Récit de la course : Trail de Gorbio - 32 km 2007, par Shostag

L'auteur : Shostag

La course : Trail de Gorbio - 32 km

Date : 14/10/2007

Lieu : Gorbio (Alpes-Maritimes)

Affichage : 939 vues

Distance : 32km

Objectif : Pas d'objectif

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Trail de Gorbio - 27 km, +/- 1.500 m

Avant la course, je retrouve deux forumeurs de "1001sentiers.fr", respectivement Easyrider (Claude) à Antibes et Papa Dju (Julien) à Gorbio. Nous faisons connaissance et un brin de causette. Très sympas tous les deux, ce sera un plaisir de les revoir à l'arrivée.

Le départ est donné vers 9h30 sur la place du village, il est commun pour le 32 km et les marcheurs. J’essaie de suivre Easyrider, nous jouons des coudes sur la route pour nous extraire du peloton. Papa Dju a déjà disparu. Viens rapidement la piste assez raide qui va nous mener au Mont Gros. Fidèle à ma ligne de conduite, je marche dès que la pente avoisine ou excède les 10 %, nous nous dépassons à tour de rôle avec Easyrider qui court beaucoup plus que moi puis il prend rapidement une vingtaine de mètres d’avance.

Je le rattrape finalement peu après le Mont Gros sur une nouvelle portion goudronnée en faux plat montant. En pleine discussion avec une jolie et jeune demoiselle, je m’incruste une minute puis accélère le tempo. Easyrider qui préfère rester en charmante compagnie ne suit pas, je ne le reverrai plus. A ce moment, j’estime ma position vers les 3/4 des participants. Sur cette route, je rattrape et dépasse un groupe de 5/6 coureurs avant de bifurquer à droite sur le sentier balisé au niveau de Lou Gras.

Jusqu’au Col des Cabanelles (?) indiqué à 1.050 m, j’alterne marche rapide et course sur les replats. Je me sens assez bien et dépasse entre 15 et 20 personnes partis trop fort. Peu après ce Col, un bénévole me situe en 53ème position ! Ca me met la grosse patate et je prends un rythme assez élevé, je double 2 nouveaux trailers dans le faux plat descendant avant le Col de la Madone et son ravitaillement. Je ne m’arrête pas, 4 gars ont fait une pause. Je fais la descente assez technique de la Crête des Assalins à fond où je rattrape et distance 3 nouveaux coureurs. Je ne le sais pas encore, mais près de la 45ème place, je connais mon meilleur classement.

Le parcours emprunte désormais la longue piste qui contourne tout le Baudon. Celui qui me précède est victime d’une crampe au mollet, il tombe par terre et refuse mon aide, je continue. Arrive rapidement la montée jusqu’aux Sporsins, assez facile mais interminable. Je parviens à courir sur le premier tiers mais je me sens de moins en moins bien, très mal même. Je vais bientôt vomir, je ralentis et finis en marchant tout en me ravitaillent copieusement. Bien sûr, les autres trailers qui ne décèlerent pas me déposent les uns après les autres (quasiment tous ceux dépassés depuis le Col de la Madone), je suis rapidement isolé. Je retrouve le moral et des forces dans la descente jusqu’au Col des Banquettes.

Au Col, un gars en maillot blanc, victime apparemment d’ampoules est arrêté. La montée du Baudon est un vrai mur, j’ai la sensation de ne pas avancer mais j’aperçois deux compagnons potentiels assez proches, vêtus de rouge. Je prends leur tempo, les rattrape très progressivement et réussit finalement à les devancer, le 1er au Pas de la Piastre, le 2nd juste avant la Cime de Baudon. Enfin, le sommet et point culminant du jour est là, j’ai fais le plus dur et je songe à profiter du paysage. Mais je me retourne et vois une meute de 7/8 coureurs sur mes talons.

C’est pas le moment de chômer, j’entame la descente très technique du Baudon tambour battant, le plus vite possible avec de nombreux sauts acrobatiques dans les passages chauds. Peu avant le retour au Col de la Madone, je sens un début de crampe à la cuisse gauche. Au ravitaillement, je m’arrête donc 2 minutes le temps que cela passe. J’en profite pour boire 3 gobelets et avaler 3 abricots séchés. Bizarre, je suis seul et personne ne m’a doublé pendant ce temps. J’attaque donc la descente dans le Ravin du Rank en confiance et sur un rythme rapide, je rattrape même un gars avant de retrouver la piste / route finale et finit au sprint dans les escaliers et sous la banderole devant la salle des fêtes.

Si mes estimations sont correctes, je dois être entre la 50 et 55ème place. Je regarde pour la première fois sérieusement mon chrono et mon temps : 3h23min7sec soit 9,45 km/h de moyenne. Moi qui avait prévu 4h00, c’est plutôt pas mal pour mon 1er trail sans entraînement ni préparation et la 7ème fois que je "cours" depuis que j’ai commencé il y a un an les sports endurance .

Si j’ai été bon dans les montées raides / descentes, je manque manifestement de caisse ou de pratique sur le plat et les montées classiques quand il faut courir : un peu de travail foncier devrait permettre d'améliorer cela.

Très bonne organisation et bénévoles extrêmement sympathiques, le sourire, toujours un mot d’encouragement, une boisson et des aliments sucrés au cas où. N’hésitez pas pour l’an prochain.

Je finis finalement 46ème, Papa Dju finit est 13ème en moins de 3 heures. Easyrider met 4h05.

 

Addendum :

Selon les enregistrements faits par les participants (GPS, accéléromètre, altimètre), le parcours ferait en réalité 27 km et non 32. Par contre, le denivelé annoncé de 1.500 m est correct.

Temps de passages indicatifs : Col des Cabanelles (1h11), Col des Blanquettes  (1h59), Cime du Baudon (2h48)

 

 

 

 

 

2 commentaires

Commentaire de gdraid posté le 11-01-2008 à 21:40:00

Merci pour ton CR aussi alerte que ta course.
Bravo pour ta perf à 8 de moyenne.
Cela te promet de belles courses à venir.
JC

Commentaire de moumie posté le 19-01-2008 à 21:10:00

salut,

Bravo pour ton premier trail, tu as fait un temps et une place très honorable.

Félicitation à toi

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran