Récit de la course : L'Etoile des Saisies 2008, par Davidou le minou

L'auteur : Davidou le minou

La course : L'Etoile des Saisies

Date : 6/4/2008

Lieu : Le Col Des Saisies (Savoie)

Affichage : 934 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Pas d'objectif

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

L'Etoile des Saisies 2008

L’Etoile des Saisies 2008  

 

           Et voilà, c’est la dernière course de ski de l’année. Bizarre, je n’ai pas vu l’hiver passé que c’est déjà fini. Cette sensation est d’autant plus étrange qu’il y a aux Saisies presque 2 m de neige pour ce 6 Avril….   

           Comme d’habitude, cette course se fait en famille : sont inscrits ma mère, mon père, ma tante et mon oncle. Mes parents se dégotent un petit logement sur place et on s’incrustera samedi soir. Coïncidence, des membres de la famille d’Amélie, qui viennent de Normandie sont également aux Saisies pour les vacances. Le samedi soir nous allons retirer les dossards et nous croisons par la même occasion mon oncle, Dawa Sherpa avec qui je discute 5 min, l’ayant déjà croisé au « run and skate » de Cham, et on croise aussi la petite famille de Mimie.  

 

           Après une très mauvaise nuit, on se réveille sous une neige fine et froide dans le brouillard… mmm… on est début avril ??!!!!  y a plus de saison ma petite dame. Après avoir fait une envolée nordique sur une bande de neige et une transju raccourci, et un « run and skate » en boucle sur ce qui restait de neige, voilà une fin d’hiver sous le signe de la neige.  

 

           Petit dej, et nous partons au départ, petit échauffement et mise en place sur la ligne. Il fait froid et il neige, mais la glisse semble bonne. On se place première ligne… de la dernière ligne  avec mon papa. Je repère dans la ligne devant mon oncle et Dawa, et dans les lignes encore devant tous les meilleurs !!! Car ils sont tous là aujourd’hui, Vittoz, Poiré, etc…peu de touristes comme moi, les gens « normaux » ont déjà rangé leurs skis. Et moi j’arrive, comme toutes les courses de cette fin d’hiver : pas entrainé, revenant d’une semaine en Hollande… Pas grave, après tout, le but est d’éliminer tous les restos  qui sont en train de m’alourdir .  

 

Le départ est donné et je pars très bien. Quelques secondes à peine et je peux déjà déployer « mes jambes » laissant le papounet derrière.

 

 départ

 

           Je suis d’ailleurs tout de suite au niveau des derniers de la ligne précédente mais c’est déjà assez dégagé pour skier (bien que ça parte en montée). Je double autant que je peux, objectif : rattraper mon oncle ou Dawa et essayer de les accrocher (je sais pour un mec pas entrainé, je mets la barre haute, mais j’aime les challenges ). Me voilà derrière Dawa, je n’accélère donc plus, un petit coucou à ma chérie qui est au bord de la piste mais ne me voit pas passer (c’est que je vais très très vite ) et je le colle comme une sang sue. Oups, désolé, je lui marche sur les bâtons.  J’aperçois mon oncle qui n’est pas loin devant, ce serait bien qu’on le remonte également. Mais ça bouchonne dans un passage étroit, je me retrouve serré à droite, et voilà mon ski qui s’emmêle dans le filet… AARRGGHHH !!! MAIS POURQUOI ILS METTENT DES FILETS  !! ILS NE PEUVENT PAS METTRE DES CORDES OU DES BARRIERES  !! Je passe un moment fou, à moitié en descente, plein de skieurs me doublant à essayer de sortir mon ski. C’est tout mélangé dans ma fixe. Puis je fini par le sortir, voilà que c’est mon bâton qui est dans le filet maintenant !! Autant vous dire que j’ai la moutarde qui monte, mais j’essaye de rester calme dans mes gestes car c’est le genre « plus on s’énerve, et plus on s’emmêle ».

Je fini quand même par m’en sortir, Dawa et mon oncle sont loin et hors de portés, et j’espère que mon père ne m’a pas redoublé également. Je me mets dans le rouge pour remonter le plus possible,… c’est quand même dommage après un bon départ. Recoucou à la chérie car on repasse au même endroit, et elle me revoit pas (je vais toujours aussi vite... ce que je suis prétentieux ). Je parviens quand même à remonter Dawa et cette fois-ci je le lâche plus. Quand il double, je double, puis vient un moment où il double un groupe que je ne parviens pas à doubler… je ne le reverrais plus jamais… j’apprendrais même par la suite qu’il a rattrapé et doublé mon oncle. Quelle force tranquille ce Dawa !! On le croit à portée de main au départ, et il finit un quart d’heure devant nous !!

 

                                                     Les supporters dans le froid

En tout cas pour moi cette course va être dure, et longue. La neige est fraiche, et ne glisse pas super. Je fini le 1er tour en 1h20… voilà qui n’est pas bon signe, presque aussi mauvais qu’à Bessans, bien que cette fois-ci je n’ai pas l’impression de trainer. Au passage les parents d’Amélie sont là et tous les trois crient comme des fous… qu’est-ce que ça fait du bien des encouragements… Juste manque des aboiements…

 

 

        ...et oui, Oliver , mon plus grand fan, et parfois mon partenaire d’entrainement, un magnifique labrador, nous a quitté la semaine dernière. Un cancer l’a pris et les parents d’Amélie ont du mettre fin à ses souffrances. Je sais qu’il était avec nous par la pensée (je me demande même si je n’ai pas aperçu Lolo en train de le chevaucher )...  

 

          Pour revenir à la course, je suis toujours avec le même groupe de skieurs et on fini même par en perdre dans le 2e tour. C’est encore plus dur : la neige c’est remise à tomber et ça colle encore plus aux skis. Après une boucle où on repasse tout près de là on vient je vois Papa que j’encourage. On ne se retrouve finalement plus qu'à 3 dans la longue montée, et heureusement car je crois que tout seul j’aurais craqué. Je tire le groupe dans le premier 1/3 mais mes bras sont de plus en plus lourds et j’ai les cuisses qui chauffent. Un des gars prend le relais et il nous emmènera jusqu’en haut. Des crampes naissent derrières mes bras mais je lutte pour ne pas lâcher d’un cm ce skieur. Je me reposerai dans la descente. Je suis vraiment content d’avoir tenu jusqu’en haut à ce rythme, car tout c’est passé dans ma tête . Puis c’est la descente, par assez raide pour se laisser aller, mais assez pour récupérer. Je fini cette course sous les encouragements de la famille d’Amélie qui les a rejoins. Je suis ruiné mais heureux : j’ai tenu 2h33 sans craquer. Je ne pouvais pas faire mieux avec mon entrainement, donc vraiment content. Par contre je fini 147 sur 262, soit dans la 2e moitié, mais bon, y avait tous les meilleurs ce jour là  !!!. 

Voilà, maintenant c’est parti pour la course à pied ! On range les skis et on sort les trails... Et y a jamais eu autant de neige en station.

           Si vous avez tenu jusqu’à la fin de ce récit noyé au milieu de tous ceux du marathon de Paris, vous êtes bons pour laisser un commentaire !!!

 

Papa

 

 Maman        Moi 

 

Le tonton (on voit quand même qu'il maitrise moins que moi, non ? ) 

6 commentaires

Commentaire de flapi38 posté le 07-04-2008 à 21:55:00

Je m'attendais a te croiser sur le Sacre trail des collines, mais je vois que tu avais trouvé une occupation tout aussi intéressante.

Retour à la course à pied, donc a plus tard.

Philippe

Commentaire de Mimie la minette posté le 07-04-2008 à 22:11:00

Bonne course pour nous les supporters malgré le mauvais temps, et super sympa l'arrivée en plein centre du village des Saisies ! A refaire l'année prochaine avec un meilleur entrainement et tu doubleras Gille et Dawa :)

Mimie

Commentaire de muty posté le 07-04-2008 à 22:41:00

encore une belle course ! et c'est super de courir en "famille"...
bravo à tous car c'était dur et le temps n'était pas vraiment de la partie !
maintenant on va essayer de suivre les courses à pied....(sans s !)
alors, courage pour les entraînements en attendant de te retrouver. gros bisous.
Mutie

Commentaire de kikidrome posté le 08-04-2008 à 07:40:00

Bravo pour la course... tu n'as pas trop souffert de l'altitude ? j'ai couru une fois aux saisies, j'avais eu du mal...
bonne saison de trails !

Commentaire de maï74 posté le 08-04-2008 à 22:17:00

Une course de fond en famille, c'est vraiment génial, bravo à toute la famille !

Commentaire de Lolarun posté le 09-04-2008 à 21:26:00

j'aime bcp la photo de départ... on dirait une armée de moustiques ou des envahisseurs façon vieux jeux video! Quelle famille bigre !! bravo pour ta course en tous cas et une tendre et douce pensée pour Oliver. Heureuse de l'avoir connu. bises à partager avec Amélie. ;)

Lola

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran