Récit de la course : 10 km de Belleu 2008, par Papy

L'auteur : Papy

La course : 10 km de Belleu

Date : 24/3/2008

Lieu : Belleu (Aisne)

Affichage : 1200 vues

Distance : 10km

Objectif : Balade

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Un Week End polonais !

Salut les Kikouyous et Kikouyettes, voici, extrait du livre de la Jungle (des Zanimoss)
une participation Papyesque au 10kms de Belleu.
Mais avant, il faut situer le contexte, c'est pourquoi l'histoire commence la veille...




Salutatouss...

Je viens de passer un WE polonais qui est à
contradiction de toutes théories de CAP.

Samedi soir j'arrive enfin à avoir l'Ours Brun au
téléphone et lui propose de passer le WE pascal chez les Pingouins.

Il accepte mais avec une réticence car il a 35kms
à faire sur son planning le lendemain, avec 5 à
5', 10 à 4'30", 15 à 4' et récup derrière...

Comme il est loin de le temps ou je tentais
<2h50', je lui explique qu'il n'y a pas de souci
pour le faire ensemble, MAIS, qu'il devra faire
des A/R lorsque la machine s'emballera de son coté.

Je le prend à la descente du train Dimanche matin et nous voilà parti au stade.
Départ tranquille en 5'/5'15", puis accélération
le long du canal en 4'20"/4'35"...

Vu le vent, ses bourrasques et sa fraicheur, nous
ne sommes pas vraiment à l'aise, d'ailleurs, pour
boire tranquillement, je marche au bout de 50' et
fait 2/300m de moins que notre ami polonais.
Nous arrivons à Bisseuil pour un virage plein
nord, un bon faux plat montant et... Le passage à 4' !!!

L'Ours part vite, moi j'assure. Le vent est, en
plus, de face, cela devient difficile...
De plus j'observe que le parcours choisi devient
de plus en plus difficile, et donc l'Ours a du mal ! (Et moi aussi)

Je vois un raccourci, lui enjoint de me suivre et nous nous protégeons du vent.
Cela va mieux pour moi ou je peux enchainer
quelques kms en 4'10", mais pas pour L'Ours dont ce n'était pas l'objectif.

C'est même moi qui emmène l'équipe en 4'10" sur
la route, puis 4'20"/25" le long du canal sur la terre bien mouillée.
Nous arrivons sur le stade en vue des 30kms sur
le GPS et... Comme depuis quelques années, plus rien dans les jambes.
Je me liquéfie !!!
Ce n'est pas une hypoglicémie, je n'ai pas faim !
Peut être un début de déshydratation, j'ai bu
presque mon bidon en 2h20', ce n'est pas assez.
Mais comme d'hab', comme lors de mes derniers
marathons, aux alentour du 30ème kilomètres, je ne peux plus avancer...
Je ne suis pas fatigué, je suis cassé !!!

Je laisse L'Ours Brun faire le grand tour, je
coupe un peu et l'entrainement est fini !
Nous rentrons à la maison, un peu fourbu et
pendant que L'Ours se douche, je fais une séance
de pieds au mur pour détendre les psoas et les ischios...

Ouille, ouille, ouille... Lorsque je me mets en
position je note qu'il y a des déblocages qui
s'effectuent avec quelques douleurs. J'ai
beaucoup de mal à plaquer mon dos au sol, je le
fais doucement, mais une fois arrivé, une douce chaleur envahie mon dos...

L'Ours sort de la douche, je me relève et miracle, je marche sans souci.
Mon dos a récupéré !!!

Nous mangeons copieusement le soir aidé par un
Eustache de Vertus et un Medoc 96 (gagné au
marathon) qu'il ne faut pas tarder à boire...

Le lendemain nous voilà parti pour le 10kms de Belleu, proche de Soissons...
Il neige, il vente, c'est pire que la veille.

Les poussins vont courir, l'Ours Brun, qui ne
fait pas le 10kms, accompagne mon fiston, ce qui
éviteras la pression paternelle.

Le départ va etre donné, je lui conseille comme
d'habitude de se mettre devant et pas derrière
les filles, pour une fois, il m'écoute et se
met.... Derrière les garçons ! Grrrrr...

Le départ est donné, il perd déjà 15 metres sans
effort, puis suis son petit peloton.
Je m'échappe pour le suivre au bout de 500m, il avance tranquillement.
Ses adversaires sont regroupés dans un gros
peloton (Plus d'une dizaine d'unités) à 10 metres devant lui...
L'Ours brun va l'accompagner un moment, moi, je
reste sur le bord pour le second tour, la course faisant 1,5kms...
A 300m de l'arrivée je vois que les premiers
attaquent alors que mon fiston fume toujours la
pipe à 15 metres du peloton... Scrongneugneuuu,
je vais lui changer sa marque de tabac... Ce
n'est pas la place qui m'ennuie, c'est qu'il se balade, sans effort apparent !

Virage, reste 200m, je lui signale, commence à
courir à coté de lui et... Je m'arrète !!!
Impossible à suivre, il vient de lancer son
sprint, rattrape le peloton, double sur le
trottoir, fait "pouet-pouet" et échoue à 2" du
premier... Je n'ai pas réuusi à le suivre dans son sprint.

J'ai trouvé le nouveau surnom de mon gamin, le
"Marc Raquil" de Pierry. Bientôt il aura ses mèches blanches !!!
Déjà, dans la semaine, même tactique et seconde place au cross des écoles.
Il commence à avoir l'habitude.

Il se trouve que le premier EST une première,
Théotime gagne donc sa course poussin !!!

Je pars m'échauffer avec L'Ours... Il fait un
temps polonais, mais comme il faisait un rayon de
soleil avant de partir, je suis en short, avec un
maillot cycliste à manches courtes.
Brrrr, je me les gèles, mon coupe vent se
mouille, ma demi-heure d'échauffement m'aura à
peine chauffé. J'ai les plus grands doutes sur la suite de la journée.

Le départ va être donné, la neige fondante
redouble... En plus le parcours est très valloné,
le Village étant sur un coteau de Soisson !
Il y a même des escaliers que nous contourneront par la voie handicapée...

Pan, c'est parti, la machine se met en route.
J'ai comme objectif de tenir les 40', cool, de
tenir MON VENTRE, d'ailleurs c'est ma prière au départ !
Celui ci est en pente et tout le monde se bagarre
dans cette petite rue. J'ai du mal à trouver ma
place et je tente de ne pas partir trop vite.
Je sens bien que dans la descente, je dois
tourner dans les 3'30", alors j'ai un peu peur.

J'ai pris la décision de ne pas regarder la
montre durant les kilometres. Je cours à la sensation du ventre !

3 ème kms au sommet de la seconde bosse, nous voilà parti pour 2 tours.
Je passe la féminine qui m'a l'air très régulière
et l'emmène sur 1km. Je sens qu'elle s'accroche à
la roue et se consentre sur ma foulée, elle est
limite mais bien. Le fait qu'elle soit là me
permet d'évacuer mes doutes et de me mettre à son
"service" jusqu'à ce que l'estomac me calme.
Passe le 4ème, RAS de ce coté là, par contre le
mari de la dame lui demande de controler car il
la sent limite. Elle l'écoute et finira plus d'une minute derrière moi.

C'est étonnant, je suis toujours à un rythme en
dessous de 4', mais l'estomac ne "couac" pas !
Sur les lignes droites je pense même être bien en
dessous avec un rythme proche des fracs sur 400m,
mais je me méfie des sensations...

La remontée est plus dure, nous passons près de
la ligne d'arrivée pour un nouveau tour et continuons les grimpées.
Je pnese, malgré tout être au dessus de 4' au
kilometres lors de ces cote, mais comme je
continue à remonter je me sens bien. 7ème kms et
un début de mal au ventre. Je suis content car il
ressemble au mal au ventre classique que l'on a
lorsque l'on cours proche de sa limite !
Je le gère bien et entame ma descente avec
ambition. Je continue les remontées, vois Bruno
Heubi en point de mire de la "très" longue ligne
droite (il finira 50" devant moi) et tente de conserver ma concentration.

Nous ommes en bas, il reste la remontée, 1,5kms,
je dois m'accrocher car sans regarder la montre
je pense, et j'espère faire <39' sans m'arracher comme un "malade"...
De plus le parcours étant difficile, AMHA, le temps aura une bonne valeur.

C'est la dernière bosse, je tente de tirer sur
les bras pour remonter la pezrsonne devant, mais
malgré mes efforts elle restera à 4" ! Et
pourtant j'ai l'impression qu'elle n'avance pas !
Mais dans une cote les impression sont trompeuses !!!

Je franchis la ligne d'arrivée au sprint, jette
un oeil sur le gros chronomètre sur le coté de la
route et... Je n'en crois pas mes yeux !

Le parcours ne doit pas faire 10kms, loin de la,
peut être 9,5 mais pas 10. En effet, avec les
montées et descentes, je ne peux avoir fait ce
temps là. Ou alors, je vais bientôt pouvoir battre mes records sous peu.
Je veux bien que dans les descentes j'ai frisés
les 3'30", mais dans les montées, je n'ai pas pu faire en dessous de 4'...

J'ai quand même le grand plaisir de ne pas avoir eu mal au ventre !!!
C'est comme une renaissance... MAIS, s'il faut
que je fasse 30kms la veille de chaque course
pour que cela se passe aussi bien, je risque la blessure rapidement !!!

Merci à L'Ours Brun polonais de m'avoir refilé sa
force, en espérant que d'ici le marathon de Paris
il se repose un peu mieux et puisse faire un temps correct !

L'Papy_polonéisé_avec_d'excellents_résultats...

PS : pour l'anecdote le chrono montrait 37'17"... Un temps du siècle dernier pour moi...

1 commentaire

Commentaire de hagendaz posté le 01-04-2008 à 01:03:00

et bien Bravo. C'est vrai que c'est parfois quand on s'y attend le moins que l'on fait des beaux chronos

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran