Récit de la course : Trail Rochois 2007, par vial

L'auteur : vial

La course : Trail Rochois

Date : 30/9/2007

Lieu : Roche (Isère)

Affichage : 1395 vues

Distance : 25km

Objectif : Pas d'objectif

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

trail rochois 2007

En prépa pour les templiers, je retiens ce trail à une trentaine de km de LYON le 30 septembre 2007.

Départ du trail de 25 km à 8 heures, donc lever à 5h30 pour ne pas déjeuner trop proche de l'heure de départ. L'occasion de tester aussi le nouveau matos (sac avec poche à eau) tout beau, acheté pour les Templiers.
Arrivée pas très tôt sur Roche et retrait des dossards après avoir garé la voiture sur le pré servant de parking.
Le départ n'est pas donné que certains ont déjà des problèmes avec la boue. Espérons qu'ils se débrouillent mieux en basket qu'au volant car pour l'instant ça patine fort. Nous les trailers on n'aime pas les 4x4, mais pour cette fois on les aime bien, pour nous sortir de la m...(mouise) . je trotinne autour de la zone de départ, ma nouvelle casquette kilourou vissée sur la tête (la pluie n'a pas pris de dossard et n'est pas sur la ligne de départ!). Pas de signe kikourou dans les environs, mais il doit bien avoir quelques uns qui rôdent dans les environs, puiqu'a 9 heures s'élanceront les coureurs du 9 et 18 km.
200 trailers s'élancent pour 5 petits km tranquilles par les chemins qui nous ramènent au centre village, puis quelques km de bitume et l'on prend nos lettres de noblesse dans les sentiers boisés. C'est glissant et dans une descente un peu technique, je tente un passage en force. A la sortie de la courbe aie changement on prend à droite. Mon suivant debout et moi à ses pieds; pas de mal je suis le deuxième élu du baldelagadoue, un premier élu ayant déjà eu l'honneur d'ouvrir le bal un peu plus tôt: deux pas de danse et un plat ventre!!
Pas rancunnier le copain me laisse reprendre ma place, à moins que ce ne soit tactique pour déminer les pièges du terrain!! Situé dans le paquet des quinze premiers, je plains les suuivants et les derniers vont devoir courir en tutu pour l'éxécution des pas de danse!
Le circuit est sympa, alternant les chemins herbeux du plateau, les sentiers en sous bois, les nouveaux tracés dans les coupes fraiches de taillis:merçi les quelques arbsutres survivants: ça aident dans les droits dans la pente (la côte le cas échéant). Les organisateurs ont pensé à tout: la délicate attention d'aller faire un p'tit tour en bord de champs fraichement labourés, histoire de nous éviter quelques foulées sur le bitume, et d'apprécier le travail de nos agriculteurs retournant le soc sur notre terrain de jeux! Mais bientôt nous regretterons  notre bonne vieille terre sous les semelles pour affronter l'affreux bitume du progrès technique. Pour l'instant notre petit groupe fait le yoyo, je grimpes bien, tu descends plutôt bien, il file sur les faux plats, nous allons tous y arriver (ça vous rappelle pas l'école ?). Tous  pas vraiment. A 8 km de l'arrivée retour sur le circuit du 9 et 18 km. Avec les chaussures trail bonjour les amortis. j'ai filé direct sur les ravitos, sans m'arrêter et en négligeant un peu trop ma prise régulière de gel. Est-ce l'effet trompeur du ravitailllement liquide de ma boisson énergétique ? Ou bien le semi marathon du patrimoine couru à Lyon dimanche dernier ? Aie à 5 km de l'arrivée, ça coince côté jambe gauche avec une belle sciatique qui s'installe lentement mais surement! Nous sommes en période de chasse et la démarche hésitante de l'animal blessé n'échappe pas à ceux qui mènent la chasse à l'arrière!. Ca revient et ça passe fort, avec surement des V2 dans le lot. Adieu le podium...
Dans mon malheur je ne suis pas seul, un jeune cherchant désespérément les bordures herbeuses pour soulager un genou douloureux. Le temps d'échanger quelques impressions et d'apprendre qu'à 300 mêtres de l'arrivée nous attend une belle montée bien pierreuse... on serre les dents et défilent les km et les passages des autres. Trail à gauche, 18 km à droite: je vous échange deux barils de 300 mêtres de course à pied route contre un baril de 200 m de raidards!!! Sauf que là on n'a pas le choix et on nous fout d'office dans les pattes le baril de raidard....on sort du trou et c'est tout de suite à gauche l'arrivée. ouf. 20 ième, j'ai du perdre 5 à 6 places sur les derniers km. et les ésultats confirmeront 5ième V2, le final a bien profité aux 14 ième et 15 ième pour compléter le podium V2 ouvert par un copain. On me tend mon enveloppe tombola: je suis l'heureux gagnant d'un petit porte-monnaie.........vide!. Maintenant aller vite au stade pour se doucher et se changer, non sans avoir encore affronter le champ de mine qu'est devenu le parking. Re-merçi aux 4x4 qui jouent les secours mécaniques pouir certains malheureux piégés. Piégé je le suis mais par cette foutue sciatique et encore 500 mêtres à claudiquer pour atteindre la douche: chaude l'extase (un bon point pour l'organisation). Une entorse à mon côté écolo en réquisitionnant un collègue pour un retour en voiture sur la zone d'arrivée.
Et là c'est pas le pied: un podologue qui m'indique qu'il n'y a pas de kiné, une bonne demi-heure limite à récupérer (l'effet combiné manque ravito/sciatique). Et une petite consolation: on me livre à domicile (je me suis allongé dans un coin de la salle comme chez moi) un bon sandwich en l'absence de pates auxquelles les nombreux arrivants ont goulument fait honneur (encore un bon point pour l'orga). Je suis vengé, mes collègues féminines raflent la première place sur le 9 km et notre toute jeunette recrue du club la 2ième place du 18 km. Et ce sont ses premières foulées.....Sur le trail une 3ième place pour Florian un habitué et un costaud au palmarès impressionnant.
Retour à la maison, une bon somme arpès une rapide repas car je ne tiens plus debout. Ce mardi soir celà va un peu mieux, mais un peu de repos est plus que raisonnable. Avec le recul, ce premier trail, ajouté aux 9 et 18 km est bien plaisant. les gars de l'organisation connaissent bien leur pays. je suis confiant sur leur capacité à renforcer la part des chemins, au détriment du biutume..
On continue la prépa templiers, impasse sur le trail des cadoles (71) la semaine prochaine, pour se réserver sur les 5 et 9 clochers (encore du bitume, mais le circuit par vignes et villages au dessus du Val de Saone compense). Et une dernière épreuve juste avant les templiers: le salon des vignerons indépendants à Lyon du vendredi 26octobre au lundi 29 ocotbre. Qui a dit qu'il fallait faire du jus la semaine juste avant l'épreuve ?  

 

 

3 commentaires

Commentaire de titifb posté le 03-10-2007 à 06:19:00

Salut Vial !
T'as pas honte de te traîner dans la boue ? A ton âge c'est pas sérieux ça !!! Bon, je pense que tu devrais résoudre rapidement ton problème de sciatique sous peine de passer un mauvais quart d'heure aux Templiers ! Quand je dis "quart d'heure", c'est en fait un quart d'heure après l'autre et du coup, ça risque d'en faire beaucoup.
Bises, merci pour ce CR.

Commentaire de chtigrincheux posté le 03-10-2007 à 08:23:00

Rien que pour ces mots la je te tire mon buff KIKOUROU:""la pluie n'a pas pris de dossard et n'est pas sur la ligne de départ""
Soigne toi bien et continu à prendre plaisir ....

Commentaire de agnès78 posté le 03-10-2007 à 20:20:00

merci pour le récit!
Bonne récup (surtout attention à la sciatique) et bonne fin de prépa pour les Templiers
bises
agnès

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran