Récit de la course : Semi-Marathon du Luberon 2004, par cigaloun dupuy

L'auteur : cigaloun dupuy

La course : Semi-Marathon du Luberon

Date : 7/11/2004

Lieu : Pertuis (Vaucluse)

Affichage : 843 vues

Distance : 21.1km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

CR semi Luberon

Semi marathon du Luberon
Dimanche 7 novembre 2004


Distance :
21 km 100
Départ de Pertuis (Vaucluse)
Arrivée la Tour d'Aigues (Vaucluse)

Presque un mois après le marathon de Carcassonne, je m'aligne sur un semi marathon.

Après une semaine de coupure, j'ai repris ma préparation course à pied, assez rapidement, sans trop faire de fractionné pour ne pas risquer de blessures.
Une seule séance de 15*15 et une de fartlek dans les collines brûlées de Velaux, et une ou deux de travail au seuil pour un total de 8 séances en un mois. C'est peu, mais j'ai préféré ne pas prendre de risque.

Alors est ce que c'est à cause de cela, ou la fatigue de fin de saison, quoique ma saison a été assez tranquille avec une grosse coupure, mais je me présente au départ de ce semi pas très serein, même nerveux.

Ma femme me mène au départ, vers 8 heures 30 pour un départ à 9 heures 50.
Je vais voir le départ des 10 kilomètres où je ne reconnais personne de connaissance, puis commence mon échauffement tranquillement en survêtement, car il commence à faire "frais" (2° en partant de chez moi le matin), et vais regarder le départ du marathon à 9 heures 25.
Je me change, me prépare comme pour un marathon, "graissages" habituels.
Je choisis de partir en "court" car je ne crains pas trop le froid, et je sais que la température va monter assez rapidement dans la matinée.
L'animateur annonce 1100 concurrents sur le semi, c'est pas mal, c'est même bien, de plus en plus de coureurs recherchent des organisations à échelle un peu plus humaine différentes des "Marseille Cassis" ou autres.
Le départ se fait sur la piste d'un stade, et je fais deux ou trois tours pour continuer l'échauffement plus quelques étirements actifs.
A priori le parcours a légèrement changé par rapport à mes trois précédentes participations. J'ai déjà fait le semi en 2000, et le marathon en 2001 et 2002. Nous ne devrions plus passer dans le centre ville mais faire une boucle autour du stade.
Ça y est, le départ est donné, vu le nombre, ça piétine dur. Dès le premier kilomètre, je me fais rattraper par le Forrest Gump jeune du Puy Sainte Réparade, Sébastien, moi je suis le Forrest Gump vieux.
Nous discutons quelques temps, je lui ai dit que j'ai fait le marathon de Carcassonne le 10 octobre, il me traite de fou, car bien que courant beaucoup, il n'a jamais osé s'aligner sur la distance. Il va plus vite que moi, et pour ne pas me "cramer" dès le départ, je le laisse partir.
Je passe au premier kilomètre en 5 mn 20, normal avec le départ.
Je me sens bizarrement, un peu comme endormi, je suis sur, me semble t il un bon tempo, mais j'ai l'impression de ne pas avancer. La première montée arrive dès la sortie de la ville, je double pas mal de concurrents et de concurrentes, et je passe le deuxième kilomètre en 13 mn, ce qui me semble très très bizarre, car je l'aurais couru en 8 mn, sûrement une erreur de panneau. Je commence à avoir chaud, c'est bizarre car je vois plein de personnes en long, moi je m'arrose même au deuxième ravitaillement.
Je ne sais pas si c'est parce que je ne me sens pas dans mon état normal mais j'ai l'impression que cette montée s'éternise, avec même un "coup de cul" au milieu.
Effectivement, je ne suis pas dans mon assiette, je ne parle pas physiquement, mais mentalement je n'y suis pas, je ne plaisante pas avec les autres, je ne parle quasiment pas aux ravitaillements, je ne comprends pas, je ne me suis pas mis de pression particulière pour cette course, surtout avec le début d'année que j'ai passé.
Nous continuons à monter, je loupe les 5 kilomètres et prends le temps au 6ème : 33 minutes presque 11 Km/heure c'est pas trop mal avec le départ, et la longue montée.
Je regarde mon GPS, je tourne à peu près à 11/12 km/h, c'est bien mais j'ai toujours cette impression de ne pas avancer, peut être est ce parce que je me suis moins entraîné en montée, que d'habitude.
Je passe au 10 km en 54 mn 30 mon GPS me dit lui 10,600 km, presque 12 de moyenne, mais je ne prends pas de plaisir, je ne suis pas dans la course.
Je croise les premiers qui repartent en sens inverse sur une longue ligne droite montante, je regarde mon GPS je suis à 8/9 Km/heure, il faut que je me botte un peu le c.l pour accélérer, j'ai du mal à le faire mais j'y arrive, oh pas bien vite mais je remonte à 10/11 Km/heure.
Bientôt l'arrivée au lac de la Bonde dont nous devons faire le tour sur des chemins, ou plutôt des sentiers.
J'ai un peu d'appréhension que le sol soit humide et glissant, mais non, ça va.
Cette portion du parcours est sympa, tout en sous bois avec le lac juste à côté.
A la sortie du lac, je me fais rattraper par une concurrente déguisée, tout en rose, je m'accroche, mon GPS m'a encore lâché au bout d'une heure, et là ce n'est pas une question de piles, elles sont neuves.
D'après mon souffle, j'ai du accélérer pour suivre la concurrente, je m'accroche dur, la partie est en faux plat descendant, et je pense tourner à plus de 12 Km/heure.
Mais hélas plus loin, je ne sais pas si ma "copine" a accéléré ou si c'est moi qui coince, mais elle me lâche, je ne peux pas la suivre, je ne peux pas dire que physiquement je sois cuit, mais je suis incapable d'accélérer.
Après tout, ce n'est pas grave, c'est ce que je me dis sur le moment, je prends mon rythme, tout en essayant de garder une vitesse correcte, je sais qu'il y a encore deux petites montées à se farcir, pas bien dure en soi, mais avec l'accumulation elles ne sont pas faciles à passer.
Je monte la première sans trop de difficulté avec un bon petit rythme, les premières défaillances se font sentir, et ils sont quelque uns à marcher, c'est là que je commence à réaliser que cette course n'est, décidément pas facile.
L'arrivée se profile, je passe au 20ème kilomètre en 1 h 41, soit 47 mn 15 sur le deuxième 10 km.
Ça me remonte un peu le moral, car je réalise que je vais faire un bon petit temps, même si je coince un peu sur la dernière montée pour rentrer dans le village de la Tour d'Aigues.
Je m'accroche, et finis fort, la proximité de l'arrivée, les encouragements des spectateurs font que j'accélère, pour finir dans un temps de 1 heure 46 minutes soit le dernier kilomètre en 15 Km/heure là aussi je pense qu'il doit y avoir une erreur de panneau car cela me semble énorme, par rapport aux sensations que j'avais.

Sur le moment je suis très déçu. Je n'ai pas "savouré" cette course.

Après coup et en analysant mieux les données scientifiques je réalise que j'ai fait un truc pas mal.

412ème sur 1038 arrivant

Le temps est très correct, d'une part en raison du parcours, d'autre part en raison de ma préparation. Entre 4 et 5 séances de fractionné entre juin et octobre, c'est peu. Mais je sens que ça commence à payer, donc je vais continuer en ce sens, et recommencer aussi à me faire une longue séance hebdomadaire avec des longues montées.



Les chiffres :
Temps 1 heure 46 minutes vitesse moyenne : 11,94 km/heures

Fréquence cardiaque moyenne 156 Zone 134/155 temps dans la zone 47 minutes

Classement 412ème sur 1038

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran