Récit de la course : SwissPeaks Trail - 170 km 2020, par PascalS

L'auteur : PascalS

La course : SwissPeaks Trail - 170 km

Date : 3/9/2020

Lieu : Le Bouveret (Suisse)

Affichage : 522 vues

Distance : 170km

Objectif : Pas d'objectif

7 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

SwissPeaks 170 km 2020

En attente de l'insertion des photos. Je galère.


La Préparation

Après 1 première expérience fantastique sur du long avec l'UTC Corsica en 2018 puis la frustration de ne pas avoir bien profité de l'X-Alpine en 2019, l'année 2020 sera un test si j'arrive à me faire plaisir sur ces distances. Après tout, aucun mal à ne pas faire d'ultra. Pour moi par exemple les formats autour de 60 km sont ceux qui me réussissent le mieux.

Étant d'un naturel prévoyant, je m'inscris très tôt fin 2019 pour la Ronda, je réserve l'hôtel et je planifie les vacances. Bien sur tout tombe à l'eau au printemps et il me faut trouver un nouvel objectif. Ce sera la SwissPeaks 170 début septembre.

168 KM-11'200 m D+ / 13'000 m D-

Côté entraînement quelques changements cette année avec tout d'abord l'arrêt du cardiofréquencemètre. Je commence à bien repérer mes plages d'effort cardiaques. De plus, je stoppe aussi les séances de VO2 max.

Je teste des nouvelles séances proposées par Antoine Guillon dans son livre « Le plaisir du trail sans contrainte » : des séances de Hamster avec 6 à 10 répétitions de la même côte de 100 m de D+ à allure seuil 1. C'est monotone alors que je pratique le trail pour les paysages et que là où j'habite (Chambéry) je peux varier mes parcours à chaque entrainement.

Je réaliserai aussi régulièrement des séances d'1H30 avec 1 montée du Malpassant (550 D+) au seuil 2 et le reste de la séance en aisance respiratoire. Une façon de ne pas trop perdre en VO2.

Pas de dossard cette année. J'arrive à m'organiser pour faire 3 belles sorties à la journée à une allure rando-course : entre 45/ 55 km et entre 3300/4300 D+.

Ces grosses sorties à la journée ont été top pour garder la motivation. Rien de mieux pour garder la motivation même si il me manquera probablement une plus grosse sortie avec un temps de course de nuit.

Au niveau alimentaire j'arrête l'alcool et les fromages les 2 derniers mois. Je perds au final 2 ou 3 kg : c'est bien pour compenser le poids du sac qui fera 3Kg5 avec les flasques remplies. Je cherche aussi à faire des bonnes nuits les 2 semaines avant la course.

La Course

J'arrive au Bouveret mercredi après-midi pour retirer le dossard. Petit échange avec El Numax avant de prendre le car qui nous emmènera au lieu de départ du barrage de Grand Dixence. Dormir sur place la veille va me permettre de faire une bonne dernière nuit et d'attendre dans ma chambre jusqu'au départ alors que pour d'autres il faudra prendre le car à 6H au Bouveret puis patienter plus ou moins confortablement sur la ligne de départ jusqu'à 10H.



Premier tiers : le Haut Valais.

Nous sommes environ 320 à prendre le départ. J'apprécie car j'ai du mal avec les gros pelotons. Pour ne pas subir je me force à partir lentement je me répéterai pendant 15H « je dois arriver frais à Finhaut ». Du coup je dois être dans les 20 derniers au col de Prafleuri.

Le temps est au beau fixe et la neige tombée le we dernier donne une lumière et des paysages magnifiques. Pas de vent et une température parfaite.





La neige n'a pas fondu totalement et un petit ralentissement s'installe. J'en profite pour doubler les moins à l'aise. Un traileur casse déjà un de ses bâtons. Sur le coup je me félicite de ne plus courir avec ces artifices depuis 3 ans mais je ne dirai plus la même chose en fin de parcours.

Plusieurs récits parlent d'un section minérale (c'est vrai), technique (vrai aussi mais tout le monde est frais). La descente sur Plampro est longue mais très jolie avec le massif des Combins face à nous. On alterne pierriers et sentiers biens marqués.