Récit de la course : Trail 91 2004, par bottle

L'auteur : bottle

La course : Trail 91

Date : 11/9/2004

Lieu : Mondeville (Essonne)

Affichage : 3062 vues

Distance : 92.3km

Matos : sac à dos avec poche à eau

Objectif : Terminer

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Trail91 2004

Trail 91:

Mondeville le 11 septembre 2004

Comme à la veille de chaque grande première la nuit est agitée et j'ai l'impression de ne pas dormir beaucoup. Je jette régulièrement un coup d'œil sur le réveil réglé pour sonner à 2h30. A 2h20 je me lève, ça évite de faire sonner le réveil et de réveiller la maison. Première surprise le thermomètre dans le jardin indique 21° et le ciel est étoilé. Café, gatosport , les sacs sont dans la voiture depuis la veille, je pars de la maison à 3h00 pour 1h de route. Arrivée dans le village de Mondeville au sud de l'Essonne à 4h00, la dizaine de coureurs qui a dormi dans la salle polyvalente déjeunent. Le départ est prévu à 5h00 et les organisateurs sont tous en place pour l'accueil des coureurs. L'ambiance est sympa et calme. Je me prépare tranquillement en saluant les quelques UFO présents: Théo, runman, Fredo… et les autres bien sur. La grande majorité des coureurs a le même objectif : finir.
En pleine campagne la température a un peu baissée (18°), j'avais prévu de partir avec le maillot UFO manches longues, ce sera finalement le manches courtes et ce sera le bon choix. Je remplis la poche à eau, chausse les trails, coiffe la frontale et papote un peu avant le départ. Jean-pierre DELHOTAL, organisateur de la course et de bien d'autres dont la Mauritanienne Race 200, fait le briefing de départ en insistant sur la quantité à emporter à chaque boucle et en particulier sur la 4eme.
Le village de Mondeville est situé sur un plateau entouré de champs et forets. Le dénivelé total n'est pas très important pour la distance (1000-1200 D+). Il est constitué essentiellement de petites cotes de 100 à 200m mais très pentues et souvent sableuses. La course est constituée de 5 boucles qui forment les pétales d'une fleur et qui se rejoignent à la salle polyvalente qui est le seul point de ravitaillement. Il faut donc emporter son ravito pour chaque boucle.
1ere boucle : 25 km (parcours long mais facile) c'est le commentaire de l'organisation.
Les 120 individuels sont regroupés sur la ligne de départ et nous démarrons à 5h05. La boucle est assez roulante. Les premiers km sont effectués sur des chemins agricoles assez larges. Le petit peloton s'étire rapidement. La distance m'étant inconnue je pars à mon rythme attendant de trouver un groupe à mon allure. Les cotes sont toutes situées dans la foret. On plonge par un chemin escarpé puis on remonte un peu plus loin et ainsi de suite. Je passe chaque difficulté en marchant. Après 1h de course je me suis calé avec Alain un coureur du coin et nous ferons le boucle ensemble. Vers 7h00 le jour commence à pointé et le voile nuageux qui arrive me rassure pour la suite. Il fera pratiquement toujours la même température tout au long de la course environ 21°.
La fin de la boucle ressemble au début, 5km sur les chemins à découverts qui délimitent les cultures. 2h46 pour cette première boucle, je pense être à mon rythme. Passage dans la salle polyvalente, un petit bout de gâteau, remplissage de la poche à eau et c'est reparti après 15mn de pose.
2eme boucle : 15,2 km (parcours court, rochers difficiles)
Je repars avec Alain. Comme dab les 5 premiers km à travers les cultures puis on entre dans la foret. On se croirait dans la foret de Fontainebleau (qui n'est pas très loin d'ailleurs) les passages dans les rochers ne sont pas vraiment difficiles mais plutôt techniques. On ne peut pratiquement jamais courir. Il faut souvent poser les mains pour prendre un appui. Quelques raidillons sableux sont intercalés entre les blocs rocheux. On remonte un coureur qui a pas l'air au mieux, il marche et semble épuisé. Je lui demande si tout va bien il me répond je cite: "j'ai failli crever ya 1mois donc je vais finir doucement". Sa réponse et son état ne sont pas rassurants, on décide de prévenir l'organisation au prochain contrôle que nous atteignons 10 mn plus tard. Le gars sera ramener en 4x4 à l'arrivée. Je sens que mon compagnon de route commence à ralentir. Je décide quand même de l'attendre pour finir la boucle et éviter de me brûler. Il se perd dans une montée sableuse alors qu'il était à 10m derrière moi. En l'appelant il retrouve le balisage et nous finissons la boucle en 2h. La moyenne a chutée mais les passages techniques se sont faits en marchant donc pas de panique la route est encore longue. Alain va rester un peu plus longtemps au ravito, on décide de se séparer.
3eme boucle : 16km (parcours moyen, moins facile)
J'avais repéré 2 coureurs sur la boucle précédente restés toujours à 200m devant. Je repars avec eux sur cette boucle. Toujours le même type de parcours à travers champs, il y a 2 grandes buttes à passer. Cette boucle est plus roulante mais les km et les heures de courses commencent à se faire sentir. Nous sommes donc prudents et nous coupons de temps en temps en marchant 1mn. Les 3 derniers km sur les chemins agricoles sont un peu durs, le vent s'est levé et évidemment il souffle face à nous. Bon, il nous rafraîchi et emmène aussi les nuages qui nous cache le soleil. On peut pas tout avoir. Sur ces derniers km notre groupe de 3 s'éclate. Un des gars a accélérer subitement et l'autre a plutôt ralenti. Je me retrouve seul face au vent pour finir mais je garde mon rythme sachant que la 4eme boucle est annoncée par tous comme la plus difficile. Fin de la 3eme, 55km de course en 7h environ, la 1ere partie de la course est faite. De nombreux coureurs arrêteront là dont celui qui m'a lâché à la fin de la boucle. Le 3eme du groupe dit qu'il repart mais pas dans l'immédiat. Je remplis ma poche au max et m'élance donc sur cette fameuse 4eme boucle.
4eme boucle : 25km (parcours long, tertre blanc difficile)
Le nombre de coureurs a sérieusement diminué, je démarre seul cette boucle. Bien que je commence à arriver sur des distances et des temps de course encore inconnus je suis encore capable de courir sans problème. La boucle comporte 5 difficultés dont une plus marquée mais elle est plutôt roulante avec des portions de 2 ou 3 km sur des chemins assez plats. Je suis parti seul et je vais le rester pendant 2h30, je suis surpris de ne rencontrer aucun coureur. Je ne rattrape aucun coureur mais ça c'est plutôt normal et aucun ne me rattrape. Le relais par équipe de 5 (chacun faisant une boucle) est parti 4h après nous et je pensais voir arriver les 1er sur cette boucle mais personne. J'en arrive même à demander à un point de contrôle s'il y a encore des coureurs en course, on me réponds que oui, que seulement 30 ou 40 sont déjà passés et aucun relais. Je continue et ce n'est finalement pas désagréable de courir seul. Le kilométrage n'est pas indiqué sur le parcours et je ne sais pas trop où j'en suis. Je suppose que je tourne à 8km/h de moyenne avec l'alternance course marche. Les périodes de course se raccourcissent et les jambes commencent à être lourdes mais j'avance encore assez bien. Le 1er relayeur arrive, me félicite au passage et me dépose sur place. Put**n ça met une claque de voir passer un mec 5 km/h plus vite, mais je me dis que c'est normal et je continue. Seulement 4 équipes me dépasseront au cours de cette 4eme boucle. Je sais que la sortie de la foret annonce la fin de la boucle et à chaque sortie de bois je crois voir la fin mais le parcours repars dans la foret. Je n'en vois plus la fin et commence un peu à perdre le moral. Et puis enfin le plateau de Mondeville encore 4 km à traverser les champs mais c'est fou ce que l'odeur de l'écurie redonne du jus et j'ai l'impression de repartir de plus belle. Sur ces derniers km je remonte quelques coureurs qui finissent en marchant et tout ca me redonne la pêche. Fin de la boucle les spectateurs à l'arrivée sont assez nombreux et encouragent l'arrivant que je suis, j'entends même mon nom au micro, ça aussi c'est une première. 10h48 de course et 80km, la barrière horaire pour partir sur la dernière boucle est à 12h00 j'ai donc largement le temps de récupérer. Les organisateurs repousseront d'une heure la limite pour permettre à tous ceux qui le souhaitent de finir. Chapeau à l'organisation pour ce respect des coureurs. Je bois une soupe, mange un peu et fais le plein de ma poche. 15mn de repos allongé les jambes en l'air et après 30mn d'arrêt je me lance sur la dernière.
5eme boucle : 12km (parcours court, cotes et bourbiers difficiles)
Comme chacun sait les plus courtes sont toujours les meilleures mais la dernière boucle risque d'être longue. 100m après le départ et les encouragements des spectateurs je croise un coureur qui termine et qui me dit avec un grand sourire : "vas-y elle est cool la dernière". Je voudrais bien le croire mais je sais que j'en ai encore pour presque 2 h alors prudence. Il y a 3 difficultés sur la boucle dont la 1ere s'appelle le Cul d'Enfer. Elle porte bien son nom et je la passe sagement en marchant. Des relayeurs me doublent régulièrement, ca fait un peu d'animation et ils m'encouragent tous. Je cours de moins en moins longtemps mais je cours encore, j'en suis le premier surpris. Mon estomac qui ne s'est pas manifesté depuis le départ commence à se plaindre. Le mélange de St Yorre et de poudre goût neutre que j'avale toutes les 15mn depuis 5h du matin m'a semble t il convenu même si pour la dernière heure à chaque rasade je marche 2 à 3mn pour mieux digérer. Je reprends 2 coureurs qui finissent en marchant et je passe quelques minutes avec eux pour le moral de tous. Je mets un point d'honneur à terminer en courant et comme pour la boucle précédente j'ai même une foulée correcte. Le speaker et les spectateurs m'accueillent magnifiquement comme ils le feront pour tous les arrivants. Je passe la ligne d'arrivée en 12h50 après 92,3km en 35éme position. Je suis heureux d'être aller au bout et surtout dans un état physique très correct pour un novice sur la distance. La récup est plutôt bonne, je n'ai aucune ampoule mais c'est du en grande partie au fait que j'ai chaussé mes chaussures de route dès la 2eme boucle car le parcours était entièrement sec. J'ai bien un peu de mal à descendre les escaliers mais je suis assez surpris de mon état physique.
Tout ça m'a mis un moral d'acier pour me lancer au printemps sur la distance mythique : le 100km route.
La course se gagne en 8h39 par un V2. 49 coureurs sur les 120 partants terminent le parcours total.
L'organisation de la course peut être qualifiée d'irréprochable, les bénévoles étaient au petit soin avec nous, le balisage ne laissait aucun doute sur les 92 km, je ne peux que féliciter tous ces gens qui ont passés plus de 15h à s'occuper d'une bande de furieux coureurs d'ultra.

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran