Récit de la course : Grand Trail des Ecrins - 57 km 2019, par Tabaz

L'auteur : Tabaz

La course : Grand Trail des Ecrins - 57 km

Date : 15/6/2019

Lieu : L'Argentière La Bessée (Hautes-Alpes)

Affichage : 500 vues

Distance : 57km

Objectif : Pas d'objectif

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Grand Trail des Ecrins 2019

Lever 4h à Vallouise, montée dans le bus à 5h direction la ligne de départ à l’Argentière, où après une courte allocution du directeur de course : « le parcours a été légèrement allongé, et aujourd’hui canicule prévue, et orages en fin d’après-midi », le départ est donné à 6h dans une température clémente.

Un coureur part en sprint. Est-il fou ? Fin tacticien ? A-t-il mangé du Topset ? Ou est-ce le futur vainqueur de cette course de 60km pour plus de 3500m de D+ que le premier parcourra en … 6h 22’ ? (vous avez bien lu).

Pour rejoindre Vallouise nous passerons par la station de ski de St Vincent.
Cette première section de la course fait 24km pour 1200m de d+, mais comme il y a une grande section subhorizontale au milieu, la montée vers Les Têtes et la descente vers Vallouise seront plutôt pentues. Le sous-bois de résineux est magnifique. Le sol forestier tapissé d’épines luit sous la rosée du matin. Il a été rendu souple par la pluie de la nuit, nous évoluons sur un tapis accueillant. Je cours un instant avec un couple. La femme m’indique un court raccourci qui coupe un lacet. Je la remercie mais préfère poursuivre mon chem.. sentier. Bien m’en pris, elle glisse et chute rudement sur les fesses. « ça va ? » m’enquiers-je. Elle me dit oui en grimaçant. Sa jupe Salomon est toute fripée. Son compagnon tarde à s’arrêter. Quand il le fera et se retournera se sera pour la fusiller du regard (quelques secondes perdues, c’est très graaaaave !). Dingue !

3 Heures après (à peu près, car en manipulant ma montre j’ai mis l’enregistrement en pause), j’arrive à Vallouise. On passe sous le porche d’arrivée puisque la suite de la course est une boucle, et que nous reviendrons à Vallouise.

C’est maintenant que les affaires sérieuses commencent, avec la montée du col de Vallouise, LA difficulté de l’épreuve, avec 1300m de d+ pour sur… 9 km ! Raide dingue.
Je pars mollo, mais bien vite plus de jus, la tête tourne, et les concurrents me doublent de plus en plus. Pffff… Fatigue ? Chaleur ? Parti trop vite ? Une violente douleur me déchire le ventre et me donne l’explication. Une courte pause accroupie me soulagera temporairement.
La deuxième partie de la montée se fera avec le ‘Struggle for life’ comme soutien, et ça va marcher !
Courte pause au col ; hydratation, alimentation, allongé les pieds au mu… sur un cairn, et ça repart.

C’est un sentier technique qui serpente maintenant entre les névés. Glissant, mais la forme revient et je fonce à allure modérée vers le Col de Trancoulette. S’ensuit une descente raide mais sèche, et j’arrive au paradis : la réserve naturelle de Partias.

Nous sommes entourés de puissants contreforts rocheux d’où jaillissent des torrents bruyants dont les eaux convergent vers les eaux paisibles d’un petit lac. L’herbe est abondante, verte foncée, très dense. Des parcelles sont parsemées de petites fleurs blanches, d'autres de fleurs jaunes avec des pétales fins, puis se sont des boutons d’or gros comme des bonbons, et enfin des… narcisses, ma fleur préférée ! La tentation est grande de s’allonger et de se laisser envahir par toutes ses senteurs, dans le bruissement des eaux qui dégringolent des versants. Le soleil est chaud mais un petit vent d’altitude me rafraichit. Toutes les aiguilles sont bloquées sur le tranquille (merci Roberto !).
Je butine ces fleurs du regard et poursuit mon chem… sentier, direction le ‘col de la Pisse’ qui domine le site, nom peu poétique vous en conviendrez mais qui reflète bien le réseau hydraulique local.

Passé le col, le sentier suit d’abord une courbe de niveau sur 4 km. Finalement se remettre à courir dans ces conditions est agréable. La course est régulière, juste entrecoupée par quelques passages de ravines où quelques marches ont été sommairement taillées.

Un point de contrôle à la Crête de Roche Gautier, et nous retrouvons la pente qu’emprunte un sentier zigzagant. C’est très amusant. Je double même quelques concurrents, dont une concurrente au passage d’une ravine très accidentée où mon enthousiasme frôlera l’inconscience.

Dernier ravito au fond de la vallée, chouette, j’en oublierai mes bâtons, heureusement récupérés avec un bref aller/retour.
2 bons km de route, bof. Le parcours plonge ensuite dans le talus aval, chouette ! Je retrouve des sensations habituelles. Puis de nouveau la route sur 200m, et un bénévole m’indique cette fois le talus amont !!! C’est pas dans le programme ça !!!
« Vous êtes sûr ? » demandai-je 
« Oui » réplique-t-il
« Ah » soupirai-je en pensant « NOOOON !!!» très fort.

Les 10 derniers km seront donc une surprise. Bon, on fait avec ce qu’on a. Nous courrons à flanc de montagne sur un sentier au profil changeant ; tantôt pierreux, tantôt terreux, facile ou piègeux. Ces changements d’allure me plaisent, ce ne sont jamais les mêmes muscles qui souffrent :-) .

Enfin Vallouise est en vue, et nous atteignons le torrent, donc le fond de la vallée. SURPRISE ! Les bénévoles indiquent un pont, et le talus amont de l’autre rive ! Décidément les traceurs des Hautes-Alpes sont facétieux ! Plus on descend, plus on monte ! Mais le sentier est très chouette. Il domine le torrent, quelques passages sont un rien impressionnants.

Les cloches de l’église sonnent. Un, deux, trois, quatre. Il est 16h ! Ça fait pile 10h que je cours.
Une ruelle, un virage en épingle, il reste un petit ‘S’ et se sera la ligne d’arrivée. Les spectateurs Vallousiens sont nombreux, c’est sympa.
Je franchis la ligne, le photographe officiel me shoot et … plus rien. Pas de lot finisher, ni buff ni casquette, pas de médaille même en chocolat, même pas un collier de fleurs. Tristounet. Ce sera la seule petite déception de cette course.

Quelques chiffres :
234 inscrits, 213 partants, 188 finishers, 91 ième en 10h02, donc sous la barre des 50% au scratch, ce qui est un bon résultat pour moi.

Si je devais laisser un avis sur TrailAdvisor, je dirai : « courrez-y vite l’année prochaine ! »

Thierry

3 commentaires

Commentaire de novass396 posté le 18-06-2019 à 21:43:18

Ils parlent de cadeau d'accueil et de tshirt finisher dans le règlement..tu as du passer trop vite...félicitations en tout cas..

Commentaire de Tabaz posté le 19-06-2019 à 10:17:04

On a bien eu un tee-shirt Finisher remis... avant la course :-). La critique que j'ai émise est un détail dans cette épreuve au demeurant très bien organisée (balisage, ravitos...) et qui s'est déroulée dans une bonne ambiance (merci les bénévoles, les animateurs, et le groupe de rock !).

Commentaire de BREQUEVILLE posté le 24-06-2019 à 10:26:07

Belle description de ce périple, je m'y revois encore...
j'ajouterai une précision pour tous ceux qui ne connaissent pas encore cette course magnifique, attention à une difficulté dont on ne se méfie pas assez - l'attention étant surtout focalisée sur le col de Vallouise et sa montée de 1300m - c'est le Col de la Pisse (qui devrait être rebaptisé, tant nous en avons plutôt bien Ch... pour la plupart), il monte en pente raide pas forcément très long mais à ce stade de la course il vient nous surprendre et laisse quelques traces avant d'entreprendre la descente.
Belle organisation et un petit village plein de charme
à l'année prochaine
David.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran