Récit de la course : Marathon Nature de la Drôme 2004, par millepattes

L'auteur : millepattes

La course : Marathon Nature de la Drôme

Date : 16/5/2004

Lieu : Crest (Drôme)

Affichage : 2606 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

MERCI Jack pour ce merveilleux week end que tu m'as fait vivre

départ9 h 00de Saint-Fons en compagnie de Christine et de Nicolas, je roule doucement, j'ai le temps. J'arrive à CREST à10 h 45je gare mon véhicule et je vais faire mes emplettes. Comme par habitude j'achete des cartes postales 10 cette fois çi , je ne suis pas loin de la maison, mais je ne veux pas louper un déplacement sans penser à ma famille à mes amis.
je rejoins ensuite le stand marathon , facile à trouver , des panneaux de partout pour ne pas se perdre, c'est génial.
Rencontre en premier lieu avec Michel Poletti et sa charmante épouse, quelle joie de les revoir, des gens charmants et qui tiennent le stand UTMB.
je récupére mon dossard, sur le coup les bénévoles ne le trouve pas , c'est normal dit Jack en arrivant il est dans les élites. Ben oui, j'avais demandé à Jack de ne pas me mettre dans cette catégorie, je ne le mérite pas , mais bon c'est trop tard. Retrouvailles avec joie, avec Jack vite fait, qui s'affaire de partout , ben je sais ce que c'est, je l'ai vécu il n'y a pas longtemps. Je n'ai besoin de ne m'occupé de rien Jack a tout prévu, les repas de midi, le gite et meme l'accompagnement pour m'y rendre.
Je profites pour acheter les picodons de la région, auxquels j'avais gouter en dégustation , avec une dégustation aussi de pogne et autres gourmandises du coin.
Apres le repas, on m'emmene donc au gite , à environ 4 kilometre du départ c'est génial. Une maison tres bien soignée avec un bout de terrain et des proprietaires super sympa. Ils me montre ma chambre, une avancée dans leur propre maison tres belle avec douche , WC , un coin repos avec une table télévison.
Ca me change de la banlieue lyonnaise avec ma raffinerie et tout le site industrielle autour et les mauvaises odeurs.
je profites du bon air, pour écrire mes cartes postales, j'entends les oiseaux, sinon pas de bruit , un vrai régal. Je repars vers16 h00 pour retourner à Crest pour la course RUN FAMILLY, un 4 km dans les rues de cette charmante villle avec un questionnaire à remplir pendant notre périple avec des questions sur des endroits qui ont marqués cette cité. Puis retour pour le repas du soir, avec présentation des élites, je monte sur le podium avec Dominique NUGRE , Isabelle OLIVE et autres coureurs dont je ne me souviens pas le nom mais avec un palmares élogieux et fais la connaissance d'Irina KASACOVA
j'en profites pour faire la connaissance de gens merveilleux venus du forum d'Irina , je passe une soiree sensationnelle et rejoins le gite vers20 h30
Debout apres avoir dormi comme un bébé à6 h 00, petit déjeuner avec confitures faites maison , mais j'en abuses pas , à1 h 30de la course ça fait juste.
Départ avec regrets du gite et arrivé vers7 h 15au départ, le temps de se changer , mettre le maillot UFO ,un footing d'échauffement et le départ est donné à8 h00. je me place dans les 8 premiers , non pas pour me faire voir, mais je sais qu'il faut que je parte vite, le dénivellé n'est pas en ma faveur, donc il me faut avancer pour perdre du terrain apres en cote. Queslques montées des le départ , puis s'approche le moment que je redoute le plus. Deja des cureurs me double, j'ai eu tout juste le temps d'apprécier le macadam que deja les sentiers et chemins en foret et nature arrivent à grandes enjambées. Je passe de la 10 place à la 15 ème Jack est de partout pour nous encourager, j'ai peur de le décevoir, il compte sur moi pour un podium, j'espere pouvoir lui rendre ses esperances.
Puis la montée , ça devient vraiment galère pour moi, je fais mon possible pour essayer de courir, mais les cuiisses commencent à chauffer , je me tord une premiere fois la cheville gauche, ah non ! tout mais pas ça, j'en ai trop souffert, ça va pas recommencer. Je profites quand meme au maximum de la beauté du parcours , des endroits, maisonnées et hameaux ou je passe. Un panarama superbe , que j'ai l'habitude de voir quand je suis en vacances ou dans mes reves. Je souffre et malheureusement je sais que ce n'est que le début et qu'il y en a 2 à faire comme ça. Mais si je ne suis pas un bon grimpeur , je suis bon descendeur et ai l'espoir de pouvoir reprendre des coureurs dans les descentes. Heureusement par endroits il y a des parties un peu moins difficiles qui me permettent de courir. J'arrive en haut du premier col et commence à savourer l'espoir de pouvoir remettre mes muscles en actions, mais ma joie est de courte durée. Une descente impossible à courir , sauf si on est camicase ou inconsient. Des chemins parfois pas plus larges que nos porpres dimensions, des cailloux et j'exagere sur la grosseurs, ne me permettent pas de pouvoir descendre à bonne allure. Enfin au bout d'un certain temps du macadam, je passe la seconde puis la troisieme, je fonce et double mes prédecesseurs je pense etre dans les 20 premiers d'apres mes calculs. Je sens mon pied droit qui glisse dans ma chaussure, j'ai voulu cette fois mettre des chaussettes un peu plus fines, pour etre bien , je regrette. La descsnte est assez longues et bien pentues et mes pieds comme à me chauffer comme quand on fait un demarrage sur les chapeaux de roues, quand on patine ça me fait le meme effet. Mais je reviens vite à la réalité du parcours , toujours aussi magnifique, et les montées, raidillons reprennent le dessus, je sais que c'est normalement le dernier col à monter , faut que je m'accroche. J'ai mal au pied , mais j'arrive à courir sans difficultés à ce niveau là. Jack de temps en temps fait son apparition, c'est sympa de se faire encourager, encouragements reçu d'alleurs tout le mong du parcours par les bénévoles. Je ne sais pas ce qu'il y a aux ravitaillements, j'ai mon bidon autour du ventre, c'est plus pratique ainsi et ne profites pas du ravitaillement que nous avait avnnoncé Jack avec les spécialités de la région.
Parfois nous sommes , avec ceux qui m'accompagnent de marcher à certains endroits , puis arrive l'endroit le plus beau du parcours, une vue sur superbe , que je ne suis pas pret d'oublié. Dailleurs j'en profites pour quitter ma chaussure poue enlever les petits caillous qui me genent, me piquent le talons et me font de plus en plus mal depuis bien des kilometres. A mon grand étonnement rien ne sort et j'essuie mes chaussettes en pensant qu'il y etaient collé. Rien non plus, ben je me rechausse et je repars, déçu mais toujours avec cette gene au talon. La descente se pointe et je vais peut etre enfin pouvoir accélérer, mais je suis à nouveau deçu, encore de la pierraille. Vers le18 ème kilometre j'entends de grands pas arriver à grande allure derreiere moi, c'est le premier du semi, puis un peu plus loin apres le2 ème qui débaroule à une vitesse phénoménal. Moi je regrade ou je mets les pieds , car je ne voudrais pas me les tordre , eux font fi de ça et avancent comme des malades. Avant le 20 ème kilometre je me tord la cheville droite, ben il manquait plus que ça, puis 50 m plus loin je double Dominique NUGRE qui souffre lui aussi de la cheville. Je l'encourage et le plains, mais il a abandonné depuis un bon moment. Arrivé enfin dans Crest à hauteur de la tour, Christine et Nicolas m'attendent , elle m'annonce que je suis 23 ème au général,3 ème V 2, que le premier V2 est à plus de5 mn devant et le2 ème à environ 2 minutes. Des escaliers assez difficiles pour rejoindre le bas de Crest et me voila enfin sur mon parcours préféré le macadam. Je suis accompagné par un coureur, mais très vite il perd du terrain, ben je suis dans mon élément et malgré mon pied qui commence franchement à etre douloureux et les cuisses qui ont chauffées à cause des montées, ben j'avance . Je vois un coureur à environ 400 m, il me reste 15 km pour reprendre les 2 V2 je ne veux pas me contenter de la3 ème place. Je le récupere , puis un autre. Je continue à accélérer, les bénévoles sont toujours aussi gentils, mais comme je ne m'arrete pas aux ravitos, je n'ai que le temps de leur faoire un salut en passant. Je continue ma remonter , je double, je pense etre2 ème , voir premier dans ma catégorie, je ne sais pas, il n'y a plus personne devant moi. Nicolas et Christine m'attendent au41 ème kilometre et m'annonce que le premier Vé est devant moi. Je ne peux pas aller le chercher c'est trop tard, je ralentis , il n'y a plus rien à faire qu'à se laisser aller jusqu'à l'arrivée. Je me retourne pour voir si personne ne m'oblige à accélérer, maintenant faut préserver cette place. Je suis en roue libre, j'ai vraiment mal au pied , je traverse le pont qui enjmabe la drome, les spectateurs sont de plus en plus nombreux, ça fait du bien et on en a besoin. Nicolas m'annonce qu'un courreur se pointe pas loin derriere, je marche , je trottine, je n'ai plus de jus, c'est temps que ça se finisse, les derniers metres, je n'ose regarder la montre, mais sur un marathon nature il ne fallait pas compter faire un exploit. J termine, j'ai envie de pleurer, je souffe horriblement de se P......n de pied droit. Christine me conseille d'aller voir les secouristes, ce que je fais.
Eux meme me conseille de prendre une douche avant, c'est normal, j'aurai pu y penser aussi, plutot que d'aller les voir avec des habits tout mouillée et certaine une odeur de transpiration. Je rejoins les douches diffilement, et commence à me déshabiller. Le cauchemar, quand je quitte mes chaussetes et vois l'etat de mon talon droit. Une ampoule ou plutot une brulure qui a, je dirais presque, entierement décalotté mon talon. Je prends la douche mais, j'ai trop mal, je marche sur la pointe du pied.
Je rejoins les secouristes , ils ne peuvent que me mettre une compresse et une bande sans rien dessus et compatir avec ma douleur. J'en profites pour me faire masser les mollets, malgré les crampes qui me paralyses les doigts de mon pied droit.
Bon fini de se plaindre. Je savoure quand meme ma 17 ème place et ma2 ème place en V2.
Un repas pour finir la journée , un podium avec plein de récompenses pour les 3 premiers de chaque catégorie. Il est16 h 00je dis adieu à Jack, à Irina ainsi que mes nouveaux amis de forum d'Irina et c'est avec regrets que je quitte cette région, que je connais un peux, car la famille de ma femme habite à Crest.
Encore MERCI Jack, j'ai fait de mon mieux, mais je t'avais averti que la montagne n'etait pas ma spécialité, merci de ton acceuil, pour ton organisation, ta gentilesse et ta simplicité. MERCI pour tout ce que tu as fait pour moi , pour Christine et nicolas.
J'ai vraiment aimé, malgré le dénivellé , un superbe parcours, que j'aimerais refaire mais en entrainement , une ville chaleureuse, des habitants chaleureux, et une organisation au top niveau. Je nesuis pas traileur , cette course est faite pour eux, et je suis désolé je ne le serais jamais. Mais je reveindrais , je pense l'année prochaine, car si je dois afire une course dans ce genre ce sera chez toi. Je ferais une préparatin spécifique rien que pour toi et pour ta course, dns l'espoir que beaucoup de bitumeux , comme moi? décident à venir ta rejoindre et à augmenter le nombre de participants.

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran