Récit de la course : Marathon de Paris 2021, par Runforfun1983

L'auteur : Runforfun1983

La course : Marathon de Paris

Date : 17/10/2021

Lieu : Paris 16 (Paris)

Affichage : 499 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Terminer

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le 9e, le plus douloureux

Salut tout le monde.

Mon dernier marathon remontait à celui de Nice-Cannes en 2019, catastrophique physiquement parlant.

Entre temps, le COVID est passé par là, du coup pas de compet' depuis tout ce temps. Le marathon de Paris est décalé en octobre, parfait ça me laisse le temps de me préparer, ça sera mon 3e marathon de Paris.

J'entame une prépa un peu plus sérieuse que d'habitude: plus de sorties, renforcement musculaire 2 fois par semaine, consulations chez le podologue et l'ostéo... je mets tout de mon côté pour que ça roule.

1 semaine avant le départ: grosse douleur au pied gauche. Une sorte de tendinite qui me fait boiter juste en marchant, alors en courant... Du coup, pas de dernière sortie comme prévu. Tant pis, une dernière visite chez l'ostéo, histoire de soulager le pied et on verra bien.

Les 2 jours qui précèdent, ça va mieux, ça fait du bien au mental. Même si je ne suis pas très serein par rapport à la distance...

Dimanche matin, c'est le jour J. Je me sens bien. Je prends mon temps au petit déjeuner entouré de ma famille et de ma compagne. Tous les voyants sont au vert. Je suis prêt.

Un petit coup de métro et me voilà sur les Champs. Il fait un temps splendide, l'ambiance est bonne, bref tout roule. Je regagne mon SAS 4h, comme d'habitude c'est un peu compliqué mais en 10 min j'y suis. Je trouve qu'on est nombreux dans ce SAS, mais très éparpillé, bizarre. Je prends le temps de profiter. Je me rends compte que le gros du peloton se trouve en bas, prêt de la ligne de départ. Du coup, je vais me mettre dans le peloton, en plus je ne suis pas très loin du meneur d'allure, top ! Un dernier pipi et je me mets dedans. Sauf qu'au même moment, le speaker lance le départ !!! Merde, je finis vite et me lance en catastrophe: j'ai pas déclenché la montre, j'ai encore mon masque... bref un départ en fanfare !!!

Allez ça y est, je suis dedans, je trouve mon rythme, je suis pas très loin du meneur d'allure, il fait beau, pas très chaud... tout vas très bien !!!

Mon fan club m'attend à Concorde, c'est le début, un petit mot d'encouragement et on lance vraiment la course.

Le parcours est toujours aussi joli: place Vendôme, l'Opéra... superbe ! On attaque la rue de Rivoli, pasage par l'Hôtel de Ville où mon fan club m'attend. Le rythme est bon, je suis bien, en plus aucune douleur, tout va bien, mais ce n'est que le début.

On déroule tranquillement, l'ambiance est top, le temps aussi: il fait beau, pas trop chaud, pas trop frais. 

Nous voilà du côté du Château de Vincennes et de l'Hippodrome, avec quelques petites montées, histoire de nous couper un peu les jambes, mais ça gère. Je suis toujours à portée du meneur (j'estime environ 30s), et toujours en pleine forme: pas de douleurs, pas essoufflé, le sourire... je suis agréablement surpris, surtout qu'on arrive au semi.

Passage du semi en 2h, tout roule. Petit arrêt aux "stands" histoire de relancer derrière et de recoller petit à petit le meneur. Le plan se déroule comme prévu et sans accrocs. J'ai encore plus la patate: j'ai tenu 2h, j'ai passé le semi, je suis bien physiquement, le meneur n'est pas loin... quoi de mieux? Sauf que...

Sauf qu'on arrive au 22e, et là, première douleur au genou gauche. Je fais abstraction et ça passe. 

23e: vraie douleur du talon au genou. Je connais bien ça: c'est le retour de "l'essuie glace" et ça sent pas bon, surtout si tôt.

J'encaisse, et je me dit que tant que ça tient faut que j'avance, faire le plus de kilomètres possibles en courant, parce que je connais la suite, pour l'avoir déjà vécu.

J'avance tant que je peux, c'est à dire jusqu'au 25e, jusqu'à ce que ça soit trop douloureux pour continuer en courant. 

C'est parti pour une très loooongue marche. J'essaie d'alterner entre marche et course, enfin si on peut appeler ça de la course. Quand je cours je traîne les pieds, et quand je marche j'essaie de maintenir un bon rythme. Je recroise plusieurs fois mon fan club qui comprend vite que ça ne va plus. 

Je laisse tomber l'idée du chrono, un seul but, finir. A aucun moment l'idée d'abandonner me traverse l'esprit, je veux finir quoiqu'il arrive.

L'ambiance est top, il y du monde c'est génial. Il y a beaucoup de casse à droite à gauche. Je trouve que l'on est nombreux dans le dur: ça vomit, ça s'arrête, ça s'étire... c'est complqué pour tout le monde. Je double un dossard "3h30"... ça me relance mentalement, même si physiquement c'est dur.

Je continue ma marche forcée à travers le Bois de Boulogne, et je me rends compte que contrairement à d'habitude, on est très nombreux à marcher, vraiment nombreux.

Petit à petit, on arrive au 40e... je vais y arriver put... !!!

La foule est ultra présente, l'ambiance est dingue sur le dernier kilomètre, ça y est on arrive au bout, ça crie dans tous les sens... les derniers 500 mètres !!! Allez je vais essayer de finir en courant, ça tire, c'est dur mais je vais y arriver, et ça yyy eesttttt !!!!

Enfin je passe la ligne en 4h38, loin des 4h espérées, mais tellement fier et content d'être allé au bout. Quel marathon !!!!

Bravo à toutes et toutes, bravo aux bénévoles, et bravo à l'organisation, l'arrivée était beaucoup mieux organisée et étalée.

A bientôt pour de nouvelles aventures

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran