Récit de la course : La Ronde des Senteurs - 10 km 2008, par pierrot34

L'auteur : pierrot34

La course : La Ronde des Senteurs - 10 km

Date : 3/2/2008

Lieu : Villeveyrac (Hérault)

Affichage : 1402 vues

Distance : 10km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

 

 

   Pour la randonnée des Senteurs, à Villeveyrac, ce dimanche 3 février, j’ai envoyé mon engagement le vendredi 1er par la Poste . Volontairement, pour faire la petite expérience, dont je connais le résultat, 99 fois sur 100 : ils ne le recevront pas le lendemain, même si le village est à 15km de Frontignan ! C’est bien pour cela que j’ai bien pris soin de ne pas joindre de chèque au bulletin d’inscription et au certificat médical.

   Dimanche matin, donc, je pars avec une glycémie de 1,50g à 6h, 7unités d’insuline rapide- comme d’habitude- et après un petit-déjeuner classique, avec un kiwi en plus toutefois, influencé par une conférence dans la semaine sur la maladie d’Alzheimer, le médecin conférencier ayant recommandé du poisson et des kiwis dans la « saine » alimentation de tous les jours …. ! J’ai aussi une copie du certificat médical qui me sera demandé puisque la Poste….a sans doute repoussé l’arrivée du courrier au lundi …ou après! J’avais bien vu. Pas chez les pré-inscrits, alors tout le nécessaire est refait. Et le prix de l’engagement –oh surprise, reste inchangé, 8€ ! –

   Un beau dossard orange, sur lequel je vais coller mon bandeau « sport diabète »- on ne sait jamais, en cas « d’incident »…. ! Une petite photo de l’armada des quads de l’organisation, que je ne peux pas voir en peinture, ni sentir, ni entendre, mais qui finalement sont une marque de fabrique de la course et de ses organisateurs puis,  retour à la voiture.

     Je garde la tenue longue car le ciel est un peu gris et couvert et la température plus fraîche qu’à Langlade dimanche dernier. Je ne serai pas le seul car une grande majorité des partants sur le 10 et le 28, sera « en long ».

   Echauffement en tournant autour de la place du départ. Pas la grande foule des années passées. Le temps  est frais  Un salut amical à l’ami Vincent Diaz, au micro, et en grande forme, avec le « dictionnaire » de toutes ses connaissances ouvert ! L’annonce des courses à venir, les clubs, les coureurs…. Et même Pierrot 34 avec Kikourou, y passent ! Il n’oublie personne, le Vincent !

   Le rassemblement sur la ligne se précise. Entre 200 et 300, pas plus. Des tenues longues, des survêtements, oui, et même un gars en jeans ! Les « camel-bags » sont sans doute sur le 28km. Ca se comprend. Il me faudra en faire autant bientôt…

  En levant la tête vers un balcon,  un visage féminin, à la coiffure couleur bière irlandaise, doit correspondre au nom remarqué sur la boîte à lettres. Une pensée toute émue vers ce pays que j’adore, mais qu’apparemment, Mme Ann O’….., a quitté pour les garrigues du Sud de la France !

   Les garrigues, nous allons les retrouver, après le départ, sur des chemins vallonnés et terreux mais secs,  de couleur rouge, celle de la bauxite des  anciennes carrières proches.

   Le « serpent » s’allonge, comme d’habitude, surtout dans la grande montée forestière vers le plateau des pinèdes, où je vais maintenir un petit bonhomme de chemin, un peu plus lourd toutefois que dimanche dernier, l’entraînement en semaine ayant été inexistant, à part 50km à vélo le mercredi…La grande descente vers le beau lac vert puis à droite pour les trois derniers kilomètres, sur route, qui monte encore à l’entrée du village et voilà déjà Vincent qui salue Pierrot 34 sur la ligne ! Orange et jus au ravitaillement, le sac avec T-shirt et bouteille de vin et je ne traîne pas trop car la fraîcheur, sur la transpiration, ce n’est pas mon truc. Ma femme m’attend, satisfaite de me retrouver « entier ». Faut pas se plaindre.

   De retour au classement, après rhabillage, je me vois 73è en 54 mn et 3è V3, le premier V3 étant à  7mn devant, quand même !

   Vite, au chaud, à la maison ! Ma femme veut conduire mais il n’y avait aucun danger : 0,96g de glycémie en arrivant. Difficile de faire mieux. L’on croisera « les 28km » sur la route du retour. Les pauvres ! Les premières gouttes de pluie tombent. Pas méchamment mais je n’aurais vraiment pas voulu être dessous.

 

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran