Récit de la course : SaintéLyon 2004, par marathman

L'auteur : marathman

La course : SaintéLyon

Date : 5/12/2004

Lieu : St étienne (Loire)

Affichage : 3609 vues

Distance : 68km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Saintélyon, rencontre du 3ème type!


J'en avais beaucoup rêvé de cette fameuse Saintélyon, on m'en avait beaucoup dit à son sujet; mais quelle fût ma surprise quand nous sommes entrés dans les premières difficultés. Des chemins étroits, instabilité du terrain (c'est quand même une course nature, mais sûrement mon passé de routard qui se demandait ce qu'il pouvait bien faire ici!), des participants qui marchent en plein milieu vous obligeant à de périlleux dépassements, et surtout des descentes raides et étroites qui m'ont très vite refroidies et même qui je vous l'avoue m'ont fait peur. Le dépassement d'un gars le poignet fracturé confirmera mes craintes; à noter qu'il a très vite était encadré par des participants bien veillants.
Une autre grosse constatation, c'est que très vite j'ai ressenti le sentiment de devoir bien me gérer car l'abandon sur cette épreuve ne se faisait pas où l'on voulait! Hors de question de s'arrêter entre les ravitos pour attendre la voiture balai; car le froid vous aurez vite emporté. J'avais l'impression d'être au milieu de nulle part, dans un noir profond et que la nuit risquait encore de me montrer des surprises.
Seul, je ne sais réellement pas si j'aurai su calmer mes peurs! Mais à mon grand contentement j'étais encadrés par L'boeuf et L'zèbre (ou plutôt le cabri, à voir dans les descentes périlleuses). Leurs connaissances du terrain et leurs expériences passés m'ont beaucoup servi. D'ailleurs, je remercie sincèrement L'zèbre qui m'a attendu et éclairé peu après le ravito de St Catherine (environ le 40ème je crois!), j'en ai d'ailleurs profité aussi pour me changer mes vêtements qui commencaient sérieusement à me refroidir. Le ravito suivant L'zèbre abandonnait. J'ai eu le sentiment qu'il se sacrifiait pour me permettre de continuer ma route. Je me suis juré d'arriver à Lyon rien que pour le remercier.
Je double L'boeuf vers les alentours du 45ème, l'encourage et file vers ma 1er Saintélyon. Que ça a l'air facile.
A l'avant dernier ravitaillement, nous sommes à 22kms de l'arrivée, je suis très confiant (peut-être trop!) et me dit que dans moins de deux heures je serai dans le palais des sports de Lyon, aux environs des 6H15 (Saintélyon d'or).
A quinze bornes du final, une hypo vient me clouer au sol, des picottements dans les mains et la langue me rappel les pénibles souvenirs de mon dernier trail. J'ai la tête qui tourne et marche un moment (2 à 3 minutes). Puis au profit d'une descente je repars. Ma volonté de finir sera plus forte que mon organisme défaillant; et ce n'est pas les interminables quatres derniers kilomètres sur les quais de saône, ni une deuxième hypo dans le dernier kilo qui m'empêcheront de passer la ligne en 6H29'18".
A chaud, il était hors de question pour moi de refaire une Saintélyon, tant j'ai trouvé que c'était dangereux par le profil du parcours et surtout la difficulté à dépasser les participants des relais; aujourd'hui 24h après je sais que début décembre 2005, j'y serai à nouveau; mais cette fois pas uniquement pour finir mais pour y disputer la course.
Je remercie les Z'animos qui m'ont permis de passer d'agréables moments en leur compagnie, ainsi que Gamajade, Fabienne et Phil78 de Courir Le Monde, sans oublier les UFOs présent (Millepattes, L'blueb, Fredou,....).
Ce matin, je suis heureux et fier de mon T.Shirt "finisher Saintélyon 2004".
Amicalement,
Fabien, UFO dans l'âme et à présent un peu plus dans les jambes.
--
Fabien

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran