Récit de la course : La Course des Trois Pignons - 5 km 2022, par DavidSMFC

L'auteur : DavidSMFC

La course : La Course des Trois Pignons - 5 km

Date : 6/3/2022

Lieu : Noisy Sur école (Seine-et-Marne)

Affichage : 298 vues

Distance : 5km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Retour à Noisy, sur le 5km cette fois !

Récit en ligne sur mon blog : Course Nature des 3 Pignons

 

 

Après deux semaines de vacances, retour sur cette épreuve que j'ai disputé pour la première fois en 2020, juste avant l'arrêt des courses. Je connais bien l'endroit, je suis venu deux fois faire le Circuit des 25 Bosses ces 15 derniers jours mais cette fois, c'est pour 5 kilomètres roulants que je viens à Noisy-sur-Ecole. A deux semaines de l'Eco Trail de Paris, je n'ai pas spécialement envie de faire 21 kilomètres comme il y a 2 ans, plutôt envie de me faire plaisir sur le format court et d'essayer de faire un résultat correct.

J'ai eu une semaine plutôt soft depuis le Trail Hivernal de la Moselotte dimanche dernier. Une séance sur piste plutôt sage jeudi soir et une reprise du vélo en douceur la veille de la course... mais 88 kilomètres quand même. Je devrais être en jambes mais je risque de manquer de jus.

Je sais que le stationnement n'est pas évident donc j'arrive sur place bien en avance, ce qui me permet de récupérer mon dossard tranquillement. Ce sera le 1917 aujourd'hui. Je retourne à la voiture pour finir de me préparer. Il fait frais mais beau aujourd'hui, je pars donc très léger pour 5 kilomètres : short, maillot du club et juste des gants aux mains. Je fais le choix de ne pas mettre mes chaussures de Trail malgré le sable, je chausse mes Brooks Ricochet.

Une fois prêt, le dossard accroché, je retourne vers le départ, toujours bien vêtu, par un autre chemin. De nombreux concurrents des autres distances s'échauffent, nous serons les derniers à partir. Je tarde donc un peu à déposer mon sac à la consigne car cela fait que je dois retirer mon pantalon, mon sweat et ma veste. Une fois cela fait, je m'échauffe un peu moins d'un quart d'heure, je me sens bien mais pas non plus au top de ma forme. J'échange quelques mots avec Bastien, un ancien camarade de fac puis il est temps de se placer sur la ligne de départ où je repère rapidement mes adversaires.

A priori, le podium va donc se jouer entre 5 concurrents : 3 espoirs (Tom du club d'Avon, Romain qui vient de Charente et Corentin d'Alsace), Stephane (un M3 habitué de l'épreuve) et moi.

 

La course

Le speaker fait le compte à rebours et c'est parti ! Nous sommes une petite quarantaine à nous élancer sur ce format. Comme prévu, Tom prend très rapidement les commandes devant Stéphane et Romain. Je me cale derrière eux, le départ est rapide mais je sens bien que tout le monde ne maintiendra pas ce rythme, je l'espère en tout cas. Je tente donc ma chance en suivant la tête de course.

Assez vite, très à son aise, Tom s'échappe et prend nettement les devants, personne n'essaie de le suivre. De mon côté, je surveille ce qui se passe, déterminé à accrocher un podium aujourd'hui même je sens bien que ce ne sera pas évident. C'est Romain le premier à bouger pour mener la chasse derrière Tom (ou probablement plutôt tenter de se détacher pour la deuxième place). Je ne me retourne pas mais après quelques centaines de mètres, je sens que Stéphane et Corentin n'ont pas accroché notre wagon et que je joue donc provisoirement le podium avec Romain, une situation plutôt confortable.

Cependant, le rythme de celui qui me devance est dur à tenir, je suis bien au niveau des jambes mais le terrain n'est pas facile avec beaucoup de sable et pas mal de virages. Je m'applique au niveau du souffle car les conditions sont idéales mais il fait froid. Je suis les trajectoires de Romain qui se décale régulièrement à droite ou à gauche du chemin pour aller vers les zones les plus tassées car au milieu, le sable est plus usant.

Après un bon faux-plat montant pas facile, on retrouve une portion plus roulante qui me convient mieux et même un chemin moins sableux. On approche de la mi-course, je ne peux pas accélérer mais je sens que Romain cale un peu, je maintiens donc l'allure et passe progressivement devant lui. Je commence à croire à mes chances de disputer la deuxième place alors que je n'étais pas facile pour suivre mon adversaire jusque-là et ça m'aurait embêté de le coller toute la course pour lui chiper la place dans un sprint final.

Au bout de quelques centaines de mètres, je serre les dents et ne fléchis pas, ce qui me permet de gentiment distancer Romain. Je sais qu'il ne reste pas beaucoup de distance à parcourir même si ça commence à être dur physiquement mais je suis en position de force donc je tiens bon. Je ne sais pas dans quel état d'esprit et physique se trouve Romain mais je suis en train de le lâcher pour de bon.

A présent, nous commençons à dépasser les derniers concurrents du 21km partis un petit quart d'heure avant nous. J'attaque aussi une portion difficile car irrégulière et plus sableuse, ce qui rend ma progression plus difficile avec les jambes lourdes. J'aperçois encore de temps en temps le leader de la course qui n'est pas si loin mais je n'ai pas pour objectif de le rattraper, je me concentre sur ma propre course donc j'essaie de résister mais je ralentis forcément dans ce passage délicat.

Heureusement, les montées qui ne sont que des faux-plats, ne sont pas très longues, ce qui me permet de relancer tout en continuant de dépasser les coureurs du 21 dont certains sont très encourageants, ça fait plaisir même si j'ai du mal à leur manifester mon contentement. Surtout que je sens bien que ça revient de l'arrière. Je choisis de ne pas me retourner mais je sais qu'au moins un concurrent est en train de recoller. Est-ce Romain qui en a remis, Stéphane ou Corentin qui finit fort ? Y a-t-il quelqu'un d'autre en embuscade ?

Je regarde à peine ma montre car j'ai vu les résultats des années précédentes et vus les chronos (entre 19 et 21 minutes pour les premiers), je me doute qu'il n'y a pas tout à fait 5 kilomètres mais un peu plus donc je reste focus sur mes derniers efforts. Mon poursuivant est revenu, tant pis, mais je reste devant et je tâche de garder le rythme voire de relancer un peu pour qu'il ne passe pas. Il a fait l'effort pour rentrer, il ne me laissera pas filer si facilement.

J'entends le micro du speaker, je vois au loin la ligne d'arrivée donc je sais que c'est la toute fin de course, un bénévole (grand merci à eux !) nous indique qu'il reste 200 mètres en nous encourageant, il y a même un peu moins, j'ai déjà lancé mon sprint depuis quelques secondes car je compte bien défendre ma deuxième place. Je fais une longue accélération progressive pour conclure cette chouette course.

C'est Corentin le coureur qui m'a rattrapé pour cette fin de course, il s'accroche bien le bougre mais je connais mes capacités de finish et j'ai encore quelques ressources, j'accélère un dernier bon coup, je prends le dernier virage au raz (ce qui me vaut quelques belles griffures au bras, merci les branches) et je finis en conservant ma position !

Je suis donc 2ème en 19 minutes et 53 secondes, à seulement 36 secondes de Tom. Moins de 20 minutes pour près de 5,3 kilomètres avec 21 mètres de dénivelé positif et surtout un sol difficile avec pas mal de sable, ça me satisfait bien. Une belle course avec des rebondissements, de l'adversité, de la souffrance mais du plaisir dans de très bonnes conditions. Corentin termine donc juste derrière moi, Stéphane est 4ème et Romain 5ème, il a craqué sur la fin de course.

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran