Récit de la course : La Champenoise 2004, par HervéB

L'auteur : HervéB

La course : La Champenoise

Date : 23/5/2004

Lieu : Damery (Marne)

Affichage : 1226 vues

Distance : 21.1km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

C’était joué d’avance, cette Champenoise n’était pas faite pour battre des records, mais pour la convivialité; c’est vrai, je fais assez de courses aux records ou pour tester mes capacités en vue d’autres épreuves, alors pour la première fois, ce sera la course tranquille, du début à la fin.
Je passerais rapidement sur les circonstances exceptionnelles m’amènant dans un état de fatigue avancée qui on joué dans ma décision de la jouer soft : une nuit blanche suite à un championnat de France de 24 heures, vécu à distance via internet et par téléphone, avec les difficultés de vivre le titre féminin de Bibi à 500 kilomètres de distance, puis une courte nuit quand le Papy et la Bibi sont rentré au bercail, puisque le matin même pour allions aux Papy’s ruine afin de participer à cette Champenoise, fêter le titre de Bibi ainsi que le naniversaire de notre hôte.
Là-bas, c’est un peu l’agitation, entre l’Papy qui arrive avec la Tarine et Daniel, Mylène qui accueille sa corres. Allemande, et le Loup, la Louve et la Louvette qui suivent de peu. Nous retrouverons le Raton-Laveur à Damery, avec toute sa famille, c’est là le départ de la course.
Damery, il est 15 heure, le départ est donné, nos bérets bleus nous aident à rester groupir, je suis avec le Loup, jusqu’au 1er ravito, ça laisse le temps de faire connaissance, le ruban de coureur est très allongé, entre les premiers qui sont là pour le podium et les autre, il y à un monde…Premier ravitaillement, je n’ai pas mangé le midi, alors j’en profite pour faire le plein de pain d’épice avec …un peu d’eau, avant de goûter autre un autre liquide avec des bulles. Tout le monde s’est retrouvé sauf Daniel, nous ayant averti qu’il faisait sa course, alors nous allons tranquillement de ravitaillement en ravitaillement, c’est formidable, à cette allure, je ne vois pas les côtes, l’Papy à commencé à nous raconter « ses » 24 heures et tout les connaissances qu’il a acquise, nous l’écouterons tous pendant notre ballade. De temps à autre L’Papy va serrer des mains sur le parcours, le temps est avec nous, il y a du soleil, mais le vent nous empêche d’avoir trop chaud, nous continuons de goûter au vin à bulle, le Ratounet qui est handicapé par sa cheville n’a pas de difficulté pour courir.
Dans un moment d’égarement nous avons pratiquement perdu la Tarine, qui s’était cachée faire une pause (ben oui, a force de boire…), L’Papy et le Ratounet courraient pour la rattraper, ce n’était pas elle qui se trouvait devant ; pendant que m’ayant vu passé dernière eux, la Tarine m’appelait « l’Shadock ! l’Shadock ! ». Je me suis bien retourné, mais sans l’apercevoir, et comme j’avais un maillot avec mon nom dessus, ça ne m’étonnait pas d’être ainsi hélé. Heureusement un coup de téléphone plus loin, tout le monde s’est retrouvé pour finir ensemble, même Daniel après avoir fini était venu nous rejoindre.
Nous avons passé la ligne main dans la main en ….2 heures 45 environ, pas mal pour 21 kilomètres.
Après une bonne douche, tout le monde s’est retrouvé chez L’Papy, la Bichounette nous ayant préparé une paella (merci encore). L’Papy nous déboucha des Champagnes…fabuleux.
Ce fut une bonne Champenoise…
L’Shadock

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran