Récit de la course : Off - Paris by Night II par Taroc78 2007, par Le_lombric

L'auteur : Le_lombric

La course : Off - Paris by Night II par Taroc78

Date : 9/6/2007

Lieu : Paris 01 (Paris)

Affichage : 1007 vues

Distance : 0km

Objectif : Pas d'objectif

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Histoire d’un petit off parisienne dans la nuit du 8 au 9 juin.

 

 

Errant sur les forums je suis tombé sur une info invitant ceux qui voulait à venir faire une petite ballade nocturne dans Paris un vendredi soir à partir d’1h.

 

Vérification de l’agenda : Je fais quoi le 9 juin à 1h du mat ?

Rien je dors…. Bon bah dans ce cas je vais allé jeter un coup d’œil à cette petite virée.

 

_____

 

23h30 Bon je vais y aller. Je prend mon p’tit sac Salomon et je files vers la gare RER de Bry-Sur-Marne. Mon RER arrive, et je monte dedans. Bon j’ai tout ce qui me faut pour ce petit off. Un saucisson au beaufort, un sac de M&Ms, et quelques barres (on sait jamais) et un peu d’eau.

 

00h25 Châtelet :. Bon alors là il y a tout de même des gens qui me regardent bizarrement. Quoi je suis pas beau dans ma tenue de course ? J’arrive devant l’Eglise à

 

00h35 pensant être le premier au rendez-vous et bien non, ils y en à qui sont encore plus angoissés que moi par l’idée d’être en retard. L’air est chaud et on ne devrait pas avoir de pluie (de toute façon je n’ai rien prévu dans le cas ou il se mettrait à pleuvoir). En fait, il fait même franchement chaud. Le p’tit groupe grossit.

 

Après un moment de flottement, l’arrivé de notre guide pour la nuit : Taroc annonce un départ imminent (avec moins de cheveux que vendredi dernier sur TribalRun me semble t-il) !

Nous sommes finalement 29 a préférer le macadam parisien aux doux appels de la couette.

 

1h.Taroc donne le signe de départ. Le troupeau se met en route. L’allure est franchement cool ! 7km/h. Ca me va bien. Il fait franchement lourd et je me demande comment ceux et celles qui sont en long font pour supporter leurs vêtements.

 

Pour le parcours, n’étant pas parisien, je ne peux vous faire que les grandes lignes : La comédie Française, le Moulin rouge, Montmartre, la Villettes et un petit décroché par le canal. Bastille, l’Institut du Monde Arabe, la grande mosquée, le panthéon, St Michel, les quais de Seine et retour à la case départ. C’est vraiment les TRES grandes lignes.

 

Au début du parcours, l’un de nous demande : A partir de quelle heure les parisiens commencent à être bourré ? Nous aurons rapidement la réponse à cette question.

 

Au fur et à mesure que les rues se vident (ça reste relatif) et que la circulation automobile se raréfie, le taux d’alcoolémie des noctambules ne cesse de croire. La nature est bien faite. Certains sont dans des états !!!!

 

Une demoiselle sortant d’un bar lâche un « ‘tain un lâché de Forest Gump ! ». Je me marre. Une nouvelle pépite. Parce que des réflexions plus ou moins intelligentes ont va en entendre tout du long de la nuit. D’ailleurs nous auront le droit soit a des encouragements. comme dira l’un d’entre nous : « on est plus encouragé que sur une course traditionnelle » c’est pas faux… Ou alors des gestes moins sympas voir comme j’ai vu au départ un joli doigt de la part d’un mec en voiture. L’intelligence est décidément une chose bien mal partagée. Mais globalement, notre troupeau suscite plutôt de l’étonnement qu’autre chose.

 

Bref, si l’ambiance dans le troupeau est franchement bonne, les réactions des noctambules sont globalement plutôt cool. Certains nous prenant pour l’armée, d’autres pour des pompiers. Ai-je le look d’un pompier ?

 

On aura le droit de la part d’un type sortant d’un bar avec un verre dans chaque mains à un : « Ravito d’EPO, Ravito d’EPO » ! Et bien d’autres trucs…

 

Vers 3h30, peu après Bastille. Un américain – Richard - commence par trottiner avec nous. Il est franchement rond comme une barrique et sens la vinasse comme c’est pas permis (certaines mauvaises langues diront : Toi dans tes heures de gloire… - C’est pas faux). Mais, il commence à nous suivre alors que nous dirigeons vers les quais de Seine. Avec ses petites chaussures de ville, son jeans et sa chemise, je lui donne pas longtemps avant qui nous quitte.

 

Régulièrement Richard prend des photos en courant… Mais bien sur… A mon avis comme souvenir tu auras sans doute de belles douleurs aux jambes mais sans doute pas de belles photos !

A chaque pose. Richard souffle, titube, manque de tomber mais il repart. Impressionnant !

 

Sinon, nous aurons également droit à une belle rangée de fesses, avec une synchronisation de la descente du pantalon réglée comme un ballet du Blochoï.

Sur les quais de seine, deux p’tit jeun’s se mettent à courir. « Vous allez ou comme ça ? » « Et pourquoi vous faites cela ? » bref des questions que l’on a pas mal entendu durant la nuit. Explications données, ils vont nous suivre un p’tit moment (jusqu’au panthéon).

 

La découverte de p’tit coin mal connu (pas connu ?) du publique lambda – moi y compris, pendant que dans le peloton sa papote sévère d’un peu de tout.

Plus qu’elles surprises comme la découverte des marches au pied du Sacré Cœur ayant subis le résultat d’une soirée arrosé. Franchement c’est crade.

 

Vous l’aurez compris, Paris en courant la nuit c’est une expérience à vivre - peut-être pas tout seul tout de même.

 

4h35 retour à la case départ. Personne pour un deuxième tour ??? Bah ça m’arrange pas de trop, c’est que j’ai encore une grosse demie-heure avant mon RER moi… Pas cool. Tant pis

 

Applaudissements et remerciements à Taroc

Applaudissements à Richard (ça lui fera un souvenir).

 

Comme j’ai encore une demie heure à attendre, je décide de repartir direction l’est pour patienter. Je regagne la rue de Rivoli et je continue direction Bastille, puis je prend direction Nation. C’est le parcours du Marathon de Paris. Je croise encore des gens qui rentrent ce coucher ou qui se lèvent et j’entends : ‘ »tain y en a qui cours déjà à cette heure… » Mouarf !  S’ils savaient ! J’arrive a Nation alors que le jour se lève doucement. Il est 5h10 à ma montre, j’ai le choix si les grilles sont fermées je pousse jusqu’à Vincennes sinon je prend le RER et là à mes pieds les grilles se lèvent. Cool je commence par descendre quand je vois : Passage interdit. Oups c’est la sortie, remonté et descente dans le bon couloir. Le 1er train est à 5h27 et c’est le mien.

 

6h je me gare au pied de mon immeuble. Deux renards (tiens il y a des renards en région parisienne ?) vont faire comme moi : aller se coucher ! Bonne nuit.

 

En tout cas, c’était bien sympas. J’ai bien aimé la p’tite ballade.

Encore une fois c’est à faire.

 

Le_lomb

3 commentaires

Commentaire de Karllieb posté le 14-06-2007 à 14:40:00

Merci Lombric pour le CR. C'était sympa de te rencontrer même si on n'a pas beaucoup discuté ensemble. La prochaine fois...
Karllieb

Commentaire de Say posté le 14-06-2007 à 16:03:00

Chalut


Donc pour la prochaine sortie by night, il faudra qu'on prévoit de courir plus longtemps pour avoir les premiers RER! MDR

Merci pour ton CR

Coli

Commentaire de agnès78 posté le 20-06-2007 à 23:25:00

Merci à toi pour ce beau récit et merci à Rodolphe pour avoir organisé ce très beau parcours dans les rues de la capitale...
Les renards ont du avoir peur en te voyant débarquer avec les booster et la frontale, nongggg???? ;-)))
Encore merci
gros poutoux
agnès

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran