Récit de la course : Morvan Oxygene Trail - 83 km 2018, par cyrille71

L'auteur : cyrille71

La course : Morvan Oxygene Trail - 83 km

Date : 30/6/2018

Lieu : Château Chinon Ville (Nièvre)

Affichage : 432 vues

Distance : 83km

Matos : Inov-8 trail talon 200
Hoka evo race 17L
Leki trail stick
Forerunner 920XT

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Poésie du Morvan

Samedi dernier j’ai pour la deuxième fois disputé l’Ultra Trail du Morvan, 83km et 3200m de dénivelé à travers les paysages bruts de ce parc naturel. Une course disputée avec à la fois beaucoup d’envie mais aussi un peu d’appréhension. Envie tout d’abord de vivre une nouvelle introspection après l’Ultra Trail de Côte d’Or mais surtout envie de redécouvrir ces chemins de Bourgogne qui m’avaient beaucoup plu l’année dernière et d’en profiter un peu plus. En effet la première édition m’avait vu sombrer assez vite dans la difficulté et m’avait laissé l’impression d’avoir raté quelque chose, comme une sorte de rendez-vous un peu manqué avec cette nature à découvrir. Et c’est cet aspect qui m’inquiétait un peu au départ de Château-Chinon, aurais-je cette fois suffisamment d’expérience pour gérer un peu mieux cette rencontre tout en prenant en compte la chaleur du jour qui s’annonce étouffante.

La suite se passe en images, celles que vous inspireront peut-être ce récit décalé et onirique.


Tout commence donc le samedi 30 juin à 5h du matin dans la grande rue de Château-Chinon, dans... 


Dans la tranquillité de la fin d’une nuit

Des astres ne reste que la lune qui luit

Me voilà revenu sous l’arche de départ

qui fut d’un ultra trail mon tout premier dossard 


Morvan toi si secret, ta forêt hermétique

Ouvre à nos pas pressés ses voies les plus techniques

Ses arbres et ombres s'invitent devant nous

Danseurs éphémères d'un réel un peu flou


Profitons du moment, ce ballet étonnant

Pour notre âme entrouvrir à cet enchantement

Mais l'aube est un instant déjà évanoui

Et voilà que j'entends le monde prendre vie


Et quand de ses rayons perce ta canopée 

Un chaud soleil d’été qui s’invite à fêter

Les noces de mon être à la beauté du monde


Commence alors pour moi une longue ballade

Avec la nature passant sous ses arcades

À vivre à ses côtés une harmonie profonde


À ce point de la course, tous les voyants sont au vert, je suis parti devant mais j’ai rapidement laissé partir un groupe de sept ou huit coureurs pour prendre mon rythme. Rythme qui me semble à la fois bon tout en me laissant penser que je devrais pouvoir le maintenir assez longtemps sans faiblir. Cette première partie à passer de l’ombre à la lumière au grès de notre évolution dans les bois ou chemins de campagne est assez plaisante. Et tandis que le jour se lève, elle nous permet de profiter de quelques heures de fraîcheur.


Nous n’étions pas très nombreux au départ et rapidement au fil de ces quelques...


Quelques kilomètres, le peloton s'étire

C'est en tête-à-tête que je me vois courir

Avec ce terrain brut défilant sous mes pas

Recherchant le rythme qui nous accordera


Quand après tant d’effort tes pentes s’adoucissent

Et que du Mont Beuvray sur toi nos regards glissent

tu offres à découvrir ton décor sauvages

qui déjà nous appel, reprenons le voyage


D'un ciel brûlant tombe des torrents de lumière

Exaltant les parfums des fleurs et des fougères

Respire citadin en recherche d'air pur

Cette terre offre à toi un îlot de verdure


Morvan dans tes veines coule l'eau de la vie

De toutes tes sources ta fraîcheur nous sourit

Entoure notre peau, caresses maternelles


Les sentiments parcours l'être en ébullition

Ce n'est pas un combat ni même une mission

Mais plutôt un retour à l'état naturel


Au Mont Beuvray nous atteignons la mi-course. La journée est splendide et j’en prends plein les yeux. Mon chrono indique 4h30min de course et je n’en reviens pas, sans avoir l’impression de forcer l’allure j’ai une heure d’avance par rapport à l’an dernier et mes prévisions du départ sont déjà caduques. Cependant je sais d’expérience que la seconde moitié de la course est assez cassante et la chaleur sera alors alors plus difficile à supporter, un soleil écrasant de ses rayons ardent nos corps si fatigués par toute ces montées...enfin je veux dire il fait chaud et c’est dur quoi (non mais voilà que je me mets à mettre des vers dans ma prose !). Chaque point d’eau devient alors l’occasion d’un rafraîchissement salutaire afin d’éviter la surchauffe. S’alimenter devient difficile, je n’ai pas envie de grand chose. Je reste alors à l’écoute de mon corps pour guetter tout signe de défaillance, ce qui ne manque pas d’arriver dans l’ascension du Haut Folin. À situation déjà rencontrée remède assuré et je ne me laisse pas déstabiliser par cette faiblesse passagère.


C’est dans ces moments que l’expérience se fait précieuse, et d’un vécu...


D'un vécu du passé enrichir le présent

Dans la difficulté se sentir plus vivant

Et transcendant le corps y trouver des ressources

Pour toujours avancer jusqu'à la fin de course


Enfin arriveront les derniers contreforts

Le calvaire à monter ce dernier mirador

Et alors l'arrivée libère notre esprit

De son attachement à ces muscles meurtris


Les chemins s'effaçant, le goudron les remplace

Substituant la ville à tous ces grands espaces

Une médaille clôt cette belle aventure

La suivante déjà m’adresse ses murmures

 

Toi Morvan si secret, toi Morvan si sauvage

Nous qui te traversons recevons cet adage

Aux conditions toujours savoir s'adapter


Et à ceux qui lirons ce récit poétique

Amoureux de nature et d'espace authentique

Dans le Morvan prévoir d'aller vous immerger


La boucle est bouclée et c’est en dix heures et deux minutes que je franchis la ligne d’arrivée avec à la clé une très belle septième place au scratch. Alors bien sûr ce n’est pas un podium mais j’explose mon chrono de l’année dernière d’une heure et demie avec en plus beaucoup de plaisir durant toute la journée et ce sans verser dans la souffrance sur la fin de course. Un bilan extrêmement positif au final et de très bons moments partagés avec tous les bénévoles au petits soins pour nous sur tout le parcours. Beaucoup d’attentions également entre les ravitaillements pour nous permettre de nous arroser et refaire le plein en eau. Une course exigeante mais que je recommande vivement, que ce soit sur ce format ou un autre plus court, il y en a pour tous les goûts. Et quelle chance de pouvoir arpenter et découvrir de la sorte ce magnifique parc naturel du Morvan, comme un petit goût de reviens-y pour d’autres aventures !

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran