Récit de la course : Cross du Mont Blanc 2007, par grandshaman

L'auteur : grandshaman

La course : Cross du Mont Blanc

Date : 30/6/2007

Lieu : Chamonix Mont Blanc (Haute-Savoie)

Affichage : 1867 vues

Distance : 21km

Matos : possibilité d'utiliser les bâtons même si ces derniers ne sont pas indispensables et gênent même les autres en cas de dépassement sur sentier étroit.

Objectif : Pas d'objectif

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

CROSS DU MONT BLANC 2007: splendides paysages

Voilà un beau trail qui s'est déroulé le week-end dernier. Je suis arrivé le samedi et j'ai déjà pu apprécier l'organisation tip-top au niveau du retrait des dossards. Les stands d'articles sportifs étaient bien visibles et les vendeurs nous conseillaient très bien sans pour autant viser des fins mercantiles, ce que j'ai très apprécié notamment sur le stand SALOMON.

La pasta-party du samedi soir était composée d'une entrée froide: fromage, salades de tomates, carottes, semoule. Le plat chaud: spaghettis bolo' ou à la sauce napolitaine. Dessert: pomme. Très bonne ambiance, pas de bousculade.

Le lendemain (dimanche) a vu le départ des plus costauds, sur le marathon avec le départ à 7h00 et nous pour le cross, le départ était à 9h30 sur le même lieu: place de l'amitié (je crois). Un écran géant diffusant les images de l'édition 2006 ainsi que la course des gamins de la veille, nous faisaient patienter.

9h30: ça y est le coup de pistolet !! Au bout du 1er km, je sens que je n'ai pas de bonnes sensations ( pâtes non digérées) et j'ai les jambes lourdes, je me fait dépasser sans arrêt et je me prépare à une longue journée... Tant pis, je me dis " t'inquiète pas, continue à ton p'tit rythme d'entraînement et tu verras après..."

Je passe les 5 km en 29'30. Le second 5 km se verra un peu plus vallonné ( haute vallée de l'Arve en direction d'Argentière) et je passe les 10 km en 1h11'30.

Je commence à voir des tubes de gelée royale sur le sol, quelle désolation !! et en plus sur du trail ! La fille devant moi, qui jette négligemment son papier kleenex, dans la forêt à 2m du sentier. Ainsi, il ne sera jamais ramassé et mettra 2 ans à se dégrader... Je l'engueule, l'insulte, elle fait mine de rien ( je pense à une étrangère) et accélère de sorte que je ne la rattrape pas... Plus tard, je constaterai qu'elle porte le dossard 1607 et qu'elle se prénomme  Jane SEATON... française.

A partir d'Argentière, les choses sérieuses commencent alors que je retrouve quelques bonnes sensations.  C'est le début d'environ 10 km de montée ( env 1000 m dén+) en chemin étroit et pierreux. Tout le monde marche et je constate que je re-double pas mal de trailers rien qu'en marchant un peu plus vite.

J'alterne des petits coups de moins bien et de mieux mais bon, la montée se fait à son rythme. Le paysage est à couper le souffle, j'admire la chaîne du Mont Blanc assez bien dégagée, vue sur les glaciers des bossons, d'argentière et la pointe de la mer de glace qui a tellement reculé... Elle ne fait pratiquement plus le virage car elle a déjà fondu...

Les derniers km se font dans la douleur (musculaire) même en marchant. Nous quittons les sapins pour le minéral pratiquement à partir de la Flégère.

Il ne nous reste que 2 km, nous apercevons l'arrivée un peu plus haut encore. Je marcherai 1,9 km et courrai les cent derniers mètres par fierté et par respect envers le public nombreux venu applaudir le 1er au dernier. D'ailleurs, les spectateurs, tout au long du parcours, nous encouragent en pronoçant notre prénom. En effet, l'organisation a eu la bonne idée d'apposer le nom et surtout le prénom du coureur en grandes lettres ! Ca fait chaud au coeur mais ça surprend la 1ère fois quand j'ai entendu "allez Damien !", je me suis dit " quelqu'un me connaît ici ?" avant de me rendre compte que c'était le dossard !!

Je termine en 3h22'31 après avoir récupéré au moins 200 places dans la 2ème partie de trail. Néanmoins, je termine fatigué en me disant que je ne ferai jamais le marathon, ni le trail des aiguilles rouges ( 51 km avec 3400m dén+) que j'avais prévu en septembre: trop dur pour moi tout cela !!

Dès lors, ça fait 2 jours que je suis rentré et la pression est redescendue. Je me dis: pourquoi pas le trail des aiguilles rouges ? après tout, on aime ça !!

On se dit "jamais plus !" mais on y retourne à chaque fois.

Je garderai un super souvenir de cette édition et il est sûr que je participerai au marathon !!  

4 commentaires

Commentaire de Khanardô posté le 03-07-2007 à 21:23:00

"...en me disant que je ne ferai jamais le marathon, ni le trail des aiguilles rouges "

Chiche ?

Je suis sûr que tu as déjà fait pire, alors pourquoi tu doutes ?

Merci pour ton récit !

Commentaire de corto posté le 04-07-2007 à 08:35:00

Yep sympa ton recit. Le coup du prénom sur le dossard, il m'est arrivé la même aventure au Viaduc de Millau (quelqu'un me connait ici?) et qu'est ce que sa fait du bien.

Bonne récup.

Commentaire de aurel posté le 05-07-2007 à 10:21:00

merci pour ton recit, en lisant tout les souvenirs de cette merveilleuse course me sont remontés.

Commentaire de Pascal68 posté le 06-07-2007 à 16:06:00

bravo pour le commentaire.Rien a redire, super journée,super organisationet de plus un temps magnifique(super pluis le lundi et mardi de la neige au dessus de 2000 m!!, froid !!!)
Pas de doute à refaire l'an prochain.
Pascal68 ,Dossard 1489 sur le cross

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran