Récit de la course : Trail de Fontaine de Vaucluse 2005, par cigaloun dupuy

L'auteur : cigaloun dupuy

La course : Trail de Fontaine de Vaucluse

Date : 30/1/2005

Lieu : Fontaine De Vaucluse (Vaucluse)

Affichage : 2099 vues

Distance : 24km

Matos : ceinture porte bidons New Balance (deux bidons) + poche

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

mon premier trail

Trail des Fontaines
Dimanche 30 janvier 2005


Distance :
24 km
Départ et arrivée de Fontaines de Vaucluse
Heures de départ : 9 heures 30

Mon premier trail !!
Ça y est j'y suis, cela faisait partie de mes bonnes résolutions pour 2005, me lancer dans le "Trail".
Pourquoi un tel défi
Parce que j'ai un problème avec mon pied droit suite à une opération chirurgicale, le muscle dit du "péronier latéral" ainsi que les releveurs du pied droit ne marchent plus. J'ai des gros problèmes de stabilité sur ma jambe droite. La pratique du triathlon m'a permis de les muscler malgré tout, et j'arrive, à la grande admiration de mon médecin, à marcher normalement. La pratique de la course à pied sur un terrain non stabilisé, est pour moi un exploit.

C'est pourquoi, ce dimanche 30 janvier je pars accompagné de toute la famille, pour courir mon premier trail non sans une certaine et évidente appréhension.

Je suis très tendu, car il fait froid, - 10 degrés chez moi, et la radio annonce la même température vers Fontaine de Vaucluse.
Je "gamberge" tout le long du parcours pour prévoir ma tenue vestimentaire. Je me réchauffe en principe assez rapidement, mais – 10 ce n'est pas rien, et puis si le parcours passe dans des sous bois, bien ombragés, j'hésite, court, mi-long, long….. bon, comme d'habitude j'aviserai sur place.
Arrivés sur place la température est confirmée, pas besoin de thermomètre….
Les enfants ne sortent même pas de la voiture tellement le froid est envahissant.

Je vais chercher mon dossard, et profite pour regarder un peu le profil de la course, à priori rien de bien méchant, si ce n'est une grande montée de 10/11 km suivie d'une grande descente de 13/14 km, avec, bien sûr quelques petits pièges dans les deux sens.
En discutant avec un coureur au café, celui-ci me dit que le parcours n'est pas très dur, seul le froid peut faire des dégâts.
Retour à la voiture pour la préparation, je suis largement dans les temps pour le départ à 9 h 30, bon je choisi de partir sans sac à dos, mais avec ma ceinture porte bidons, avec deux bidons de boisson énergétique car le froid va "pomper" pas mal d'énergie à mon petit corps.
Je pars en collant long d'hiver, et avec un tee-shirt manches longues et une veste de survêtement pas trop épaisse et un blouson léger sans manche.
Pas de bonnet, mais des gants fins en principe je ne crains pas trop de ce côté-là.
Au point de vue ravitaillement, j'emporte barre énergétique, gel coup de fouet, pâte de fruit. J'ai peur du froid car je sais que le corps utilise beaucoup d'énergie pour le combattre, et ne connaissant pas les ravitaillements prévus, je préfère anticiper.
J'ai "fixé" ma cheville droite avec une atèle Airsport de chez "Aircast" en principe elle me tient bien la cheville sans me gêner, mais à voir sur un terrain accidenté.

Je me rends au départ tranquillement en foulées légères et aériennes, je m'échauffe sans plus, sprint léger, montée de marches, rien de bien méchant, juste pour me réchauffer.
L'esprit trail semble sympa plusieurs concurrents partent avec leur chien, j'en vois plusieurs qui partent en short, des fous…..

Ca y est c'est parti, avec 5 minutes de retard, le départ est donné, 250 partants sur le 24 km et une cinquantaine sur le 35 km, et de suite ça monte dur, je me sens "âchement" bien, malgré une montée raide, je ne suis que très peu essoufflé.
Comme je pars à l'aventure, je n'ai pris ni cardio ni GPS, juste le chrono, je verrai bien, je ne suis pas là pour faire un exploit, juste faire un test, je me suis fixé une fourchette entre 2h30 et 3 heures.
Je confirme, je suis très bien, j'adopte mon petit rythme de croisière en montée, tranquille le pépère, je commence à doubler, c'est bon signe en général, car je pars souvent dans les derniers, j'ai froid sur le moment aux oreilles, mais ça passe assez rapidement.
Le froid ne me gêne pas trop, il est vrai que ça monte en permanence, et certains petits raidars, font de très bons chauffages….
Après une longue petite route goudronnée, nous attaquons la colline avec un petit goulet d'étranglement pour attaquer le chemin fort agréable au début, et qui se transforme plus loin en chemin large en "tout venant" comme on en rencontre beaucoup dans nos collines provençales.
J'enlève assez rapidement mes gants, et me ouvre mon blouson pour ne pas trop transpirer, mais oui, car je transpire, des gouttes tombent même sur mes lunettes, j'ai des preuves !
Pour l'instant tout va bien, le seul défi que je me suis lancé, c'est de ne pas marcher dans la montée, car le plus qui m'inquiète c'est la descente. Je "stresse" un peu en y pensant.
Le paysage n'est pas trop mal, avec une vue assez magique sur le Ventoux enneigé, mais un petit vent léger mais froid nous agresse sur le plateau, je jongle avec mes fermetures éclairs pour ne pas avoir soit trop chaud soit trop froid.
L'ambiance est sympa, même si, comme d'habitude on retrouve les mêmes sagouins qui jettent leurs emballages dans la nature, gestes que je ne comprendrai jamais, quelle tristesse, certains sont entrain de scier la branche sur laquelle nous sommes assis, et ce qui est grave c'est qu'il ne s'en rende même pas compte.
Bon, ben moi je cours toujours, la vue du paysage me dit que nous approchons sans doute du sommet de cette interminable côte, je ne savais pas que dans les trails il n'y a pas d'indication de kilométrage, ça m'aurait bien aidé pour mon premier, mais ce n'est pas bien grave.
Je n'ai pas éprouvé de difficultés particulières dans la montée, j'ai couru à mon "train" peu essoufflé, je suis assez satisfait de cette première partie, j'ai bien bu, même si mes bidons n'étaient pas faciles à presser avec le froid.
Je m'arrête au premier ravitaillement, j'ai l'habitude de toujours dire bonjour, et je me rends compte que je suis le seul d'ailleurs, les autres concurrents semblent fatigués, je prends le temps de boire de l'eau et de manger quelques fruits secs, je remercie les bénévoles présents car ils doivent se geler copieusement.
J'attaque la descente avec appréhension, sans savoir ce que je vais y trouver, pour l'instant je n'ai pas eu de difficultés avec mon pied, mais c'est maintenant que je vais passer un vrai test.
La descente n'est pas trop piégeuse pour l'instant, le même style de chemin que pour la montée, mais avec sur le début des passages très ravinés avec beaucoup de dévers et des roches, je suis obligé de me concentrer un maximum, car je dois énormément anticiper, et étudier le revêtement dans ses moindres détails pour voir le bon endroit pour poser mon pied, j'ai donc besoin de n'avoir personne devant moi, ce n'est pas toujours facile.
Je descends bien, je n'ai ni GPS ni cardio, mais je me sens très bien, je tiens un très bon rythme, arrivé au deuxième ravitaillement, je demande combien de kilomètres j'ai déjà fait, et à ma grande surprise j'entends 16 km, j'ai mis 1 h 40 pour faire cette distance, c'est énorme pour moi, à ce stade de ma préparation, car je n'ai fait que du foncier et pas de fractionné, juste deux petits tests.
J'étais parti dans une fourchette de 2 h 30 à 3 heures, et du coup je revois mes ambitions à la hausse, car il ne me reste que 8 kilomètres pour finir et en descente, qui plus est.
J'active un peu le rythme, tout en restant sur la défensive car j'ai vu sur le profil qu'il y avait quelques surprises dans la descente, mais ces montées ne sont pas très longues, et pas très pentues, je cours avec 3 ou 4 filles qui ont l'air de faire la course ensemble, je m'accroche un peu car elles ont un bon rythme, mais elles sont sympas et charmantes qui plus est.
Le rythme est bon, nous rattrapons quelques concurrents, qui semblent bien "cramés" et pour l'instant personne ne nous rattrape, je commence à me sentir mieux et je support bien la petite accélération de ces dames, je passe même devant, commence à "lâcher la bête" je me sens très bien, j'ai un peu mal aux cuisses dans des portions de descentes un peu plus fortes, mais je m'accroche, je sens que je peux faire moins de 2 h 30.
Au hasard d'un virage je regarde derrière et je vois que les filles ont presque tout lâché, il n'en reste qu'une derrière moi, je ralenti un peu, pour qu'elle me rejoigne, ce qu'elle fait facilement, nous nous faisons rattraper par d'autres concurrents qui finissent forts, moi je commence à avoir mal aux quadriceps, la descente fait mal, mais je m'accroche, le jeune fille qui est avec moi aussi, je l'entends à sa respiration, nous commençons à voir de loin les premières maisons, ce qui signifie que nous approchons de l'arrivée, je remets encore une couche, j'ai les cuisses en feu, le souffle commence à s'entendre de loin, j'allonge la foulée et quelques virages à angles droits et bien pentus me font beaucoup mal.
Je ne suis pas le seul tout le monde commence à être cramé aussi bien ceux que nous doublons que ceux qui nous doublent, nous arrivons dans le village toujours en descendant, les cuisses font mal, mais je vais faire un bon temps j'en suis sur.
L'arrivée dans le village est laborieuse, car maintenant que la descente est finie, il faut courir seul la pente ne nous aide plus à avancer.
La jeune fille qui court avec moi, est aussi fatiguée, je le sens, nous nous relayons pour finir, et nous nous permettons même le luxe d'accélérer sur la fin, pour finir ensemble bien que je l'ai laissé passer sur la ligne avant moi.

Bilan
2 heures 20 minutes
Plus que satisfaisant, bien que je ne considère pas cette course comme un vrai trail mais plutôt comme une course en colline, sans grosse difficulté.
J'ai eu aussi une récupération rapide, je craignais un peu de grosses courbatures pour mes cuisses mais bonne surprise, rien de bien méchant.
Prochaine étape : le Trail de Galinettes le 27 février 25 kilomètres



Les chiffres :
Temps 02 H 20 MN à mon chrono 02 21 08 officiel vitesse moyenne : 10,28 km/heures
159ème sur 236





Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran