Récit de la course : Raid Vallon Pont d'Arc 2006, par dnrt37

L'auteur : dnrt37

La course : Raid Vallon Pont d'Arc

Date : 16/4/2006

Lieu : Vallon Pont D'Arc (Ardèche)

Affichage : 237 vues

Distance : 68.5km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Raid Nature Vallon Pont d'Arc 2006

(Aventure – 68,5km – Dénivelé +1680m)

http://www.vallon-pont-darc.com/site_fr/raidnature

Présentation :

Toujours afin de découvrir d'autres épreuves hors région, l'équipe O.S.N. 1 a décidé de s'aligner à cette grande messe du raid nature (selon ENDURANCE BOOK 2006) réputé comme le plus populaire de France.

Elle s'est aventurée sur le plus grand parcours, avec un profil accidenté et jugé difficile.

Le site exceptionnel du Pont d'Arc qui enjambe l'ARDÊCHE (site classé) sert d'écrin à cette épreuve.

Les grosses pointures sont là (ERTIPS, SALOMON, LAFUMA, SPORT 2000, EAFIT, EXPE RAIDS, RAIDICALE, WILSA SPORT / HELLY HANSEN) dont certaines d'entre elles viennent ici en guise d'entraînement pour préparer le championnat du monde :

120 bénévoles, 40 pompiers, et 30 gendarmes sont mobilisés pour le bon déroulement de l'épreuve.

Au programme, les épreuves suivantes :

  • Un prologue de 10,3 km pédestre ;
  • Une section canöé de 5,5 km ;
  • Une rando pédestre de 12,7 km avec "marmittoning"…
  • Un parcours VTT de 40 km.

Pas du tout d'orientation, c'est donc sans option d'itinéraire à définir puisque celui-ci est tout balisé…

Déroulement :

3 semaines seulement après COMPIEGNE, nous voici dans les fameuses gorges d'ARDÊCHE pour le week-end de Pâques.

Nous avons RDV à 7h vers ST REMEZE au parc à vélos que nous prendrons en seconde partie du raid.

Ensuite nous redescendons sur VALLON PONT D'ARC où sera donné le départ.

Briefing : 8h45'

Tous les capitaines d'équipe sont conviés à signer la feuille de route et peu après, toutes les équipes sont prêtes, sous la banderole de départ.

Le directeur de course donne ses indications au mégaphone mais elles sont inaudibles…

Départ : 9h00'

Il fait frais ce matin et une des questions à ce stade était de savoir comment s'habiller pour partir :

- cuissard court, pantalon long ?

- manches courtes, longues ?

Sachant que le passage des marmittes (d'où marmittoning) avec une eau à 10 / 12° est au programme…

La combinaison néoprène était fortement conseillée !

Nous n'en détenons pas, on fera sans.

C'est parti pour les 128 équipes.

Section 1 : Prologue (10,3 km)

Ca commence par un court passage en centre-ville et rapidement, nous quittons le bitume pour les chemins.

15' seulement après le départ, nous franchissons le premier gué : le ton est donné !

Ensuite, ce sera une succession de fortes pentes et de descentes abruptes, parsemées de pierres.

Nous montons jusqu'à presque 250m d'altitude.

C'est parti vite et rapidement les écarts se creusent…

Chargés comme des mules avec les sacs à dos et poches à eau, ce prologue est une vraie épreuve à part entière avec ces dénivelés et ces pierriers.

Si Philippe n'est pas dérangé par les pentes, grimpant tel un chamois, Denis est déjà en difficulté.

Après 1h15' environ, on arrive à la deuxième section.

Nous remontons le long de l'ARDÊCHE et nous voyons là, que nous sommes dans la queue du peloton.

Section 2 : Canoé sur l'Ardêche (5,5km)

Arrivés sur l'aire de départ on enfile les gilets et c'est parti.

Le courant est fort ce qui nous change de ceux rencontrés lors des précédents raids.

On a du mal à coordonner nos gestes à la pagaie double.

Qui plus est, quelques rochers sortent de l'eau et nous font passer en outre, un barrage sur le côté.

Résultat : l'eau a bien rempli le canoé et il devient difficilement manoeuvrable…

A tel point que cela nous vaudra de faire un 360° sur l'eau.

Délicat dans ces conditions de se mettre dans le bon courant.

De plus, l'eau froide qui stagne dans l'embarcation refroidit les muscles…

Figeant.

A la fin de cette section Denis ressort du canoé transis, comme bloqué des membres inférieurs par l'eau froide.

Il pensera même à déclarer forfait à ce stade.

Section 3 : Randonnée pédestre (12,7km)

Encouragé par Philippe et curieux de connaître le "marmittoning" Denis se ressaisit et continue.

Puis, comme les muscles se réchauffent à nouveau, ça va mieux qu'à la sortie du canoé.

Plutôt qu'une randonnée, c'est un vrai trail qui fait suite à présent.

C'est toujours une succession de montées et descentes, avec les incontournables pierres…

Les dénivelés sont comme le cadre : à couper le souffle !

On monte jusqu'à 420m d'altitude et nous pouvons admirer la beauté fantastique des gorges de l'Ardêche : Quel cadre !

Peut-être est-ce pour cette bonne raison que nous dépassons nos limites dans de telles

circonstances ?

Même si on souffre, même si on est en queue de peloton, on continue néanmoins avec motivation, pour profiter de ces instants privilégiés.

Privilégiés que nous sommes correspond bien car il faut savoir que l'organisation a eu beaucoup de mal à avoir les autorisations préfectorales pour emprunter des sites exceptionnels tels que le Massif de la Dent de Rez.

Le soleil est au rendez-vous et la température commence à grimper.

Enfin, arrive la curiosité de l'épreuve : Le Marmittoning.

Il s'agit de descendre un ruisseau où il faut se frayer un parcours entre des parois étroites…

Même si pour commencer il y a peu d'eau, celle-ci est froide.

En première partie, l'eau arrive à la ceinture : saisissant !

A nouveau les muscles se durcissent et les crampes se font ressentir.

On descend tour à tour une échelle de corde, ou une corde pour finalement finir dans l'eau.

En deuxième partie, la profondeur de l'eau est de 2m et il faut se lancer…

Brrrr…. La trempette est plutôt froide !

A la sortie de ce passage, on est complètement détrempés.

Heureusement, le soleil est là et va contribuer au séchage.

Puis, on repart finir ce trail.

On prend la pose, le temps d'une photo à un sommet.

Section 4 : Parcours VTT  (40km)

Il est environ 13h00 : le soleil chauffe de plus en plus et enfin, on arrive au parc à vélos.

Le temps de s'arrêter au ravitaillement offert par les très dévoués bénévoles, d'enfiler des vêtements secs et de chausser les chaussures VTT et, c'est reparti !

Une section de 40km nous attend.

On démarre à 410m et ça part doucement au début.

Puis, ça recommence à grimper…

Et toujours ces cailloux qui nous accompagnent tout au long du parcours !

En grimpant, on arrive au point culminant du parcours : La Dent de Rez à 710m.

C'est dur mais, le panorama qu'il offre est à la hauteur des efforts consentis : c'est splendide !

Ensuite, on commence des descentes.

Certaines sont franchement dangereuses…

A un moment dans une portion où de grosses marches de trial apparaissent, Denis entend un gars pressé derrière lui, se range sur le côté tant bien que mal, le gars le dépasse et fait un joli vol plané peu de temps après.

Nos vélos sont certes de bonne facture mais, sans suspension arrière, cette partie est délicate.

De grosses pierres sont disséminées et il faut jongler entre elles, tout en descendant en choisissant au mieux la trajectoire.

Et, on retrouve à nouveau des montées !

Les cailloux sont certes moins gros mais toujours présents et sont très gênants lorsque la roue avant butte dessus : pour stopper l'allure et faire poser pied à terre d'un cycliste c'est imparable…

Puis, d'autres descentes dont certaines si abruptes que le vélo sert de 3éme appui, occasionnent de nouvelles chutes, sans gravité toutefois. Fort heureusement.

Quelques traversées de gué seront aussi sur le parcours.

Puis, le final vers le village apparaîtra comme une délivrance pour l'équipe.

Temps de cette section : 3H55'

Arrivée :

L'arrivée est jugée en centre-ville sous une banderole.

Il y a beaucoup de monde en ce bel après-midi et ça fait du bien.

Temps de course : 8H40' environ

Conclusion :

Comme à COMPIEGNE, si Philippe est encore frais à l'arrivée, Denis est quant à lui, vidé !

En fait si tel un Sherpa, Philippe se joue des dénivelés, ce n'est pas le cas de Denis qui préfère de loin le plat ou mieux encore : les descentes !

Très populaire en "DECOUVERTE", ce raid était vraiment dur en "AVENTURE".

Pour preuve, il n'y a qu'à jeter un œil sur le temps et le nom des premières équipes et on peut constater en effet que cette épreuve s'adressait à des équipes vraiment aguerries.

Philippe a une excellente condition physique à ce stade de la saison mais Denis est vraiment juste…

Si l'équipe O.S.N. 1 arrivait à se classer régulièrement dans le 1er tiers du classement d'un raid en Région Centre pour sa première année d'expérience, là sur ce genre de terrain, c'est tout autre chose !

Enfin, le classement brut n'était pas l'objectif essentiel qu'elle s'était fixée.

L'idée était plutôt de découvrir autre chose et là, l'objectif est clairement rempli.

Résultat final :

Sur 128 équipes au départ, 112 sont à l'arrivée et l'équipe O.S.N. 1 se classe 105éme...


Equipe Orléans Sports Nature 1

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran