Récit de la course : Ironman Vichy 2022, par Aurélien Jagla

L'auteur : Aurélien Jagla

La course : Ironman Vichy

Date : 21/8/2022

Lieu : Vichy (Allier)

Affichage : 149 vues

Distance : 226km

Objectif : Pas d'objectif

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

- IRONMAN VICHY - « Time to fly »

Un mois a passé depuis l’Ironman et j’arrive seulement maintenant à écrire mon ressenti.


Il va être difficile de résumer une course comme celle-ci car un Ironman c’est vraiment quelque chose à part.

Les distances parlent d’elles même : 3,8 Km de natation, 180 Km de vélo et un Marathon pour finir.

Ilest impossible de se lancer dans un Ironman sans une bonne préparation.

Pour ma part elle a débutée le 3 Janvier après avoir été testé positif au Covid l’après-midi. 😅

On a vu mieux comme début de prépa et je ne sais pas si c’est dû au sport mais pour ma part en 24h il était déjà loin derrière moi et de toute façon je me suis imposé une discipline de fer alors pas question de rater un entrainement.

Avec en moyenne 12/14h d’entrainements par semaine, il faut savoir que pendant 8 mois toute votre vie est tournée autour de l’Ironman.

Heureusement j’ai la chance d’être indépendant et donc de pouvoir aménager mes horaires plus ou moins comme je le souhaite.



Je suis allé nager à la piscine de Moret sur Loing qui est clairement la meilleure piscine que je connaisse avec un bassin extérieur réservé pour les nageurs.

En plus les gens sont super accueillant.

J’ai découvert les joies de nager en hiver avec le froid et le brouillard, une expérience unique. ☺️



Pour l’entrainement vélo je remercie l’homme qui a créé le Home Trainer car clairement je ne me serais pas vu rouler en plein hiver.

Je crois que j’ai commencé à faire les sorties vélo en extérieur en Avril et les premières sorties ont été bien rude avec un mélange de froid, vent et pluies.

Au moins rouler 3/4h dans ces conditions m’a aidé à me forger le mental pour le jour J.

Plus l’Ironman approchait et plus les sorties étaient longues mais les couchés de soleil à travers la campagne Seine et Marnaise resteront des moments magnifiques pour moi. 😃



Pour la course à pied j’avais pas mal d’entrainement sur piste et je peux remercier la ville de Champagne sur Seine de mettre à disposition une piste d’athlétisme accessible a tous sans qu’un gardien vienne te dégager au bout de 2 minutes comme c’est le cas à Fontainebleau. 😡

Mais j’ai surtout pu compter sur le soutien sans faille de Fred et Anouck qui m’ont accompagné sur presque toutes mes séances.

Un grand merci car sans vous certaines séances ne seraient pas passées. 😊



Désolé de cette très longue introduction mais i fallait que je vous fasse partager mon ressenti durant ces 8 mois et c’est très dur à expliquer par écrit toutes les émotions par lesquelles je suis passé.



Place maintenant à l’Ironman de Vichy. 💪



NATATION



Cette partie va être très courte car… Il n’y a pas eu de natation.😆

En effet, jeudi soir après avoir récupéré nos dossards une rumeur circulait comme quoi la partie natation allait être annulée dû aux fortes pluies tombées à Vichy ces derniers jours.

Rumeur qui s’est confirmée par un communiqué le lendemain sur les réseaux sociaux.

Cette annonce m’a terriblement bouleversée au point d’en être malade et d’envisager de ne pas prendre le départ de la course.

Heureusement ma copine a réussie à trouver les mots justes pour me re motiver.😘

Le fin mot de l’histoire c’est qu’une station d’épuration en amont a débordée dans l’Allier suite aux fortes précipitations tombées sur Vichy durant la semaine.

En gros on aurait nagé dans de la merde…

Samedi la veille de la course nous sommes invités à déposer nos vélos dans le parc à vélo.

Je me dirige avec Krevett à notre emplacement et juste avant de déposer mon vélo je lui dis « Hey tu ne trouves pas qu’il y a un truc bizarre ? J’ai l’impression que ma fourche bouge !»

Et la-il hallucine !!!

Effectivement il y avait un gros jeu donc je décide d’aller au stand de réparation pour vélo.

Il est 18h30, le parc ferme à 19h dernier délai…

Et là les mécanos hallucinent aussi.

Le jeu est effectivement énorme mais en plus de ca le câble de frein casse lorsqu’il a voulu vérifier l’état des câbles.

Un énorme merci à toute l’équipe de France Bike Rentals qui a réussi à remettre mon vélo en état dans un temps record. 😉

Il est 19h passé, j’ai eu une dérogation spécial pour pouvoir déposer mon vélo dans le parc dépassé ce délai et je peux enfin déposer mon vélo.



VÉLO



Dimanche 21 Aout, ça y est le grand jour est enfin arrivé !!!

Huit mois que je m’entraine pour cette course alors autant vous dire que je n’ai pas réussi à dormir beaucoup et j’ai le trouillomètre à zéro.

En plus vu l’annonce de la veille nous commençons donc par le vélo qui est la partie que j’appréhendais le plus depuis le début.

Non pas la peur du pépin physique mais plutôt la peur d’un souci mécanique surtout avec les péripéties de la veille.

Le départ se fait par vague de 4 et par ordre de dossards.

Je m’élance donc à 7h40 avec mon dossard 189 pour 180km de vélo (en vrai 182km les batards 😂)

Les 30 premiers kilomètres sont roulants donc j’en profite pour envoyer afin de gagner du temps que je vais perdre lors des ascensions (2400m d/+)

Arrive la première petite difficulté avec la « Cote de la Bruyère » avec à son pied une ambiance digne du Tour de France.

C’est ici que je croise ma chérie qui m’encourage avec sa superbe pancarte faite avec amour.

Après cette premier cote et un long moment sur du plat vient la partie la plus dure de cette boucle avec le « Col de St Nicolas des Biefs » une longue montée de 15,8Km avec 520 d/+.

En vrai il y a que 10Km de montée car les 6 derniers sont plutôt un faux plat montant.

S’en suis une longue descente de 10Km avec une grosse frayeur pour ma part car un cycliste a fait une énorme chute juste devant moi et j’ai heureusement réussi à l’éviter de justesse.

Malgré tout, sa chute ma marquée car ça m’a fait peur pour le restant de la descente et je suis passé à quelques mètres de la chute également. 😟

Après de nouveau une longue partie roulante me voilà reparti pour la deuxième boucle.

Elle s’est mieux passé que la première car j’avais l’avantage de savoir à quoi m’attendre et ma stratégie était de gérer mon effort pour ne pas arriver cramé sur la course à pied donc j’ai levé le pied les 20 derniers kilomètres.

Je fini la partie vélo en 7h18 alors que je m’étais fixé 8h donc plutôt content de moi.



COURSE A PIED



La partie course à pied consiste à courir 4 boucles de 10,5Km environ sur les bords de l’Allier avec des ravitos tous les 2/3Km donc pas de risque de manquer d’eau ou de nourriture.

L’organisation a eu la très bonne idée de faire passer le début de chaque boucle juste devant les gradins avec le publique avec a gauche un panneau indiquant le chemin à suivre pour enchainer une nouvelle boucle et à droite un panneau indiquant la Finish Line.

La première boucle se passe plutôt bien et je suis dans mes prévisions pour faire ce Marathon en 4h.

Malheureusement j’ai très vite déganté dès la deuxième boucle.

Une grosse douleur sous le pied droit m’empêche de maintenir le rythme que je m’étais fixé.😞

Je commence à ralentir et à craindre le pire.

Le truc du genre ou un nerf ou tendons lâche et me force à abandonner.

J’essaye de ne pas penser à cette hypothèse mais j’ai vu quelques coureurs qui commençaient à abandonner et c’était dur de ne pas lâcher.

Heureusement ma copine est présente sur le parcours pour m’encourager.

Le corps humain est vraiment bizarre car dès le début de la troisième boucle la douleur a disparue mais pour laisser place à une autre .

Cette fois ci c’est mes cuisses droite et gauche qui deviennent aussi lourdes que du béton.

Contrairement au pied, je ne panique pas car là je sais clairement que ça vient de la fatigue cumulée depuis le début.

Et puis il y a surtout le fait que j’ai à ce moment la dépassé la moitié du parcours et que dans ma tête je me vois plus lâcher.

Je commence néanmoins à ne plus pouvoir courir tout le temps et j’enchaine entre marche et course.

Mes ravitos commencent également à devenir décousus avec une très mauvaise gestion de l’alimentation.

Clairement j’ai mangé et bu n’importe quoi.🤣

Arrive la quatrième boucle.

Je vois d’autres athlètes prendre la direction de la Finish Line et je me dis « Putain la prochaine c’est ton tour !!! »

Honnêtement je ne me souviens plus trop du dernier tour.

Je sais juste que j’ai débranché le cerveau et essayé de profiter au maximum des encouragements du publique.



TIME TO FLY



Le dernier kilomètre d’une course aussi longue est vraiment particulier.

Il faut le vivre car je n’arriverais pas vraiment à l’expliquer mais j’ai eu exactement les mêmes sensations que lors des « 100km de Steenwerck ».

D’un coup les douleurs disparaissent et je me remets à penser à ces 8 mois qui viennent de passer.

Les heures d’entrainements avec les sacrifices, les joies, les rires mais également les pleurs et l’envi de tout lâcher.

J’arrive devant le panneau indiquant la direction de la Finish Line, je prends le dernier virage et je me retrouve avec l’arche ornée du Logo Ironman au bout du tapis rouge et j’entends le speaker annoncer le fameux « You are an Ironman »

Je jette un œil dans les tribunes pour essayer de voir ma copine mais impossible avec tout le monde présent dans les gradins.

L’arche se rapproche et je ne peux m’empêcher de dédier cette course à Emmanuel qui a été emporté par un cancer il y a 5 ans mais qui est présent tous les jours malgré tout.🙏

Il est 19h38 lorsque je passe la ligne d’arrivée…Je suis un Ironman.



Après les 100Km de Steenwerck j’avais conclu mon récit par cette phrase:

«Pour courir un ultra marathon, il suffit d’être suffisamment arrogant pour croire qu’on peut le faire, et suffisamment idiot pour tenter de le faire

Et maintenant ?

J’ai tenté et j’ai réussi…mais je reste idiot… »



Aujourd’hui c’était surement mon dernier récit car clairement je ne sais pas si je referais un jour une course qui demande autant d’investissement que ça soit physique, moral ou financier.

Même si le label mentionne « Ironman » je resterais toujours qu’un simple être humain.

1 commentaire

Commentaire de augustin posté le 20-09-2022 à 14:24:51

merci pour ton récit! bienvenue dans le club des Finishers IM, une experience qui te marquera à vie. On se croisera peut etre sur les routes du 77!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran