Récit de la course : Saintélyon 2007, par yoyobesac

L'auteur : yoyobesac

La course : Saintélyon

Date : 2/12/2007

Lieu : St étienne (Loire)

Affichage : 2763 vues

Distance : 69km

Objectif : Pas d'objectif

11 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

ma premiere longue distance...

La raison du pourquoi…

 

 Découverte de kikourou à l’issue de la course les crêtes vosgiennes du 26/08. Les premiers messages arrivent dans les « post » et arrive celui de la sainté…C’est alors qu’après de nombreuses demandes de sa part, puis un chèque, j’accepte que colimaçon soit mon entraineur virtuel pour préparer au mieux cette course mythique !!!!

et puis j'ai aussi mon premier supporter qui m'attend à la maison...

La prépa…

 

Avec environ 1485 messages privés, coli me conseille et m’oriente sur la prépa que vous trouverez dans mes entrainements…assez classique en fait, avec pour principal objectif l’arrivée à bon port à lyon ;des séances de seuil en cotes, de la vma (pfffffffff), des sorties plus ou moins longues les week end, bref on suit scrupuleusement ce qui est écrit !!! Bruno, mon pote accompagnateur pour la sainté me retrouve sur quelques séances et le rythme se poursuivra ainsi jusqu’à la fin.

 

Le matos…

 

Alors c’est là que tout se complique, car comme tout novice en la matière, je fais de ce qui n’a aucune importance un événement primordial :quel est le meilleur sac, les meilleurs chaussures, dois je démonter une rampe de phares sur la voiture d’un blaireau, dois je agresser une vieille peau pour lui piquer sa fourrure si il fait froid, combien de kilo de gel, slip ou caleçon, lunette de soleil ou casque intégral bref comme le remarquera sarajevo je ne laisse rien au hasard, voir un peu trop…

 

Le voyage…

 

Départ de besançon avec bruno par train à 13h00 pour une arrivée à lyon à 15h30…une fois encore, je pense avoir prévu large mais on ne sait jamais avec la sncf tout est possible et qui sait on aurait pu détourner le train sachant que je me trouvais dedans !

Bref, on retrouve des potes qui nous emmène dans les pubs lyonnais et pendant qu’ils nous narguent avec leur bière et leur soirée à venir, nous restons insensibles avec bruno et dégustons comme il se doit notre eau gazeuse de marque mais il ne faut pas le dire…une copine nous emmène à la doua, nous rentrons dans le bus et hop…direction st etienne…

 

L’avant course

 

Direction le parc expo de st etienne pour récupérer les dossards et là à vrai dire la pression commence à monter sérieusement…je regarde partout autour de moi tel un gamin et je rentre dans tout les stands pour visiter un peu…puis je rentre dans mon allée estampillée « dossards 5500 à 6000 » , et demande en chuchotant le dossard 5798 ;je suis certain qu’il me portera chance car la fin de ce numéro précieux est l’année de naissance de mon fils…c’est un signe, j’en suis sur, et si c’était moi le vainqueur cette année, trottet, raymond j’arrive…

On repart avec bruno en direction de la loco où je découvre enfin les kikous avec qui je converse depuis des mois, je récupère mes casquettes auprès de nono…je fais d’ailleurs une parenthèse à ce sujet et j’accuse :nono voulait en garder une et j’ai du batailler ferme pour repartir avec les 2…je découvre ensuite le vrai, l’unique, mon coach coli qui ne me décevra pas dans l’idée que je m’étais faite du personnage…un peu perdu avec bruno au milieu de tout ce petit monde, je reconnais des visages pour les avoir lu, copié, écouté sur kikourou…les grands maîtres sont là, je reconnais lcastor,mathias,golum,thunder…j’en oublie j’en oublie mais ça viendra avec le temps…

Nous rejoignons la petite salle où l’ambiance est malheureusement plutôt calme, on essaye avec bruno de détendre un peu tout ça mais je pense que certains sont déjà concentré sur la nuit blanche qui arrive…après 3 assiettes de pâtes à l’huile comme on dit, une tarte au pomme, vient l’heure de la prépa et de LA rencontre :monsieur sarajevo et là je dois vous dire la vérité sur ce personnage…j’allais au toilette pour me soulager quand j’ai entendu des pleurs, des sanglots qui m’ont alerté, et là enroulé dans le rideau… mon grand pierre, perdu, qui a peiné pour me dire qu’il était le dernier et que les autres kikous l’avaient honteusement abandonné…ah mon bon cœur me perdra ; nous l’avons recueilli avec bruno, rassuré et accompagné jussqu’au parc expo de saint etienne après nous etre changé non sans mal en ce qui me concerne…

 

Ma course …

 

Après m’être perdu (si si ) , j’ai loupé la photo de groupe, loupé le départ avec bruno et sarajevo bref je me suis retrouvé comme un pins au milieu de 4000 raideurs solitaires…je plonge la main dans ma poche, regarde la photo de mon fils, et sur la sono de u2 je mets un pied devant l’autre avant de m’élancer heureux mais aussi inquiet de ce qui m’attend…n’ayant aucune notion de longue distance et étant seul, je me cale à un rythme très léger ; je suis déjà tellement heureux d’être là, je respire à chaque foulée, regarde autour de moi, les sensations sont bonnes et mon cœur fait boum !!!!!bref du vrai grand bonheur…je déroule, et attaque la montée de st christo en direction du 1er ravito ;c’est absolument magnifique, je me retourne dans les montées et je contemple ce serpent de lumière…je prend soin de bien boire,régulièrement toutes les 15 mn et après ¾ d’heure j’ingurgite mon premier gel…jusqu’ici tout va bien, le cardio est bon, les jambes aussi…en fait c’est normal, je suis une vrai tortue, j’arrive à st christo en 1h50…pas grave, je m’arrête, demande le menu et repart le cœur léger !!!toujours aussi tranquillement, je ne suis pas là cette année pour le chrono, l’essentiel est d’atteindre lyon…je rigole tout seul à marcher dans la boue en pensant à cette fameuse et non moins célèbre chanson… sauf que moi ça ne me gêne pas !!!!en fait, je m’éclate et gère mon allure, il fait bon, je vis un moment formidable et tout va bien…au ravito de moreau, je regrette simplement de courir seul, sans bruno ou kikoureur…arrive la descente en direction de ste catherine, je me souviens des conseils des anciens :bien gérer les descentes pour ne pas avoir les quadris qui pleurent sur la fin car il paraît que c’est interminable…c’est parti, d’un pas souple, je veille à ne pas « taper » le sol, tout en accélérant un peu quand même ; m’y voilà en 3h25…ce qui m’attend derrière, c’est la descente sur soucieu où il faut arriver entier et à peu près en forme pour terminer, toujours d’après les anciens…c’est sur ce parcours que la première fatigue arrive, les premiers doutes et en même temps les premiers frissons de fierté, c’est là que j’ai su que j’irai au bout, que rien ne m’empêcherait d’accomplir mon rêve. Yoyo il y a moins de 2 ans tu fumais plus d’un packet par jour, pas ou peu de sport et aujourd’hui tu vis un truc de malade…

Tout est passé dans ma petite tête, mon fils, ma louloune, ma famille, mes amis, mes emmerdes !!!paradoxalement, le temps n’est pas long, je continue à mon ryhme, je sais que les premiers arrivent, c’est dingue…je regarde la photo d’arthur, je prend mon tél et lis un par un les sms reçus, papa, maman, alain, véro, et bien sur marie qui m’accompagnera du début jusqu’à la fin…ah louloune…

Soucieux 5h34…je n’ai jamais couru aussi longtemps et je suis toujours debout mais ça commence à tirer ;je continue à m’alimenter avec mes gels en alternat aux ravitos avec du salé,saucisson sec et tuc et bien entendu du thé chaud, ça change de l’eau de mon sac…après cette petite baisse sensible du moral, tout remonte, je cours un petit quart d’heure avec une relayeuse bien sympa qui m’encourage et me félicite ;ça fait du bien , car toujours pas de nouvelles de bruno et pas de kikous ;prochaine étape, la fameuse cote de ste foy dont on a tant parlé…je continue mon aventure, le brouillard s’invite un peu, je sais que le plus dur est fait, est derrière moi et maintenant il faut gérer et tenir jusqu’à l’arrivée…ravito de beaunant, je remplis la poche à eau, mange à nouveau du salé, et en profite pour faire quelques étirements en discutant un peu…me voilà au pied de cette fameuse cote que je monte d’un pas rapide sans aucun problème, finalement pas si difficile que ça !!!je discute un peu et certains coureurs comment à ressentir sérieusement la fatigue,des douleurs…me voilà à mon tour à encourager les plus grimaçants c’est un comble !!et hop la descente, les escaliers, interminables…je m’enfile dans lyon non sans prendre soin de m’arreter pour remplacer mon bonnet par ma nouvelle casquette kikourienne que je garderai jusqu’à l’arrivée ; cette fois ci, j’ai vraiment envie d’en finir, je suis pressé d’aller chercher mon fameux tshirt finisher : Je pense à bohringer et son fameux c’est beau une ville la nuit…c’est vrai, c’est chouette et encore plus au petit matin, les couleurs sont belles et la vue en descendant sur bellecour est splendide…

Je garde mon rythme à 10,5kmh quand j’entend un «  photo kikou » !!!!bon sang, j’allais oublié badgone…un vrai moment de bonheur, 3 petites minutes à discuter, à poser pour la photo souvenir ; les encouragement et la gentillesse de badgone et martinev me réchauffent et me vont droit au cœur….ci dessous un de ses clichés:

 

derniers kil interminables le long du rhone, c’est vrai qu’il faut avoir les jambes à cet endroit ; je double beaucoup de monde, tel un robot calé sur mon cardio en veillant à ne pas descendre en dessous des 10km/h car je ne veux pas mettre plus de 8h30.

C’est long,c’est très long, je passe devant les pancartes arrivée 7km,6,5 puis 4 c’est terrible ils ont du se tromper en mesurant…derniers encouragements par des passants sympa et le dernier kil se présente enfin à moi…je commence à entendre le speaker, je suis comme un oiseau, je me sens léger, les barrières, la voix qui se rapproche, des cris, j’arrive, j’arrive…je le vois, le speaker et son micro il m’attend me tend la main je m’arrete….

C’est pas vrai, je l’ai fait, je coupe mon cardio 8h31…

Je m’avance, encore une photo kikourienne et hop le tshirt finisher, j’envoie un sms groupé « j’ai fini, je suis le plus heureux des hommes » et je coupe mon portable…je sors de la tente, j’ai froid et là…je pleure. Tout seul, comme un grand.c’est vrai que je suis heureux….

La fin :

 

Récup du sac, coucou sarajevo (pressé de partir je le comprend il ne s’était pas pressé pour sa course), je me met timidement dans un coin avant de repérer la bande de kikous avec qui je prendrai mon repas;j’ai bruno au tél, il a abandonné et est rentré sur lyon, pas envie, mal préparé.

Merci à coli, sarajevo, golum, estive73,badgone, bruno, lexav,myrtille et tout les autres kikous…désolé pour ceux que j’ai croisé mais que je ne retiens pas encore et…

Vivement l’année prochaine

11 commentaires

Commentaire de sarajevo posté le 06-12-2007 à 22:17:00

super Cr mon petit Yoyo ... heureusement que tu étais là dans les toilettes de la Loco, sinon je ne serais jamais partis .....(merci fumier ...pour la réputation ...je te le revaudrai...). Ensuite bravo pour ta course et surtout pour le temps que tu as mis .... (moi j'ai visité les alentours de la course ....).
En tout cas au plaisir de te revoir et de courir ensemble. Le bonjour a Bruno.
a+
pierre

Commentaire de Say posté le 07-12-2007 à 07:36:00

C'est pô vrai : j'ai perdu le chèque! Tu me fais un virement paypal pour payer la meule de fromage? Tu sais qu'on t'a cherché pour prendre le départ? En tout cas, tu as une force morale impressionnante our faire cette course quasi seul. Vraiment bravo et à la prochaine prépa ;-)

Commentaire de Hay-David posté le 07-12-2007 à 09:39:00

Salut Yoyo

très chouette C-R. Ça me rappelle ma première Sainté (l'an dernier c'est pas si vieux!) où je prends le départ seul. Cette année on aurait pu la faire ensemble vu que t'arrives à peine 1/4 h après.

Ce que j'admire le plus chez toi? D'avoir laissé la clope et de t'être mis à la CAP. Et 2 ans après de faire ta première Sainté! Chapeau bas.

On se sera vu au départ et juste après l'arrivée quand je partais.
On ne se connaissait pas physiquement avant cette Sainté et ça me fait plaisir de t'avoir rencontré d'autant qu'on n'est pas si loin de ça l'un de l'autre. 2h15 en voiture... Pour un bon entrainement pour les Crêtes on pourrait se voir c'est vallonné vers chez toi ;o)
A plus...

Commentaire de Lexav posté le 07-12-2007 à 11:09:00

J'attendais ton cr avec impatience, et .....
ben ........félicitation !!! T'es allé au bout et plutot bien apparemment !
J'ai juste le regret de ne pas t'avoir accompagné mais.....bon allé.... l'année prochaine.
Si si , c'est dit !!!!!

Commentaire de LtBlueb posté le 07-12-2007 à 23:57:00

yoyo, joli pour un premier ; tu fais toute la course à moins de 10' derrière Jérome et ma pomme , c'est dommage , parce qu'on a semblé avoir été dans le même rythme . en tout cas, belle maitrise, ca promet pour l'avenir :wink:
bravo !

L'Blueb

Commentaire de martinev posté le 08-12-2007 à 06:43:00

SUPER SUPER SUPER
SUPER récit SUPER CR SUPER perf....
Respect
Nos amitiés , martinev et badgone

Commentaire de vial posté le 09-12-2007 à 04:38:00

Il est dimanche 8 décembre les feux de la fête des lumières de Lyon sont déjà loin, depuis 3 heures du matin je n'arrives plus à dormir et je cours avec toi au travers de ton récit. tu as donc bien un kikou à tes côtés!!
Bravo pour ta course Kidourou t'as mis pied à l'étrier de la Stélyon

Commentaire de aie mac posté le 09-12-2007 à 18:21:00

entre deux drogues, tu as choisi la bonne.
quand tu es au bout du paquet, c'est que du bonheur ;-)

Commentaire de Gibus posté le 12-12-2007 à 21:35:00

Beau recit
C'est vrai, tout nous passe par la tête lors de ces moments là. Les bons côtés nous font avancer.
Les quais de la fin sont vraiment interminables.
Chapeau d'avoir été finisher 2007.

Commentaire de Jerome_I posté le 22-12-2007 à 21:57:00

Salut Yoyo,

Bravo pour ton CR et ta course, tu as bien mérité ton Tshirt de finisher et cette larme, on l'a tous, et on l'a bien méritée.

Jérome

PS: pour l'année prochaine tu as compris il faut partir de la loco en courant sinon tu restes avec Sarajevo et tu risques de louper le départ... Non je rigole, nous aussi on a loupé la photo kikou...

Commentaire de DJ Gombert posté le 29-05-2008 à 19:27:00

Joli récit, de ce qui font que la réalité dépasse nos réves, de ce qui font que nous pleurons de joie et que les chats sont gris.

C'est sarajevo qui m'a parlé de toi, ... au plaisir de te rencontrer un jour.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran