Récit de la course : Trail du Lac d'Annecy - Ultra Race 2019, par super speed fufu

L'auteur : super speed fufu

La course : Trail du Lac d'Annecy - Ultra Race

Date : 25/5/2019

Lieu : Annecy (Haute-Savoie)

Affichage : 321 vues

Distance : 116km

Objectif : Terminer

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Ma première course de montage ...

Samedi 00h00 c'est parti. A l'arrière du peloton, je laisse les locaux démarrer (c'est des fous, ça part très vite !!!).

Bon allez ça commence au kilomètre 4, la montée du Semnoz 13 kms de montée !!! (moi qui sous-estimer les Alpes). Déjà là gros doute ça monte pas trop brutal, mais qu'est-ce que c'est LONG. Pour tout le reste tout va bien, rythme d'hydratation et d'alimentation régulier et bien rythmé.

1h22 kilomètre 7.6, Premier pointage horaire route du Semnoz, 2h d'avances, on est large :-).

3h42 kilomètre 18, Sommet du Semnoz ravito digne de mes attentes de grosse bouffe (Reblochon, Abondance, jambon de montagne, ...), changement de piles sur la frontale (Led Lenser, autonomie pourrie. Vous verrez plus tard). C'est reparti !!! et fallait s'y attendre, une fois en haut, ben faut redescendre ... Et là yen à un qui avait raison (Hein Beb Affleck) et ben les descentes c'est plus douloureux que les montées L.

5h14 kilomètre 28, Saint Eustache, ça (re) grimpe de nouveau mais la pente est douce, par contre la descente a un % de folie (re cuissots en feux !!!), heureusement elle n’est pas trop longue.

12h00 (c’était calculé, c’est l’heure de la bouffe J) 50 kilomètres , j'arrive au point de contrôle /ravito du Chalet du Char. La fatigue de la nuit manquée se fait ressentir, après avoir englouti tout un tas de trucs (sucré, salé, salé, sucré, re salé, re ...), je m'installe dans une pâture pour faire un pti dodo, en 30" ça roupille J. Et là au bout de 10' un petit clapotis vient heurter la capuche de ma veste de pluie ... Redémarrage obligatoire, j'ai froid ! Mais la micro sieste m'a fait du bien (d'ailleurs ce sera la seule).

En route pour le CP (check point, ça le fait hein) suivant.

13h35, kilomètre 60 Le Charbon ... (ça s'invente pas). Le point culminant de la course (1678 m). Toujours de l'avance sur la barrière horaire, tout va bien. 16h57 (barrière horaire à 18h30, on est toujours bon :-)

16h57, kilomètre 76, arrivée à Giez, le "gros" ravito de la course. Là j'ai le reste de la Fufu team qui m'attend et ça fait super plaisir. Marie me fait le très grand plaisir de faire un bon bout de chemin avec moi (du coup tout le monde connaît FUFU J) jusqu'à ce ravito et ma chère et tendre attend au bas de la côte téléphone à la main pour immortaliser l’instant. Récupération du drop bag, remplissage de l’estomac et du sac de trail. Changement pour des vêtements secs et un chouia plus chaud pour la deuxième nuit dehors. Massage des guibolles par les hôtesses de la Fufu Team (et ça franchement ça change complétement la donne, tu repars avec des jambes neuves !!! Merci encore). Gros coup de bol durant ce ravito, un orage éclate (20’) mais je suis à l’abri. Bon du coup dehors c’est humide et ça va glisser … je quitte ce ravito salutaire, Marie me fait l’honneur de m’accompagner sur le 1 er km J.

J’ai une pêche après cette pause !!! ça tombe bien j’ai 16 kms de montée qui m’attendent … et la nuit !

20h19 (pas encore au somment) arrivée au Pas de l’Aulps, j’ai encore 1h d’avance sur la barrière horaire … ça va. Ya encore pas mal de neige par endroit et en plein vent ça meule. Et une grosse drache en cadeau (c’est cool ça va être gras et glissant).

21h50 kilomètre 92, franchissement du sommet du Pas de l’Aulps. Depuis Giez 1146 de D+. Dernière grosse descente de la course vers villard Dessus. Mes deux soufflettes au deux pieds en profitent pour peter. Ça pique mais vu la souffrance générale, ça passe.

23h07, kilomètre 98, Villard Dessus, dernier pointage dangereux au niveau barrière à 00h30 j’ai de nouveau 1h30 d’avance (là tu te dis que si tout va bien, tu seras finisher). C’est un ravito costaud du coup je prends mon temps (j’en ai) chargement du bonhomme en solide et liquide et du sac. Redémarrage difficile (les soufflettes, la fatigue, la nuit, il pleuvine).

23h45, j’attaque la dernière montée, putain ce qu’elle sera longue celle-là !!! Enfin arrivée au somment (2h30 !!!), j’amorce la descente. Là je tombe sur l’organisation qui te précise que finalement la descente « facile » initiale est remplacée par une plus longue et plus technique. Le temps me parait long (ben ouais j’avance plus …). Un gros nuage vient enrober la montagne, du coup impossible de mettre en code avec la frontale et plus de visibilité !!! 1 heure plus tard (toujours dans la descente) la frontale donne des signes de faiblesse (et plus de piles de rechange …). J’entends au loin des bruits de battons et deux gars arrivent avec des lampes de 2000 watts, ils me proposent de m’intercaler pour finir la descente avec eux (ils avoinent les gaillards). Petit à petit les lumières de la ville approchent et les bruits aussi. Ça sent vraiment l’arrivée.

4h50 on est sur le bord du lac J je remercie mes deux lanternes et me dirige vers le saint grâle.

5h je passe la ligne d’arrivée (où il n’y a qu’un photographe et deux spectateurs, c’est la fête …), finisher je suis. On me refile la veste finisher qui a le même gout que la bière …. Elle est fade.

 

 

 

1 commentaire

Commentaire de GlopGlop posté le 01-07-2019 à 15:01:16

Devant la performance, je m'incline !
Moi qui n'ait qu'une Marathon Race 2017 à mettre en face, j'imagine le Gap et l'effort !
Encore bravo et je te rejoins sur l'impression à l'arrivée. Ton humour pince sans rire me rappelle le tee shirt en coton offert à l'époque. D'ailleurs nous nous étions repliés sur la boutique de F d'Haène qui proposait sa production liquide avec autographe en prime !
Plus de détails sur la traversée de Doussard, la montée au Forclaz, la reprise à Menthon St Bernard vers Le Veyrier m'aurait permis de me remettre dans le jus. Juste ça! :)!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran