Récit de la course : Semi-Marathon de Paris 2008, par jordy17

L'auteur : jordy17

La course : Semi-Marathon de Paris

Date : 2/3/2008

Lieu : Paris 12 (Paris)

Affichage : 1317 vues

Distance : 21.1km

Objectif : Faire un temps

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

Novembre 2007 : ayant envoyé mon bon de participation à Jogging International, je reçois un courrier m’informant que la revue m’offre mon inscription au semi marathon de Paris début mars. Je réserve un mobil home au camping de Champigny sur Marne et c’est parti.  Petit retour en arrière : après 7 ans d’interruption, j’ai repris sérieusement l’entrainement en septembre 2007. Octobre 2007 semi de Niort : 1h51. Il s’agit maintenant de sérieusement me préparer. Je relis tous mes vieux Jogging, visite les sites internet proposant des plans adaptés et c’est parti mon kiki. Fini les sorties allure jogging plus ou moins longue ; Place à un entrainement de qualité : objectif 1h45 début mars. 1er mars 2008 : nous quittons les Deux-Sèvres direction la capitale, avec femme et enfants pour le soutien moral et logistique. 10h30 récupération du dossard au parc floral de Vincennes, pendant que les gamins font le plein d’échantillons de déodorant, gel douche et bons d’inscriptions à une foule de marathons. Balade à Paris. Plat de lasagne, le soir. Reconnaissance du circuit en voiture, « by night », pas de grosse difficulté en vue !... (à croire qu’on ne voit pas bien la nuit ou que la voiture monte bien les côtes)  2 mars 2008 : à 9h30 ma femme me lâche à proximité du bois de Vincennes (impossible de se garer) et petit échauffement direction le château de Vincennes et à 9h40 (comme conseillé sur le site du semi de Paris) en place en zone bleue (1h40 à 1h50). Bon sang, 22 000 coureurs ça fait du monde !!!! On n’a pas l’habitude de voir autant de monde en Deux-Sèvres. 20 minutes d’attente et discussion avec un coureur parisien super équipé ! Accéléromètre sur la chaussure pour gérer la vitesse (eh oui la vitesse est limitée à Paris !). PAN ! le coup de pistolet est donné, « bonne chance » à mon compagnon de départ parisien et 3 minutes de marche avant de déclencher le chrono au passage sur la ligne de départ. 10h03 c’est vraiment parti. Objectif tenir le 5’/1000 que j’ai tant de mal à tenir longtemps à l’entrainement. Départ prudent apparemment, mais au km 1, mon chrono m’indique 4’50. Bon jusque là ça va.  Les kilomètres commencent à s’égrener plat et faux plats descendant, la chaleur monte peu à peu. KM 5 : 24’10. Toujours en avance, mais ça va toujours plutôt bien : pas de douleur ni d’essoufflement. Juste un petit détail, courant à droite de la chaussée, j’ai failli louper l’apéro place de la Nation. C’est que j’avais pas amené avec moi mes munitions comme beaucoup d’autres autour de moi ! Petite bruine sympa et rafraichissante et vent correct ça va toujours et j’atteins sans encombre le KM 10 en 47 minutes. A cet instant, je prends un peu peur vais-je tenir sur une allure supérieure à celle prévue ? D’autant qu’un de mes braves voisin de pavé m’annonce qu’on ne va pas tarder à voir les premières difficultés. DES DIFFICULTES ??? Effectivement, avenue Daumesnil, on attaque un faux plat montant assez prononcé et surtout très long (je ne l’avais ressenti comme ça en voiture hier soir…). Je serre les dents : ça passe. Passage à l’heure de course, environ 12,5 km. Jolie descente. Heureux, j’aurais tenu la difficulté. Toutefois, ma joie est de courte durée, mon voisin de pavé est toujours là qui m’annonce : « bon, après le hors d’œuvre, le plat de résistance ! » Alors là, l’Everest apparait devant mes yeux ! Je serre les dents, les fesses, les boulons, tout ce que je peux serrer, je respire un bon coup : et ça passe ! Enfin c’est vrai, je sui moins flamboyant et je commence à douter de mes capacités à tenir à ce rythme, surtoût qu’après la côte on enchaine sur une faux plat montant. KM 18 : là j’ai mal aux jambes. Ca commence à descendre, mais je n’en profite même plus. J’ai du mal à soulever les pieds mais j’avance toujours. J’ai rattrapé le lièvre « 1h40 » mais le bougre accélère dans la descente et s’éloigne inexorablement. KM 19 : « Souriez ! » nous crient les photographes. Je bombe le torse, je montre les dents, je rentre le ventre. Je sais, la résultat est pitoyable : je ressemble à un hippopotame asthmatique qui fait son jogging dominical !  Ca fait un petit moment que je n’ai plus regardé mon chrono. J’étais en avance sur mon objectif et maintenant avec la fatigue, je n’ose plus regarder… Plus qu’une dernière ligne droite de… 1,5 km et on commence à apercevoir le château de Vincennes. Je me fais doubler par des types manifestement en forme, j’espère que sur les 22 000 coureurs, il en restera quelques uns derrière moi. Plus que cent mètres, l’arrivée est là. Il y a un petit moment que plus rien ne va mais le chrono officiel indique que je suis encore sous les 1h45 au scratch. J’accélère pour passer avant ce temps : résultat : 1h44’57 au scratch et 1h42’07 à mon chrono perso. Je me rends maintenant compte que malgré la fatigue et le mal aux pattes, j’ai tenu bon et gardé l’allure, soit un bilan de 21,100 km à la vitesse d’environ 4’50/1000. Beaucoup mieux que prévu… Maintenant c’est plus que du bonheur ! Je l’ai fait et bien fait ! Je sais les kényans sont assez loin, mais à mon échelle c’est une grande satisfaction pour cette réussite supérieure à mes ambitions. 

Dernière mésaventure : impossible de retrouver la famille (30 minutes de recherches) puis retour au camping en bus (problèmes de stationnement) avec des coureurs du Nord très sympas en préparation pour le marathon de Lyon.

 

Un clin d'oeil à tous les Kikous présents le 02 mars 2008 à Paris

Et un clin d’œil à Mysterjoe qui n’a pas eu de chance et bien du courage pour terminer

4 commentaires

Commentaire de mysterjoe posté le 04-03-2008 à 17:06:00

je te remercie pour le clin d'oeil,félicitation pour ta course et pour ton récit trés imagé :-)
au plaisir dans une prochaine course

Commentaire de hellaumax posté le 04-03-2008 à 17:56:00

Très sympa ton compte rendu et bravo pour ta course!

Commentaire de DJ Gombert posté le 04-03-2008 à 18:56:00

Super sympa comme commentaire.
La prochaine fait un repérage en voiture "au point mort", tu verras mieux les difficultés ;-)

Commentaire de l'ourson posté le 04-03-2008 à 19:19:00

Bravo pour ce zouli chrono voisin!! et au plaisir de te croiser un jour entre Nantes et Niort ou ailleurs :-)

L'Ourson_le_kivaou_est_fait_pour_ça

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran