Récit de la course : La Ronde de Chateau-Gombert - 12.6 km 2008, par CROCS-MAN

L'auteur : CROCS-MAN

La course : La Ronde de Chateau-Gombert - 12.6 km

Date : 6/4/2008

Lieu : Château Gombert (Bouches-du-Rhône)

Affichage : 1527 vues

Distance : 12.6km

Objectif : Pas d'objectif

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

La ronde des amis KIKOUREURS du 13

Mission du jour : Aller à Marseille et plus précisément à Château Gombert pour cette ronde de 12 km sur les hauteurs Marseillaises. Un 17 km doit se courir en même temps. Temps idéal : soleil et une température à 8h de 8° qui grimpera rapidement pendant la course entre 13 et 15 ° avec un léger mistral.

Le TOP du jour, c’est le rdv fixé avec 8 KIKOUS  (cf photo sur le CR de NICO) et nous nous repérons sans problème avec nos BUFF et casquette. 3 pour faire le 12 km et donc 5 pour le 17 km. Tout le monde a la forme et nous immortalisons ce moment avec une belle grâce à NICO et presque grâce à DJ GOMBERT si il avait pensé à mettre une batterie dans sons appareil (mais l’intention y était).

Nous avons été très heureux de nous rassembler aussi nombreux et j’espère que nous pourrons le refaire prochainement.

Un peu d’échauffement, une mise en tenue et nous nous retrouvons sur la ligne de départ pour rendre un dernier hommage à LOLO à l’initiative de DJ GOMBERT (minute de silence parfaitement respectée par l’assemblée).

Et c’est parti pour une nouvelle aventure ; je suis avec NICO et son cousin mais  les premiers mètres sont très roulants et je décide de gratter quelques secondes sachant que je ne vais pas tarder à ramer par la suite.

Le parcours est simple : 5km de montée suivis de  7 km de descente ; les hostilités commencent donc rapidement et le peloton s’effile aussi vite. Je repère EPILOBE et essaie de rester derrière lui tant que possible ; le problème est que Monsieur est un vrai métronome alors que moi je me traine. Je passe les 3 premiers km en 17’50 et quelques mètres de descente me permettent de récupérer je rattrape EPILOBE mais ça repars en grimpette et je vois mon collègue toujours aussi régulier creuser l’écart jusqu’à prêt de 100 m. J’avais toutefois prévu le coup et je ne m’affole pas en marchant quand c‘est trop dur pour moi pour ne pas me cramer. Je sais bien que mon heure viendra et qu’il faut juste limiter les dégâts en en profitant pour m’alimenter et recharger les batteries.

Le bornage n’est fait que partiel et je lapse grâce à mon GPS. Je perds de vue EPILOBE mais la fin de la séance de torture est là et j’entame une descente sur un chemin bien large qui permet les dépassements sans problème et j’en profite pour passer une bonne vingtaine de coureurs cramés par la cote et qui me regardent débouler comme un malade  et je lapse au 6ème km en 14’48.

Il ne faudra pas pour autant  faire n’importe quoi car la descente qui s’annonce ensuite est technique, en lacets,  et les sorties de route faciles sur ce chemin de rocaille pas plus large qu’une personne. Je retrouve mon camarade de course qui semble moins à son aise que dans la première partie et il m’expliquera plus tard qu’une sévère chute lors d’une précédente course l’a bien refroidi et qu’il mise à présent sur la prudence. Je le double donc dès que possible et continue ma  course contre la montre plus dans mes cordes (comme quoi il en faut pour tout le monde). Seuls de furieux plus petits et bien plus légers me doublerons sur ce tronçon et je parcours les 3 km suivants en 14’34, constatant déjà que je ne serai pas dans mon objectif de 46’ à cause de mes 2 arrêts buffet. Les 1,5 km suivants sont légèrement vallonnés  puis ça redescend ; je me fais doubler par 2 féminines  dont la première qui déboule en me lançant un « ALLEZ MON GRAND ». Non de di..  , rien de tel pur requinquer un homme et ça me motive d’autant plus sur ces derniers km.

Mon objectif est clair à présent : Rattraper ces 2 dames ; la première, CARMEN,  est trop rapide et ces longues jambes de gazelle l’éloigne mais je rattrape la 2ème FATIMA et la double en jetant mes dernières forces pour qu’elle ne me rattrape pas car elle court super bien et est surtout bien plus jeune (encore heureux que l’arrivée soit au bout d’une belle pente descendante et je passe la ligne en 59’07 soit 11’51 pour les 3 derniers KM.

Je félicite chaleureusement ces 2 sacrées dames et je m’empresse de retrouver ma fille la poussine qui a fait sa course entre temps. C’est quand même dommage mais souvent le cas de faire courir les enfants pendant nos courses car quelle plus grande joie que de voir nos enfants partager notre passion. Elle aura malgré tout fait son 4ème podium de la saison sur 6 courses et fini 3ème de sa catégorie.

Je surveille aussi d’un œil les arrivées et aperçoit les uns après les autres mes amis kikoureurs et je m’empresse de féliciter EPILOBE qui m’a bien aidé et motivé pendant la course. Nico  arrive ensuite satisfait du parcours de son poulain et cousin a qui il a fait vivre sa première course. Puis s’est au tour de FIGATELLI de passer la ligne.

J’ai attendu ensuite un bon moment l’arrivée des super KIKOUS du 17 km mais je n’en ai vu aucun et j’ai du partir pour ne pas faire attendre mon père plus longtemps qui s’était déplacé pour garder ma fille le temps de ma course.

Et voilà les amis, une nouvelle belle aventure se termine, encore plus belle grâce à la rencontre de KIKOUS du sud. Bon anniversaire à NICO, adieu à LOLO et à la prochaine les autres.

RDV le 26 avril pour la prochaine course, je vais un peu me reposer et profiter du beau soleil de Porticcio.

 

PS : Vous aurez peut être noté que je n’ai pas parlé ce coup ci de douleur au genou ; (j’en parle pour faire profiter de mon expérience quelques collègues qui auraient le même problème de douleur au ménisque) J’ai utilisé une genouillère renforcée que je mets habituellement au hand et qui m’a parfaitement maintenu (effet réel ou psy le principal étant que  ça marche).

 

Dernier point, selon mon GPS le parcours faisait 12 km et non 12,6 km mais c'était largement suffisant.

 

4 commentaires

Commentaire de chorizo13 posté le 07-04-2008 à 14:43:00

Hola le solitaire
content de t'avoir rencontré, super course sur le 12 et désolé d'avoir été aussi long sur le 17(lol), on n'a pas pu se dire au revoir.
mon GPS indiquait 16,8 au lieu des 17,4 prévu
hasta pronto

Commentaire de RogerRunner13 posté le 07-04-2008 à 19:06:00

Content moi aussi de t'avoir rencontré. Je n'ai pas pu rester pour voir l'arrivée du 17 km à cause d'impératifs familiaux. Mais ça était super de voir une si belle brochette de Kikoureurs, et à une prochaine.....

Commentaire de NICO73 posté le 07-04-2008 à 19:31:00

Salut,

je vois que tu es vraiment à l'aise dans les descentes. Trouve nous une course vallonnée et on pourrait faire une super course en équipe !

Encore heureux d'avoir fait la rencontre de nombreux kikoureurs !

La prochaine fois, j'espère pouvoir rester pour discuter plus longuement avec tout le monde .

Commentaire de DJ Gombert posté le 08-04-2008 à 13:01:00

Salut,

Désolé d'avoir été aussi long sur le 17 km, mais bon, nous mooosieur on faisait les championnats de Provence et pas une course du dimanche ;-).

Ravi d'avoir fait l'échauffement avec toi, c'est vrai que kikourou, c'est pas que du virtuel. Et cela permet de se rencontrer pour de vrai dans la vraie vie, celle avec les courbatures, les crampes et les belles poignées de main.

En fait, nous étions 9 kikourous, car boulette 13, la féminine du groupe est arrivée plus tard. Une occasion pour refaire une course ensemble

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran