Récit de la course : La Galopade du Méjean 2007, par pierrot34

L'auteur : pierrot34

La course : La Galopade du Méjean

Date : 1/7/2007

Lieu : Lattes (Hérault)

Affichage : 942 vues

Distance : 10.3km

Objectif : Terminer

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

La course au T-shirt au Flamant rose

 

  Cette Galopade du Méjean, cette course, que je fais tous les ans  et que j’aime bien., je l’ai curieusement abordée cette année

 C’est près de Villeneuve-lès-Maguelone, où j’ai habité pendant neuf ans donc je peux retrouver les anciens copains du club qui la courent.

 J’ai aussi l’habitude de revoir d’anciens collègues de travail de Lattes et Montpellier, souvent là pour encourager les coureurs.

 Et cette année la Galopade fêtait sa 20è édition. Je l’ai appris en arrivant. Justement. Je n’avais pas tellement envie de la courir « officiellement ». Un vieux dossard et hop, un petit entraînement, avec les autres, pour garder le rythme car depuis le 27 mai et la Pentecotaucap (d’Agde), plus de compétition. Un petit entraînement (toujours seul) de temps à autre, du vélo sur route aussi, mais rien pour «  faire un temps » sur un 10km. Il y avait bien les Foulées de la Soie à Ganges le 24 juin mais elles n’ont pas eu lieu  cette année. Il me fallait donc faire quelque chose, avant les grandes chaleurs, aussi.

Mais en matière de  préparation, se coucher à deux heures du matin la veille et se réveiller à 6h avec une glycémie de  4,23g pour le diabétique insuliné que je suis, pour cause de repas nocturne, trop riche et trop tardif, ce n’était pas l’idéal. Mais justement, pour faire descendre la glycémie, rien de tel ! Alors, courage, allons-y !

A l’approche de l’aire de départ, j’entends déjà que le départ est reculé de 9h à 9h30. Un peu l’habitude ici. Pour récolter un max d’engagés de dernière minute ? Peut-être.

Un détail engageant (c’est le cas de le dire !) déjà : les toilettes coureurs (et coureuses) qui s’ouvraient directement et……suavement, sur l’étroite grille d’entrée du stade, ont été déplacées un peu plus loin. Alors, en entrant, ça sent un peu plus …..l’herbe. Alors je vais vers les engagements. Je vois que les dossards sont jaunes. Mes vieux dossards sont blancs. Aïe ! Allez, ne nous faisons pas remarquer outre mesure, prenons-en un « vrai ». Certificat, 8€ et le tour est joué ! L’échauffement dure un peu mais se révèle agréable car contrairment aux autres années, on ne croulera pas sous le cagnard de juillet cette année. Doux, un peu couvert, on respire mieux : temps idéal, finalement..

Les copains de Villeneuve sont là. D’autres têtes connues, toujours les mêmes. Et de s’agglutiner  sur la ligne de départ : on approche les 9h30. On frise les 500, paraît-il. (nous serons  334 hommes et une centaine de femmes au classement final).

C’est parti ! Route puis le chemin terreux se resserre .Le serpent s’allonge. Je passe là où c’est possible. La route plus large revient. Nous filons vers la maison de la Nature, le long du canal. Les premiers sont en face. Le premier est assez détaché. Le veinard ! J’ai mon rythme de croisière. La respiration est venue, les jambes suivent bien. Au passage du 6èkm, j’entends mon voisin qui lance : 29mn 30s ! Une bonne surprise, je suis dans mes temps, au-dessus de 12 de moyenne.

Bon , sur la digue, le long du Lez (rivière), le soleil pointe son nez et il fait chaud. Je me surprends à boire et à m’arroser aux ravitaillements. Aussi à jouer à « je te dépasse moi aussi » avec un gars de Baillargues, que je crois avoir situé et qui s’appelle Ratinaud et qui court et finit  dans mes temps habituels ( je l’aurai de quelques secondes ce dimanche).  Retour sur la Maison de l’Environnment, puis la forêt et la banlieue verte de Lattes  avant le tour de stade final de 500m ; la ligne est là avec les sourires, les portions de pastèque traditionnelles et la divine petite bouteille d’eau !

 J’entends vaguement 51mn « autour de moi ». Ce sera mon temps, moins une seconde. 216è. Il en reste une centaine derrière moi. Pas trop ridicule. Pas encore, en tous cas ! 12è V3. Bernard Py, le champion montpelliérain est à 48mn. Bon, il faut des bons, des moyens et d’autres derrière….

Glycémie –important avant de reprendre le volant pour Frontignan !: 0,82 !. C’est bon! Sur ce plan, j’ai gagné ! Rester aux résultats ? A quoi bon. ? C’est souvent long, rituel et ennuyeux, pour les anonymes …

Un salut quand même au bon Bruno Chetail de Castelnau, qui me confirme ses Foulées pour novembre.

A signaler , j’y tiens, les résultats vite affichés –avec photos- par Zakkari, sur Kikourou dès le soir. Un magicien de la technique, qui rend bien service car ce mercredi soir, ces résultats officiels n’apparaissent  toujours pas, sur aucun site, même le CDCHS 34 ! Alors merci Zak.

Et le 14 juillet à Lézignan- la -Cèbe, pour ses bons oignons ? J’espère.

 

3 commentaires

Commentaire de zakkarri posté le 04-07-2007 à 21:04:00

Bravo Pierrot, tu as assurer, belle course de ta part !
Et oui heureusement que j'avais les resultats, car au départ je ne voulais prendre que la feuille qui m'interressait et puis je me suis mis à toutes les photographier ...
Récupère bien !
zak.

Commentaire de gdraid posté le 05-07-2007 à 09:49:00

Belle course pierrot34, à près de 12 de moyenne.
Très honorable en V3 !
Merci pour ton CR sympa, dans une région que j'aime beaucoup, et que je fréquente chaque année, depuis plus de 20 ans.
JC

Commentaire de Pilate posté le 05-07-2007 à 16:30:00

Bravo pierrot, jolie course ;)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran