Récit de la course : Trail des Marcaires - 54 km 2019, par poucet

L'auteur : poucet

La course : Trail des Marcaires - 54 km

Date : 19/5/2019

Lieu : Muhlbach Sur Munster (Haut-Rhin)

Affichage : 678 vues

Distance : 54km

Objectif : Terminer

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

MARCAIRES 2019

 

 

MARCAIRES 2019

 

Il est clair que je n’ai pas abordé ces Marcaires dans les meilleures dispositions. Toute la semaine précédente j’ai pris à retardement un gros coup de mou après le BRM 400 de Mundolsheim, rallongé et copieusement arrosé. Alors que je n’avais pas eu ne serait-ce que le soupçon d’un début de crampe pendant ces 29h passées sur le vélo, une pointe derrière le mollet droit est venu me titillée Lundi, au bureau, confortablement installé devant mon ordi … J’ai douté toute la semaine, ce n’est que Samedi après un essai de 30’ sans ressentir de douleur que j’ai décidé de prendre quand même le départ. Sans prétention et en me disant qu’avec l’expérience ça allait le faire.

Aurait ce été plus sage de renoncer ??? Peut être … Un vieux conditionnement découlant de mon éducation. Quand j'étais gamin il fallait terminer son assiette. Aujourd'hui si j'ai un dossard je dois aller au bout … Faut pas gâcher !!! Mais je connais des gaillards plus téméraire que ça ... Mon copain Manu Conraux que j'ai la surprise de retrouver au départ, l'épaule en bandoulière, 6 semaines après l'opération et la pose de broches qui ont fait suite a sa lourde chute lors du BRM 200 à Mundolsheim. C'est cuit pour le Paris Brest Paris à vélo mais le Manu fera tout pour honorer son dossard sur le Tor des Géants … J'y crois avec lui, parce que ce gars là est justement un Géant et qu'il le mérite ce Tor !!!

Inoxydable Manu Conraux ...

Avec Yannick, motivés les garçons ... 

J’avais déjà couru les Marcaires en conditions hivernales . En conditions estivales aussi. Cette année la météo annoncée promettait donc d’autres sensations. Dans le sas de départ les imperméables étaient majoritaires. La pluie avait cessé quelques minutes avant le départ et j’avais vite fourré le mien dans la poche de la ceinture, histoire de me sentir plus à l’aise pour la mise en route … Je partait donc pour une course en mode tranquille. Ce que je n'avais pas prévu c'est d'être asphyxié avant d'avoir parcouru le premier kilomètre, de me retrouver si vite au fond de la classe, obligé de marcher sur le petit talus au bout de la piste cyclable … Les copains me doublent les uns après les autres … "ca va Gilles ???" … Ben non, la ça va pas fort les gars.

J'ai l'habitude des départs poussifs, voir laborieux. Mais cette fois je sens que je rentre dans une autre dimension … D'habitude les bouchons en début de course m'exaspèrent, aujourd'hui c'est un soulagement de trouver la meute bloquée a l'entrée du premier sentier. Je remonte la Wormsa a la vitesse d'une limace , le sentier est superbe. Tiens, salut Nicolas …


J'ai vraiment le temps de profiter des cascades, des petites passerelles, de papoter ...

Nouvelle surprise en croisant un peu plus Cyrille S-G le vosgien, en reconstruction également, qui enquille du dénivelé a contre sens de la course … 
Le ravito me paraît bien désert lorsque j'arrive à la Ferme du Schissroth, il n'y a plus grand chose sur les tables, il ne doit plus y avoir grand monde derrière.

La section suivante nous est la plus terrible. Ça commence avec l'infernal droit dans le pentu vers le Petit Hohneck, je n'ai rien dans les canes, je souffle comme un bœuf … Pas déçu de basculer au sommet et de poursuivre par la crête vers le Hohneck. L'ascension est moins compliquée … Si les sensations de sont pas bonnes j'apprécie l'atmosphère, tout en volutes sur la montagne. Vrai Roses est posté là pour nous tirer le portait …


 

Au sommet je m'autorise un petit selfie, avant de basculer … du mauvais coté. Tant de courses passent par ici que je me suis un peu embrouillé. Je jardine un peu avant que des touristes sympas me remettent sur la bonne direction. Pas de doute, je vois des coureurs qui galopent juste en dessous. Je reconnais l'allure facile de Mickael Baradel, le cador du massif, avec un autre gars a ses basques. Je me dis alors que ce doit être la tête de course du 34 km. Plusieurs coureurs me doubleront d'ailleurs par la suite sur un rythme endiablé … Mais je ne retrouve pas Mickael dans les classements ? Que s'est il passé ? erreur de parcours ? Blessure ? 

Le secteur du Hohneck c'est le domaine des chamois. C'est aussi celui des photographes, sur l'autre versant j'y croise maintenant Serge Ungersberg a l’affût également des sourires de trailers heureux … Merci Serge .

La petite section tranquille sur la crête ne dure pas bien longtemps . Passé le Kastelberg on plonge sur le Lac d'Altenweiher dont on fait le tour avant la redoutable ascension du Rothenbachof. Ouf, on laisse enfin filer vers le ravito, qui là aussi me paraît bien light.

La suite est moins difficile. Les sections roulantes sont plus nombreuses, même si les jambes sont bien molles j'arrive quand même a assurer un petit train régulier avant d'aborder la longue descente sur du Raedle. Mon mollet droit se rappelle à moi dans les descentes, j'y vais donc tranquille. Je remplis mon bidon et ne m'attarde pas, quelques gouttes commencent a tomber. D'habitude je donne le maximum dans la montée qui suit, et ça fait mal. Aujourd'hui c'est impossible et finalement ça fait bien moins mal … Le seul truc qui me turlupine un peu c'est que je vais faire poireauter Yannick et Nathalie a l'arrivée. Mais vraiment je ne peux pas donner plus. La pluie redouble et cette fois je dois me résoudre a bâcher, au plus fort de la pente.

Au sortir de la forêt apres le Bockwassen, c'est un gros soulagement de trouver le chalet des amis de la nature en point de mire … eh oui, juste après ça pique a gauche et on dévale sur la ferme du Rothenbrunnen. Un rayon de soleil transperce les nuages et ajoute un petite soupçon d'euphorie. Oups, j'en profites pour exploser la tirette en fourrant mon imper dans la poche de ma ceinture Raidlight. Snif, la plus vieille mais pourtant celle que je préfères, bien plus pratique que les dernières nouveautés. … Même s'il arrive un peu tard, voilà enfin un ravito ou il est possible de trouver du saucisson, du fromage, du coca … les bases quoi !!! On n'est plus a quelques minutes prêts, donc je me lâche un peu.

Encore quelques relances vers le Steinberg avant la grande bascule sur Mulbach, une vraie belle descente si on a encore un peu de jambes … Mon chrono affiche 9h20 lorsque je passe la ligne d'arrivée, soit globalement 2h de plus que d'habitude !!!

Le soleil est alors revenu sur Mulbach et je suis choyé par les amis du THK : Nathalie se dévoue pour chercher mon repas et Yannick assure les bières pendant que je taille la bavette avec Estelle jambes de feu … Et ben, c'est pas si mal finalement d'arriver a la ramasse. MERCI les amis.

Au bilan de la journée j'aurai eu confirmation que quelle que soit la météo et quelle que soit l'état des jambes, le parcours des Marcaires est vraiment un must !!! Et que la récupération et la régularité qui étaient mes atouts sont a ranger aux rayon des souvenirs … Désormais il faudra accepter de fonctionner en alternatif. J'étais au fond, j'espère que la tendance va vite s'inverser. A suivre donc !!!!

 

6 commentaires

Commentaire de ChickenRun posté le 23-05-2019 à 23:14:04

Bravo Poucet! Dommage que je n'ai pas vu ta casquette avec le logo quand je t'ai passé peu avant les premiers singles

Commentaire de ChickenRun posté le 23-05-2019 à 23:14:45

C'est vraiment une très très chouette course. Et on a eu énormément de chance avec le temps!

Commentaire de poucet posté le 24-05-2019 à 07:34:25

Tu étais looké kikou ??? Une prochaine fois alors ...

Commentaire de ChickenRun posté le 24-05-2019 à 14:31:57

J'avais juste le buff autour de mon poignet, donc pas très visible, malheureusement. Oui, une prochaine fois!

Commentaire de JLW posté le 23-05-2019 à 23:14:23

Merci Poucet pour ton récit très bien documenté et qui témoigne de la difficulté de ce beau trail.
Je suis venu pour la première fois avec mon club parisien pour notre sortie annuelle sur les 3 épreuves et je suis heureux que tout le monde a apprécié "notre" région malgré la météo un peu moyenne. Je veux revenir pour passer au Hohneck moi aussi :)

Commentaire de poucet posté le 24-05-2019 à 07:35:22

Yes, difficile mais tellement beau ... ça passe mieux !!!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran