Récit de la course : Trail de la Maladrerie - 31 km 2019, par BouBou27

L'auteur : BouBou27

La course : Trail de la Maladrerie - 31 km

Date : 14/4/2019

Lieu : Gravigny (Eure)

Affichage : 76 vues

Distance : 31.1km

Matos : Inov-8 Roclite

Objectif : Pas d'objectif

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Trail de la Maladrerie

Petit trail local dans l'Eure, à côté d'Evreux. Cela changera des bord de Seine.

Il y a 3 distances de proposées: 13, 19 et 31. Je suis sur le 31, et mon amie sur le 13 pour son premier trail.

Le 13 à 320m de D+, mais le 31, que 630. Au milieu, il y a une bonne portion plate qui peut bien casser les jambes.

L'accueil se fait dans une superbe salle typiquement normande à la charpente apparente. Il fait bien froid en ce matin mais sous un beau soleil.

Nous ne sommes pas beaucoup au départ (60 à l'arrivée). Le speaker indique qu'ils aimeraient avoir plus de monde, alors pour faire un peu de pub, je fais ce CR ;)

J'aimerais prendre cette course comme un entraînement long, mais je me connais, alors j'aimerais au moins partir doucement, surtout que depuis quelques semaines, j'ai une cuisse et un genou douloureux.

Le départ est donné, et ca part vite devant. Je reste derrière sans me faire entraîner (un bon point) plus vite qu'il ne faut pour faire le tour du parking sur la levée de terre. Après une petite portion de route, nous montons dans la forêt au dessus d'Evreux ou nous avons une belle vue. La montée n'est pas très raide, et j'hésite à marcher, mais me fait un peu entraîner à courir... un mauvais point...

Suivent ensuite quelques descentes et montées sympa, plus raides. Je me lâche en descente, surtout qu'elles sont un peu technique et que j'aime ca... Mais à la fin d'une descente, en sortie de forêt, il y a de l'herbe dans un virage a gauche, et zip... je glisse. Pas de bobo, mais j'ai explosée ma flasque je j'avais à la main car j'ai décidé de ne pas prendre de sac à dos. Tant pis. De toute façon, les ravitaillements sont aux 8ème 17ème et 27 kilomètres, et il ne fait pas chaud.

Le fléchage est très bien fait, avec un marquage au sol, des panneaux à chaque intersection, et de la rubalise entre les deux. Les 3 parcours se rejoignent et se séparant sans cesse, il le fallait.

Juste avant le premier ravitaillement, il y a une longue descente douce d’environ 50m sur 1km que les 3 parcours devront reprendre au retour dans l’autre sens. Je me dis qu’elle va faire mal pour ceux qui seront dans le dur.

Au ravitaillement, je prends mon temps. C’est pas une course… ha si mince. Je parle un peu avec les bénévoles pour les remercier et les encourager et c’est reparti.

On est principalement en forêt sur des singles ou des pistes, voir parfois des trouées. Je continue mon petit bonhomme de chemin en reprenant parfois un coureur.

Vers le 14ème km, alors que je remontais sur 2 concurrents, on double un 3ème qui marche. Je lui demande si ca va et il me répond qu’il a un claquage pas encore guéri et qu’il ne veut pas se blesser sur une petite course. Je continue, mais je l’entends reprendre la course alors je l’attend pour l’aider un peu et j’en profite pour faire la discussion sur ses objectifs et les courses qu’il a faites. Il est assez négatif sur cette course (pas assez de côte, …), je pense que c’est dû à sa blessure qui le met dans un mode négatif. J’essai de lui changer les idées. A un moment, on entends du bruit a droite et on voit un chevreuil. Voilà, ma journée est faite !

Un peu avant le ravitaillement, je le lâche (je pense qu’il a remarché), et on a des coureurs du 19 qui nous dépassent.

Au ravitaillement, je prends encore mon temps pour boire 2 verres et manger ce qui nous est proposé en discutant avec les bénévoles, et je reprends.

La moitiée de la course est faite. La cuisse est un peu dure, mais pour l’instant ca va.

Au 18ème kilomètre, il y a une bifurcation entre le 31 et le 19. Les 19 à gauche, et les 31 à droite. Un gars fait la circulation en donnant le retard sur le premier (dans les 20 ou 30’, je ne sais plus). Je lui dis que comme je ne compte pas le rattraper, je m’en fou un peu… On recommence a monter et descendre à partir du 20ème kilomètre, et je commence a sentir bien mon genou et ma cuisse. Les descentes sont beaucoup moins souples et relâchées.

J’entends un concurrent revenir derrière moi sur un faux plat descendant. Dans la descente qui suit, je me lâche plus et prends 50m, mais il revient sur le plat qui suit. Je l’entends souffler dans l’effort, alors que je suis tranquille. Dans la montée suivante, je lui reprends 50m tout en marchant et ne le reverrait plus.

On arrive au dernier ravitaillement du 26ème km ou je fais un petit arrêt. On a rejoints depuis un moment le 13km que l’on remonte de la fin.

Je sais que nous avons ensuite la montée sur 1km vue à l’aller, et effectivement, il y a du monde qui marche. Je la cours jusqu’en haut sans trop de problème et rejoins mon amie qui a un peu de mal. Elle pense être dernière mais j’en ai doublé 2 juste avant. Je reste avec elle à marcher sur 500m. On se fait passer par des 19 et les 2 derniers du 13 nous rejoignent. Je reprends la course en dépassant vite ceux qui m’ont doublé. Il reste 2,5km. Il suffit de dérouler.

Encore une dernière montée, un bon chemin en dévers et c’est la redescente vers l’arrivée.


2h51’14” de plaisir et une 20ème place, sans tout donner, mais j’aurais difficilement pu faire mieux sans me faire plus mal.

Je vais prendre 1 ou 2 semaines de repos pour calmer ce genou afin qu’il soit prêt à la suite du programme !


On reste assister à la remise des coupes, chose que je ne faisais pas avant et que j’apprécie de plus en plus et qui fait plaisir aux organisateurs et aux bénévoles qui donne de leur temps pour nous.


Donc voilà, si vous êtes du coin, il ne faut pas hésiter à venir faire cette petite course au saucisson bien sympathique !


Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran