Récit de la course : L'O'Rigole - 71 km 2007, par nicou2000

L'auteur : nicou2000

La course : L'O'Rigole - 71 km

Date : 9/12/2007

Lieu : Le Perray En Yvelines (Yvelines)

Affichage : 2004 vues

Distance : 71km

Objectif : Pas d'objectif

5 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Une nuit en enfer

 

Tout avait pourtant bien commencé : lever 11h, glandouillage jusque midi, quelques courses de noël et départ vers Plaisir pour le domicile de Taz et Monstertruck.

Arrivée sur le coup des 20h, un peu en retard pour l’apéro, mais juste à l’heure pour déguster la soupe tant attendue !!

 

Rencontre avec de nombreux kikous que je n’avais pas encore croisé, en l’occurrence et pour ne citer qu’eux : castor, cloclo, zeb, lolo, vetchar14, RTTH, rapace et rapacette… (Liste non exhaustive) et après un repas bien consistant (gratin de pâtes + crèpes) direction Le Perray en Yvelines pour en découdre avec cette petite ballade nocturne.

 

Déjà beaucoup de monde dans le gymnase quand on arrive (en même temps on est pas en avance) : retrait des dossards, vérification des sacs, briefing de l’organisateur qui confirme pour ceux qui avait encore des doutes qu’on aurait mieux fait de rester chez soi, mais que ceux qui veulent quand même courir auront été prévenus…

Ce qui m’embête le plus c’est qu’il nous répète que les bâtons sont plus que bienvenue sur la deuxième boucle et que bien évidemment je les ai pas pris (quand je pense qu’il sont restés plus d’un an dans mon coffre et que comme j’ai fait le ménage y’a 2 semaines… snif…)

 

J’ai juste le temps de préparer mon sac, les frontales (choix d’une deuxième frontale au niveau de la taille), la NOK sur les pieds, le bonnet… euh en fait non il fait pas assez froid, et c’est parti pour le départ de la première boucle à minuit tapante !

 

 Première boucle : 25km – 300m D+ 

Ça commence par un peu de bitume, ça continue par du chemin plat mais gadouilleux à souhait et on entre dans le vif du sujet en attaquant les rigoles : alors là, plus trop de chemins, on traverse les petits ruisseaux (en fait je pense qu’il y’en avait qu’un mais on l’a traversé une bonne cinquantaine de fois) et on gambade joyeusement dans la forêt à la lumière des frontales.

 

La boucle sera en fait une alternance de passages en hors piste dans la forêt à proximité de ces rigoles (le long, en travers, dedans… y’en a pour tous les goûts…) et des passages sur des chemins qui n’en sont plus tellement le sol est détrempé et vaseux…

 

On arrive quand à tenir un petit rythme de 9km/h qui me semble un peu trop rapide au vu de la distance, mais qui vient du fait qu’on est parti en même temps que les coureurs du 25km.

J’ai confirmation en rattrapant le Castor qui n’a pas l’air de s’éclater ainsi que Corto qui décide de ralentir pour tenir le coup.

 

J’essaie pour ma part de conserver mon rythme de croisière et j’arrive en 2h47 dans le gymnase pour le premier ravitaillement.

La pause sera assez courte, d’autant que l’ambiance est assez mitigée, beaucoup de coureurs commencent à parler d’abandon…

Je repars avec le Castor après 3-4 minutes d’arrêt.

 

 Deuxième boucle : 25km – 1100m D+ 

Quelques km de plat (on arrive même à se planter de route dans la ville, mais l’erreur est vite corrigée) et assez vite on attaque le gros du trail : c’est pas dur à décrire : on monte et on descend ;

sur le papier rien de choquant, sauf que : on monte… souvent à 4 pattes, parce que sinon tu montes pas, voire tu descends (bon ça c’est aussi parce que j’ai pas de bâtons) et quand tu as fini de monter, tu redescends aussi sec (sur les fesses parce que t’as toujours pas de bâtons… remarque en descente je sais pas m’en servir, mais quand même…) et ça pendant un paquet de km…

 

Alors au début c’est sympa parce que ça change des sauts au dessus des rigoles et des chemins plats où tu t’enlises, mais au bout de X km, ça devient un peu longuet… (X étant un nombre vaguement imprécis sachant que j’ai pas pris mon gps et que j’ai même oublié de prendre une montre, donc j’étais un peu court sur mes estimations kilométriques…)

 

Ceci dit le moral n’est quand même pas trop à plat, parce que pendant tout ce temps, je ne me suis jamais fait doublé et j’ai même repris une bonne vingtaine de coureurs.

 

A la fin des X km en question, je débouche enfin sur une ville où je me dis que c’est pas trop tôt parce qu’en plus comme un débile, j’ai oublié de faire le plein du camelbag à la fin de la première boucle et que donc j’ai plus d’eau…

 

Malheureusement, la ville en question c’est pas le Perray, mais Auffargis ce qui fait une bonne différence !! (bonne ça veut dire 4km aux dires d’un bénévole…rrrrrr !!!)

Par contre c’est tout plat (mais tout boueux bien sûr) et je rattrape un petit groupe de coureurs avec qui j’arrive enfin au gymnase à 6h50 (soit un peu plus de 6km/h sur la boucle)

 

Je suis vite pris en main par cloclo, vetchar et le bagnard pour le remplissage du camel (merci à eux !!!!!) et j’apprend que les abandons sont nombreux et risquent encore d’augmenter… Oups, mieux vaut ne pas s’attarder encore une fois, car même si le moral va bien, le physique est quand même bien entamé !

 

 Troisième boucle : 21km – 300m D+

 

Encore une fois sur le papier, c’est le jogging du dimanche matin et en 2 petites heures c’est bouclé… mais là ça commence à être dur de courir, et en plus ils ont choisi des bonnes lignes droites bien longues et bien démoralisantes pour commencer…

Heureusement je suis pas tout seul et j’ai trouvé un compagnon de route bien sympa, ce qui permet de passer le temps plus vite !

 

Euh ! y’a plus de balisage ??? Demi-tour de 500m, c’est pas grave on en est pas à 1km près… on va quand même essayer de faire un peu plus attention…

 

Le temps passe doucement et les km aussi par la force des choses : on essaye de courir quand c’est plat ou que ça descend un peu et sinon on marche ; le parcours est quand même bien roulant donc c’est pas trop éprouvant…

 

Le soleil commence à se lever, ça fait presque 2h qu’on court et je me demande où peuvent bien être les 300m de D+ promis parce que pour l’instant si on en a fait 20m c’est grand maximum !!

 

J’ai assez vite une réponse : on arrive dans une petite zone vallonnée où on va rester pendant presque ¾ d’heures à monter descendre la même côte jesaispluscombiendefoisetjepréfèrepasmerappeler (apparté : je sais pas si certains traceurs sont vraiment des traileurs, mais là c’est un peu limite du foutage comme tracé… d’autant qu’on aurait pu tricher en traçant tout droit et en zappant 3-4 remontées, vu qu’on voit le balisage au loin, mais que comme on a une conscience…)

 

On en voit quand même le bout, on sort de la forêt (après quelques nouvelles traversées de rigoles…) et on finit les derniers km sur du bitume qui nous achèvent bien comme il faut les articulations !!

 

En plus à 1km de l’arrivée, on voit un coureur derrière nous qui nous rattrape !!

Fierté oblige, on place une méga accélération ! (méga ça veut dire on passe de 7 à 7.5km/h) mais rien n’y fait, il nous rattrape toujours !!!!

Argh !! là on lance carrément le sprint (c'est-à-dire qu’on a peut être dû dépasser les 10km/h dans la ligne droite avec le vent dans le dos…) et on termine à quelques secondes devant notre poursuivant… Victoire !!!

 

L’arrivée dans le gymnase est très chaleureuse : applaudissements, remise d’un petit diplôme et du T-shirt finisher, boisson chaude…

 

Je ne tarde pas trop dans le gymnase car si j’ai prévu des vêtements de rechange, j’ai oublié de prévoir des chaussures de rechange… (bon à ce que j’ai compris y’en a bien qu’on fait l’inverse…)

 

 Bilan de la course : 

-10h09 : 31ème sur 167 partants et 63 finishers : plutôt content de ma performance car depuis les templiers je n’avais quasiment pas recouru !

-Pas de blessure et même pas d’ampoules (je m’améliore !)

-71km c’est long, la nuit c’est encore plus long et avec la boue c’est interminable… Je reste persuadé que cette course serait beaucoup plus intéressante avec 10 ou 15 km de moins

-Quelques maux de ventre vers les 4h du matin (une première pour moi, mais apparemment j’étais pas le seul, et je met ça sur le fait de courir la nuit…)

-Le coup de la frontale au niveau de la taille, je pense que c’est un bon choix car on n’est jamais trop éclairé, surtout au bout de plusieurs heures de course

-Très bonne organisation, balisage impeccable, ambiance très solidaire parmi les coureurs : sur ce point cette course restera un très bon souvenir, surtout avec autant de kikoureurs !

-Encore merci à tous les kikoureurs que j’ai croisé avant, pendant et après la course et bravo à tous, surtout à Alex06 seule féminine à boucler le grand trail et qui ne sera pas venue de Cannes pour rien...

-Merci à ma petite chérie qui, si elle n’était pas là, m’a encore une fois soutenu par téléphone…

 

Prochain objectif : RAID 28

 

5 commentaires

Commentaire de la panthère posté le 11-12-2007 à 12:19:00

bonne récup! et bonne chance pour le raid, je suivrai les exploits des kikous....en vous souhaitant un terrain moins spongieux....

Commentaire de cloclo posté le 11-12-2007 à 12:53:00

Salut Nicolas,

bravo d'avoir été au bout, c'était du costaud.
Et ravi de t'avoir rencontré.

Commentaire de cloclo posté le 11-12-2007 à 12:54:00

Salut Nicolas,

bravo d'avoir été au bout, c'était du costaud.
Et ravi de t'avoir rencontré.

Commentaire de corto posté le 11-12-2007 à 18:35:00

Salut Nico,
donc à part la 3eme boucle tu as pris ton pied. M'en voila ravis. Tres content que tu sois venu, et j'espere te voir sur le trail d'Auffargis.

Bonne recupération et à très vite.

Commentaire de frankek posté le 11-12-2007 à 20:36:00

bravo pour ta course! dans des conditions térribles!!
récupère bien et a bientôt sur le raid28

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran