Récit de la course : 20 km de Montpellier 2006, par pierrot34

L'auteur : pierrot34

La course : 20 km de Montpellier

Date : 26/11/2006

Lieu : Montpellier (Hérault)

Affichage : 1394 vues

Distance : 20km

Objectif : Pas d'objectif

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

20km à pied, ça use, ça use..

Temps gris mais doux pour ces 20km de Montpellier. Qui ont commencé….à Villeneuve –lès-Maguelone, avec quelques copains du club, dont le secrétaire, André, qui possédait dossards, puces et le T-shirt pour les distribuer à chaque partant(e), le club ayant réglé les engagements. « Bon on se retrouve au Polygone… ! ». Bien sûr que non. Je ne reverrai plus personne….
Le petit déjeuner du matin a été pris à 7h, avant la piqûre d’insuline. On ne sait jamais….0,49 g de glycémie au réveil : un peu juste quand même. Cela m’est arrivé par le passé de tomber en hypo, après m’être fait la piqûre d’insuline rapide, avant de manger…
Arrivée donc au parking du Polygone (centre commercial près de la Comédie). Il était annoncé gratuit, ce parking…Faut prendre un ticket. Bizarre. Vous verrez la suite… !
9h15, mise en tenue et direction la « Place ». Aussitôt sorti, voilà René (Climber), pas vu depuis des lustres…Il n’a pas changé. La gentillesse même. « Bon, à tout à l’heure .. » Encore un que je ne reverrai pas…. ! C’est que les 1500 coureurs sont là. Record sans doute.
Et puis, une apparition. Une supportrice, sportive émérite elle aussi. Mais à vélo. Ah, que j’échangerais bien sa merveilleuse machine contre mes deux grosses jambes de plomb, avec zéro km d’entraînement encore cette semaine. Le temps a encore été le plus fort…Cette fois, sur 20 , on verra bien…
Ma belle cycliste s’éloigne. Je la suis, pour rejoindre le départ dans la Rue de la Loge. On s’entasse, on s’agite. C’est long. Le ton monte. Trois policiers à moto remontent derrière nous et demandent le passage avec sirènes. Réaction immédiate : « Houuuuuuuu !!!! », mais dans le genre sympa et rigolard. Le 3è le prend d’ailleurs très bien…
Et pan ! C’est parti ! Dans « l’entonnoir » habituel, en légère montée. Ca s’élargit après, heureusement. On voit déjà sur le parcours les nombreux bénévoles des grands clubs de Montpellier, bien présents pour diriger et….encourager. Ca fait du bien. Et le serpent s’allonge. Les faux plats font toujours aussi mal. Pas normal pour quelqu’un qui habite au pied d’une montagne. Un verre d’eau au premier ravito du 5è km. Un petit pipi un peu plus loin. La montée du collège Rimbaud. J’entends 47 mn, peu avant les 10, au pied de la Colline. Bigre ! Pas si mal, mais c’est trop rapide, sur 20.
Effectivement, je vais le payer et à partir du 14-15è kilo, les coups de couteau –crampes, entrent dans mes mollets. Je crie, sur le coup, je marche et repars, doucement. Ah, ce beau vélo, s’il avait été près de moi, je crois que je l’aurais enfourché !
Arrive le long et terrible serpentin de l’Ecole d’Application d’Infanterie. Après deux verres de glucose à l’entrée. Mais que c’est long. Le 18è est à la sortie. Allez, plus que 2 !
Le centre ville est là. On aura croisé des voitures arrêtées mais sans les récriminations habituelles. Cela se passe plutôt bien.
Allez, la Place est là. Faut oublier les coups de boutoir dans les mollets…Et le temps d’arrivée : 1h45 ! Je m’attendais à pire. Vite un Perrier et ne traînons pas, direction, le parking. Essuyage et glycémie : 1,99g. C’est le glucose, qui est encore dans le sang ! Bon je peux reprendre le volant ! Un gars s’inquiète, pour le parking. En principe gratuit. Mais non. Ca bouchonne dans les couloirs et tous font demi-tour pour chercher les caisses. Là aussi ça bouchonne. Cartes avalées. Tickets qui ne reviennent pas…Un beau bazar à la française. La machine me prend mon billet de 5 euros au bout de la 6è ou 7è fois…Personne n’avait besoin de cet avatar. Allez, le soleil est revenu sur la route du retour et je pousserai un peu plus l’insuline du midi, pour « compenser » les quelques milligrammes en trop.
La foule, l’anonymat (pas total toutefois …), la ville et ses inconvénients, une vedette de la course qui parle au micro de Midi Libre du goulot d’étranglement du départ…Jamais contents les coureurs !!! Mais moi, j’ai fini. C’était mon objectif. Alors satisfaction.

 

4 commentaires

Commentaire de zakkarri posté le 26-11-2006 à 16:45:00

Bravo pierrot34! et quel récit , immerssion totale! , je me souviens aussi du passage des motards... slt ! zakkarri.

Commentaire de cedre posté le 26-11-2006 à 18:50:00

bravo Pierrot, mais c'est vrai quand même qu'il ya courses des villes et courses des champs.
bonne continuation ....

Commentaire de climber posté le 26-11-2006 à 21:10:00

Toujours le plaisir de te retrouver. bravo pour cette prestation digne d'un Spiridon à la retraite.
Climber

Commentaire de bigout66 posté le 27-11-2006 à 11:53:00

Joli chrono malgré le manque d'entrainement.
Je crois que tu n'est pas le seul à avoir eu du mal avec le passage dans l'EAI toit le monde en parlait après la course.
A+ et encore bravo.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran