Récit de la course : Trail du Revermont - La cascade - 10 km 2007, par franciss

L'auteur : franciss

La course : Trail du Revermont - La cascade - 10 km

Date : 23/9/2007

Lieu : Ceyzeriat (Ain)

Affichage : 2160 vues

Distance : 10km

Objectif : Pas d'objectif

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

YES !!!

Waouhhh ! On commence tout de suite par les super bonnes nouvelles parce que je tiendrai jamais jusqu’au bout du C.R. !

2006 : je me classe 97ème sur 139 participants, 46ème senior avec un temps de 01:02:10.

2007 : je me classe 51ème sur 120 participants, 14ème senior avec un temps de 00:54:24. 

 

KIKADI que j’allais pas y arriver ???

 

 

 

   Cette course « La Cascade », un 10 km nature avec 290 D+ n’est pas des plus faciles (compter en moyenne 6 à 10 minutes de plus que sur un 10 plat )… mais cela a été ma première vraie course, c’est à dire depuis que je me suis mis sérieusement à la CAP en 2006.

Ce fut donc, ce dimanche, ma première 2ème participation à une course…

 Hormis un vendredi soir particulièrement enfumé (soirée entre supporters toxico de la cigarette pour le match France-Irlande…kof..kof…), ma préparation a été plutôt sérieuse. Je me suis bien remis de mon premier semi couru 15 jours auparavant (mais cette fois j'ai de l'anti-crampes Isostar) et un footing sympa en milieu de semaine m’a permis de me rassurer sur mon état du moment.

Il est vrai que cela a un goût particulier, un peu comme un anniversaire, on attend surtout le cadeau ! (ben voui…pas vous ?)

 Rendez-vous est donc pris avec Nono-the-snail, Bicshow, kikoureur du Lyonnais que je rencontrerai pour la 1ère fois (ben ça commence à en faire des kikoureurs rencontrés en une année…pas besoin de crier sur tous les toits de France et de Navarre qu’on organise un off…) et Léo des bois (ex-Léo activasport pour ceux qu’on pas suivi la reconversion patronymique…). Me reste une incertitude sur Grain-de-sel, kikoureuse locale fraîchement inscrite et dont le blog perso mentionne une possible participation…

 Finalement, tout ce beau petit monde sera bien au rendez-vous et nous découvrîmes même après-coup avec Nono que cette Grain-de-sel n’est autre que la sœur de Léo des bois… (comme quoi…) 

Beaucoup de monde, randonneurs empruntant le même parcours oblige, température matinal plutôt fraîche, temps sec et beau… le top pour courir ce dimanche matin.

Les marcheurs partent dès 9h.00 ; cela éclaircit un peu les rangs… arrivent de nombreuses têtes connues et je me rends compte qu’en une année ce sont également de nombreux coureurs locaux que j’ai appris à connaître…et apprécier, depuis ce fameux V4 qui court souvent à mes côtés, aux parents d’élèves que je découvre avec plaisir sous un autre angle.

 Du côté des kikous, tout va pour le mieux : Bicshow est blessé et c’est sa moitié qui courrera, Léo des bois a 2 côtes fêlées… heureusement qu’y a Nono et moi ! Nous on pète la forme et on affiche nos ambitions : un gros paquet de minutes en moins cette année pour faire honneur à notre valeur grandissante !

 

 Départ à 10 heures, chacun se place sur la ligne… 2 copains se trouvent à mes côtés : l’un court bien et l’autre m’avait mis plus de 4 minutes l’an passé… y a de la revanche dans l’air !!! 

PAN ! ça part… et ça part vite… je suis dans un état un peu second, je suis remonté à bloc et je parcours les 2 premiers kilomètres très rapidement aux côtés de personnes que je sais beaucoup plus rapides que moi… mais j’ai fait exprès… j’ai envie d’y arriver ! Le seul truc est d’éviter un trop important sur-régime mais ne possédant pas de cardio, je me fie à mes sensations et elles sont bonnes, alors j’accroche et double si je peux.

  Ces 2 kilomètres sont courus à travers prés et chemins, on monte déjà un peu mais rien de méchant… arrive au détour d’une petite portion de bitume la fameuse bifurcation et là… ça grimpe !! Environ 600-700 mètres très pentu, beaucoup de caillasse…Ma petite famille est là, je salue rapidement mes p’tits loups et ma mie et enquille la côte. L’avantage d’être placé aux avant-postes c’est de ne pas piétiner derrière des concurrents qui se mettraient à marcher trop tôt. Alors on grimpe en courant…A 100 m du haut de cette première tranche, je redoute l’implosion et marche, comme l’ensemble des coureurs qui me précèdent, et à 30 m, on se remet tous au pas de course.

Petite portion quasi-plate sur 150 m et on engage la grosse côte si redoutée (une portion à 38% paraît-il !). J’opte pour le yo-yo du trailer : marche rapide, course quand on peut… et ça permet de bien avancer…sans se crâmer !

Au sommet, c’est une bifurcation pour les 2 catégories représentées : les inscrits au 21km continuent de monter, les inscrits au 10km entament la descente sur le village…

 Je m’engage derrière une féminine mais je me rends vite compte qu’elle me ralentit…le hic, c’est que j’ai bien peu d’espace pour tenter un dépassement alors à la première occase faudra pas s’louper… finalement, cela sera fait sans encombres et j’accélère pour me retrouver dans un paquet de 6 à 7 coureurs que je ne peux, là, plus doubler… Après quelques centaines de mètres, la voie s’élargit et je reprends de la vitesse (jusqu’à 2’48/km…)…

Cette grande descente est grisante mais elle ne permet pas une grande récupération car il est tout de même difficile de dévaler à cette allure en complet relâchement…

Finalement, on retrouve le plat, en un seul morceau et c’est bien l’essentiel. Je suis conscient alors que je commence à réaliser un truc… je n’ai pas peiné dans la montée et ai plutôt bien assuré dans la descente…voilà qui est de bonne augure…de plus, pas de nouvelles des 2 copains que je sais partis derrière moi…

 

Bicshow au poste... 

2ème ravito après quelques hectomètres : Bicshow au bord de la route m’encourage et re-p’tite famille ; mais là ça va moins bien ! Le retour au plat me paraît super-dur et j’ai beaucoup de mal à enchaîner, à trouver mon souffle.

« tu vas t’bouger les fesses ! » me lance tendrement mon épouse ! Ah ben en v’là du réconfort… OK, Ok…j’y vais…

 

  

J'en vais l'avaler çui-là...  

Je relance donc et tente de récupérer comme je peux, je sens que ça va revenir… la féminine préalablement dépassée me rejoins alors, je l’encourage et lui emboîte le pas…on plonge ensemble vers ce lieu très « nature » qu’est « La Cascade »… une pancarte indique qu’il ne reste que 3 km et je constate avec amertume que mon GPS m’a planté (l’ayant réglé pour des pauses automatiques en deçà d’une certaine vitesse de course…). La coureuse allonge dans les parties descendantes, estimant certainement que je suis plus rapide qu’elle sur ces portions… nous arrivons bientôt sur les fameuses 84 marches d’escaliers.

Il faut s’accrocher à la rampe et j’entends des râles évocateurs d’une souffrance réelle chez certains… il est vrai que ce morceau de bravoure fait mal aux cuisses et on s’en veut de ne pas arriver à monter plus vite un simple escalier… mais le plus difficile est la relance et là, l’expérience me profite…des concurrents placés après moi me passent alors que je récupère de cette montée si particulière, ils tentent de recourir directement… après 300m, je les rejoins et les repasse sans problèmes…

 

 Connaître la fin du parcours est également très appréciable : on sait oú on va et combien il reste à tenir ; la gestion des derniers efforts est franchement facilitée…

Ce sera donc arrivée sur le stade et sprint sur les 300 derniers mètres pour terminer.

 

Je n’aurais cependant pas réussi à reprendre la féminine… mais la revanche était bien là : 30 secondes devant le « copain qui court bien » et 4 minutes mises au « copain qui m’en avait mis 4 en 2006 »

 

 

 Ah vi... 4 minutes et c'est toute la différence...c'est dur, hein ?

 

 Le début de ce CR évoquait mes résultats : il est clair que je suis HEU-REUX ! Cela est pour moi ma meilleure course de l’année, je pense l’avoir plutôt bien gérée et avoir franchi un seuil psychologique depuis le semi de Vonnas-Châtillon…

 Je remercie très sincèrement Manu dit Lechamois avec qui j’ai pu correspondre dernièrement et qui m’a apporté un grand soutien et de précieux conseils, Nono qui sait toujours trouver les mots qu’il faut pour rendre ces courses on ne peut plus sympathiques… (on a enfin pu bavarder au repas d’après-course !), les kikous qui soutiennent et ki kourent ou pô et ma tendre et chère dont la pompocuthérapie fonctionne pas mal ! 

En bref… QUE DU BONHEUR !!! 

6 commentaires

Commentaire de NoNo l'esc@rgot posté le 25-09-2007 à 23:00:00

Le retour de la revanche du 2nd round qui tue !
J'vois ça comme ça ! Et tu l'as eu ! BRAVO !
Maintenant, le problème, c'est que chaque 2°
participation va en demander autant... Eh ! oui !
Tu la sens la pression, là ?!!! ;-))

A bientôt - L'esc@rgot

Commentaire de moumie posté le 26-09-2007 à 18:57:00

salut,

et oui comme dit Nono, à chaque 2ème participation tu devras faire mieux maintenant :-)

Félicitation pour cette belle amélioration, bravo à toi

Moumie

Commentaire de Gibus posté le 26-09-2007 à 22:05:00

Bravo Francis
la gnack est là
avec un départ sans trop regarder le chrono à la sensation, tu t'es mis de suite dans la course.
Après la cascade faut récupérer, ce que tu as fais, et remangé ceux qui ne se sont pas calmer.
Bravo
L'année prochaine tu vas mettre moins de 2 heures à Vonnas pour ta ... 2° édition.
a+

Commentaire de lechamois posté le 26-09-2007 à 22:20:00

Bravo Francis,
Voilà enfin une course référence qui te permet de prendre conscience de tes progrès en 1 an.
De fait nous avons tous parfois l'impression de ne pas progresser mais quand tu fais le constat que tu as pu faire dimanche et bien la réalité est là tu vas plus vite et le chrono le prouve.
Il ne me reste plus qu'à prévenir Isa qu'elle doit s'entrainer dur sinon le gars aux crampes de chatillon 2007 elle ne le verra qu'après la ligne en 2008 ;-)

Encore bravo et comme me l'ont dit mes profs tout au long de ma scolarité : "A des facilités, peut mieux faire " :-)

Le_chamois

Commentaire de seapen posté le 27-09-2007 à 17:04:00

content pour toi pour cette course que tu considères comme la meilleure de l'année.
seulement je tiques sur "Après quelques centaines de mètres, la voie s’élargit et je reprends de la vitesse (jusqu’à 2’48/km…)…", soit 21,428 km/h.
je pense que c'est seulement une sensation. rassures-moi ou alors donne moi vite ta recette.
salutations.

Commentaire de druming-in-pink posté le 07-09-2008 à 01:52:00

sa a vraiment l'air bien cette course sa doit etre grace à ton récit !!! je vais la faire cette année je pense
peut etre se vera t'on sur cette course
a+

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran