Récit de la course : Paris-Mantes 2007, par THANRON BERNARD

L'auteur : THANRON BERNARD

La course : Paris-Mantes

Date : 27/1/2007

Lieu : Boulogne Billancourt (Hauts-de-Seine)

Affichage : 1407 vues

Distance : 54km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

PARIS MANTES 2007

72e édition du PARIS MANTES : la randonnée pédestre, phare des marches de nuit.
27 janvier, minuit devant l’Hôtel de Ville de BOULOGNE-BILLANCOURT, départ de la 72ème édition du PARIS-MANTES, LA grande nocturne hivernale francilienne. Cette année, la belle de nuit a retrouvé les faveurs de la multitude des participants avec près de 3800 inscrits, plus de 3400 aux 4 départs. Les jeunes sont revenus ! Réjouissons-nous ! Les 3 parcours proposés de 14, 20, et 38km qui épaulent sérieusement le maître étalon de 54km, y sont pour beaucoup, la météo clémente un peu et l’idée de s’entretenir par la Marche soutenue et sportive doit cheminer dans les esprits. 54 bornes de nuit pour une première, cela peut apeurer, c’est bien humain. Depuis quelques temps la participation stagnait voire diminuait et les âges augmentaient. En créant des parcours moins effarouchants, un peu initiatiques, les responsables de l’AS MANTAISE sont simplement en train de sauver et d’actualiser la belle épreuve par son ouverture ; à méditer...et merci à eux. Des distances moins rugueuses séduisent jeunes et néophytes qui par la suite montent par goût et défi de soi vers la grande distance. Mais le 54 restera la star, le phare à atteindre. Les –5° du dimanche passé et les risques de chute de neige qui faisaient déjà rêver certains (dont j’étais) ont cédé la place à un 5° sans une goutte de pluie. C’est mieux pour tout le monde. A minuit pile la meute était lâchée, de 6 à 11 à l’heure. Le pont de ST CLOUD enjambant la SEINE était envahi de marcheurs multicolores encasquettés, bonnetés, emmitouflés, embaskettés, ensacadosés. Plus de 2000 marcheurs, c’est beau la marche la nuit! Les conversations allèrent bon train pour s’essouffler durant la montée de la rue royale suivie des célèbres escaliers de ST CLOUD. Les parlotes reprirent, plus éparses, au sommet où 52km nous attendaient. L’ami Jean-Claude COURCY de formation Audax était venu peaufiner sa préparation en vue des 24h de BOURGES. Opération réussie à 7h15 du matin. Les longs boulevards traversent GARCHES, VAUCRESSON. Cette année, l’ennemi fut l’humidité. Comme sur toute grande distance, les 20 premiers km se font au physique, la suite est au mental. Bras pliés, bras ballants, grandes foulées, petits pas, chacun avançait dans sa nuit. Sur les chemins forestiers, bitumés et non, du parc de la GRILLE DE MAINTENON, dépassant des marcheurs et repassant certains coureurs, les lumières lointaines et les hauts parleurs annonçant le premier contrôle me firent sortir de ma concentration. « Attention ! pointage et ravitaillement ! » 19km, carte pointée, une demi-barre de céréales absorbée, un verre d’eau, 4 minutes passées, le marcheur repartait. Le plus long est la traversée de la forêt de MARLY. A STE GEMME km 24 la forêt finit. Un bitume neuf départemental a remplacé les nids de poules d’antan. Le brouillard nous enveloppe sérieusement, ambiance ! Les encouragements des équipiers fusent. A la ferme des ALLUETS km 29, une soupe chaude, une pomme nous réconforte. Les km du légendaire plateau des ALLUETS étaient à nouveau franchis. Le vent habituel de trois-quart face avait faibli à notre entière satisfaction. La descente du chemin d’ornières sur Maule est toujours un peu périlleuse. Ici, L’attention et le ralentissement sont de rigueur sur quelques hectomètres, sinon, gare aux chevilles ! La traversée du bourg empruntait le parcours historique et la nouvelle côte de Maule fut nommée, à juste titre, l’ardue. A JUMEAUVILLE km40 le clocher affichait 5h05. Au mythique Jumeau-bar je m’arrêtais déguster une pression goutteuse et régénératrice. 5h15, au moment de repartir, André CAHEN et Marcel OLIET se présentèrent. Nous formâmes un trio pour les 14 derniers km. Après un chocolat chaud, repartant du dernier ravitaillement de SENNEVILLE à 7km de l’arrivée, un couple de coureurs trotteurs nous passa, puis marcha, puis trotta. A 9km.h nous les repassâmes. La joute dura 3 échanges. La 4ème fois leur sort fut entendu et nous enlevâmes la décision. Morale, ne jamais laisser des marcheurs qui se motivent les uns les autres à moins de 100m derrière soi… Il était 6h55 lorsque nous passâmes la ligne d’arrivée, en marcheurs heureux. Michelle PONIMBALLON la martiniquaise colmarienne de 2001 nous suivait de peu. Le souriant Pierre CHEVALLIER, 86 ans, recevait le Trophée Spécial pour ses 40 participations consécutives ; la Marche, ça conserve son heureux homme !
Nous étions 154 arrivés entre 6 et 7. 253 suivront de 7 à 8 ; 444 de 8 à 9 ; 564 de 9 à 10 et 332 de 10 à 11h.

PARIS MANTES 54 KM inscrits 2307 partants 2092 arrivées 1747
ST NOM MANTES 38 KM inscrits 813 partants 709 arrivées 644
MAULE MANTES 20KM inscrits 397 partants 370 arrivées 364
JUMEAUVILLE MANTES 12KM inscrits 282 partants 257 arrivées 253
Totaux inscrits 3799 partants 3428 arrivées 3008
Bernard THANRON marcheur nocturne

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran