Récit de la course : Semi-Marathon de Boulogne-Billancourt 2004, par Libellule

L'auteur : Libellule

La course : Semi-Marathon de Boulogne-Billancourt

Date : 14/11/2004

Lieu : Boulogne Billancourt (Hauts-de-Seine)

Affichage : 1904 vues

Distance : 21.1km

Objectif : Faire un temps

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Mon Premier Semi

L'objectif du jour est logiquement de venir taquiner les 1h35, ce qui pour un premier semi-marathon serait à mon humble avis plutôt pas mal.
La motivation est là, et le vendredi elle le sera encore plus quand en regardant les prospectus gentiment offerts par les organisateurs, je me rends compte que 1h35 au semi de Paris est la limite pour avoir le droit à un joli dossard rouge ( et comme le semi de Paris devrait rentrer dans ma préparation du Marathon de Paris, ça serait pas mal).

On part s'échauffer avec le Dob, juste histoire de reconnaitre le premier kilométre, et nos chemins se séparent, car si lui a le droit de se mettre dans le sas préférentiel, moi j'ai le droit de faire la queue avec les 2500 autres dans le sas normal.

Le speaker essaie de faire monter l'ambiance et pan le signal du départ est donné.
Le Dob m'avait bien prévenu, si le premier kilo me parait trop rapide, il ne faut pas que je m'inquiéte, c'est un faux plat descendant et c'est normal d'être un peu rapide dans ces cas là.
Le 1er kilo est avalé en 4'16 et même si cela est un peu plus rapide que l'objectif de 4'30 au kilo, rien d'inquiétant. Avec Pierre (un collégue du club de cap), on se sent bien, et même si ça frotte un peu par instant rien de grave.
Lors du 2éme kilo, j'échappe de peu à la chute à cause d'un croc en jambe réalisé de main de maître, mais je réussis à ne pas chuter et en fait sur le coup je n'ai même pas eu le temps d'avoir peur, cela a été vraiment vite.
Le 5éme kilo est passé en 21''42 soit en gros 4''20 au kilo (le 5éme kilo étant le plus lent en 4''32 à cause des petits passages sous les tunnels).
Au 8éme kilo, on rencontre les kenyans du sas élite et je peux vous jurer qu'à ce moment là, on a vraiment l'impression de pas être sur la même planéte.
Le 10 éme kilo est passé en 43''24 soit 4''24 de moyenne sans aucune difficulté.
On passe sur le tapis rouge pour le passage à mi-course, et demi-tour pour la seule vrai relance du circuit.
C'est marrant ce passage, parce qu'en remontant la grande ligne droite, on croise des personnes qui doivent être proches des 2h15 au semi et je me dis que pour eux, c'est nous qui sommes sur une autre planéte (non je n'ai pas les chevilles qui enflent).
Le 15 éme kilo est passé en 1h04'45 soit 4''19 de moyenne et tout va toujours trés bien. Je commence à faire mes petits calculs et je me dis que passer sous les 1h35 commence à vraiment être à ma portée.
Au 17éme kilo, une énorme ampoule explose sous mon pied gauche, et je commence à grimacer. Je me dis que c'est vraiment trop con, je l'ai pas senti venir. Les jambes vont bien, le souffle va bien, et je suis trahi par cette vieille ampoule (qui a tendance à revenir de temps en temps).
Pierre me dit " Je suis bien, j'accélére, tu me suis ?".
30 secondes de réflexion et je me dis que ça me ferait vraiment trop plaisir de passer sous les 1h35 pour prendre le moindre risque. Je le laisse donc filer (pour la petite histoire, il passera juste sous les 1h30), et j'entame mon petit chemin de croix. Je suis un peu en train de fulminer, car j'ai envie d'accélérer et je me dis "Fais pas le con, pose le pied bien à plat, parce que si t'es obligé de marcher dans deux bornes, les 1h35 te passent sous le nez".
Les 20 kilo sont passés en 1h27''30 et il ne me reste plus que le faux plat montant de l'arrivée à passer (le fameux descendant du départ). Je remonte gentiment, je me dis que c'est tout bon, que même si mon rythme chute dramatiquement, ça doit passer.
Il me reste plus que les 200 derniers mêtres à faire et le chrono au loin indique 1h32''05, je me sens bien (mis à part l'ampoule) et là j'entends "allez on fonce c'est la dernière ligne droite", et la CHBOING, je péte un neurone et j'accélére comme un dingue, les autres coureurs me regardent passer un peu incrédules (je sais pas si ils étaient jaloux ou si ils trouvaient ça complétement con de se déchirer pour gagner 15 secondes), je double environ 30-40 coureurs.
Je franchis la ligne en 1h32''32 et 1h32''17 au temps puce (soit pile poil 10 minutes de plus que le Dob).
Je récupére ma petite médaille, je defais la puce, la jette dans le seau, je prends un verre d'eau et des abricots secs et je passe voir les copains du club (Pierre Levisse fait encore 1h10 au semi!!!).
J'imagine me faire ma petite récup, mais au bout de 50 métres, mon ampoule me dit qu'elle va pas me laisser tranquille. Je n'ai pas l'envie de souffrir pour la récup, je me contente d'étirements.

Je le refais l'année prochaine celui là parce qu'avec une organisation et un parcours de cette qualité, y'a de quoi faire tomber les records.

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran