Récit de la course : L'O'Rigole - 21 km 2006, par agnès78

L'auteur : agnès78

La course : L'O'Rigole - 21 km

Date : 3/12/2006

Lieu : Le Perray En Yvelines (Yvelines)

Affichage : 2871 vues

Distance : 21km

Matos : les chaussures trail speedy Gonzales et "mon Bourriquet" dans le sac à eau comme à chaque trail... il aurait pu me dire, lui, qu'on se trompait de chemin!!! La prochaine fois, il reste à la maison...

Objectif : Se défoncer

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

"L'O'rigole et moi je pleure..., l'O'rigole et moi aussi!"

Samedi 2 décembre, 19h30, je me prépare pour aller m’inscrire à mon premier trail de nuit : l’Origole, qui va se dérouler dans la forêt de Rambouillet. Les inscriptions se prennent dans le gymnase du Perray…quelques mots aux bénévoles toujours aussi accueillants, ma licence et un petit autographe… le tour est joué, youpi ! je suis inscrite…A plus tard, donc, Messieurs Dames et bon courage !

20h10… il me reste 3 heures avant de partir pour Le Perray, je mange un morceau en écoutant Lolo sur Europe, soirée de D1 oblige ! Mes nantais jouent au Stade de la Route de Lorient pour le derby de Bretagne… Oliech il va marquer, Oliech il va marquer… les Rouges et Noirs n’ont qu’à bien se tenir !!! sauf que, sauf que, grrrr, ces rennais de malheur ouvrent le score en première mi-temps et re-grrrr doublent la marque en seconde période… « Cui cui cui, les canaris sont cuits? » non, non, non et re-non !!! Supportrice invétérée, je garderai jusqu’à la fin du championnat l’écharpe jaune et verte 1995 autour du cou… même si, même si, je pense que la relégation du FCNA pour la première fois de l’histoire de ce club n’est plus très loin… sniff…

Mais, haut les cœurs, et me v’la partie pour Le Perray… Plus de dossard ??? bon, on retrouve enfin mon dossard, ouf ! le numéro porte bonheur aujourd’hui : le 985 ! Le brief de l’organisateur à l’ensemble des coureurs du 23kils et du 67kils, une petite pensée vers Sainté où plusieurs de mes amis prennent le départ de la Saintélyon à l’instant même, et c’est parti à la lueur des bougies !!!

Ca part relativement doucement mais il faut dire que la majorité des coureurs sont partis pour les quatre boucles du 67 kils… Bref, je me retrouve, toute étonnée, en 10ième position à l’entrée du bois après un peu plus de deux kils de course…Je me sens bien et j’ai mis les chaussures trail « Speedy Gonzales » alors je continue, rattrape 2 coureurs devant moi… et du coup je fais l’ouverture à la lueur de ma frontale… c’est tip-top… on suit un chemin, puis un autre, puis après 4 kils de course, un coureur arrive, pfffiou, à toute allure et nous dit « maintenant c’est du hors sentier, attention à vos têtes avec les branches !!! »… il me semble bien reconnaitre cette voix…ce ne serait pas celle de mon organisateur de trails préféré, par hasard? « Rémy ??? », … « Agnès ? C’est toi ? »… on échange quelques mots et il repart à toute berzingue…pffffiou… Je reste tranquille, pas question de suivre Rémy, cette fois ci ! J’ai déjà donné à l’entrainement dimanche dernier et il m’a mené un train d’enfer…

Je suis bienggg mais c’est difficile d’ouvrir le chemin, alors mon compagnon derrière, très galant (merci m’sieur), prend le relais et joue l’éclaireur à son tour…On rattrape un coureur qui vient compléter notre « trio magique » : des montées, des descentes, des troncs d’arbre à sauter, des branches à éviter, des rochers à escalader… oups ! Attention à ne pas tomber dans l’étang avec ce sentier en dévers… une véritable aventure, c’est vraiment GE-NI-AL… et le tout à pas loin, par moment, de 12km/h, s’il vous plait… bon, je dois quand même vous avouer que mon célèbre « pied montagnard » m’a joué quelques tours… Mais cela m’a permis de faire un salut amical à mes amis les vers de terre à 5 reprises : « hello, messieurs, ça boom ? » Au premier pointage on nous annonce 7, 8 et 9ième…

Et c’est reparti, dans le silence assourdissant de la nuit… encore des montées et des descentes, un autre étang, un petit pont, des sentiers boueux, du sable, des rochers… vraiment, on se régale… Second pointage et positions inchangées pour nous trois… on tient le bon bout, plus que 3 kils et c’est l’arrivée…un coup d’œil sur le chrono (bah oui, je ne peux pas m’en empêcher…) « on est vite, heing ? » « TRES vite… » Dans un ptit quart d’heure, on arrive, d’après mes estimations, aux alentours des 2 heures 5 minutes de course, à peine…

Tiens, une barrière ! Le balisage semble indiquer de continuer tout droit sur la route le long du centre équestre… on fait pas loin d’un kil sur goudron à vive allure, puis au bout… zut ! plus de balisage… on s’enfonce un peu dans le bois, rien… on fait demi-tour et un autre groupe de coureurs arrive, perdus eux aussi… on repart dans l’autre sens pour retourner au prochain croisement, toujours aucun balisage… un troisième groupe de coureurs nous rejoins avec la seconde femme… Il y a bien une balise le long de la route donc on devrait être sur le bon chemin, non ? Maintenant, on est bien une vingtaine à tourner en rond… Nous vl’a reparties avec la Mistinguett vers le croisement, un coup d’œil sur le chemin de gauche, mais pas de balise, un coup d’œil sur le chemin de droite, mais toujours pas de balise… Et puis, les gars nous sifflent devant… il ne fallait pas prendre la route… je regarde le chrono (décidément, mauvaise habitude…) 14 minutes… pour retrouver cette foutue barrière !!!

On se remet dans la boucle. Devant, derrière, plein de coureurs, la plupart du 67 kils, euh… ils ne vont pas très vite, euh, désolée messieurs… mais pas possible de doubler sur ce sentier monotrace… un de mes compagnons du « trio magique » se retrouve juste devant moi, je me mets dans sa foulée, on en a gros sur le cœur tous les deux… « On allait vite heing ? ouaip, vite, TROP vite !!! »

Je ne dis plus rien, mais je suis déçue de m'être perdue, surtout que les crampes viennent me titiller les mollets avec ces kils courus sur la route : « vive le bitume !!! » … on arrive enfin, au gymnase, vite, TRES vite pour ce dernier kil, mais… en 2h17 minutes… plein de coureurs en ont déjà terminé et les deux premières féminines sont en train de se ravitailler.

Je suis déçue, très déçue par moi-même, fallait ouvri les yeux peuchère!… je sais, c’est nul, mais je suis déçue quand même…Ma sensibilité reprend le dessus et j’ai les larmes aux yeux…pffff, pas de circonstance, Peuchère !!! « L’Origole » et moi, je pleure !!! Un autre de mes compagnons d’infortune essaie de me remonter le moral « allez poulette, ce n’est qu’une course… ». oui, oui, je sais, et puis je me suis régalée quand même… et puis, je reviendrai l’année prochaine… et puis… le sourire revient :D

Allez, je me ravitaille, échange quelques mots avec mes futurs coéquipiers des « orienteurs fous » du Raid 28 qui viennent d’en terminer avec la seconde boucle du 67kils… Bon courage messieurs pour la troisième boucle…et à très bientôt pour cette magnifique aventure…

Et puis, c’est la remise des récompenses, le sourire (revenu) aux lèvres je monte sur la troisième marche…enfin j’essaie car les crampes refont leur apparition ce qui me vaut l’arrivée au sprint (si, si je vous jure !) non pas d’un, mais de quatre charmants, très charmants devrais-je dire, secouristes… ehehehe, ça remonte le moral ça…

Finalement, ce n’était pas une si mauvaise idée que cela de faire ces kils supplémentaires sur le bitume !!! Bon, l’organisateur est le premier arrivé pour me sauver de ma crampe, dommage !!!… euh, j’veux dire, oups !... merci m’sieur ! …La « Mistinguett du bitume » qui aurait du arriver seconde se retrouve en quatrième position, je l’invite à venir me rejoindre sur la troisième marche du podium avec un clin d’œil : « pour la galère sur la route ! »… Elle me répond sur le même ton avec un sourire : « oui, pour la route… ». Il n’y a pas de raison, quand il y a de la place pour une, il y en a pour deux… surtout après de telles aventures… A bientôt, miss…

Je descends du podium… ouh, la, la une seconde crampe… cette fois, le charmant secouriste vole à mon secours… : « l’Origole »… et moi aussi !!!

 

Pour conclure, je souhaite remercier du fond du cœur les organisateurs, les « baliseurs » qui ont eu une double charge de travail après un débalisage sauvage partiel, ainsi que l’ensemble des bénévoles pour leur gentillesse et leur générosité. Merci aussi à mes compagnons du « trio magique ». Et à l’année prochaine…

 

 

 

6 commentaires

Commentaire de bigout66 posté le 05-12-2006 à 15:57:00

Hé ouais c'est le genre d'aventure qui fait raler sur le coup mais bon t'as passé un bon moment et c'est bien là l'essentiel...le plaisir avant tout.
a+

Commentaire de jcdu38 posté le 07-12-2006 à 18:55:00

Bravo Agnès,

J'ai adoré ton CR, tu ne t'es pas laissée abattre après cette s#@*### perte de temps.

Bonne chance pour le raid28.

Jean-Christophe

Commentaire de Kiki14 posté le 10-12-2006 à 15:10:00

oui merci pour ton récit très émouvant .....mais bon t'as l'air d'avoir un caractère bien trempé et en plus t'es partageuse alors tu vas encore plus apprécier les coures a venir et plein de podiums aussi ..... BRAVO

Commentaire de XDams posté le 11-12-2006 à 10:43:00

Bravo à toi pour ta façon de voir les choses et relativiser ... un esprit compet mais avec la zen attitude et le respect des autres ! cool (;-))

bonne continuation
tcho
Xdams

Commentaire de gdraid posté le 16-12-2006 à 16:29:00

Bravo agnès59
Récits toujours très imagés, j'M .
Continues d'écrire comme ça, on vit la course avec toi !
PS: ne pleures plus agnès,
Fabien Bartès va sauver Nantes !
(tu lui devras une bise sur le crâne...)

Commentaire de Le Loup posté le 02-09-2009 à 16:22:00

Intéressant ce CR... Et prémonitoire manifestement :(
Bon je te félicite pour cette "vieille" course et ce "vieux" récit (et quand même pr ton podium et ton fair-play), en attendant de lire celui que tu feras de ton prochain O'Rigole ! (Vite, décide-toi, y a quelqu'un qui m'a dit de ne pas rater le dernier... Lol !!!)
A+

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran