Récit de la course : La Vauxoise - 21.4 km 2019, par Gibus

L'auteur : Gibus

La course : La Vauxoise - 21.4 km

Date : 14/4/2019

Lieu : Vaux En Bugey (Ain)

Affichage : 348 vues

Distance : 21.4km

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Samedi soir c'est cuisse de boeuf; dimanche matin c'est côtes de Vaux.

Samedi soir c'est cuisse de boeuf

Dimanche matin c'est côtes de Vaux.



 

A l’invitation de l’ami Michel, nous sommes allés à la 1° édition de la soirée de Saint Rambert en Bugey. Apéro, bouf, danse.

Se coucher tard avec une hygiène de vie pas des top top n’est pas très compatible avec la course à pied.

Le dimanche matin après avoir ouvert le 2° œil, je me prépare pour aller à Vaux en Bugey lieu du 7° trail La Vauxoise.

 

Je n’ai jamais pu le faire car il tombe toujours pendant les vacances scolaires de Pâques et je ne suis pas là.

Cette année il a été avancé et j’en suis, enfin.

 

Il y a un 11 km et un 21.

Tant qu’à faire, je vais aller faire un tour du grand parcours.

Mais il y a 800m D+ quand même.

 

Je pensais que j’avais payé et encore 1000 fois pardon à Madame Tissot-Guerraz qui m’a fait confiance en me donnant quand même mon dossard (si si j’ai payé par la suite).

 

Me voila donc sur la ligne de départ du 21, le 11 part après.

Nous sommes 166 sur le semi, ils seront 133 sur la petite vauxoise.

 

 

Il est 09h00 et Vaux s’éveille, c’est le départ.

Un petit tour dans le village.

Je suis avec Fabrice le copain de Anne.

Il part cool comme moi. Mais moi je ne le fais pas exprès.

 

On aperçoit Anne devant chez elle.

Un petit coucou.

Le long du mur puis après des droites gauches, nous montons.


Je suis avec un ancien élève que je trimballais dans mon car à Jujurieux. La roue tourne.

Je rattrape des gars d’Ambérieu dont GG qui est parti trop vite.

 

Nous sommes sur la crête, Vaux en contre bas.


On y retourne dans la descente avant la montée des marches.

 

Nous sommes un petit peloton et cela est bien sympa.

 

Nous taillons dans les bois et à partir de là, je ne connais plus.

 

Cela remonte, c’est vraiment bien.

Je renais…je revis…Oh nom de Dieu de bordel de merde

Je fais le trail de Vaux, enfin.

 

Nous sommes dans un joli single.

Je demande au gars derrière si il veut passer.

Non dit-il, t’as une bonne allure et tu connais bien le parcours apparemment ???

Non, non. Bon je reste devant en silence.

Au théatre, c’est sur ses silences qu’on juge un acteur.

 

Nous ressortons sur la route.

Faut enjamber la glissière de sécurité.

Sur la route nous reprenons une allure plus soutenue.

 

Au loin on voit les sommets.

C’est beau malgré que cela soit couvert.

 

Nous sommes de nouveau dans les bois en descente.

Passage près d’un petit pont et la route.

De nouveau les bois.

 

J’ai mon moment d’euphorie.

C’est beau la nature.

Allez je lache les chevaux.

Un petit kil plus vite.

 

C’est beau hein ? Regardez moi cette couleur ! C’est ni jaune citron, ni jaune safran. C’est jaune morlingue, jaune blé quoi !

 

C’est fascinant la connerie d’un mec amoureux !

 

Nous allons repasser là en face car les coureurs de devant redescendent déjà des hauts.

 

Cela serpente en faux plats montants.

 

Est-ce que tu le sais

Est-ce que tu le sais

Est-ce que tu le sais

 

Maman n’aime pas ma musique.

 

Pourtant mes droites gauches et gauches droites sont ma musique  pour avancer.

C’est vrai que je commence à avoir ma claque. Le bœuf d’hier ? Le pousse café ?

 

J’en laisse passer 2, 3, je m’accroche.

Cela redescend un peu.

 

Et paf, un caillou.

Superbe gamelle.

Twist à Saint Tropez

Merde, quel con, abruti, imbécile.

Ces mots qu’on oublie un jour !

 

Le coude a morflé ainsi qu’une partie du jambon de la cuisse droite.

Oui ça va.

Les gars de derrière m’ont vu tomber.

Ils doivent en rire encore.

 

Je repars molo molo et atteins la croix du Bramafans

C’est de nouveau un ravito

Je m’arrête pour récupérer

Belle vue

Ce n’est pas Nice baie des anges, mais Vaux baies des anges

 

La descente va me relancer

La suite est ponctuée de petites bosses où je marche

Photos La Vauxoise

 

Pierrot est là avec des pot’ pour nous encourager.

Une fille est devant depuis un moment.

Eh rattrape-la, elle est mignonne.

 

Haha dis donc, t'es vraiment bien bidochée. On dirait une Cadillac !

 

La suite est assez roulant malgré une super montée à quelques kilos de la fin.

 

J'en bave un peu mais me déchire pour finir devant Fabien d'Ambérieu.

Serge va finir quelques minutes après moi, en sang après une chute.

 

Voila 2h31' d'un trail assez costaud mais très beau par son itinéraire.

Va falloir arrêter les boufs la veille des compéts.

Gibus heureux d'avoir, enfin, accroché Vaux en Bugey à son palmarès.

 

En hommage à Dick Rivers et Jean Pierre Marielle disparus physiquement cette semaine.

 

 

 

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran