Récit de la course : Techni'Trail de Tiranges - 65 km 2007, par Sandrine74

L'auteur : Sandrine74

La course : Techni'Trail de Tiranges - 65 km

Date : 6/5/2007

Lieu : Tiranges (Haute-Loire)

Affichage : 3172 vues

Distance : 65km

Objectif : Pas d'objectif

8 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Trail Tiranges Tour, Un goût d'inachevé !

Trail Tiranges Tour

Dimanche 06 Mai 2007.

Un goût d'inachevé ! 

Il y a un an, je n'avais pu venir, du fait que j'étais sur le Challenge The North Face à Chamonix.Toutefois j'avais dit que j'y viendrai, chose faite, dès l'ouverture des inscriptions, j'envoi la mienne, pas de soucis ! 

Cette année au menu c'est 65km et 3000m+ d'annoncer, mais sur l'affiche nous découvrons le nom que Guillaume a donné "Techni-trail".Je suis confiante, car Guillaume, m'annonce que normalement les barrières seront 4h30 de course au 22/23ème Km et 8h de course au 40ème Km… Ce qui me pose beaucoup moins de soucis ! C'est jouable ! 

Samedi 05 Mai 2007

Nous partons donc avec Thierry Samedi matin, après 6h de route, nous arrivons à Tiranges où il n'y a pas grand-chose qu'à cela ne tienne nous irons déjeuner sur Boisset.

 

Tiranges nous voilà, mais cette fois pour y rester ! Gilbert est déjà là.

Derrière Dawa et Annie arrivent… Juste le temps de s'échanger deux mots, ils sont attendu !

 

Et puis, nous attendons de pouvoir récupérer nos dossards !

Je porterai le 172 !

Les UFO's arrivent par vague ! Des ami(e)s, des visages qu'on connaît, les prémisses d'un week end avec beaucoup d'ambiance….

Phil arrive, avec le grand orange, Zabou et Romu ! Les parents à Phil se sont chargés des réservations pour les gîtes, du coup nous ne savons toujours pas où nous dormons, jusqu'au moment où ils seront là !

 

Il est bientôt 17h le Colloque va commencer….

Pour faire un résumé… Il fallait être là !

Kokopelli nous fait une intervention sur la préparation physique principalement…

François Castell sur la préparation mentale…D'ailleurs dès le lendemain, nous nous efforcerons à mettre tout ça en œuvre !

Michel et Catherine Poletti, nous présenterons les modifications des courses.

La partie question, où autant Christophe Jacquerod et Dawa Sherpa répondront, en plus des autres intervenants !

 

Après tout ça, c'est déjà l'heure de la pasta party, avec un Sylvain et un Val complètement affamé… D'ailleurs c'était excellent !

Pasta Party samedi soir.

 

Nous allons dans un premier gîte pour récupérer Phil, pour qu'il nous dirige vers le second gîte, introuvable sans GPS ! ;)

23h30 : Il est largement l'heure de fermer les yeux, Val et Thierry sont pris d'un immense fou rire… Vers minuit malgré tout ça, et grâce à un peu de sophrologie je m'endors… Mais après 2h30 d'un profond sommeil, je ne peux plus dormir vraiment, juste des petits micros sommeils, qui me rendent à cette journée de dimanche complètement crevé !

 

 Dimanche 06 Mai

J'ai hâte que les réveils sonnent ! Le mien est le premier à 5h… 10 min plus tard c'est Thierry… 10min plus tard c'est celui de Val "5h20 il est l'heure de vous réveillez…." 10 min plus tard c'est celui de Romu !

Donc personnes ne se réveillent vraiment à la même heure !

Val commence à dire qu'il a trop bu la veille ! (Allez il nous refait le coup "j'ai pas la forme, j'me traîne !").

 

Nous nous empressons de prendre le petit déj en nous disant qu'il faut que nous partions à 6h si nous voulons être à l'heure… Toutefois Phil n'est pas pressé, et impossible d'aller à Tiranges sans son GPS !

Le petit déj !

 

6h15 enfin dans les voitures ! Nous mettrons environ 30 min pour rallier le départ… Un stress !

Je n'ai pas serré les chaussures correctement, le temps de dire bonjour à tout le monde, mince mon dossard ! Il est dans mon sac ! Il faut que je mange ma banane !

Christophe, Jérôme, Rouba, et Paulo.

 

Je pense à Emmanuel, il faut que j'arrive au bout aujourd'hui… Le coup d'arriver à laboure j'suis un peu stress, j'suis en plus fatiguée, et je me dis qu'il va falloir que mon appareil photo ne ballote pas trop… Et oui, ce coup ci, c'est gros appareil photo, le petit se baladant avec Emmanuel toute la semaine entre Montpellier et Valencia !

Le départ est imminent. 

Le briefing, Phil n'est pas là ! Où est Phil ? J'ne sais pas !

Il déboule au moment du départ, mais repars aussi tôt, il a oublié son dossard dans la voiture !

Pas le temps de savoir comment ils donnent le départ, ça part c'est tout ce que je sais !

 

Bien sûr devant tout de suite ça imprime un rythme d'enfer ! Moi, je teste, apparemment mon appareil photo ne devrai pas trop me gêner ! Par contre je mettrai un peu plus de temps pour prendre les photos !

Le départ est bien rapide !

Phil et Rouba déjà bien en retrait !

 

Les premiers pas sont lourds, je cherche ma respiration, j'ai tout de suite mal à l'ongle du gros orteil…

Je m'arrête rapidement pour resserrer mes chaussures, et tout mettre d'aplomb…
V'là que j'ai mal à la main ! Bon sang, mais aujourd'hui qu'est ce qui m'arrive ?

Je prends sur moi, et me dit que ça va le faire, faut juste être patiente, ça va passer !

Alors assez rapidement je me retrouve seule, je profite alors des paysages, qui je dois dire sont magnifiques !

Les paysages du coin.

 

La pluie des jours précédents a rendu le sol glissant, avec des odeurs de terreau, d'humus… Le bruissement du vent dans les jeunes feuilles, le clapotis de la rivière…

Mon pied glisse régulièrement, m'obligeant à me contenir dans les descentes, de plus à certains endroit si je me permets la glissade, ils risqueraient de ne pas me retrouver !

Alors je fais attention… Hum ! Le genet est d'un jaune éclatant, tout l'environnement me fait penser à l'Ardèche pas très lointaine, avec à certain moment des allures de forêts profondes !

Petit coin me faisant penser à l'Ardèche.

Chalençon. 

Je découvre comme Guillaume a été sournois dans le tracé du parcours, cherchant absolument les limites de notre équilibre et de nos articulations, tout en devant rester attentif au moindre pas, et à ne pas perdre le balisage !

C'est tout en bas que ça se passe ! 

D'ailleurs tiens, il arrive en contre sens, je tourne pas trop mal pour le moment, même si je suis pas bien, je ressens les effets de la fatigue, j'ai les jambes qui tirent qui ne veulent pas y aller, et pourtant je les force à continuer !

Et ben, il aurait pu mettre la tyrolienne pour y aller ! 

Je continue à avancer, je commence à avoir mal au ventre, des petits panneaux nous avertissent d'un danger imminent, enfin plutôt d'une glissade imminente !... d'ailleurs ça ne loupe pas ! Je redouble de vigilance…

"Tiens c'est un beau petit raidillon massacré par un troupeau de sanglier !"… "Ah, y'a une corde, ok j'ai compris !"…. C'est par là que ça se passe ! J'espère juste qu'il n'y a personne en dessous ! En bas de ce passage un bénévole nous attend pour savoir si ça va !

J'dois dire que ça ne me pose pas de problème !

Passage avec corde. 

D'un coup, je me retrouve au bord de "l'Ance" la rivière locale !

C'est beau… Bon je n'avais pas besoin du colloque d'hier pour savoir, qu'il fallait profiter du paysage, surtout quand ça va mal, ça aide toujours à continuer !

Le pont du diable est face à moi, j'entends qu'on m'encourage à courir, toutefois ce coup ci je préfère ranger mon appareil photo avant de repartir !

Le pont du diable.

 

Je fais la traverser du pont, avec le photographe au bout !

Plus loin c'est Romu qui est là, il ne reste pas grand monde derrière !

 

Bon allez une petite montée pour arriver au ravito en eau, qui se trouve à Chalençon… Y'a pas à dire c'est vraiment chouette !

 

Je ne traîne pas, même je repars assez vite, pas besoin de recharger en eau, j'en ai assez dans ma poche à eau !

 

Donc, je repars, le soleil commence à faire timidement sont apparition au milieu de cette dense forêt !

Apparition du soleil.

 

Ca réchauffe, mais faut faire attention, car le vent à vite fait de nous refroidir !

Partie roulante !

 

Et déjà un petit ravito solide… J'prends du coca, c'est pareil que le précédent je ne recharge pas ! Et du pain d'épice, qui me fera encore plus me tordre pour mon ventre !

On m'annonce qu'un groupe de coureurs à loupé du balisage et je dois dire que je ne sais pas comment ils ont fait !

Donc, voilà comment se retrouver à plusieurs !

 

Juste après ce ravito une descente un peu technique, là j'entends quelqu'un qui arrive derrière moi et qui me passe comme un coup de vent, enfin pour le coup ils sont deux, mais c'est les premiers de la course de 25 Km.

Ils m'encouragent et je leur rends les encouragements, je sais que maintenant je ne vais pas arrêter de me faire doubler, mais ce n'est pas bien grave…

Tiens un autre groupe de coureurs… Ah ! Par contre ceux là, ils sont bien sur le 65 Km, 8 personnes ! Y'en a un qui me dit qu'ils ont perdu une heure à tournée !

J'essaye toujours d'allonger quand je peux, de trottiner quand le terrain le permet, ce n'est pas facile… Et je me dis, que c'est quand même un sacré progrès car il y a un an, je faisais tout simplement mon premier trail et par la même mon premier ultra en ayant laborieusement commencé à courir même pas deux mois auparavant, et entre deux en ayant été blessé !

 

Je relance, en me disant si c'est 300 m, c'est toujours ça ! Si c'est un kilomètre c'est encore mieux ! Ce n'est que de maigre minute de gagner ! Mais c'est bon de savoir que sans ça je ne pourrai y arriver !

 

Par contre j'ai eut le malheur d'embarquer le profil de la course, mais je crois bien faire, je l'ai vu juste la veille… Mais il n'est pas vraiment juste !

 

Je continue doucement mais sûrement, j'entends moiner derrière moi ! C'est Benoît !

On discute un peu, et il repart comme s'il n'avait pas fait quelques Km !

 

Une nouvelle montée pour nous en faire baver, et pourtant celle-ci n'est pas plus technique que ça juste un peu raide !

Une belle petite montée.

 

Les fourrées ne sont pas loin et nous passons dans les bois, c'est là que je vois Thierry, pourtant il me semblait qu'il était loin ? Mais non, il me dit qu'il est cuit, j'essaye de le faire emboîter mon pas, mais pas moyen, dans cette montée faut pas s'arrêter !

Romu, notre barroudeur photographe descend et nous voilà dans "La combe des blaireaux" ! C'est ce qu'il dit le Gui ! Franchement celle-ci je m'en rappellerai ! Passage de saut d'obstacle !

La montée se termine, mon GPS qui n'arrête pas de perdre le signal n'est plus tout à fait d'accord sur les distances, j'attends le deuxième ravito solide ! Nous sommes sortie de la forêt et c'est un petit chemin qui nous mène doucement vers la croisé des chemins.

Michel C. arrive, il me dit qu'il en bave un peu. Je le charrie en lui demandant s'il ne veut pas mon dossard pour faire le 65 et tenter la première place féminine ! Mais non, ça ne le tente pas.

A ce ravito, je bois coca et eau, je recharge ce coup ci ! Par contre, pas vu le gâteau de semoule, ni les bananes, et le chocolat, les raisins sec, ou le pain d'épice ne me dise rien du tout !

 

Cette croisé de chemin est dur, car ça peut être tentant pour des personnes pas bien en point ! Mais moi ça va passer… A défaut d'autre chose, je m'assieds à côté du ravito et je mange un morceau de mon sandwich !

 

Ce petit panneau marqué 65 Km… Je ne me pose pas de question, je file, j'espérai revoir Thierry mais non…

C'est roulant, et même si les jambes sont toujours pas d'accord je trottine ! Aujourd'hui je force vraiment mon corps à me suivre… D'un coup j'ai l'impression de voir une feuille verte  courir sur le côté ! V'là que la fatigue me fait halluciner ?... Je m'arrête nette, et je contemple discrètement… Bah ! C'est pas une feuille, c'est un lézard tout vert… mdr !

Le fait de le regarder un court instant, me redonne du cœur à l'ouvrage !

Lézard vert. 

Je repars, en me disant que c'est un lézard qui me redonne tant d'énergie ! : )


Enfin, je vous passe la gamelle que j'ai failli me prendre…Décidément !

Après le temps me parait long, j'ai l'impression de ne plus avancer, ça fait déjà un petit moment que j'ai mal à la tête en plus de tout le reste !

Franchement parfois je me demande comment je peux encore avancer dans un tel état !

Ces petits maux sont rien, mais mis les uns derrière les autres, et ben… Je regarde le paysage… J'en profite ! Il fait beau… Ben oui, la prépa mentale, je crois que ça fait des années que je fais ça ! : )

Chemin bien calme.

 

Le plaisir de regarder les myosotis, le genet, les orchis, et autres fleurs qui jonchent le sol…

 

Et puis ça descend et ça remonte, et là je vois une camionnette de la croix rouge… Je sors mon plus beau sourire, ma plus belle mine, j'échange deux mots avec eux, et je pars vite ! Ils me disent qu'ils sont à un peu moins de mi parcours… Environ 30 Km, et qu'il y a bientôt un point d'eau. Chouette, mi parcours bientôt !

 

Oui, mais pas vraiment… Un kilomètre plus loin, au point d'eau, "27 Km…" "Vous voulez de l'eau ?"… "NON"…

Je suis dépité, je viens de me recevoir un coup de massue derrière la tête… Rien ne va, je ne sais pas où je suis, le profil n'est pas bon….

Avant d'entrée dans le bois.

 

Dans mon désespoir du moment, je profite de l'ombre offerte par une forêt d'épineux pour m'asseoir de nouveau, et prendre le temps de manger un peu… Franchement dans l'état où je suis, je prends ce peu de temps, qui au final ne dure pas plus de 2 ou 3 minutes… Je bois… Je continue, et dès que c'est possible je cours…

Un petit bonheur, que l'ombre offerte.

 

Je croise à un moment le regard d'un serpent qui se réchauffe au soleil… Elle, je ne la prendrai pas en photo… C'est une vipère, et je n'aime pas les vipères et d'ailleurs pas les autres serpents non plus !

Je me dis qu'avec un peu de chance le prochain ravito sera en bas de cette descente… Mais quelle descente, avec un panneau comme quoi il faut faire attention et ralentir… Ce n'est pas de bon augure… Et me voilà, les pieds dans les feuilles de l'automne dernier, à me tordre les chevilles, à assurer mes pas et à maudire Guillaume qui nous envoie dans des endroits où les sangliers ne passeraient même pas ! Grrrr…

Descente annoncé un peu technique !

 

Enfin la fin de la descente… Mais rien… Enfin si ! Une montée !

 

Le ravito du 35ème Km, enfin… Je suis déjà un peu hors limite, j'ai trouvé peu de temps avant un petit ruisseau où j'ai trempé ma casquette, il faut absolument que je fasse descendre cette fournaise qui me sert de tête… J'ai en plus la respiration qui siffle de plus en plus, bon ben je fais ce que je n'aime pas, mais là je commence franchement à en avoir besoin !

 

Les deux bénévoles font un bon de leurs chaises quand ils me voient arriver. Je regarde un peu qui est passé et à quelle heure ! Ils me disent que j'ai un peu dépassé, mais moi je continue ! 7h20 de course au lieu de 7h.

 

Maintenant je sais que je ne peux plus me fier au profil. A peine partie de ce ravito, voilà un petit mur… J'ne savais pas qu'on était en stage commando ! En plus y'a un message "Techni-Trail, ça se mérite"… Là, les jalons partent droit dans la pente, franchissement de troncs qui jonchent le sol… Et là, je me dis que notre cher Guillaume n'est pas en manque d'imagination !

No comment !

 

Arriver presque en haut, un autre petit message pour savoir peut être si nous avons été rassasiés "Alors ? Heureux (se) ?"…. Il a dû cacher une caméra quelque part, ce n'est pas possible ! Pour voir quelle tête on peut faire ! J

No comment ! 

S'en suit un faux plat montant qui nous fait découvrir le paysage…

Sortie de la forêt.

 

Les parents à Phil sont là, ils m'encouragent, me demandent comment ça va ?

 

En fait je viens de me rendre compte que depuis quelques Kms la forme revient, plus mal nulle part, même les jambes ne rechignent plus, toujours un peu mal à la tête mais rien à comparer de tout à l'heure, le mal de ventre à fini par passer aussi…. Enfin, la forme revient !

Mais bon, c'est un peu tard, toutefois, je caresse l'espoir que le ravito arrive vite !

Une longue descente roulante ce coup ci, je la dévale comme je peux, j'évite de me faire une cheville !

J'arrive au niveau du ruisseau, je vois l'heure qui tourne, les minutes qui s'égrainent et malgré la forme revenue, y'a pas moyen, je ne le vois pas le ravito…

Cette dernière barrière horaire est à 16h15. Y'a encore de la montée, j'vais plein dedans, un refrain dans ma tête "il est pas loin ça va le faire" ! Mais toujours rien, je passe l'heure donné…

Je me dis "Aller, il doit être à 5 min !"… "Mais bon sang, où l'a-t-il caché son ravito ?"

Je passe le temps limite de 10 min maintenant, je continue mon ascension, sans grand espoir !

 

J'arrive en haut de cette dernière montée, je ne me bas même plus pour allonger sur les quelques mètres de plat, et pourtant j'aimerai continuer, je vois au loin Guillaume et sa veste orange. Je sais ce que ça veut dire, je traîne les pieds, j'ai les yeux qui se brouillent, je me retourne une dernière fois au terme d'une trentaine de Km de cavale solitaire, où la nature fût ma seule compagne… Mes yeux regardent une dernière fois ce chemin qui m'a vu me battre toute cette journée… Au final que dois-je me reprocher ? D'avoir continuer ? D'avoir essayer de me battre ?

Romu est lui aussi là, Gui m'attend…. J'aurai dû passer en 9h15, et j'y suis en 9h40…

"T'as l'air encore fraîche !" (Peut être un espoir pour qu'il me laisse repartir ?)

Et puis c'est normal, pour résumer je lui dis "35km pas bien, et juste les 15 derniers bien mieux!"

"Bon, tu t'arrêtes là !" pour moi je prends pas cette phrase comme une interrogation, ni comme une suggestion… Je n'ai pas le choix, il faut que je monte dans son "panier à salade".

 

J'ai un couteau dans le cœur, ces mots résonnent comme s'il y avait quelqu'un qui était déjà parti débaliser… A ce moment là, je ne fais que respecter l'organisation, et aussi respecter ta décision Gui… Mais je serai bien reparti en cavale quelques Kms encore, tellement j'étais contente d'aller mieux !

 

La peine à l'âme, je retourne à la civilisation, je regarde le chemin défiler, tel un animal qu'on vient de mettre en cage.

 

Les amis sont là, ça remonte le moral, mais moi j'aurai voulu terminer… Après une bonne douche, c'est le repas, heureusement qu'il y a le buffet derrière ! En attendant, je suis moins sage que la veille, et la bière est une bonne boisson de récup !

 

Paulo, Le Piou et Jérôme arrivent tous les trois ensembles !

 

S'en suit, l'arrivé de Phil qui court sans dossard depuis le 35ème Km, si j'avais su !

Il arrive après 12h49 de course !

Il n'y a plus d'arche d'arriver, qu'à cela ne tienne nous tirons un morceau de rubalise et le tour est joué !

Arrivé de Phil. 

Nous installons la table pour le buffet, nous nous retrouvons ainsi à une trentaine !

L'ambiance est conviviale, amicale, ça bâche de tous les côtés….

 

 

 

 

Les yeux sont fatigués, nous partons nous coucher !

 

Lundi 07 Mai

Le réveil est dur, il faut partir…

Une fois arrivée, je tourne est retourne ce qui c'est passé, je cherche l'erreur, ce qui a fait tout bugger… Je commence à écrire ce récit, mais c'est la peine à l'âme.

Ce soir Emmanuel rentre, après 10 jours de cavale !

 

Il est dit toutefois que l'écriture est la meilleure thérapie, ben je confirme, ça permet de prendre un peu de recul, d'analyser. Ok je fais toujours très long, mais au moins ça guérit en partie !

 

Au final, je crois que je suis au poil sur la préparation mental ! : )

Bien d'autre aurait abandonné depuis longtemps !

 

Ce que j'ai le plus aimé… Le parcours, l'ambiance, le buffet… Et les amis : Phil, les parents à Phil, Zabou, Sylvain61, ThierryM, Val, DidierP, Kic, MichelC, Gui, Paulo, LePiou, Gilbert, Loup, Kokopelli, Forest, Rouba, Dawa, Michel et Catherine… Et biensûr j'en oublie !

Ce que j'ai le moins aimé… Voir Gui au 50ème Km, ça voulait dire retour à la maison !

Et si c'était à refaire… Après mûre réflexion, j'ai un goût d'inachevé !

 

Merci à toute l'organisation, mais surtout à toi Guillaume, pour avoir dégoté un si beau parcours, tu nous aura aussi fait rire avec tes messages, je pense que sur le moment beaucoup devait te maudire J… Je peux paraître cru parfois, mais je dis ce que j'ai à dire.

Merci à Phil et ces parents, pour l'organisation du logement !

Et aussi à tous les ami(e)s présent !

 

 Au terme d'une longue lecture, j'ai envie de faire comprendre à ceux qui courent en tête, la sensation d'être dernier ou dernière, et de se voir voler une arrivée ! C'est ma sensation, ce n'est peut être pas la meilleure, mais c'est celle que j'ai eut sur le moment. 

 

Amicalement,

 

Sandrine…74, UFO, CMBM.

8 commentaires

Commentaire de nicou2000 posté le 10-05-2007 à 18:06:00

pas grand chose à dire... un grand coup de chapeau pour nous faire partager ces émotions aussi fortes! Je pense que nous (je veux dire ceux qui ne courent pas devant...) sommes tous amenés à passer par là à un moment ou un autre...

Commentaire de calimero posté le 10-05-2007 à 18:25:00

Bravo pour ton CR qui nous ferais presque oublier la difficulté de ta course!
Tu n'a pas pu finir, je crois que ce n'est pas bien grave vu les émotions que tu as fait passer, ce sera pour la prochaine fois sans nul doute.
Du moment que tu en profite un max....

Commentaire de Olivier91 posté le 10-05-2007 à 20:04:00

Comme je te l'ai écrit par mail, je pense que Gui a pris la décision qui s'imposait à lui à ce moment-là. Peut-être se trompait-il, mais il a dû agir en âme et conscience. Je vois que tu réussis peu à peu à prendre du recul ... et à retrouver tout ce que ce WE (y compris la course) t'a apporté de positif. En tout cas, c'est pas la volonté qui te manque ... reste à suivre régulièrement ton sanglier pour pouvoir courir un peu plus (tu es une débutante, rappelle-toi!)et jongler un peu moins avec les barrières et pense à acheter un deuxième appareil compact ce sera toujours du poids de gagné!
Bises
Olivier

Commentaire de sylvain61 posté le 10-05-2007 à 23:00:00

Merci pour le CR Sandrine...en fait c'était finir en moins de 7h00 ou un super récit avec plein de joulis photos de ce coin de paradis...Aux tourbières, laisse l'appareil à la maison et ouvres grands les yeux et les narines !

Commentaire de akunamatata posté le 11-05-2007 à 14:32:00

félicitations pour ta course, même si tu n'as pas été autorisée à aller plus loin avec le dossard.
Les photos sont sympas aussi

Commentaire de béné38 posté le 12-05-2007 à 08:42:00

Merci Sandrine pour ce récit plein d'émotion. On ressent ta solitude au moment de l'arrêt et après aussi. Mais comme tu le dis si bien tu es mentalement préparée, reste à "paufiner" l'entraînement. Ca nous a permis de profiter de bien belles photos.
Je suis sure qu'avec le recul tu vas la refaire...
Bizaplus
Béné38

Commentaire de gdraid posté le 15-05-2007 à 23:20:00

Peut-être as-tu confondu, Sandrine74, parcours bucolique et parcours technique.
Course implacable, que tu termines frustrée Sandrine74.
Tu nous a offert de très belles photos, sur lesquelles tu as mis des mots merveilleux.
Tu n'as pas fait usage d'une grande concentration, ni d'effort calculé, associé à un mental sans faille, pour vaincre toute faiblesse.
Comme l'a écrit Guillaume, sur le parcours,
"un trail ça se mérite",
sur l'air évangélique de
"tu accoucheras dans la douleur."
Le vrai supplice était le chrono, contre lequel tu devais t'acharner, et te battre.
Tu as choisi de prendre le "temps" du plaisir, Sandrine.
Guillaume avait choisi le "chrono" de l'effort sans répit.
JC

Commentaire de agnès78 posté le 17-05-2007 à 10:18:00

Ma petite puce...
Merci pour ton récit chargé d'émotion et de l'humanité qui te caractérisent si bieng...
Ce genre de regret marque beaucoup mais tu as eu la force de rebondir et de relever le défi des 12 heures de Bures, la semaine suivante...
La marque des grandes Championnes, au grand coeur...
Merci pour ces belles photos...
Gros poutoux et j'espère à très bientôt...
agnès

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran