Récit de la course : Trail du Ventoux - 42 km 2008, par Kafta

L'auteur : Kafta

La course : Trail du Ventoux - 42 km

Date : 23/3/2008

Lieu : Bedoin (Vaucluse)

Affichage : 1769 vues

Distance : 42km

Objectif : Pas d'objectif

5 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Un Ventoux pour Vincent

Trail du ventoux- Bédouin- 23 mars 2008

39 km, 2000 md+ 

En ce dimanche de Pâques, si beaucoup couraient en souvenir de Laurence (kikoureuse tragiquement disparue récemment), moi je décidais de dédier ma course à Vincent, le frère d’une amie, qui à 22 ans rencontre de graves problèmes de santé.

Dans ce genre de courses, assez dures, on se raccroche toujours à quelque chose, à des amis, de la famille, des gens qu’on aime,… pour se donner du courage, et se dire que quelque part, on ne court pas pour rien…

Parce qu’il fallait en avoir du courage hier matin, pour se lever à 5h pour aller prendre le départ dans des conditions météo pareilles : -2°C au départ de Bédouin, puis beaucoup moins lorsqu’on commençait à monter sur le Ventoux et rencontrait la neige et … un mistral glacial à 70 km/h !

8h30, nous sommes plus de 1100 coureurs rassemblés sur la ligne de départ en attendant qu’on nous libère.

On en profite pour vite faire une photo d’équipe… on n’aperçoit guère les couleurs du club, dissimulées sous des couches de vêtements « techniques » !

Nous sommes 13 du Marseille trail Club au départ mais seulement 11 sur la photo ! il manque Patrick (déjà perdu ?) et Richard (dans le groupe kikourou)

                                                            A qqe minutes du départ, on a encore un grand sourire!  

Le départ est donné, avec 10 minutes de retard, et on commence par une boucle (inutile!) de 2 km autour de cette zone de départ. Puis ça devient nettement plus intéressant ; on passe par les carrières d’ocres et les fameuses « Demoiselles Coiffées ». La course est partie assez vite et je n’ai pas de très bonnes sensations, mais ça je m’y attendais, … petite forme en ce moment…

Ce trail serait pour moi simplement un bon entraînement pour la Sainte Victoire du 6 avril !

Je m’accroche donc et essaie de ne pas trop ralentir. Je me retrouve rapidement avec les potes du club : Jean-François et Jean-Marc et avec Christian Chillet (un ami Lyonnais, et oui…) très bon ultra traileur (61ème  du Grand Raid de la Réunion 2007 !).

Le principal soucis pour moi, c’est la chaleur ! Je suis parti trop couvert, avec ma veste Raid Light, super efficace ! et je commence à bien transpirer, sur les pentes ensoleillées encore à l’abri du mistral. Je décide donc de m’arrêter un peu plus loin, alors que ça commence à bien grimper dans les pierres. Une petite dizaine de coureurs me passent dont les 3 potes, et Nadine Maurizot (la copine de Marie !), 1ère féminine, me rejoint. J’échange quelques mots avec elle, je l’encourage un peu (c’est vrai qu’elle en avait besoin ! mdr) et je recommence ma progression. Je reviens sur Jeff et Jean-Marc, puis sur Christian !

A partir de là, on fait course commune avec Christian ! Je sais qu’on a à peu près le même niveau sur des courses comme ça et puis on discute de temps en temps… ça aide !

On arrive au 1er ravito (on est à peu près au 12ème km) ; je ne m’arrête pas.

Ca grimpe plus raide, et ce pendant 2 km, nous annonce-t-on !

Je continue sur un bon rythme, à alterner marche-course, et reviens sur un ami, Gérard Arnaud, qui semble être en « petite forme ». Je prends quelques nouvelles.

Puis on continue à s’élever… et la température à baisser. Le mistral devient plus violent.

Je décide de m’arrêter, une 2ème fois, pour remettre ma veste chaude !

6 ou 7 places de perdues… mais je suis maintenant paré !

On évolue maintenant dans la neige, et le paysage devient vraiment magnifique.

15ème km : On arrive à la bifurcation des 2 parcours, et un autre ravito.

Je ne m’arrête toujours pas !

On prend une pente très raide sous un vent de plus en plus fort, j’en profite pour prendre un gel (le 2ème) ; on est à 2h de course.

On aborde maintenant une partie plus variée ; alternance de petites descentes et de remontés.

Christian est toujours avec moi ; il me distance légèrement sur les portions roulantes et je le reprends quand la pente se fait plus raide.

Dans une descente, je décide de passer devant et je prends quelques dizaines de mètres d’avance.

On arrive enfin dans la plus belle partie de la course !

Une combe pleine de neige qui remonte vers les hauteurs du ventoux.

La pente n’est pas très forte ; on peut courir.

Je reprends un coureur, puis 2. Je n’ai à ce stade, aucune idée de ma position au classement.

On ne m’a donné aucun renseignement !

J’espère être dans les 40 premiers … je signerai pour cette place à l’arrivée !

Il y a maintenant dans les 30 cm de neige ; on ne voit plus le sentier !

On suit le balisage sur les branches et le fléchage rose fluo sur la neige fraîche.

J’essaie de courir le plus possible… c’est dans ces parties là que les écarts se creusent…

On passe quelque fois dans des passages à l’ombre… environ –10°C (annoncé par l’organisation après la course), mais c’est sans compter le mistral qui s’engouffre dans la combe et emporte la neige. Mais je suis bien couvert ; j’essaie de ne pas trop prendre de neige dans mes chaussettes !

On arrive enfin à la sortie de cette combe ; on nous annonce le 22ème km ! il en reste 17 !

On descend sur une piste et on débouche sur les pentes de la station de ski du Ventoux.

On traverse la route, et on prend un sentier à flanc, dans la neige ; on comprend bien à ce moment, pourquoi ils ont « coupé » le passage par le sommet du Ventoux ! On est sur la face sud, théoriquement « protégée » et on a du mal à tenir debout !

A ce moment de la course, je ne sais pas ce qui nous attend encore… j’ai peur qu’il reste encore quelques difficultés, et en plus dans la neige…

On descend maintenant par la piste de ski, sur le Chalet Raynard ; 3ème ravito.

On m’annonce que le prochain ravito est à 7 km !…et qu’il reste 15 km de course !

Je fais le choix de ne pas m’arrêter, pour ne pas perdre le rythme ; j’ai encore de la boisson dans mon camel back (1,4 L au départ).

Par contre, une autre pause urgente, s’impose… arrêt pipi ! je regarde derrière moi, pas de filles à l’horizon, c’est bon !

Bien sur, un groupe de 6 coureurs me passe !… « eh ! fais attention de ne pas rester gelé !! » « Ouais, t’inquiète pas mon pote, je suis tout chaud ! »

Avant de repartir, je regarde derrière moi et j’aperçois Christian… je décide de l’attendre et je repars avec lui.

On est à ce moment là, dans la partie qui a ravi tous les coureurs : 2 km de descente douce en sous-bois dans 40 cm de poudreuse ! un régal !

J’allonge ma foulée, sans trop calculer, sans non plus forcer on allure… et je reviens sur un coureur, puis un deuxième du groupe qui m’a doublé.

Je les dépasse ; puis la neige devient de plus en plus rare et on arrive, brutalement, sur la terre ! Fini de jouer ! Maintenant il va falloir serrer les dents ! D’autant que la piste remonte.

J’essaie de reprendre un gel, mais j’ai quelques difficultés, j’ai les doigts « gelés » !

Je m’arrête et prend le temps de le manger… les 2 coureurs me reprennent.

Mais je peux maintenant repartir, le réservoir plein.

On continue de monter, assez doucement, puis la pente devient plus raide.

Je reviens sur le groupe de 6 coureurs ; je monte plus vite qu’eux…ils sont moins frais que moi !

On croise 5 coureurs qui viennent d’un autre chemin ! Ils se sont égarés ! J’en connais un, alex, de l’ASPTT Toulon Outdoor ; il peste contre lui-même d’avoir perdu du temps !

J’essaie de le réconforter et lui dis que c’est pas bien grave, qu’il n’est pas à quelques places près !

J’arrive progressivement à doubler tous ces coureurs et j’aborde la descente en tête.

On m’annonce qu’il reste alors 7 km de descente jusqu’à l’arrivée !

Je me dis que c’est là qu’il faut « envoyer » et je me mets en tête de ne pas me faire reprendre par ce groupe. La descente n’est pas technique, il suffit juste de bien dérouler et d’allonger la foulée en relançant de temps en temps et faisant attention à ne pas trop perdre de temps en doublant les derniers concurrents du 22 km !

J’arrive au dernier ravito… et je ne me sui toujours pas arrêté ! …on me dit qu’il reste 4 km…il me reste encore qqch dans mon camel, ça devrait suffire ! Un arrêt maintenant et c’est 8 coureurs qui me doubleraient !

On arrive maintenant sur une partie plus bosselée ; il faut relancer ! Je reprends un coureur… j’en aperçois deux autres plus loin.

On approche, plus que 2 km, on peut tout lâcher !

J’en reprends un ; il essaie de s’accrocher mais je vais plus vite que lui !

J’arrive sur la zone d’arrivée, il reste encore 400 m.

Je conserve un bon rythme pour ces derniers mètres et pour franchir la ligne d’arrivée encore assez frais, malgré ces 7 km de descente assez éprouvants.

Je retrouve à l’arrivée des potes qui ont couru le 22 km (Patrick et Thierry) et d’autres qui ont fini devant moi sur le 40 km, Thierry Besson, Patrice Marmet (qui s’est paumé sur le parcours !).

Au final, je finis 27ème en 4h11 min

Je suis assez content, j’ai retrouvé de bonnes sensations au fil de la course !…ça sera une bonne course d’entraînement en attendant des plus dures…

      

5 commentaires

Commentaire de Shostag posté le 24-03-2008 à 19:39:00

Chapeau pour le résultat malgré la "petite forme". Quelle chance (même si elle n'a pas grand chose à voir) d'avoir pu évoluer dans la poudreuse : 1 heure derrière, tout était tassé.

Commentaire de akunamatata posté le 24-03-2008 à 21:06:00

Aglagla j'ai eu froid pour vous en sachant le froid qui vous attendait, belle course Pierre surtout belle patience pour reprendre a la fin les gars à la bagarre.

Commentaire de joy posté le 25-03-2008 à 10:19:00

Bravo,belle perf et super bonne gestion de course. A bientôt président
Kikoureusement
JOY

Commentaire de BOB MORANE posté le 25-03-2008 à 20:32:00

Bravo Pierre pour ta course et pour ton récit qui nous transporte sur les lieux (je me les géle).
Un nouveau petit claquage de perf a suivre début avril ...

Commentaire de agnès78 posté le 27-03-2008 à 06:22:00

Merci pour le récit et un grand BRAVO pour la perf! Il est beau le géant de Provence sous la neige... bises agnès

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran