Récit de la course : GranTrail Courmayeur - 55 km 2019, par ChickenRun

L'auteur : ChickenRun

La course : GranTrail Courmayeur - 55 km

Date : 14/7/2019

Lieu : Courmayeur (Italie)

Affichage : 371 vues

Distance : 55km

Objectif : Se défoncer

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Gran Trail Courmayeur 55km

Mieux vaut tard que jamais: Gran Trail Courmayeur!

Une semaine de repos après mon "stop" au La Sportiva Lavaredo Ultra Trail (29 juin) puis une semaine d'escalade et alpinisme qui s'est parfaitement déroulée grâce à, j'en suis convaincu, mon sacrifice de l'UltraDolomites.
C'est le temps de battements (pas de repos!) avant le Gran Trail Courmayeur, le 13 juillet, ses 55km et 3800m D+ annoncés. Les Pyramides Calcaires sont évitées, en cause la quantité de neige encore présente sur le parcours. D'ailleurs, la neige, parlons-en : bien qu'il y ait encore quelques névés, j'ai été étonné de voir que le crampons étaient obligatoires, car pour moi, un peu d'attention suffit pour les traverser car elles étaient déjà bien ramollies. (Enfin bref, ça fait partie du matos obligatoire, donc on a pas le choix).

Je suis arrivé a Courmayeur le vendredi, déjà bien entamé : je redescendais le jour même de mes 2 premiers 4000m. Après avoir récupéré le dossard, j'ai sauté dans mon sac de couchage.

Départ à 7h avec Maxime en même temps que les costauds du 105km. Profil plutôt descendant les 5 premiers km puis séparation 105 et 55km. Je largue Max, je ne le reverrai qu'à la fin. C'est là que ça monte. Fort. Longtemps. En sous-bois d'abord, dans des singles bien touffus (d'ailleurs, ça me faisait rager toutes ces branches dans la tronche 🤬 ), puis ça "s'alpagise", le paysage s'ouvre et jusqu’à la fin, j'en ai pris plein les yeux! Ça se raplatit puis on part sur un balcon en descente! On peut lâcher un peu les chevaux! Quel bonheur, c'est magnifique.

Hop, j'arrive au ravito, je croise Domi qui en sort. On est à 2000m, prochain objectif: le point haut du parcours à 2800m, le mont Nix. Peu avant le sommet je rattrape Domi qui n'est pas au top. Montée relativement technique sur la fin, donc forcément agréable ! 😁
 
La plus belle partie de la course c'est maintenant: la traversée jusqu'au mont Fortin: les parcours d'arêtes, c'est le pieds!
 
Ravito 2: je fais le plein, je mange un morceau (vive le jambon!) Et je remarque la bière... Je me tâte... "Non, ça va te couper les pattes... Pense à l'Orval sur les Lumeçons!" (Bon, j'aurais pu, c'était très certainement de la pisse de chat).
 
De là, le parcours nous amène au col des Chavannes, on passe quelques névés, très très sympa, ce coin. Malheureusement, je ne profite pas trop, je suis victime d'une bonne irritation làoùyfautpas! La descente passe bien.
Hop, on enchaîne. Descente dans le vallon, c'est là que enchaîne un peu 6-7 névés pas bien méchants, ça se raplatit et ça devient monotone pendant quelques km, jusqu'à atteindre le refuge Elisabeth, notre 3eme arrêt. Rebelote : je fais le plein, je grignote, je suis inexorablement attiré par la bière. "Not today !".

Hop, ça redescend bien, replat avec un loooongue ligne droite, 2-3 lacs puis ça remonte. On est à 37km, c'est la dernière "grosse monté" (on verra plus tard qu'il reste encore de fameux coups de cul! 😂 ). Je suis lent, la fatigue me gagne mais une fois au sommet je repasse sur ce que j'aime: la descente! Et c'est parti, je m'en donne a cœur joie! Je joue à Pac-Man avec les autres concurrents, j'adore!

Dernier ravito, je me pose quelques minutes après avoir fait le plein, je discute un peu avec Jordan, on décide de repartir ensemble. Et là, on se tape une belle petite vacherie: une belle cote bien pente sur une piste de 4x4 sans intérêt si ce n'est son pourcentage.
 
Quand a fini de monter, ben ça descend! Je lâche les chevaux: je récupère des places mais j'ai un coup de moins bien, je m'assieds sur un tronc d'arbre près d'une fille qui devait faire la course mais s'est blessée. Elle attend ses amis, on papote quelques minutes puis est venu pour moi le temps de repartir : "See you on the Finish Line !" -"Yeah, see you!"
 
Reposé par cet arrêt papotage, je repars tel un avion de chasse. Il reste moins de 5km. Je "Pac-Manise" comme un affamé, je survole les sentiers, je gagne une vingtaine de place.
 
Dernier kilomètre, je suis éclaté, mais je lâche pas: je veux pas me faire dépasser par un gars au moins aussi mal en point que moi. Non seulement je veux pas me faire dépasser mais je veux mettre le plus de distance possible entre nous, je sprint comme un dératé pour passer la ligne d'arrivée en 10h20.
 
https://www.strava.com/activities/2530249552

Merci à tous mes compagnons de route, merci à Kikouroù et son TASK pour le dossard, merci à l'organisation du Gran Trail Courmayeur pour ce parcours magnifique, merci au bénévoles italiens et leur "Forza Forza!!!".
 
Parcours excellent mêlant technicité, altitude (moyenne au dessus de 2000m), décors à couper le souffle. Quelques raidillons, quelque passages plus "plat" mais toujours joueur!

1 commentaire

Commentaire de centori posté le 29-08-2019 à 16:00:08

comment ça donne envie ! mais va falloir d'abord que j'ai le niveau...

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran