Récit de la course : L'Ardéchois - 57 km 2007, par La Tortue

L'auteur : La Tortue

La course : L'Ardéchois - 57 km

Date : 29/4/2007

Lieu : Desaignes (Ardèche)

Affichage : 1689 vues

Distance : 57km

Objectif : Pas d'objectif

7 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

Salut la compagnie !

Un petit cr de l'ardéchois, car je n'ai pas trop de temps, mais je ne résiste pas à vous narrer ce week end génial.

Je devais initialement me rendre à Montpellier pour les Pèlerins comme tous les ans et j'avais réservé de longue date mon we du premier mai et mes billets d'avion, lorsque le Poc nous fit savoir que sa belle course était annulée ! Aussi, sous les recommandations du blueb, je me « rabattais » sur l'Ardéchois à 250 km de là qui me permettrait de revoir les copains, de faire la connaissance enfin du dino et « d'amortir » mon billet d'avion non remboursable.

C'est donc sous un beau soleil que l'on se retrouve la souris, le blueb et le dino à Désaignes, joli petit village du haut Vivarais qui est une région magnifique. Dossard, camping de Retourtour (à Lamastre à 6 km , au calme et très très bien : 04 75 06 40 71, je fais de la pub !), AAB, le blueb vous a déjà tout dit, sauf tout le mal qu'on a dit des absents, mais je n'en dirais pas plus que lui ;-))


le bivouac du zoo

dino, souris, blueb

Les Pèlerins étaient 1 des 2 objectifs majeurs de ma saison (avec l'UTMB), et je me serais vraiment lâcher aux Pèlerins, mais j'ai finalement décidé d'aborder cette course comme le Vulcain c'est-à-dire comme un « entrainement ». Contrairement à l'habitude, je ne me préparerais pas de road book précis. Je retiens juste le profil général de la course et les barrières horaires, sachant que celles-ci me paraissent assez larges. Au Vulcain, ma gestion de course assez prudente m'avait fait finir pas trop mal, hormis des douleurs aux pieds importantes et des crampes comme je n'en n'avais plus eu depuis longtemps. Aussi, j'avais décidé d'améliorer ces deux points noirs en prévision des échéances estivales.

Pour les pieds : ce sera strapping de tous les orteils (sous les conseils du Gé), laçage « toutou », chaussette Ryan « été » neuve, vaseline de la voute plantaire et ma dernière acquisition : des Salomon Trail Pro, acheter la veille sous les conseils de « manu de nantes » d'endurance shop et dans lesquelles je me sens super bien. Pour ce premier point, ce sera que du bonheur. Pour la première fois en trail, je me suis fait plusieurs fois la remarque en course de n'avoir pas mal aux pieds malgré des descentes menées tambour battant. Je vais quand même me chopper un hématome sous-unguinal sur le majeur gauche dont l'ongle ne va pas tarder à être comptabilisé en perte et profit.

Pour les crampes : j'ai ressorti mon traitement habituel qui m'avait déjà rendu service, à savoir quinine (1 cp/j, les 3 jours précédents la course), puis 1 comprimé de quinine dès l'arrivée des premiers symptomes, sporténine toutes les 2 heures environ, et surtout m'hydrater beaucoup plus les jours précédents et pendant la course. De ce point de vue, ce fut mieux qu'au Vulcain car les crampes ne m'arrêteront à aucun moment, mais plusieurs fois, j'ai senti venir la crampe, et il m'a fallu lever le pied et prendre une quinine pour la faire partir. Donc ce fut mieux, mais il va falloir que je regarde ça encore de près car je me vois pas faire 160 bornes avec des adducteurs et des mollets qui manquent de se tétaniser au moindre faux-pas ! arf !

La course :

Nous partons du fond du cours, mais alors que le blued et la souris ont réussi à se faufiler, je me retrouve, après un petit tour du bourg, bon dernier en compagnie du Dino. Nous allons monter la première difficulté à quelques mètres l'un de l'autre. Mon diesel chauffe doucement et quand la première descente arrive, je me sens des fourmis dans les jambes et je commence à allonger mes grand compas. Hélas, très vite le chemin se ressert et il devient impossible de doubler, aussi je vais me retrouver coincé et obligé de ronger mon frein. Ce sera comme ça jusqu'au premier ravito : je suis dans le rythme de mes compagnons de route dans les montées et les plats, par contre je vais beaucoup plus vite qu'eux en descente quand le chemin me permet de doubler. Il fait un temps superbe et le parcours est fantastique. Dans le passage des ruines de Rochebone, je sens les jambes assez dures et je me dis que je ne suis pas au top. La faute probablement être à une prépa cuisse assez intensive en ce moment (vélo, marches d'escalier et elyptik) et comme j'aborde cette course comme une super SL de préparation, je me suis entraîner normalement la semaine précédente sans chercher à faire du jus et il est clair que je vais manquer de fraicheur.

Km 22 : premier ravito en 3h23. je suis tellement peu inquiet du chrono que j'en ai oublié de le déclencher au départ. Quand j'arrive, la souris, le blueb et le dino sont sur le départ. Je pensais être plus loin, tant mieux, mais je ne cherche pas à leur emboiter le pas. Je fais le plein de ma poche à eau et je repars après 3'30 d'arrêt.

Après le ravito, la densité de coureur est beaucoup plus faible et je peux maintenant maintenir mon rythme sur toutes les parties de la course. Je me souviens d'une belle bosse après le ravito où je ressorts ma bonne vieille technique de la force brute, c'est à dire marche forcée en tirant fort sur les battons, c'est fatiguant mais super efficace car je double pas mal ! Il s'en suit une super descente jusqu'à l'embranchement avec le petit circuit que je passe largement avant la barrière horaire. Un peu avant, j'ai pensé bifurquer sur le court, car j'avais déjà très mal aux pates et je me sentais pas en grande forme de fraicheur, mais comme la bifurcation se situait en pleine descente, emporter par l'élan j'ai pas eu trop le temps de réfléchir et zou je suis parti sur le long car de toutes façons j'étais venu pour faire de la distance et du D+ et que ça pouvait pas me faire de mal, même si je devais finir très doucement.

Après l'embranchement, la descente est géniale, alternant passage en sous bois de feuillus (chêne et chataigner essentiellement), verts et tendres paturages et chemins roulants. Alors qu'au pied de la descente, je pensais arriver au ravito 2, vlan, nous voilà à remonter et j'arrive enfin à ce ravito au bout de 5h06 pour 34 km officiels, mais je pense que c'était plutôt 36 voir 37 km. Mon rythme n'a pas baissé mais je sens les douleurs dans les cuisses monter de plus en plus. Après 4'40, je repars sans avoir vu de zanimo. La suite du parcours est faite de petite montée et descentes et de quelques plats sur lesquels j'ai beaucoup de mal à relancer et où j'alterne marche rapide et trottinage. Par contre, j'avoine toujours autant dans les descentes malgré des quadriceps qui sifflent de plus en plus fort !

Je débarque sur le ravito 3 beaucoup plus vite que prévu, en 6h de course, ce qui confirme que le ravito 2 était beaucoup plus loin que prévu. Je repars au bout de 3' après avoir rempli la poche à eau et manger 2 ou 3 babioles. Les bénévoles m'annoncent une dernière bosse ! waouh, je l'ai pas aimé cette dernière « ascension » des ruines de Rochebloine. 350 à 400 m de D+ et la pente est de plus en plus raide et se termine dans une sente à peine marquée dans les bruyères où il est impossible de se servir des batons tant il est difficile de les planter dans cette végétation. Sur les derniers mètres, j'y mettrais même les mains pour « escalader » quelques blocs rocheux ! Enfin, le sommet, et alors que je redoute une descente technique et périlleuse car mes cuisses sont à bout, il s'agit en fait de longs faux-plat descendants. Un coup d'oil à ma montre me laisse penser à un moment à une arrivée en mois de 8heures, mais la vraie descente vers Désaignes ne commencent que plus loin. Maintenant mes cuisses me brulent et je n'arrive plus à relancer fort dans les descentes et pour la première fois je vais me faire doubler par 2 concurrents dans la longue descente vers Désaignes. Arrivée au pied du village, il faut remonter un peu dans le bourg pour franchir la ligne. Le public est chaleureux mais je n'ai plus envi de me faire mal et je termine tranquillou en 8h05 soit pile-poile du 7km/heure.

A l'arrivée, il y a une ambulance qui vient ramasser un concurrent « en croix », du coup je pars à droite de la ligne alors que le ravito final et les zanimos sont à gauche. Le temps de reprendre mes esprits et le droit chemin et je retrouve le dino et la souris en pleine forme qui ont fait finalement le petit circuit et le blueb qui est arrivé 10' plus tôt !

Bilan : pas de crampe majeure, pas de bobo aux pieds, et une sensation de pouvoir aller plus vite en étant d'emblée dans un rythme un peu plus soutenu, mais des douleurs aux cuisses qui de toutes façons m'auraient freiner. Des paysages superbes et variés, une organisation tip top, des autochtones croisés au hasard des petits villages forts sympathiques et toujours prêt à ouvrir le robinet de leur source ou de leur tuyau d'arrosage. Ce fut un très beau dimanche, qui se conclura par une AAB sur la place du village alors que l'orage a menacé de loin sans jamais perturbé la remise des prix.

Les zanimos repartent sur Valence et je programme ma blondasse GPS sur Montpellier. Au bout d'une heure, encore dans mes pensées et dans ma course, je réalise que je ne suis pas du tout sur la bonne route. En fait, j'ai programmé le GPS avec l'option « sans péage » et voilà que la blondasse me fait faire la route des écoliers en passant par la haute-Loire, la Lozère puis le Gard. Après tout je ne suis pas pressé, et cela me permet de repasser par des coins que je connais bien pour y être déjà venu en vacances en famille.


par ordre d'appariton :
le bulot, le dino et la souris à l'arrivée. notez que seule la demoiselle sourrit encore ;-)


Le lundi, il fait toujours aussi beau et en attendant mon avion, je fais un tour place de la Comédie à Montpellier où le Poc voulait nous faire arriver cette année ! Pétard, ça aurait eu de la gueule quand même ! tant pis !

sur la route du retour


Bon dans 10 jours, c'est la course du Viaduc de Millau où je vais me faire pourrir grave par l'ourson aux dents longues et par l'Agneau revanchard après Paris. Ensuite le super trail nantais, pile 3 semaines avant le TGV qui sera ma dernière grande sortie avant l'UTMB. C'est sur que la mécanique va de mieux en mieux, mais je n'ai pas encore retrouvé mes cuisses de juin 2006 après mon alitement forcé de l'été 2006. Aussi, je reste confiant mais prudent, et je sais que d'ici aout, il me faudra beaucoup travailler les cuisses avec du vélo et encore du vélo , et surtou perdre encore quelques kilo superflus ce qui soulagera d'autant mes papates !

Au fait, au cas où vous l'auriez pas compris : l'Ardéchois, c'est vraiment à faire !

Kenavo les poteaux !

-----------------------------
bien amicalement,
La tortue
-----------------------------.


__,_._,___

7 commentaires

Commentaire de Tortue géniale posté le 04-05-2007 à 10:02:00

Merci pour ton CR, l'ardéchois fait désormais partie de mon futur calendrier !

Commentaire de Le Bulot posté le 04-05-2007 à 14:28:00

ET bien moi je dis BRAVO et même GRAND BRAVO ta course est fabuleuse tu m'as grillé dans la montée de la citadelle aprés le ravito de st jean de roure je n'ai même pas eu le temps de t'interpeler que tu étais dejà loin et pourtant je marchais pas ???? trop fort dans les descentes...

je suis tres heureux de vous avoir tous rencontré et en esperant vous revoir à chamonix pour l'UTMB

Amicalement et sportivement

le bulot

Commentaire de le_kéké posté le 04-05-2007 à 15:48:00

Bravo la tortue pour la perf et surtout pour ce magnifique CR.
Merci et à bientôt
A+ Philippe

Commentaire de gdraid posté le 04-05-2007 à 16:56:00

Merci pour ce beau récit, La Tortue !
Vous nous faites tous rêver, avec cette belle course, et l'ambiance amicale de toutes vos rencontres.
Bravo pour ta perf !
JC

Commentaire de titifb posté le 04-05-2007 à 20:34:00

Salut La Tortue !
C'est quoi un laçage en toutou ? Que veulent dire les lettres AAB ?
La photo avec les bérêts bleus : magnifique ! Ca vous avez de "la gueule".
Bravo pour ton récit et les photos !

Commentaire de electron posté le 09-05-2007 à 08:42:00

Salut ma tortue...

Bon je viens de lire les CR avec un peu de retard.. En tous cas ta forme revenue semble être plutot bien installée... Ca fait plaisir ;-)

Rendez vous début juillet

A+

Commentaire de Le_lombric posté le 09-05-2007 à 14:56:00

Bon bah alors je vais suivre ton conseil : Faire l'Ardéchois peut etre l'an prochain !

Merci pour ton récit la Tortue.

Le_lomb_toujours_admiratif

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran