Récit de la course : La Ronde des Senteurs 2007, par peky

L'auteur : peky

La course : La Ronde des Senteurs

Date : 4/2/2007

Lieu : Villeveyrac (Hérault)

Affichage : 1616 vues

Distance : 28km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

1er Trail de l'année

Dimanche matin, temps froid mais on sent que le soleil va faire son apparition dans la matinée. Direction Villeveyrac à trente kilomètres au nord-ouest de Montpellier.
A l’arrivée, 8h20, pas facile de trouver une place de stationnement prés de la place ou le départ aura lieu. Retrait du dossard à l’ancien temple (je crois), puis café causette sur la place.

Je vais finir de m’équiper, je prends le bonnet de l’Hivernatrail, des gants fins, mon Camel bag, le site parlant de 2 postes de ravitaillement sur le relevé de dénivelé, ce qui se révélera erroné, il y avait 5 postes. Comme quoi il vaut mieux se renseigner avant.
Un porte bidon aurait suffi ou même rien, d’ailleurs de nombreux coureurs sont partis sans rien.
Le départ sera donné à 9h15 au lieu de 9h00 comme indiqué sur le site Web. L’information dans la presse a été mal donnée ou mal comprise, certains indiquent le départ pour 9h30 !

Départ, remontée d’une partie du village, direction l’étendue d’eau qui est le résultat des excavations de la mine de bauxite, d’abord par des chemins bitumés puis en terre dure.
Panneau km3 en 14mn46, aussitôt après un raidillon d’environ 500m rappelle qu’il s’agit d’une épreuve nature ! Relance puis 1er poste de ravitaillement. Je gère tranquille, séparation des 2 circuits, nouveau ravitaillement que je saute, vive l’autonomie.
Panneau 10km en 49mn 32, le collègue me lâche dans la montée suivante, la gestion de mon effort me fait ralentir dans les montées. Ensuite je déroule tranquille, passage sur l’ancienne voie ferrée, j’ai l’impression de faire de la PPG. Ensuite passage le long d’un stand de tir, impressionnant les nombres de postes de tir. Je serais curieux de savoir si en off on peut se risquer à passer par là. Montée vers les antennes de téléphone, nous sommes du mauvais côté et le soleil n’apparaît plus. La pente se fait plus raide passe au ravitaillement et on plonge pour le retour, panneau des 15km en 1h21, je tourne bien je suis même surpris. Retraversée de la route de Montpellier et remontée vers une colline, pas difficile mais le kilométrage déjà effectué commence à faire ses effets. Kilomètre 20 en 1h50.
A un moment une grimpette sévère nous fait accéder à un plateau ou il y des vignes et la piste droite et dure est une succession de dos d’âne, une descente, une montée, une descente, une montée, dur, dur.
Redescente définitive vers Villeveyrac par un large chemin pierreux, un coureur qui s’est fait une entorse attend les secours en massant sa cheville un kilomètre après un gars de l’organisation me demande s’il y a bien quelqu’un qui s’est blessé et un véhicule 4x4 va le chercher.
Le kilomètre 25 en 2h16, bientôt le bitume, j’ai les cuisses dures, surtout la gauche avec une gêne en haut de la cuisse. La descente finale vers le village est douloureuse, un coureur ne double et on s’encourage mutuellement. On m’avait prévenu que le final était en montée, aussi en avais-je gardé sous le pied. Après avoir marché un tout petit peu je me remet à courir, des spectateurs me disent ma place, et dans la dernière montée je double le coureur qui m’avait précédemment passé et qui marche.
Je suis très content de ma course, je vais plus vite et sans fatigue exagérée, je gère mieux mon effort, sans doute le fruit d’une année de courses.

J’ai encore un début d’ampoule sur le 2ème orteil du pied gauche, mon pied doit trop bouger dans la chaussure et taper sur l’avant dans les descentes. Mes chaussures de route sont en 42 et celles-là en 42 ½, elles sont peut être trop grandes? Il faut que je trouve un truc (laçage, sparadrap). C’est la 2ème fois après l’Hivernatrail alors que j’ai fait le marathon des Burons et Anduze sans soucis, cela reste une énigme.
Mes Salomons sont toujours aussi peu confortables sur les pierres et le sol dur.

Merci à l’organisation, surtout à tous les bénévoles qui étaient postés sur le parcours par un temps plutôt frisquet. Parcours varié et parfumé avec vue sur la mer quand le soleil était encore de la partie, pas trop de monde, impeccable.
La prochaine fois je prends un petit appareil photo.

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran