Récit de la course : Glandass'Trail - 81 à 89 km 2020, par Alexandre Gelin

L'auteur : Alexandre Gelin

La course : Glandass'Trail - 81 à 89 km

Date : 12/9/2020

Lieu : Chatillon En Diois (Drôme)

Affichage : 225 vues

Distance : 84km

Objectif : Faire un temps

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

7 eme place au bout de l'effort.






Ultra trail du glandass. 7eme, podium master 1 pour ma plus belle course jusqu'à présent. Ce samedi avait lieu un trail de 84 km et 5200m de D+ aussi beau que difficile au départ de Châtillon en Diois : le Glandass trail. Beaucoup de forts coureurs s étaient rabattus sur cette épreuve suite aux nombreuses annulations.

Benoît Girondel, vainqueur de la diag, Fransesca Canepa double vainqueure du Tor des Géants et Aurélia Truel, vice championne du monde étaient présents en cette magnifique journée.

Pour ma part je m étais secrètement fixé l objectif d en terminer en 14h30 ce qui constituerait ma meilleure performance dans un trail.

A 5h30 le départ est donné dans les rues de Chatillon. Après quelques centaines de mètres Fransesca me double et je décide de "prendre sa roue". J essaie toujours de suivre les filles en trail car ce sont souvent des modèles de régularité.

Nous entamons une longue montée nocturne au cours de laquelle nous doublons des coureurs par dizaines. Ne suis pas en train de me griller ? Ce format de course m est inconnu mais j ai l impression d être au même rythme qu au 40km de la Christolaise couru il y a un mois, ça craint.

Nous faisons le tour du cirque d Archiane puis l ascension du rocher de Combeau : c'est magnifique. Ça va vite, très vite même.

Pourtant quelque chose d incontrôlable me pousse à ne pas lâcher "ma" Fransesca 😁

Au 38 eme km je préviens ma chérie par sms : j ai 45 min d avance sur l estimation la plus rapide. Loin de la réjouir, elle se dit que je suis parti trop vite et probablement foutu à moyen terme. Juste avant de la retrouver au ravito du col de Grimone, un bénévole me dit que je suis 6 ème, là je me dit que le soleil a dû lui taper sur le crâne mais et si c était vrai ? Pas le temps de digérer la nouvelle, je me tord la cheville méchamment, quelle poisse.

Arrivé au col Sab est là avec Sacha et tout le monde me confirme ma position, d autant que le 5 ème est encore là.

Je m assois et me retrouve paralysé par de violentes crampes aux adducteurs. La cheville me fait mal également. Pendant ce temps les coureurs passent et ne s arrêtent presque pas, et oui les costauds échangent leurs flasques vides contre des pleines et repartent pendant que je perds un temps fou à verser ma poudre. On va pas se mentir, avec mes crampes et ma poudre étalée de partout sur mon t shirt j ai l air d un pinpin.

Je repars en 11 eme position.

Fransesca est bien loin mais la longue pause m a fait du bien et au fil des km je reprends des concurrents toujours dans les montées. Le moral reviens quand je reprends ma place dans le groupe à l avant au sommet de la dernière difficulté. Espoir de courte durée car nous nous trompons d itinéraire sur 500m en descendant du mauvais côté de la montagne. Dur pour le moral. La traversée à flanc de montagne pour retrouver le bon sentier me flingue les genoux, puis c est l horreur avec la descente sans fin vers Boulc. Le groupe part à nouveau, je ne peux pas suivre, la douleur dans les rotules est insupportable.

Arrivé à Boulc au 67 eme km un concurrent est assis, je décide de ne presque pas m arrêter malgré une fatigue intense.

Je repars en 10 ème position pour une très longue montée. Rapidement j entend les sirènes des secours et au détour d un virage je vois un concurrent allongé pris en charge par l équipe. Je suis maintenant 9 eme. Je commence à avoir des hallucinations, j entends des applaudissements dans la forêt et vois des visages dans les buissons. Ça craint, je risque d avoir des gros soucis dans pas longtemps... Et soudain j entends des bruits de bâtons bien réels, oui c est la vice championne du monde et un autre concurrent qui sont 200m devant.

Il se passe un truc bizarre dans ma tête, sachant que je ne vaut plus rien en descente il faut que je les dissuade de s accrocher dans la fin de la montée avant la bascule. Je les double donc comme si j etais frais comme un gardon avec un petit clin d'œil et en leur disant " faut pas m enterrer trop vite 😉". Là ils sont un peu surpris parce qu ils m ont laissé à l agonie 20km avant.

Je suis 7 ème en haut de la montée.

Reste une longue descente où j ai peur de les voir revenir, je ressemble à un paralytique.

De reprendre un rythme de début de course me fait prendre conscience que ce sont uniquement mes genoux et ma cheville qui m empêchent de courir parceque sinon je flotte dans un espèce de coton.

Quand j arrive en bas au prix d une souffrance dans les rotules qui me donne la nausée je ne m arrête pas au ravito. Je la sent, elle est là ! Effectivement Aurélia est revenue dans la descente, j entends les applaudissements à 200m derrière moi.

Et là c'est le drame, completement désorienté et confu je rate de sentier et part sur une piste qui sort du village. Au bout de 500m je sent que quelque chose ne va pas, je suis perdu. Honnêtement à ce moment je devais vraiment faire peine à voir tellement ma détresse est grande. J ai tout donné pour ce petit écart et tout est foutu. Je regarde Géoportail (lol!!!) pour constater mon erreur. 5 minutes de perdu.Je fais demi tour en hurlant dans la montagne.

En rejoignant le bon sentier je deviens un animal et, en parlant tout seul, je pars en courant dans la dernière montée. La pente se raidi mais je n arrête pas de courir. Soudain je la voit ! Incroyable, elle a l air dans le dur. Si je ne la distance pas maintenant elle me pulverisera dans la dernière descente qui fini dans le village à l arrivée.

Avec l énergie du désespoir j envoie tout ce qui reste dans le mur final à 25%.

Quand je bascule dans la descente finale mes genoux ne peuvent plus me soutenir, mon Dieu je vais si lentement !!!

J entends la sono, je sais qu elle est là, juste derrière, j ai envie de pleurer en voyant les toits des maisons encore si loin, j ai mal, vraiment très mal.

Soudain j entends des bâtons, elle est là, elle arrive à bloc. C est foutu.

Non ! Purée de punaise c est foutu pour mes genoux mais il faudra qu elle me tabasse avec une branche si elle veut passer cette fucking ligne d arrivée avant moi !!! Je vois l orée de la forêt, j entends la musique, je cours à fond et ça y est je la vois enfin : la ligne !!!!!!!!!

Je franchi l arrivée au sprint à 18h30 après 13h05 d effort constamment soutenu.

Quelques minutes plus tard mon corps tremble comme une feuille et j ai bien du mal à tenir ma bière. J ai mis 1h30 de moins que mes calculs les plus optimistes.

Quand le speaker appelle mon nom pour la première marche de la catégorie je ressens une belle émotion.

J ai ressenti des choses vraiment bizarres, je pensais pourtant bien me connaître j ai pourtant assisté en spectateur au déroulement de la journée. C est très déstabilisant, je ne sais plus du tout à quelle vitesse je dois courir, quel est mon niveau ? J ai couru 700km depuis le début de l année, les autres concurrents devant entre 1500 et 2000k. Dois courir plus? Est-ce que ça vaut le coup ? Je n ai pas envie de devenir monomaniaque.

Aujourd'hui j ai besoin de me reposer un peu, on verra pour la suite si j insiste sur le trail ou si je laisse les apéros triompher. 😁

Si vous avez lu ce compte rendu jusqu au bout merci, je l ai écrit d une traite juste pour garder un souvenir.

La bise !





4 commentaires

Commentaire de Arclz73 posté le 14-09-2020 à 23:39:58

Wow, alors la chapeau !
Impressionnant ta capacité de t'être accroché comme ca malgré la douleur aux genoux. Belle course :)
PS : Renseigne toi sur les problème rotuliens et les genouillères rotuliennes, elle m'ont beaucoup aidé a surmonter ces problèmes/

Commentaire de Arclz73 posté le 14-09-2020 à 23:39:58

Wow, alors la chapeau !
Impressionnant ta capacité de t'être accroché comme ca malgré la douleur aux genoux. Belle course :)
PS : Renseigne toi sur les problème rotuliens et les genouillères rotuliennes, elle m'ont beaucoup aidé a surmonter ces problèmes/

Commentaire de samontetro posté le 15-09-2020 à 09:42:43

Quelle performance! Tu es impressionant! Ne laisse pas tomber le trail, parce que là tu nous as montré que non seulement tu pouvais physiquement aller chercher les premiers, tu avais aussi le mental pour gérer les erreurs de parcours ou les moments où l'on pense être au fond du trou.
Loin derrière toi, je me suis aussi loupé au même endroit après le dernier ravito "liquide". Le balisage était pourtant nickel. La tête dans le sac en train de sortir un peu de solide à manger et la belle piste en faut plat descendant trop tentante... malgré 30 ans de pratique de l'ultra qui devraient m'habituer à être vigilant!
Tu as un bel avenir en trail et ça va nous faire de beaux CR (et de beaux suivis live) sur Kikourou ;-)

Commentaire de Masquerade7 posté le 15-09-2020 à 12:36:18

T'es un CHAMPION !!! Ne manque que de belles photos !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran