Récit de la course : 11 km du Grand Fond Bressan 2007, par franciss

L'auteur : franciss

La course : 11 km du Grand Fond Bressan

Date : 17/2/2007

Lieu : Ceyzeriat (Ain)

Affichage : 1599 vues

Distance : 11km

Objectif : Faire un temps

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

La prochaine, je me renseigne sur le dénivelé !

Une semaine après Feillens et en attendant les 10 kilomètres de Bourg, je me lance dans ma deuxième course : les 10 kilomètres (mal nommés puisqu’il y en a 11…) du Grand Fond Bressan.

Je me suis inscrit à l’avance et j’ai d’ailleurs le dossard numéro 1 ! Je ne saurais y voir un quelconque signe annonciateur d’une performance hors du commun ; je ne cours pas depuis très longtemps, mais bon… on se connaît quand même un peu mon corps et moi…

Un temps magnifique, une température élevée, trop peut-être, une organisation apparemment bien entraînée, voilà qui s’annonce bien ; d’autant que je ne me ressens absolument plus de la gastro que j’ai eue dans la semaine.

Arrivé à l’heure, une fois n’est pas coutume, je pars donc m’échauffer, en solitaire toujours, n’ayant pas encore trouvé de tête familière.

Mouais… m’a l’air bien pentu ce coin du département ! A mon avis, s’il leur a pris de nous faire un p’tit parcours bien costaud et ben y vont pas avoir bien de mal…

30 minutes plus tard, donc, je me retrouve aux alentours de la ligne de départ ; il me semble reconnaître Joshua01, kikoureur de l’Ain, mais je ne suis pas sûr de moi et je n’aime pas beaucoup commettre d’impairs… alors je vais le laisser se concentrer sur sa course, surtout qu’il est inscrit sur le 20 (lui !). Je retrouve tout de même un coureur très sympa avec qui j’avais conversé à Feillens samedi dernier et cela me fait plaisir de le revoir : il est inscrit sur le 20 et me paraît prêt à en découdre !

Le signal est donné : la meute s’élance ! pas facile de faire son trou, de ne pas piétiner quelqu’un (surtout avec mon 47…), j’avoue honteusement un petit raccourci sur le premier virage, mais bon, j’étais pas tout seul… Je tente de me fixer mon allure de 4’30 au kil. Et peu à peu ça me paraît pas mal. Je me fais doubler mais sans m’affoler ; ma position, haute, sur la ligne de départ explique bien des choses…

Un premier kil en descente : ça c’est sympa ! je me retrouve avec des coureurs en super combine et ça m’impressionne toujours de courir à leur côté… Et pis alors je commence à cogiter un peu : mon p’tit Francis, vu qu’c’est une boucle, si tu descends, va falloir que tu remontes tôt ou tard… alors modère ton enthousiasme. Mouais…mais bon, ça va bien sur ces 3 premiers kil. Avec une très longue ligne droite où on peut déjà voir les extra-terrestres s’envoler tout au bout…là bas ! Et on descend encore… décidément, ça va super !

Oh mais que vois-je au détour de ce virage ? Une montée… Que dis-je ? une côte, un mur oui ! Bon et ben…quand faut y aller, allez ! Pense très fort à tes séances d’accélération en côte (pas si pentues, elles !) et ne te mets pas dans le rouge ! J’entame avec 2 coureurs qui viennent tout juste de me griller sur le plat et qui me précèdent d’une vingtaine de mètres : je m’accroche et m’aperçois rapidement que je les reprends… waouh ! ça, ça fait du bien !

Arrivé au sommet, les 2 bifurquent sur le circuit du 20 kil. Et je comprends mieux pourquoi je les ai semé si facilement, mais bon, on ne va pas faire la fine bouche… Je suis au bord de l’asphyxie et un spectateur me demande si ça va : Meuh oui, lui dis-je, en regardant mes chaussures, vu que je peux plus guère lever la tête… Nouvelle descente et on repart, je retrouve rapidement mon souffle et reprend mon rythme (ça c’est ce qui m’épate le plus : ma capacité à retrouver du souffle au moment où j’aurais envie d’abandonner).

Du plat (y en a quand même !), des bosses, un ravito, un coureur qui me reprend dès la moitié de la course et qui devait se garder pour la deuxième et deux autres qui me suivent depuis déjà un bon moment à 50 mètres mais sans trop faire l’élastique. Pas de passage à vide… mais ce qui m’inquiète c’est l’absence totale de repère, hormis mes impressions et ma montre. Suis-je dans les temps que je m’étais fixé ? J’ai tellement pris l’habitude de m’entraîner sur un parcours fixe de 10 kil. que ce 11ème kilomètre pourrait bien m’avoir… Alors je m’accroche à un point de mire, une coureuse que j’évalue à 150 mètres devant moi et que je garde ainsi jusqu’au dernier kil.

1kilomètre 500 de l’arrivée (j’ai demandé à un « guideur »…) et une bosse mortelle : 50 mètres à peine mais au moins 10 à 15 % et surtout des pas dans mon dos : les 2 coureurs me reviennent dessus ! Pas le choix, tenir et trouver le second souffle (ou le troisième…). On passe le dernier kil (indiqué celui-là) et les voilà qui se mettent à mes côtés au profit d’une petite pente : j’accélère en espérant les décrocher et les avoir au moral (bon, je sais c’est pas sympa et pas très beau… mais bon, on est fiérot ou on l’est pas !). Pas très efficace, au bout de 100 mètres ils finissent par me dépasser et prennent les devants, je ne peux rien faire… sinon tenter de les suivre…à distance. 500 mètres de ligne droite…plus que 500 mètres…

allez ! le tout pour le tout, je donne tout ce qui me reste ! je reviens rapidement sur le premier coureur, un peu décroché ; pour l’autre ça va être chaud, il a pris de l’avance, je n’accélère plus et plafonne au maximum de mes capacités… la ligne, les barrières, ses talons, mes grands pas…Yes !!! à 2 mètres des barrières, je lui souffle la place et arrive juste… derrière la coureuse que j’avais en point de mire ( comme quoi, la gestion de l’effort, c’est encore pas vraiment ça…).

Le temps : 52’48 soit du 12,5 km/h. alors que je m’étais fixé 50 ‘, c’est pas folichon mais le parcours était dur dur et d’après les résultats de chacun, on a tous perdus 1 km/h. de moyenne par rapport à Feillens la semaine dernière, alors bon….)

Je retrouve mon collègue de Feillens d’ailleurs et celui-ci m’apprend qu’il a abandonné… désolé, y a certainement des jours avec et des jours sans et je les connaîtrai sûrement aussi. On se donne rendez-vous aux 10 de Bourg ! En attendant, merci à ceux qui ont réussi à me lire jusqu’au bout et n’hésitez pas à commenter…

2 commentaires

Commentaire de NoNo l'esc@rgot posté le 19-02-2007 à 07:22:00

Bravo Francis ! Belle course ! Et merci pour ce joli récit.
Et bienvenu au pays du Revermont et ses côtes qui tuent !!!
RV au 10 km de Bourg, du moins au départ...

NoNo_l'escargot_du_Revermont

Commentaire de agnès78 posté le 20-02-2007 à 22:21:00

Merci Francis pour ce beau CR pleind d'humour!
Et BRAVO pour la course et le sprint final!
La prochaine fois sous les 50 minutes, c'est certain!
Bises et à bientôt sur un ptit 10 kils peut-être!
agnès

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran