Récit de la course : La Sauta Roc 2008, par Le président

L'auteur : Le président

La course : La Sauta Roc

Date : 24/2/2008

Lieu : St Guilhem Le Desert (Hérault)

Affichage : 1537 vues

Distance : 26km

Objectif : Pas d'objectif

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

ENTRE L'ENFER ET LE PARADIS

 

 Elle s'appelle "La Sauta Roc".

Elle déroule ses kilomètres de pistes caillouteuses sur les hauteurs de Saint Guilhem-le-Désert.

Elle est imprévisible, rebelle, indomptable...

Elle se cabre, elle rue, elle s'emporte...

Sans relâche, elle attaque, elle broie, elle déchire, elle détruit...

Elle n'est jamais rassasiée de souffrance, de larmes et de sang...

Elle est l'enfer, la fin des temps, l'apocalypse...

Pour toutes ces raisons, on la craint et on la respecte.

Je pense que cette entrée en matière définie assez bien l’épreuve qui attend les 470 coureurs inscrits à la neuvième édition de la prestigieuse Sauta Roc. C’est avec ces mots que j’ai tenté de sensibiliser les amateurs de sensations fortes qui hantent les rangs de notre club et les inciter à participer à la deuxième manche du challenge trail Védas Endurance (La Triple V 2008). Mon accroche a été efficace car nous sommes six à tenter l’aventure (record absolu de participation depuis la création de l’épreuve en 1812). En bon communiquant et pour enfoncer le clou, j’ai doublé mon message de la façon suivante : 

L'extravagance du profil de l'épreuve va ravir les fondus de dénivelé.

La beauté du parcours va séduire les aventuriers de l'extrême.

La flamboyance des paysages va enchanter les poètes de la course à pied.

Autant de raisons pour se lever tôt le dimanche 24 février...

Avec la Triple V 2008 et Védas Endurance, gardez la Positive Altitude !

Choix des mots, efficacité du propos… du vrai travail de pro !

Pour ma sixième participation à la Sauta Roc, j’ai l’irrépressible envie de « faire un truc ! » J’ai envie de dompter l’imprévisible rebelle. J’ai envie de l’amadouer quand elle se cabre, quand elle rue et quand elle s'emporte. Je suis prêt à repousser ses attaques, à ne pas subir sa loi. Aujourd’hui c’est à mon tour de broyer, de déchirer et de détruire… Elle aura ma souffrance mais pas mes larmes et encore moins mon sang. Elle est l'enfer, la fin des temps, l'apocalypse... Je serai l’eau contre le feu, le début contre la fin, la renaissance contre la mort. Comme tout à chacun je la crains et je la respecte mais en ce jour il n’est pas question que je m’aplatisse comme une carpette…

Le plafond est bas, la brume dissimule les sommets et l’humidité ambiante rend glissants les cailloux qui roulent et qui n’amassent pas mousse (Contrairement aux cailloux qui amassent mousse qui eux glissent naturellement mais ne roulent pas. A ne pas confondre avec la mousse qui roule et qui amasse cailloux. A ce compte là pourquoi ne pas aussi rouler dans la mousse des masses de cailloux ou de caillasser des masses de mousses qui roulent ? La question mérite d’être posée…).

La course est exigeante, les montées cassantes, les appuis fuyants, les descentes dangereuses… mais le plaisir est grandiose. La connaissance du parcours est un atout indéniable pour assurer sereinement l’enchaînement des difficultés et gérer intelligemment son potentiel énergétique. Je suis dans un bon jour et j’en profite. Pour la première fois de ma vie de coureur à pied, je rejoins mon ami Samy (le seul homme au monde à avoir couru la corrida de Cournonterral… en tongs ! Total respect pour un maître de l’ultra), sur Sylvie Foudrinier (une très grande dame), sur David (Clovis 34, un jeune trailer au potentiel énorme) et sur Didier (une pointure du club). Je double tout ce joli monde et continue ma remontée au classement. Je suis visiblement plus en forme que mes adversaires directs sur la fin de course. C’est l’extase sans extasie… Seul Antonio Da Costa de l’équipe sœur Horiba ABX s’accroche à mes basques et me pousse… à l’excellence !

20080226090957--running.jpg
La tête dans les nuages

Résultat final : 2H 33’ 50’’ / 58ème au scratch / 5ème V2H / 1er de la deuxième manche de la Triple V 2008 et leader du challenge.

Je relègue mon précédent record au rayon des vieux souvenirs (2H 39’ 20’’ en 2004) et, en cet instant bénit, savoure le pied-de-nez fait au temps qui passe.

 

Résultats Védas Endurance : 

Clas.NOMPrénomCat.Class/CatTempsMoy.
58LE CORNUDominiqueV2H52:33:5010,531
74TAILHADESDidierV1H232:39:0410,184
81BULOTDavidSH432:42:299,970
195LEGROSSylvainV1H593:04:438,770
294MOUTONMartialV2H483:21:298,040
398CROUZATThierrySH1333:57:246,824
399SAMITIERGillesV1H1223:57:256,823

 Nous reviendrons, c’est promis ! 

6 commentaires

Commentaire de Mustang posté le 02-03-2008 à 18:14:00

Je connais le parcours, mais pas eu l'occasion d'être présent au moment de ce trail!!

oui, une bien belle épreuve!!

bravo.

Commentaire de agnès78 posté le 03-03-2008 à 07:06:00

Superbe ce récit! merci beaucoup! Et BRAVO pour ta course, cher Président! bises agnès

Commentaire de Kiki14 posté le 03-03-2008 à 17:50:00

oui majestueux récit a la hauteur de l'exploi et de la lutte .....merci et BRAVO

Commentaire de cedre posté le 04-03-2008 à 12:30:00

Bravo Président
Moi qui hésitais à doubler la Sauta Roc et La Grande Motte, je vois que non seulement tu n'as pas eu peur mais qu'en plus tu fais de super chronos.
Rajoutons à cela une super performance sur le circuit du Nurben-Mauguio avec ton alter-ego lavérunois, quelle forme impériale.
Toi tu n'es pas de ces présidents qui promettent sans agir, qui pratiquent la politique de l'image avant celle de l'action.
Je suis conquis et je vote pour toi sans hésitation.

Commentaire de clovis34 posté le 05-03-2008 à 13:47:00

Salut Président,

Total respect pour l'ensemble de ton oeuvre

Amitié

david...clovis34

Commentaire de Pilate posté le 07-03-2008 à 13:45:00

C'est fou ce qu'il m'énerve!!! :p

Bravo pour tes supers perfs et rendez vous à Paris :)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran