Récit de la course : Grand Duc de Chartreuse 2004, par LtBlueb

L'auteur : LtBlueb

La course : Grand Duc de Chartreuse

Date : 27/6/2004

Lieu : Entremont Le Vieux (Savoie)

Affichage : 2372 vues

Distance : 68km

Objectif : Terminer

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Grand Dur...euh Duc 2004 : trop dur pour moi

Salut a tous,

J'avais une revanche a prendre sur le Grand Duc, l'édition précédente
s'etant terminée pour ma pomme a16 km de l'arrivée : dans les clous de
10' mais pas envie de prolonger la "souffrance" pendant 3 heures
supplementaires...

L'ennui c'est que le genou me taquine en ce debut de printemps et qu'il
me faut adopter une nouvelle tactique d'abord100 % vélo, puis combinant
vélo et course a pied ; je suis loin des interrogations sur le bien
fondé et l'interet du vélo pour le coureur a pied pour une simple et
unique raison : je n'ai pas d'autres choix !! je ne peux pas aller faire
le Gd Duc avec juste 2 sorties course a pied par semaine ...
Ma décision est prise autour du 15 Mai (je re-cours depuis une grosse
semaine ;-) ) : le 27 Juin a5 h, j'y serai et on verra... plus tard si
l'apport vélo fut suffisant...

Ce samedi soir au camping de l'Ourson, beaucoup d'UFOs sont la, certes
pour terminer, mais surtout pour preparer l'UTMB ; pour moi, l'objectif
est clair : vaincre le Grand Duc !! Bref apres une soirée géniale
pendant laquelle j'ai bu... du rosé et... les paroles de Fabien, Eric,
Didier, Nitram, Patrak et Mikael, suivi d'une nuit ou je peine a trouver
le sommeil, nous voila dans le sas de départ. Je retrouve Denis,
collegue de boulot qui sort de 3 semaines de trek, et David dont c'est
la premiere experience d'ultra trail.

Entremont le Vieux - St Pierre de Chartreuse (23km,1050 mD+)
------------------------------------------------------------
Pan c'est parti ! Pas le temps de s'echauffer, ca grimpe immediatement
direction la Plagne pour400 mD+. J'ai choisi d'etre prudent sur la
premiere moitié, aussi c'est marche obligatoire en côte. Mikael et moi
faisons rapidement partie du wagon de queue...1ere descente en foret un
peu technique, mon genou n'apprecie guere le dévers... Cette premiere
partie est plaisante, Mikael et moi sommes maintenant bon derniers, on
discute, on papotte et on loupe une bifurcation...10' de perdues ((-:
L'ascension du col de la Saulce s'effectue sans souci sauf que nous
voila deja rattrappés par les premiers duos ;-)). Col de la Saulce, km 17
:3 h17, on y est vraiment allé cool (trop cool ?) . Mikael fait quelques
photos et on se lance dans une descente raide mais assez roulante,
parcourue dans l'autre sens en2003 . Apres4 h d'effort, nous
arrivons a ST Pierre où les premiers relais a 5 sont attendus d'une
minute a l'autre. Guillaume Dentella (Annapurna Mandala Trail, Everest
Sky Race, ...) victime d'un retour de tendinite est le premier a deposer
les armes, assis au ravitaillement.

St Pierre de Chartreuse - Le Sappey (17km,1350 mD+)
---------------------------------------------------
Un court arret et c'est reparti pour la longue ascension vers le sommet
de Chamechaude. D'abord enrhumé par les 2 premiers relais a5 , nous
ratrappons (enfin) un coureur solo qui, meme s'il marche encore, a deja
abandonné dans sa tete...
La chaleur se fait de plus en plus pesante, on a deja30 km dans les
pattes et Mikael commence a avoir du mal a suivre : j'essaie de le motiver
pour qu'il continue vers son objectif : St Pierre de Chartreuse (je devine a son
etat de fatigue naissant qu'il ne lui sera pas facile de repartir du Sappey apres
avoir vu sa famille) et je prend mon petit rythme de croisiere, marchant d'un bon
pas dans les côtes et relancant sur les quelques replats. Arrivé a la cabane de
Bachasson (alt1643 ), la partie difficile de l'ascension commence, des caillasses
et ...des caillasses.
On croise par endroit des coureurs qui redescendent mais aussi les
traditionnels randonneurs du dimanche venus gravir ce grand classique.
Les jambes repondent correctement et je me hisse lentement au milieu du
pierrier. Un "Allez Philippe" me fait d'abord scruter le sommet. Puis un
son de cloche finit de me faire percuter : sacré Michel, le plus célèbre
joueur de Clarine de la région ;-)) J'espere croiser et pouvoir encourager
Mikael en redesdendant, mais les chemins de montee/descente n'etant
pas rigoureusement les memes, j'arrive a la buvette de Bachasson sans
l'avoir vu, je bois 1 verre de coca, un verre de thé ; c'est reparti d'abord
par le sentier de Bachasson, qui contourne Chamechaude par le Sud (un
coup ca monte, un coup ca descend) jusqu'au Habert du meme nom puis
par les Hallieres, chemin de type4 *4, ou je reviens sur 2 coureurs solo, un
coureur atteint de crampes a qui je donne 2 comprimés de sel, une coureuse
americaine qui a priori n'a pas vraiment envie de faire la causette ... Km40 ,
la mi course est atteinte en7 h 35(j'ai quasiment rattrapé mon retard potentiel).
Les encouragements font chaud au coeur. Je suis d'abord surpris de voir Nitram et l'Boeuf que je
croyais loin devant, puis constatant qu'ils sont pieds nus, je comprends
qu'ils ont préféré l'option "duo mousse" ;-))) MichelC m'aide a recharger ma poche
a eau (1,5l) : t'avais sacrement raison Michel de trouver que je mettais beaucoup
de poudre... (cf Bilan). J'ai hyper soif et me souviens avoir bu 3 ou 4 verres en
quelques minutes (j'ai pas fait gaffe et ma poche a eau est vide depuis Bachasson)

Le Sappey - St Pierre de Chartreuse (12km,650 mD+)
--------------------------------------------------
Bref c'est le moral a bloc que je repars, il me reste5 h 15pour arriver
au km 68 (en moins de13 h) ; j'ai un petit1 / 4d'heure de retard sur mes
previsions (optimistes les previsions ;-))). Mais bon je me sens super
bien, j'y crois, je suis déterminé et je repars tranquillos en courant
et en sirotant mon Maxim...j'avale le faux plat montant en surveillant
le cardio et rejoins rapidement 3 coureurs solos qui etaient repartis du
Sappey pendant mon arret...Au pied de ce qui ressemble a un joli mur,
j'avale un gel (dont je n'ai pas beaucoup abusé jusqu'a present : juste
un dans la montée de Chamechaude), bois quelques gorgées d'eau.5 ' plus
tard, je suis scotché dans la pente, je n'avance plus, le gel ne fait
aucun effet, je n'ai plus de jambes, j'ai soif tout en ayant
l'impression d'avoir2 l de liquide dans le ventre... ; je me traine
jusqu'a "l'Emeindras du Dessus". La prairie est trop belle, il fait trop
chaud, je me vautre dans l'herbe en fermant les yeux ... Mon état me
fait penser a celui du Trailer des Bois lors d'un trail au printemps
2003, tous les symptomes décrits a l'epoque sont la. Est ce que ca va
passer ?30 ' plus tard, je repars en marchant et choisis de ne plus
rien avaler pendant les5 kms suivants, soit jusqu'au col du Coq. Dans la
montée du col des Ayes, ou j'ai retrouvé une seconde jeunesse, je
rattrappe quelques coureurs qui ont du egalement avoir quelques soucis.
On bascule a 4 au col des Ayes (Alt ~1500m) au milieu de hordes de
randonneurs... La descente est relativement roulante et rapide au point
que sans meme m'en apercevoir, je lache mes compagnons qui ont bien du
mal a courir... La descente vers Perquelin nous ramene en dessous de
1000m d'altitude et la chaleur s'en ressent aussitot. J'effectue les 2
kilometres de route jusqu'a St Pierre autour des9 - 10km/h et j'arrive
enfin au ravitaillement apres11 h de course (soit3 h 15pour le relais
contre2 h 45de prevision)... Le calme qui regne contraste avec
l'effervescence connue ici meme a la fin du1 er relais. Bon je ne
m'attarde pas , c'est un coup a rendre son dossart...
Je refais le plein de Maxim et c'est reparti dans l'indifference quasi
generale ;-)

St Pierre de Chartreuse - St Pierre d'Entremont (12km,1150 mD+)
------------------------------------------------------------
Je sais que les2 h qui me restent ne seront pas suffisantes pour
parvenir au relais suivant avant les13 h fatidiques mais j'ai encore
envie de profiter de cette journée et je suis curieux de voir ce col de
Mauvernay, annoncé comme l'épouvantail de la journée (vu sa difficulté
et sa position dans la course)...Apres avoir effectué un1 er kilometre
pour sortir du village, me voici quasi immediatement dans des pentes a
30%. J'ai pris un gel au ravito qui semble me donner le peps necessaire
pour faire la1 ere partie de l'ascension sans difficulté ; je rattrappe
la concurrente americaine avec qui j'ai pas mal joué au yoyo depuis le
début. Au ravitaillement suivant (j'ai l'impression d'avoir grimpé1000 m
;-)) ) , le benevole m'annonce altitude1250 m, soit encore plus de500 m
D+ a grimper ; coté digestif, je sens que c'est de nouveau pas
terrible... je repars (je devrais dire je me "traine") juste derriere
l'américaine mais je n'arrive pas a suivre son rythme. J'hesite un
instant a me retourner pour rendre mon dossart et regagner St Pierre en
4x 4; et puis non m$*de, tant que la machine voudra avancer, je
continue... quelques minutes plus tard, un grand gaillard arrive
derriere moi, chaussures de montagne et un sac a la main ; Je lui fais
signe de passer . Et de repondre "Non je ne peux pas, je suis le serre
file, je débalise et dois rester derriere vous". Et moi de renchérir
"mais derriere y'a plus personne ?" (je pense a cet instant a Mikael
dont je suis sans nouvelles et aux solos que j'ai laissé dans la
descente du Col des Ayes). Lui "Non vous etes le dernier" ;-)))) Bon ca
ne m'embete pas d'etre le dernier ; j'aurais signé tout de suite le
matin meme pour etre le dernier arrivé ;-) ce qui me derange c'est de
faire les derniers500 m+D du col de Mauvernay avec dans mon dos un type
frais comme un gardon dont je sens l'impatience et le souffle sur mon
epaule ;-)))) A chaque balise qu'il doit ramasser, je lui mets au moins
... 5metres dans la vue, qu'il reprend en 3 secondes vu mon train de
sénateur ;-) Finalement apres multes arrets ou je tente de reprendre
quelques forces, j'arrive au pierrier situé en dessous du Grand Som et
la, qui vois je ? un UFO, batons a la main, qui semble au moins aussi
fatigué que moi, assis sur un rocher. Je salue Gustavo de la Pampa que
je ne connaissais pas et apres5 ' de discussion, nous repartons ensemble
d'abord pour traverser le décor de pierre qui s'offre a nous, puis pour
regagner le col de Bovinant ou est situé un point de ravitaillement...Si
j'avais ma tente dans le sac, je bivouaquerais immediatement ;-) je vide
ma poche a eau du Maxim que je ne supporte plus, et repars avec 1 litre
d'eau plate. Un dernier ptit coup de rein et nous voici au col de Fret
(pas bien sur du nom). y'a plus qu'a se laisser descendre ;-)) dans la
famille "descente non roulante" ,celle ci est pas mal. Les organisateurs
auraient pu enlever les cailloux instables qui jonchent le chemin
souvent constitué d'une simple orniere de 25 cm de large ;-)) J'envie un
peu Gustavo avec ces batons et de mon coté je manque de m'affaler a
plusieurs reprises. Plus bas, nous doublons un coureur a qui nous
aurions bien "confié" le débaliseur : dommage celui ci n'a pas suivi
dans la descente ;-)). A l'ultime point de controle on nous annonce
encore4 km ((-: mortel ces4 kms de bitume (-; je suis maintenant pressé
d'en finir ; j'enclenche une foulée type allure specifique100 km et je
"fonce" vers St Pierre d'Entremont ou j'arrive apres15 h d'effort ;
il est20 h : je rends mon dossard et je realise qu'il m'a fallu4 h pour
faire ces 16 derniers kms...

Bilan
-----
* Avec un peu de recul, je crois qu'il etait illusoire pour moi d'esperer terminer
dans les temps : un entrainement fortement contraint, quelques kilos en trop
par rapport a mon poids de forme, une édition particulierement relevée,
la coupe est pleine, n'en rajoutez plus ;-)) . Au sujet de l'entrainement, j'ai
décompté6000 mD+ en course a pied et10000 mD+ en vélo dans les 2 mois
précédents le Gd Duc... Est ce suffisant ?
Au sujet du poids de forme, les photos de MichelC sont éloquentes : tous
les coureurs solo font65 kg tout mouillés (regarder moi comme ils sont secs ,
y zont que la peau sur les os ;-)) ) a part un énergumène (le dossart42 )
qui ne semble pas avoir le morphotype de l'ultra trailer ;-)

http://michel.cercueil.free.fr/GD2004/html/54.htm

* Problemes digestifs : je pense qu'ils sont liés au surdosage de Maxim
(sachant que je n'avais jamais eu de soucis jusqu'a present) . J'ai dosé
par erreur a75 -80gr/l alors que50 -60gr/l m'aurait semblé plus judicieux...
En tout cas, un dosage a60 gr/l au Gd Duc 2003 m'avait plutot bien réussi...
Manque de discipline c'est tout...Je vais revoir ma copie dans le futur

* Un aspect que j'ai du mal a analyser : j'avais pris mon cardio pour eviter
de passer en zone rouge sur la1 ere moitié ; celui ci m'a renvoyé 2 indicateurs
qui me rendent un peu perplexe : une frequence max de 140 (80% FcMax)
et une frequence moyenne de 110 BPM (60% FcMax)... Etonnamment bas, non ?

* Malgré l'abandon, cette course aura été une fois de plus tres enrichissante :
- je pulvérise mon record de durée et de dénivelé (1er4000 m) sur une course d'un jour
- au plus bas physiquement a 2 reprises, digestion bloquée, j'arrive a relancer
la machine et a chaque fois je retrouve une seconde jeunesse ; mais n'est ce
pas l'une des caracteristiques principales de l'ultra que de traverser des hauts
et des bas tout en faisant en sorte de ne pas rester coincé dans un "bas".
Je ne sais pas ; perso, je n'avais jamais été si mal en course...

* Pas d'UTMB pour moi, vacances et famille obligent, je vais réflechir quelques temps
avant de definir mon prochain objectif...

Si vous avez tenu jusqu'ici, bravo ! vous etes prets pour le Gd Duc 2005 ;-))

--
L'Blueb

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran