. Je n'ai pas osé lui causé du manque de couvre chef au départ car c'était trop tard pour aller en chercher un, mais il a souffert de ne pas en avoir.  

Le temps passe et pas de Tortue. J'ai un peu d'inquiétude car si le carapacé marche de long kilomètre, c'est la préparation et son moral qui se verront impacter sérieusement. Il est sur que l'ambition de battre son record que je lui ai suggérer en hiver risque d'être confronté à la dure loi de l'accumulation et de la chaleur. Mais, pourvu qu'il fasse moins de 4h, car au dessus, c'est qu'il aura explosé graaave...

3h40' et toujours pas de Tortue... 3h45' et rien... Je suis avec le Chacal et on guette.

Je suis, quand même pas mal atteint car je ne remonte pas la file de la course et reste sagement proche de l'arrivée à bronzer tranquillement.

3h50' et... Rien ? Si je vois un bonhomme rouge se battre pour finir. C'est lui ??? Oui c'est bien lui qui finit "au sprint"...  

La ligne d'arrivée franchie, des images du 10kms de Chavagnes sous la chaleur me reviennent en mémoire. Que de chemin parcourue par la Tortue depuis ce jour ou sur 10kms il souffra milles morts à cause du soleil, comme aujourd'hui. Apparemment la gestion de la chaleur s'est mieux passé car c'est trempé de la casquette au pieds que le Zanimal arrive.

Il a les jambes explosé mais ne semble pas avoir, lui non plus, pris le mur dans la figure.

Je présente mes excuses à Cagouille car lorsque la Tortue a discuté avec lui je me suis bien dit que sa tête me revenait... Evidemment j'avais vu son avatar chez Feu le forum Heubione/Runirina... Mais je ne l'ai pas salué

Douche, bizous et rentrer maison 18h30',(4h30' de route quand même), le WE est vite passé !

En conclusion, j'écrirais que ce marathon est vraiment très sympa à faire. Il doit être possible d'établir des records personnels et l'accueil y est chaleureux. Pour notre préparation, hormis la position une semaine après une semaine difficile, les résultats sont très positifs. Il nous reste à nous reconstruire musculairement pour continuer à progresser en vue d'Embrun !

A bientôt tutti...

L'Papy_ki_émerge...

5 commentaires

Commentaire de eric41 posté le 30-04-2008 à 21:30:00

Tes impressions à chaque kilo,trop fort,comme ton temps après ce stage commando dans le Ventoux.
Vraiment chapeau et bonne continuation pour Embrun.
Eric

Commentaire de domdom g posté le 01-05-2008 à 12:32:00

bjr felicitation pour ton chrono et bravo pour ta course et ce superbe recit,pour ma part je ne suis pas decu de ce marathon tres sympa et parcour agreables.

a bientot

domdom

Commentaire de calimero posté le 02-05-2008 à 12:44:00

Avec toute ta prépa en amont et l'accumulation des courses, tu fais quand même un super temps en finissant très bien!
C'est encourageant pour la suite, non?

Commentaire de Sac d'os posté le 16-05-2008 à 18:22:00

Chapeau bas Papy pour ta prestation et ou pour la qualité de ton récit. Je n'avais jamais lu meilleur CR.

Commentaire de akunamatata posté le 16-05-2008 à 19:01:00

bravo Papy, sur le manque de fraicheur a joue mais bonne course avec une endurance d'ultra .

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran