Récit de la course : Trail des 5 Moulins 2007, par JLW

L'auteur : JLW

La course : Trail des 5 Moulins

Date : 7/7/2007

Lieu : Mondeville (Essonne)

Affichage : 1419 vues

Distance : 45km

Matos : ASICS TRABUCCO,
2 BIDONS

Objectif : Pas d'objectif

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Trail des 5 Moulins 2007

 

Quand j’ai appris que la 2ème édition du Trail des 5 Moulins se ferait à 14h00 un 7 Juillet, cela ne m’a pas plus du tout, mais alors pas du tout. Etant d’origine de l’Est, j’ai une nette préférence pour des températures voisines de zéro plutôt que de 30.

Cependant ce samedi de Juillet 2007 nous avons été épargné par la canicule mais pas par une ambiance un peu lourde qui aura fait quelques dégats dans le peloton.

        Avant le départ retardé de 15minutes  j’échange quelques impressions avec Samia l'organisatrice du trail,  Serge (isopropylamine), Philippe (phil77),

 

 


 

 

 

Jean-Claude (gdraid),al27 et Michel (yapasdage).

 


 

 

 

 

Catherine également me rejoint pour ce qui sera son 1er trail au delà des 20km.

 

Connaissant bien le coin de Mondeville, les parcours de Jean-Pierre Delhotal et restant sur un échec, la seule de ma petite carrière de coureur, aux 55km du Gâtinais 2005, je me méfiais énormément de ce nouveau parcours  à mon avis piégeux. 

 

En effet, le départ de Mondeville se fait toujours par une partie plane suivie des difficultés en 2ème portion, voire en 3ème comme ce fut le cas cette année.

Mon départ fut donc prudent, mais comment rester prudent quand le parcours vous incite à dérouler, notamment  à la première descente aux Roches ?

        Après Videlles, première petite montée dans les champs où je me fais dépasser par une traileuse qui finira 2ème de sa catégorie V1. Nous faisons un bon bout de chemin ensemble pratiquement jusqu’au km 25 aux alentours de Soisy/Ecole. J’étais en effet un peu plus rapide en montée mais elle aura un rythme sur le plat et les descentes qui me faisait craindre un emballement préjudiciable à mon finish. Mes craintes étaient fondées.

        Un peu avant le 1er ravitaillement je rejoins une autre féminine qui semble déjà peiner au bout d’une heure. A ma surprise, elle ne porte aucun bidon ni camel back sur elle et je lui en fais la remarque. Pour seule réponse je comprends qu’elle est accompagnée d’un coureur « porteur d’eau ». Est-ce bien règlo ? Ce couple un peu à la dérive à ce moment là me dépassera comme une fusée  dans la montée de Moigny. Je suis surpris et me dis en mon for intérieur qu’une telle vitesse à ce moment là de l’épreuve et à cette position du peloton ne me semble pas logique. La suite me donnera raison, à peine 1km plus loin je vois cette féminine en arrêt en bord de champ et peu apte à continuer.

    

        L’arrivée sur Moigny avec le Moulin de Grenat puis Courances est très agréable mais je commence à m’interroger sur mon état de « fraicheur » pour la suite de l’épreuve.


        Le ravitaillement principal au KM23 se fait dans un endroit magnifique à Courances, en face du château et à l’ombre de l’allée principale : tout simplement royal. Je prends mon temps pour ingérer du salé et bien recharger les batteries. Mon idée ést d’arriver le plus frais possible à cette étape pour bien aborder la partie la plus difficile du parcours.

        Je repars après 2h12 de course, chargé à bloc dans un rythme qui me permet de rattraper un traileur. Un peu après le célèbre Moulin de Claude François je croise un coureur en sens contraire, grimaçant et qui finit par s’écrouler devant moi pétri de crampes. Je m’arrête ainsi que 2 autres poursuivants et le soulage un peu de ses douleurs par quelques élongations adaptées. Je lui conseille de revenir tranquillement vers le ravitaillement précédent, distant d’environ 2 km.  C’est effectivement à partir de ce point que les défaillances commencent vraiment. Je ne suis moi-même pas en très grande forme mais je continue à mon petit rythme.

        La traversée des champs de Soisy sur Ecole sera certainement la moins agréable aux dires de la plupart des concurrents, avant d’aborder le fameux « tertre blanc ». Une « petite » colline de sable qu’il ne faut surtout pas monter en se « grillant » suivant les conseils prodigués par gdraid en début de course. De toute façon mon état ne me permet pas de monter en flèche.

Je connais bien ce coin qui est en fait mon terrain d’entrainement. Ce n’est pas pour autant que je le gravis plus aisément. Je connais les difficultés de cet endroit  ainsi que celles qui vont suivre et je me préserve le plus possible.

        Le « Saut du Postillon »  lieu ou le carrosse d’Henri IV en allant voir Mme de Malhesherbes  s’était emballé et le roi aurait crié à son cocher « Saute Postillon » avant de se renverser …  (un peu de culture …)  précède une montée pierreuse avant une descente technique et un aller-retour dans des potagers suivi d’une remontée brutale sur le fameux aqueduc alimentant la capitale. Au haut de cette difficulté, 3ème et dernier  ravitaillement en eau et bien que mes bidons ne soient pas vides je me surprends à boire énormément, signe que mon état  d’hydratation n’était pas au mieux.

 

        Nous sommes au km33,  cette dernière partie se révéle sans surprise la plus difficile. Il reste 4 côtes et quelques parties roulantes. Je me retrouve aux côtés d’une autre féminine, décidément, qui elle finira 2ème de sa catégorie Senior. Je l’accompagne jusqu’à l’arrivée. Cette fois-ci c’est elle qui va plus vite en montée et  je la rejoins sur le plat et les descentes, comme quoi,  nous avons chacun nos spécificités. Le parcours reste agréable avec un passage que je ne connaissais pas (sûr que j’y retournerai) du côté des « 4 chemins ». Nous sommes tous les deux en difficultés mais nous nous soutenons mutuellement. A la sortie de la dernière côte nous apercevons une traileuse qui semble revenir sur nous comme un « boulet de canon » selon son expression. Mon accompagnatrice accélère immédiatement pour préserver sa position. Je suis impressionné par cette détermination que j’ai souvent remarquée chez les compétitrices. Je l’accompagne un petit peu mais finalement je la laisse partir et espère pour elle qu’elle puisse garder son classement. Ce sera le cas et je terminerai à 30 secondes. Bravo pour sa détermination, elle l’a bien mérité.

 

        J’arrive finalement en 4h53, pas très frais mais satisfait :

<!--[if !supportLists]-->-    d’avoir pu terminer mon 4ème trail du challenge Xtrem Trail d’Ile de     France et donc d’être classé après mon échec de 2005.<!--[endif]-->

<!--[if !supportLists]--><!--[endif]-->-     d’avoir réalisé moins de 5 heures ce que j’estimais raisonnable pour cette distance, le dénivelé et ma condition physique du moment.   

    Merci également à Christine pour son soutien tout le long du trail  au départ, à Moigny et au retour vers Videlles. Michel (yapasdage), qui m’a suivi tout le long à quelques minutes (et je pensais vraiment qu’il allait me rejoindre comme à son habitude vers 3h de course) a finalement connu quelques difficultés, ce qui ne l’a pas empêché de finir 1er de sa catégorie V3. Philippe (Phil77) m’a avoué s’être fait plaisir en étant dans les 5 premiers en début de course mais  a un peu payé cet excès de fougue dans la 2ème moitié de parcours. Serge (isopropylamine) pour son premier trail au-delà de la distance marathon réalise un excellent temps de 4h24 et termine 28ème sur les 170 arrivants. Et Catherine, (la célèbre Laveuse aux Foulées du même nom)  pour sa première longue distance (à pied mais pas en vélo)  réalise une excellente 5ème place de sa catégorie en 5h14, Chapeau.

 

        En résumé, un très beau trail malgré quelques parties bitumes qui seront à mon avis gommées lors des prochaines éditions.

 

6 commentaires

Commentaire de gdraid posté le 09-07-2007 à 23:03:00

Merci pour ton bon CR JLW. Il décrit bien le circuit des 5 Moulins, ses principales difficultés, ses qualités et ses défauts.
Merci pour tes photos, qui mettent à l'honneur, quelques membres de Kikourou.
Bravo pour ta course, bien gérée, réalisée en 4h53' dans un temps plus qu'honorable.
Le classement officiel te situe en V2M !
Quel scandale pour le V1M, et le jeune homme que tu restes pour quelque temps encore ...
JC

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 10-07-2007 à 08:31:00

Bravo pour ta course mais où sont les quatre autres moulins ?

Commentaire de gdraid posté le 10-07-2007 à 08:44:00

Les 4 autres moulins sont également sur la rivière Ecole, dans les villages de
Moigny-sur-Ecole,
Courances,
Dannemois (moulin de Claude François), et Soisy-sur-Ecole (moulin de la verrerie d'art).
JC

Commentaire de astra wally posté le 11-07-2007 à 17:57:00

félicitations pour ton trail Jean-Luc. J'y connais pas grand chose sur cette discipline mais la vache faut s'y préparer avec le plus grand sérieux ! La concurrente "kamikaze" de la première partie s'est trompée sur les distances ou quoi ? En tout cas ça ne pardonne pas. Suis content pour toi que tu ai pu finir cette course. A quand un retour du JLW sur ses terres alsaciennes ?

Commentaire de Loopinette posté le 22-07-2007 à 18:51:00

Bravo jean-Luc ! Je suis toujours impressionnée quand je lis de tels exploits.
Tu es déterminé, tu as bien négocié ta course... chapeau bas !

Commentaire de bzh67 posté le 24-07-2007 à 22:52:00

Bravo Jean Luc pour cette course et pour ce temps. je ne connais pas non plus cette discipline, qui me tente de plus en plus il faut dire. En tout cas tu semble avoir bien géré ton effort!!!
a très bientôt. PS : L'outre mer ne sera pas pour l'année prochaine :(((

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran