Récit de la course : Jogg'iles - 31 km 2006, par thunder

L'auteur : thunder

La course : Jogg'iles - 31 km

Date : 19/11/2006

Lieu : Miribel (Ain)

Affichage : 3042 vues

Distance : 31km

Matos : Trabbuco, Xshocks, guêtres raid de de decath, cuissard asics, boxer decath, t-shirt manche courte lafuma, veste kikourou, sac raid light avec 1l d'isostar et des bricoles, casquette brooks

Objectif : Balade

8 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

une balade vous dites?

Les joggiles



Voici en quelques lignes le récits de notre balade de dimanche matin qui m'a fait comprendre bien des choses.



La pré course



Comme d'hab merci kikourou et Nono pour assurer l'ambiance sur le forum.



Quelques discussions avec Raideur qui tente de me décourager de cette idée folle de faire cette sortie pour rester sur le semi.

Jeudi cross universitaire qui me laisse sur des sensations mitigées. Le lendemain athlé avec la fac, le coach profite de son retour pour nous casser. Travail de foulées, renforcement musculaire. Le soir une collègue vient me masser je sens presque bien mais le lendemain après une brève nuit le réveil est douloureux, je savais même pas que j'avais des muscles sur le haut du corps, j'ai l'impression d'avoir était tabassé pendant la nuit. Tout va bien dans le meilleur des mondes en plus j'ai les mollets qui tirent. (ça sent l'achat de manchons pour Noël).



Samedi soir



Petite patate party devant la télé, je me traîne, 23h45 il est temps d'aller dormir. Je passe une des pires nuit de ma vie, je fais des cauchemars, je rêve de semi ratés où je me perds ce qui entraîne des chronos foireux, au milieu de ce cauchemar un Biru fait une intervention. Vraiment c'était une drôle de nuit. 3H55 le réveil sonne depuis le temps que j'attendais pour me lever.



Dimanche matin



3h55 je suis debout la gueule en vrac mais debout, je pèse mes pâtes une tranche de jambon pour un peu de goût et à table. Je me sens d'une forme. Là je me dis que je dois vraiment être cinglé pour aimer courir.



Je prépare mon sac, me douche.



6h35 biru m'appelle je suis dans la cage d'escalier, oups mes voisins vont m'adorer. Un con a pissé contre la porte d'entrée je manque de me vautrer, en plus je me sens barbouillé. Bref j'ai le moral. Après 500 mètres dans la rue l'oxygène fait son effet. Je me sens euphorique toutes les petites contrariétés s'effacent et je savoure la joie d'être en vie par ce beau dimanche matin.Petit coup de fil du Biru qui m'attend au point de rendez vous. Pourtant je suis pas en retard.On charge la kikouroumobile et nous voilà parti pour de folles aventures.



Comme d'hab on arrive à « s'égarer sur l'autoroute » mais nous arrivons à bon port. :twisted: C'est dingue le nombre de voitures pour dire qu'on est dimanche matin. On passe sur le gué et on s'en prend plein la vue. Le soleil est sur le point de se lever sur les étangs. On arrive à se garer sans trop de difficultés. Directions les inscriptions punaise mais y'a un de ces mondes dans le coin.



Biru s'inscrit sur place, je récupère mon dossard dans une enveloppe. On sort pour aller au vestiaire. On enfile nos beau habits de lumière. Après le cross et le Clair de lune j'ai réalisé que j'avais tendance à embarquer plein de choses inutiles dans mes chaussures (sables cailloux, branches etc etc..)Donc j'ai investit dans une paire de mini guêtres. Avis d'un mec au vestiaire c'est du volume inutile. Nous allons rendre nos sacs et gardons nos sacs de courses. Bonne ambiance et joyeuse déconne de la part de la bénévole qui prend une posture douteuse pour inscrire nos numéro de consigne sur les dossards.



Voilou le dokko qui arrive petit coup de fil à raider qui est sur le point d'être là. Retrouvailles générales : loopinette, angel, raideur arrivent, le trio dokko biru thunder manque plus que notre escargot national.



Pendant que les gens du semi vont chercher leur dossard on en profite pour faire des photos.



triodechoc



de gauche à droite : dokko 38, thunder et biru, dans le fond vous pouvez voir le magnifique ciel rouge



Retour au hall et on retrouve nono et tout le reste de la clique. On nous propose de tester des rebooks (mais non je ne quitterais pas mes trabuc pas la peine d'insister)



C'est bizarre la première fois que je croise Nono c'était la course pour Tanguy et aujourd'hui c'est la Saint Tanguy. Le monde est plein de petit signe.



Petit échauffement avec le biru qui garde son verre à la main, quelle maitrise! Il me fait part de ses quelques problèmes gastriques (la gaz team reste la gaz team) Tout va bien on se retrouve vers la ligne, petite photo souvenir bye nono. Dernière instructions de raideur pour ne pas aller trop vite, mais oui coach pas de problèmes coach on est pas des sauvagescoach on va se tenir bien coach. (à noter pour plus tard)



Il commence à pleuviner.



Les trois sauvages du trente se dirigent vers le départ. Je traîne dokko vers le fond du peloton, faudra le surveiller le gaillard. Je commence à le connaître pour lui une course reste une course.



Petit décompte coup de corne de brune avec effet pet foireux



La course



pouint c'est le départ



On commence par piétiner puis ça descend. Nous longeons les berges d'un étang, c'est boueux et il y'a des ronces. Je me retiens de faire le con. On est pas là pour se faire mal et il reste 30 bornes.



Nous commençons par une petite boucle de 10 kilomètres autour d'un étang. Il y'a un peu de ronces au début et ça griffe les pattes. Bien vite on retrouve un chemin en stabilisé. On se balade gentil ambiance dans le groupe, une petite de mach3tri plaisante avec nous et notre attirail.



Je passe les passages décrivant les chemins en gros c'est pas du bitume, c'est pas plat mais ça va. Petit faux plat montant par ci par là c'est pénible ça tire dans les jambes.



Kilomètre 5 premier ravito

Petite pauses on se restaure on boit un coup et nous voilà partit pour de folles aventures. On passe sur le gué. C'est pas mal est l'eau est relativement claire (nan pas de trempette). On passe dans l'enceinte du départ, on longe une plage et hop petit coup de cul pour bien nous casser.



Kilomètre 10 deuxième ravito

Passage vers l'arrivée c'est déjà 10 kilomètres d'avaler en 54 minutes, les jambes vont mieux et le ravito se laisse avaler.



La mécanique se met en route.On prend notre rythme diesel tout va bien. Biru ramasse un dossard et manque de se faire « tamponner » par l'arrière. Nous quittons le périmètres de l'étang pour arriver sur du bitume. La petite de mach3tri revient sur nous, re déconne sur le contenu de nos sac. On se marre bien. Elle nous dépasse mais bon nous on profite du bitume d'ailleurs on arrive vers un bar pizzeria. La pause s'impose, nan? Bon ben on va continuer, mais cette odeur de feu de bois réveil mon appétit. Je jette un oeil à mon biru comme l'impression qu'il s'emmerde. Petite montée que dokko attaque en courant nan mais nan je veux pas et biru qui monte en courant va falloir suivre le rythme.Shreugneugneu. Arrivé en haut de cette rampe on s'en prend plein les yeux. Levé de soleil sur étang on se croirait en Camargue avec le petit port de l'autre coté par contre le chemin est pas terrible ni roulant ni technique mais avec des galets pour venir titiller mon reliquat tenace d'aponévrosite. Dans notre groupe c'est le même avis qui demeure. Nous arrivons au ravito du kilo 15 en 1h27. Commentaire du dokko on a perdu 2 min. D'un coté c'est vrai qu'on a peut être levé le pied vu comme on nous dépasse, d'un autre coté est ce vraiment important?



Petite parenthèse pour vous faire partager ma colère sur un point de cette course :

Je me souvient d'un poste sur kikourou où l'on évoqué le jet de détritus. Bon ben je suis en rogne autant je peux comprendre qu'on jette les gobelets des ravitos et les peaux de fruits après un ravito. Autant là je crois que j'ai les boules contres les purs routiers. Est ce que prendre 15 seconde pour jeter son verre dans un sac quand le ravito est en pleine nature est une perte vraiment importante? Est ce que jeter son gel vide en pleine campagne et gagner 5 grammes est vraiment important. Vu la quantité de déchets sur le parcours, il n'y a pas que les favoris qui se sont comporter de manière aussi dégueulasse (à supposer que les favoris se soient comporter de la sorte)

Fin de ma colère contre les pollueurs

Kilomètre 15 troisième ravito



Donc ravito du kilomètre quinze petite pause de la gaz team. On repart gentiment, le parcours passe sur un barrage à gauche un marais à droite le canal. C'est beau mais des biip ont jeté leurs verres sur le pont avec le vent les chances que ça tombe à l'eau sont élevées.Un coureur étire une crampe sur la rambarde de notre cotée tout va bien. La balade se continue sur ce chemin avec ces foutus caillouxon chambre le dokko sur la respirabilité des son cuissard au niveau de son postérieur :lol:. Bifurcation, encore des gels à terre.J'aperçois dans un bosquet un truc blanc qui coure, dokko m'interpelle sur le renard.Vraiment c'est génial de voir les petites bêtes dans la nature. Au moment où il traverse notre chemin je veux me rabattre sur le coté mais ça arrive derrière allons bon je manque le renard, mais je me fait dépasser par une dame qui a des asics oranges avec des xshocks (mon dieu que c'est beau). Nous avançons tranquillou on papote (comme d'hab) soudain une dame revient sur nous ça tête m'est pas inconnue et mes deux acolytes la saluent. C'est officielle on s'est déjà croisé alors sortie spode et brooks et aussi pour les deux autres à la sortie nike à Saint Catherine. On taille le bout de gras sur son marathon de New York, ça dissimule la monotonie de ce chemin. Biru commence à montrer des signes de mon bien et moi aussi j'en ai plein les pattes, je m'ennuie ferme. :| La paysage est d'une platitude nous sommes au milieu des bois. Vraiment pas cool. Nous croisons les chasseurs, les anti chasses s'expriment malgré la sympathie dont nous témoignent les hommes et femmes au fusil.



Ravito du kilomètre vingts



Petite pause et présence de randonneur. Notre compagne en profite pour creuser l'écart. La parcours passe juste sous une ligne électrique (super mon cardio adore pourtant pas de perturbations). Encore des gels jonche le sol dans les kilomètres qui suivent. Nous longeons une rivière le chemin se ressert le dokko veut foncer faut le calmer, biru lui traîne la papate. Mais ça devient ludique on s'amuse presque. Sortie du « single track » nous voilà sur un parking au pied de l'autoroute. Dans ma tête il reste moins de 5 kilomètres (manque notoire de lucidité de ma part) Dokko demande si on accélère biru nous fait signe de lâcher les chevaux. Bon ben on y va on monte en allure, là on coure vraiment. Le cardio monte et se stabilise à un niveau qu'on qualifiera de assez élevé.Mais ça déroule. On remonte massivement. Niarkles fusée sont lâchées, je m'impressionne par le train, ça défile sous nos jambes les faux plats montant comme les descentes. On roule puis au grès des multiples bifurcation on retombe sur le chemin de la première boucle. A ce moment je vois reste 5 km, gros coup dans les gencivesje croyais qu'il nous restait 2 à 5 kilomètres maxi depuis le début de notre attaque et merdum va falloir gérer et le dokko qui pense que tout va bien. Je sens les joies de l'acide lactique qui envahie mes cuisses. Ultime ravito avec micro pause juste le temps de prendre un sucre et de percuter le dokko. Nous revoilà parti à fond on dépasse la fille de mach3tri. On continu, les faux plats montants me font souffrir dokko devant mes protestation relâche à peine l'effort. On dépasse les gens nous demande comment on fait pour débouler comme ça et ce qu'on vient de faire certainement pas le 30 pour eux. Pour déconner j'explique que c'est notre deuxième boucle de 30en réalité ça tient plus de la simulation de bien être que du bien être. Nous nous faisons dépasser par une petite blonde en vtt j'aimerais bien m'accrocher à sa rouemais elle roule bien la bougresse. Le but c'est d'avancer le plus vite possible en récupérant pour en foutre un coup sur la fin. (voyez la logique tortueuse du thunder):? . Nous passons le gué je profite de la descente pour relâcher alors que mon camarade voudrait en foutre un coup. Nous remontons en accélérant mais quelle brute de dokkoNous continuons notre balade à fond les ballons avec pour moi toujours la même logique de recup. Dernier kilo encouragement d'un coureur. Nous arrivons dans l'enceinte de l'arrivée, il nous reste moins de 500 mètres et me voilà pris d'un coup de froid, ma veille amie hypo des finish revient, la dernière fois c'était déjà avec dokko. 300 mètres il y'a foule mais pas têtes connues, 200 mètre ça descend mais c'est irrégulier bientôt la photo finish mais d'abord ne pas tomber sur la plage, virage à droite je percute mon dokko que fonce tout droit il réalise que l'arrivée est au dessus de ce raidillons, je pousse sur les jambes l'arrivée est au bout. On dépasse encore une concurrente et main dans la main nous passons sur la tapis mais ma puce bip avant la sienne.



L'après courses



Comme lors du lion il y'a un poste de secours mais cette fois ci c'est pas pour moi. On nous enlève notre puce, je titube légèrement enfin je manque de tomber à la renverse pour lever mon pied afin de me faire enlever ma puce (je le savais le fin dans la poche à eau c'était pas le bon plan). Commentaire du bénévole sur mon état d'ébriété. On nous remet un super sac porte chaussure (génial : solide comme il faut pour mettre mes pointes). Changement de bâtiment, passage devant une poubelle pour jeter nos déchets. Petit ravito en eau à l'extérieur je prend d'abord un verre vide avec ma veine légendaire, puis un plein, on rentre, mon dieu les toilettes sont juste à coté ça vous débouche les naseaux. Ravito solide un peu de pain d'épices et un sachet avec un bon pour une boisson 2 mi choco et une barre de céréales. Mum ce que j'aime pas les mi chocomais j'ai pas le choix alors je mange. Mes jambes ne me portent pas super mais on va faire semblant. On attend le Biru sur le bord du chemin pour l'encourager dans son sprint finale d'ailleurs petite vidéo du personnage au passage tant que le tel est dehors coup de fil à raideur qui est déjà reparti avec le reste de la bande.



Passage à la buvette à l'intérieur, si au cross il n'y avait pas de musique là on s'en prend plein les tympans. A la buvette nous résistons à le tentation de la boisson de récup, jus de fruit ou coca pour nous, la dame qui nous a tenue compagnie se prend un vin chaud sous nos regards plein d'envie. Affichage des temps j'aperçois deux kikoureurs sur le tableau dont un certain serge qui finit en 2h11.A la sortie on recroise le fille de mach3tri qui nous invite aux foulées de l'île Barlet le 9 décembre. On verra...



Récupération de nos sac malgré nos dossards qui ressemble plus à du pq qu'autre chose. Dokko nous quitte. Direction le vestiaire. C'est bizarre y'a pas des masses de buée dans ce vestiaire. :roll: On se prépare pour une bonne douche récupératrice. J'entends mon Biru hurler et jurer. Tient y'a-t-il anguille sous roche?Pas grave une douche froide c'est bon pour la récup. Je me retrouve dans la salle de douche et là un cri de stupeur, mais non de non de dzi c'est un truc à se chopper une hydrocution.Malgré toute ma bonne volonté j'ai du mal à mettre plus que les jambes sous l'eau. On se rhabille en vitesse. Puis on retourne vers la hall pour voir nos résultats, je suis blasé le classement ne marche pas comme celui le la FFA je suis en Senior 1. Donc quinzième place et pas de podium malgré la demande d'un jeune vétéran que je croise sur toutes les courses.



Au final



J'ai frôlé le mur du kilomètre 30.

Je suis guérit, plus de tendinites

Ne jamais suivre dokko pour ce genre de balade si on veut pas finir cramé.

Biru reste un type super sympa ainsi que les kikoureurs

Je crois que je vais bientôt faire mon coming outchez les traileurs où le plaisir semble prendre le pas sur la performance chronométrique et où la nature est respectée et appréciée.



PS voir Biru s'autoflageller dans la voiture pour ne être rester calme reste un grand moment. (enfin au fond de moi je suis aussi un peu en colère contre mon comportement stupide sur les 7 derniers kilomètres)



Ce matin pas de courbatures et petite séance sympa de décrassage étirements chez le kiné qui est aussi en colère contre ma fin de course. Le podologue m'a engueulé pour ne pas être passé chez elle juste après le clair de lune pour soigner mon hématome à l'orteil. En gros le corps médicale a pas fini d'avoir des problèmes avec moi. :lol:


8 commentaires

Commentaire de Loopinette posté le 20-11-2006 à 15:34:00

Ouaouh ça c'est du récit !
Tu m'étonnes que les spectateurs étaient affolés à vous voir débouler comme ça après 30 bornes dans les pattes !
Bravo en tout cas pour votre course et à bientôt :)

Commentaire de le_kéké posté le 20-11-2006 à 16:25:00

Excellent ce récit thunder, j'ai bien rigolé.
Si tu pouvais rajouter une légende sous la photo on pourrait savoir ki_est_ki.
J'espére rencontrer toute la team à la sainté

A+ Philippe

Commentaire de clopino posté le 20-11-2006 à 17:59:00

moi je pense t'avoir reconnu...avec ta "boutique sur le dos"...et tes passages de fusée par alternance.
je pense etre le coureur qui faisait des etirements sur pont du barrage en attendant un camarade se goinfrant aux ravitaillement
Tres beau recit ma foi. Si je me lance il risque d'etre un peu plus court.
clop

Commentaire de Tortue géniale posté le 20-11-2006 à 18:14:00

Oh ! joli le coup de la masseuse venue l'avant- veille, j'avais pas compris ça comme ça lorsque tu m'en a parlé !
Pour le photo, je remarque mon air de All Black à la limite de la crise de rire ...
Pour la course : VRAIMENT PAS BIEN !!! trop vite ! ton kiné avait raison !
Pour ton CR, excellent, dire que le prochain est normalement celui de la Saintélyon, à moins que tu mettes la sortie de vendredi soir au programme ...
Signé un gars de la gaz gaz team ...

Commentaire de raideur69 posté le 21-11-2006 à 06:24:00

je constate que vous êtes en pleine forme les jeunes....tres.tres bien pour la STL.
Cest vrai pour les gobelets,certains "bitums"ils sont mal élevés ces petits....je m'excuse Mathieu pour ne pas vous avoir attendu.Mais Brunoangel avait un repas de famille et donc pressé.Bravo pour tes CRs tjrs tres vivant. A+

Commentaire de aie mac posté le 21-11-2006 à 21:14:00

houlaaaa ben y'en a du raconté! lol
va falloir rallonger les écrans pour ton cr de la sainté ;-)
sympa, l'ensemble :-)
@+++ (J-11)
marc

Commentaire de L'Castor Junior posté le 29-11-2006 à 17:13:00

Eh ben dis donc, ça va (dé)gazer à la STL !
La relève est assurée avec les jeunôts de la GazBeenTeam ;-))
En tout cas, ravi que tu aies fait ton "coming out" de traileur : c'est tout de même 'achement plus sympa que la route ;-)))
A samedi à Sainté !
L'Castor Junior

Commentaire de NoNo l'esc@rgot posté le 30-11-2006 à 23:09:00

Génial Thunder ton récit ! Je vois que la conncurrence devient rude...
Quant à cette histoire de coïncidence, pour info, mon fils s'appelle ... Tanguy !
A la prochaine ! (et si tu venais faire le semi de Bourg ???)
NoNo_toujours_escargot

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran