Récit de la course : 24 heures de l'Isère à Tullins SOLO 2019, par tidgi

L'auteur : tidgi

La course : 24 heures de l'Isère à Tullins SOLO

Date : 6/4/2019

Lieu : Tullins (Isère)

Affichage : 286 vues

Distance : 195km

Objectif : Battre un record

20 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Je voulais battre un record... je suis reparti avec une bonne place

« Mais pourquoi tu n’as pas fait 200km ? »

Après les 198km réalisés aux 24h de Saint Fons, cette question posée sur le ton de l’humour m’avait donné des idées. Si à St Fons, ce n’était pas l’objectif puisque c’était mon premier 24h, je ne comptais pas en rester là.

Une victoire aux 24h de l’INSA l’an dernier (180km lors du festival du même nom), et l’occasion se présente lorsque Bernard pense refaire les 24h de l’Isère à Tullins : un circuit propice à la performance. Banco ! On y va ensemble pour taquiner les 200km.

Finalement, il ne pourra s’y rendre et c’est donc seul que je prépare cet objectif : un plan identique à celui que j’avais suivi pour Saint Fons, travailler la vitesse de croisière (spécifique quoi).

Je me dis qu’avec une prépa sérieuse, je mets toutes les chances de mon côté. Après tout, c’est quoi 2 km de plus à faire ? Ben voyons…

Une légère gêne au bras droit qui ne part pas depuis plus d'un mois, et me voilà obliger de consulter.
Verdict : arthrose aux cervicales et pincement discal !!
Cette information, 1 semaine avant l’échéance, me plombe un peu le moral. Et laisse planer une incertitude sur un temps aussi long en course.

Il faudra faire avec…



La veille, on n'oublie pas les bagages, et le petit rituel d'avant ultra :




 


Le jour J, je retrouve quelques connaissances : coco38 qui va se lancer pour la première fois sur cette formule, Ronan que je prends plaisir à revoir, tout comme Ana.

Sans oublier Théodore (toto38) à l’organisation. Et Alexandre (c’est la surprise) notre speaker sur l’Ultra Boucle de la Sarra, qui me dit répéter justement ici. Sympa donc de voir des têtes connues.

 

Le circuit est en partie sur une piste d’athlétisme et ne présente pas de difficulté particulière, à part 2 virages serrés. Ils pourraient faire mal au bout de quelques heures ?


 

 

Après la séance papotage, il faut bien y aller et c’est à 10h que les 76 participants s’élancent sur la piste, sous un soleil à peine voilé.


Ma stratégie sera celle utilisée à St Fons : s’arrêter au ravito tous les 2 tours et repartir en mangeant un peu, tout en marchant sur 50 à 100m (j’ai même trouvé un repère au sol).

C’est parti vite je trouve !
Etant entre 9 et 10 km/h, me voilà déjà 35° (14° V2) sur les 2 premières heures. Il y a du niveau ici !

En tout cas, je préfère rester en deçà des 10km/h. Pas envie de le payer sur la fin comme aux 24h de l’INSA, où l’allure avait clairement baissé sur la fin.


Tout le monde est bien dispersé sur le circuit. L’ambiance est bonne : papotage, animation par les supporters dont certains sont arrivés bien équipés (le thermomix pour faire la cuisine !), animations par des associations comme la fanfare du coin…

Par contre, il n’est pas possible de courir en étant accompagné comme j’ai pu connaitre lors des 2 précédents 24h.

Un petit mot d’encouragement régulier à coco et à ana, un coucou amical à ronan. C’est ça aussi la circadie, nous sommes dans le même bateau.


 

6h de course. Le 1er quart est passé : je visualise la part de gâteau (et hop ! Une bouchée de faite).

Arrêt pour se changer (j’ai prévu cela toutes les 6h) et crémage des pieds. Je perds un tour

25° (8° V2). Je tourne à présent en dessous des 9km/h. L’objectif 200km est à toujours à portée. Donc on y croit !

La pluie commence à tomber. L'imperméable est de sortie.
Ce n'est pas une grosse pluie, mais le ciel est bien gris. On ne voit plus trop le Vercors à ce moment là.


Et après la pluie... le beau temps...



A manger régulièrement un peu tous les 2 tours, je sens que une impression de « gavage ». L’estomac rempli n’aime pas être secoué, les arrêts étant très courts quand je marche.


Entre la 8° et la 11° heure, cela devient alors compliqué côté digestif. 2 ou 3 arrêts « au stand » font que j’ai de fait du mal à rester régulier, et à tenir l’objectif d’allure. La marge pour tenir les 200km se réduit dangereusement.

Mais si je ne mange pas, je ne vais pas tenir non plus. Petit dilemme du soir...

La relance arrive à se faire à l’aide d’un comprimé pour l’estomac et d’arrêts ravito plus espacés : à l’approche de la 12° heure, je décide ne pas m’arrêter de suite, étant dans une bonne phase. Les hauts et les bas d'un ultra...

 

A mi-course, 101km ont été fait. 15° (5° V2).

Pour les 200km, çà devient très compliqué. Et là de mauvaises pensées surgissent : pourquoi toujours chercher la perf ?

Ce fut un peu comme au marathon d’Annecy l’an dernier où le passage au semi m’obligeait à courir plus vite la 2° partie (négative plit) si je voulais faire ma meilleure perf.
J’en suis même à me dire à un moment que, quitte à ne pas atteindre l’objectif, je vais me coucher pour la nuit, et je tournerai tranquille au petit jour !

J’ai toujours dit que si je ne prends pas de plaisir, j’arrête de courir. Donc on positive, enfin !!! Allez !

Le 2° gros arrêt se fait donc à la 13° heure. Histoire de remettre un peu de neuf sur le bonhomme.

Mode nuit enclenché, y compris au niveau mental : finalement je n’irai pas me coucher. Le hibou est de sortie.

Surtout que l’arrêt m’a permis – paradoxalement—de gagner des places : 11° (3° V2).

Podium V2 et proche d’un top 10 ? A défaut de pouvoir aller chercher le 200, autant se chercher d’autres « croquettes ». L’un et l’autre n’étant pas incompatibles… sur un malentendu…

 

La nuit se passe plutôt bien.
Les quelques cafés pris en fin d’aprèm aident bien, mais aussi le sommeil de la semaine passée bien sûr.

Cette nocturne monotonie de course laisse apparaitre une régularité. Tout comme la Saintélyon commence à Soucieu, un 24h commence la nuit (sauf si on démarre la nuit… quoique...).

Nous sommes beaucoup moins nombreux sur la piste. Alexandre n’assure plus le micro et est parti se reposer.

Ana joue au hibou aussi et semble bien mieux qu'en début de course. C'est bien.

 

A tourner ainsi, la remontana continue : 7° (2° V2).

Ou mais – j'y pense – si le 1er V2 est sur le podium scratch et qu’il n’y a pas de cumul de récompenses ? Un petit souvenir à rapporter ?

Ce qu’Alexandre confirmera sur le matin. En m’encourageant à ne rien lâcher par la même occasion.

Et ce 1er n’est  autre que Gérard, menant la course depuis plusieurs heures. Donc sauf accident…

En voilà un beau lot : les 200 km s’éloignant, je ne vais pas lâcher cette place. Je reprends 1, puis 2 tours à mon poursuivant.

 

Et le gros arrêt prévu toutes les 6 heures ??

Vu les circonstances, il va être réduit et se fera au bout de 20 heures de course. Avec seulement changement de chaussettes et crémage des pieds mais aussi des quadris qui deviennent de plus en plus durs et préfèreraient ralentir.

Evidemment, il n’en est pas question. Il reste 4 heures, il faut donc tenir le rythme.

 

De 7, je passe à 6 puis dans le top 5 alors qu’il reste 2 heures. C’est bon çà !

Top 5 + podium V2, une belle consolation à défaut de franchir cette barre des 200km.

Donc on ne lâche rien malgré les jambes lourdes. J’ai bien identifié mon nouveau poursuivant, histoire d’essayer de verrouiller mon top 5. On est joueur quand même !

 

Le jour s’est levé, c’est bien pour le moral aussi çà!



Nous rentrons enfin dans la dernière heure.

Un jeu est lancé : celui qui fera le tour le plus rapide. Original de faire ça dans le dernier tour, quand les jambes sont sur pilotage automatique.

J’entends 4’ et quelques pour le tour. Moi qui tourne à 7' et quelques, ce n’est même pas la peine de tenter…

 

Soudain je vois que mon poursuivant (le 6° donc, à qui je viens de prendre un tour) qui tente le jeu.

De fait, si je ne veux pas me mettre trop de pression sur les dernières minutes, je suis obligé d’accélérer : ce top 5 n’est pas encore acquis.

Avec son tour à 4’ et quelques, il me reprend quelques centaines de mètres. Je l’ai bien en visuel.

Pendant ce temps, j’imagine pouvoir atteindre les 195 km. J’essaie donc de garder un certain rythme.


Attention quand même à ne pas se faire flasher :


Quelques minutes plus tard, mon même poursuivant retente sa chance au tour le plus rapide. Bravo à lui mais ça me remet la pression du coup : je réaccélère… Aïe les quadris qui auraient bien aimé finir tranquille !

 

10 dernières minutes

Je viens de passer 193,5 km. Allez ! Les 195 km sont atteignables vu le temps au tour actuel.

Je fais donc mon dernier tour et j’ai calculé qu’il faut encore un tour de piste + l’appendice sur le stabilisé. C’est là qu’est annoncée par Alexandre la dernière minute.

A priori c’est bon pour les 195km mais comme je suis un peu mazo, je continue sur ma lancée, passage devant le ravito et le coup de pistolet annonce l’arrêt définitif !


La tension retombe. Mais quelle idée de se faire dans cet état !!!

 

 




Echange avec Ronan qui a bien tourné aussi :




 

 

On pose le dossard et le repère :

 

Une belle aventure !

La déception de ne pas atteindre ces 200 km, pour lesquels je m’étais pourtant bien préparé (c'était le seul objectif), a été compensée par la satisfaction du classement, et le fait de rapporter un prix avec ce top 5 et cette 2° place par catégorie.



 


 

Je savais la dose d’humilité sur ce type de course (3° fois en Circadie) mais je crois qu’il en faut encore bien plus que çà.

Rien n’est joué, même si les 2 précédentes épreuves de ce type ont pu jouer en ma faveur.

Cela reste un exercice difficile, mais à faire.


Bravo à toute l'organisation pour cette 3° édition réussie.

Ravi d'avoir pu revoir et partager ce double tour d'horloge avec les amis, que ce soit sur la piste ou à côté (merci à mon assistance !) 

Merci pour les encouragements à distance ou sur place.


Bonne nouvelle : les cervicales auront tenu. Même s'il va falloir composer avec, à présent.

 

La semaine qui suit s’annonce décisive car le marathon de Paris m’attend 7 jours après.

Qu’on se rassure, il n‘était pas prévu et on ne refuse pas une invitation.

Ce sera donc en mode balade en crocs mais il faudra quand même tenir 4 ou 5h avec des jambes en pleine récupération.

 

 


EN CHIFFRES

----------------

  • 24h de course
  • 195,235 km
  • Classement scratch : 5° sur 76 participants
  • Classement par catégorie : 2° V2H sur 23

 

Les 10 premiers :


 

Tableau de progression (km et place : çà semble régulier non ?) :

 

20 commentaires

Commentaire de banditblue29 posté le 16-04-2019 à 21:48:05

Bravo :-). Presque ça donne envie ;-).

Commentaire de tidgi posté le 17-04-2019 à 09:03:35

Merci ! Yapluka alors :)

Commentaire de TomTrailRunner posté le 17-04-2019 à 12:16:49

Pareil :
Bravo :-). Ça donne (presque)envie ;-).
de là au yapluka, il y a une marche, voire même 24 :)

Commentaire de tidgi posté le 17-04-2019 à 14:08:10

Yes you can !

Commentaire de Mazouth posté le 16-04-2019 à 22:03:34

Encore bravo. Tu n'es pas loin de devenir un maître circadien. Nul doute que tu les auras un jour ces 200 !

Commentaire de tidgi posté le 17-04-2019 à 09:04:30

Merci Sylvain. Non, trop aléatoire. Et avec la vieillerie... ;-)

Commentaire de coco38 posté le 17-04-2019 à 08:30:00

Encore Bravo... on voit toute la gestion de course le souci de connaitre sa progression, sa position par rapport aux autres. C'est ça qui est impressionnant, l'engagement de tous les instants pour atteindre l'objectif... puis se retrouver de nouveaux objectifs... pour toujours être au maximum. C'est ce qui m'a manqué !
Bon, il faut que je fasse mon CR aussi...
Rendez-vous l'année prochaine à Tullins !?
JC

Commentaire de tidgi posté le 17-04-2019 à 09:06:33

Merci coco.
Qu'est-ce qui t'as manqué ? Tu as très bien géré cette première et atteint ton objectif. Bravo ! Tu reviendras avec de l'expérience. Et pourquoi pas l'an prochain oui...
Allez, à toi de raconter !

Commentaire de centori posté le 17-04-2019 à 09:23:30

juste incroyable de courir aussi longtemps sur un aussi petit circuit ! ça doit être mortel. tu as vraiment un mental d'acier !

Commentaire de tidgi posté le 17-04-2019 à 14:02:42

Merci à toi, mais tout le monde peut le faire. Il faut voir les choses autrement ;-)

Commentaire de truklimb posté le 17-04-2019 à 10:22:09

Bravo Tidgi. ! Au-delà du physique, c'est surtout le mental qui doit êter infaillible sur ce genre d'épreuve ! Vraiment impressionnant...

Commentaire de tidgi posté le 17-04-2019 à 14:02:55

Merci :)

Commentaire de zeze posté le 17-04-2019 à 11:22:25

Bravo Thierry
J'ai réussi à te suivre le samedi; J'ai vu ton kilométrage au 12 h qui était un peu bas à mon avis. (je n'ai pas encore réussi à le faire mais pour 200 il faut être entre 11 h et 11 h 15 au 100 premier)
Finalement tu n'as pas beaucoup ralenti et là je reste baba .
tu m'as laissé ma chance d'être le premier de nous 2 à faire 200 merci Thierry

Soigne toi bien et repose toi maintenant avec un marathon de plus dans les pattes
Bernard

Commentaire de tidgi posté le 17-04-2019 à 14:04:35

Oui je le savais. A St Fons, j'avais passé les 100km en un peu plus de 11h.
On se donne RDV l'an prochain même lieu ? Avec toi en ligne de mire, çà me donnera une belle motivation ;-))

Commentaire de Jean-Phi posté le 17-04-2019 à 16:12:30

A nouveau une très belle perf et la confirmation définitive que tu es fait pour ce genre d'exercice. Je reste scotché par ton calme et ta ténacité qui sont vraiment ta marque de fabrique au delà d'être un vrai bon coureur d'ultra. Et ça paie désormais à chaque fois. Bravo Thierry tu peux être fier !

Commentaire de tidgi posté le 17-04-2019 à 19:52:46

Merci jean-phi :)

Commentaire de Trixou posté le 22-04-2019 à 17:24:16

Si tu ne t'amusais pas à tomber des toits sur la tête les cervicales iraient mieux ! ;o)
Bravo, encore une perf impressionnante !

Commentaire de tidgi posté le 22-04-2019 à 21:27:05

Merci Gilou !

Commentaire de augustin posté le 03-05-2019 à 10:56:47

Bravo! belle course, bien gérée, et bien relatée. Un sacré morceau quand meme!

Commentaire de tidgi posté le 22-05-2019 à 22:53:46

Merci :)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran