Récit de la course : Trail du Ventoux - 46 km 2019, par Katman

L'auteur : Katman

La course : Trail du Ventoux - 46 km

Date : 17/3/2019

Lieu : Bedoin (Vaucluse)

Affichage : 349 vues

Distance : 46km

Objectif : Pas d'objectif

5 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Trail du Ventoux 2019

Dimanche 17 mars, Bédoin, Vaucluse.
Mission Trail du Ventoux, 46km, 2300D+ avec mes deux complices Fab et Flo.

Depart la veille sur le coup des 16h30 de Chambéry avec Fab, petit détour au Grand Serre dans la Drôme pour récupérer Flo, arrivée à Malaucene où notre hôtel nous attend. Petite bière, pizza, glace pour le moral et gros dodo. Au petit dej sur place on s’aperçoit que l’hôtel sortait d’une période d’hibernation et que c’est le lancement de la saison pour lui: une vingtaine de Traileurs sont présents au buffet!

Direction Bédoin, 10 km plus loin, le Vaucluse est superbe, on se croirait en Toscane, des petits buissons taillés avec talent ressemblent à de mini pins parasols tout le long de la route. 

8h du mat, à l’assaut du géant de Provence sous un soleil étincelant et une douceur printanière qui ne nous quittera pas du début à la fin.

Ça part assez vite mais cela reste gérable, mais en levant la tête on s’aperçoit que les élites nous on déjà collé une bonne douille en un rien de temps!

Très peu de route, les chemins à travers vignes et sous bois sont vite atteints. On change de décors quasiment tous les km, le sable ocre si photogénique est vraiment un enchantement pour les yeux... moins pour les jambes et le cardio d’ailleurs car il est très fin est chasse sous les semelles. On a l’impression d’être des guerriers partant au combat dans ce cadre majestueux c’est sans doute un peu le cas!

On attaque la pente, garrigue accueillante à cette heure matinale, un calvaire en plein été je suppose... et voilà la merveilleuse corniche qui nous fait saliver sur toutes les vidéos! Magique, cela reste assez roulant, il est possible de profiter du paysage sans se prendre les pieds dans un piège. Un réel bonheur, les sens sont tous en éveil et se font plaisir!!

Je me sens plutôt bien, du coup je me prends au jeu de la performance, tout est relatif hein, je garde mon petit niveau qui atteint son sommet quand je rentre dans le premier 1/4 des coureurs, mais l’essentiel est bien là: je m’eclate!

Montée progressive jusqu’au premier ravito, je mange peu, pas assez, je le sens, je bois à peu près régulièrement, sans doute pas assez pour l’effort effectué, on va en reparler...

Forêts, guarrigue, pierriers, singles, clairières, les yeux n’en peuvent plus de tant de talent de la nature!!

Et bim, les premières neiges sont là, passage sur la route verglacée, mes slab ne me déçoivent pas, j’ai bien fait de laisser les Yaktrax dans le coffre de la voiture, ça passe tout seul, et en courant s’il vous plaît! Petit passage délicat en quittant la route, un single à flanc de forêt, en dévers et totalement glacé, je rattrape de justesse le coureur devant moi par le maillot, il filait sans grand danger pour une bonne glissade quelques mètres plus bas.

Et quelques virages plus loin, l’emerveillement: la glace laisse la place à une neige accueillante qui commence à se transformer sous les rayons de soleil, vue 360° sur un panorama de rêve... et le sommet du Mont Ventoux nous tend les bras! Bon faut avoir Le Bras long parce qu’autant il parait proche tant il est imposant, autant il est loin et inaccessible! Ça grimpe, route, pierrier, paysage lunaire, c’est tout simplement alucinant de se retrouver là après les décors que l’on vient de traverser. 
Je pense qu’on peut la refaire 10 fois, on aura jamais de telles conditions climatiques, une légère brise au sommet qui nous permet de rester en t-shirt alors que 2 jours avant c’était la tempête par -20° en ressenti!!!

J’exulte, j’hurle de joie comme un gosse, conscient de ce que je suis en train de vivre! Conscient que je vis, c’est tout bête mais c’est rare des sensations comme celles là. Le relais est gigantesque, on se sent vraiment minuscule au pied de l’edifice. Petite photo devant le célèbre panneau des cyclistes et c’est parti pour la descente le long des poteaux rouges. J’hurle toujours de joie! Je m’eclate réellement!

Un spectateur connaisseur  qui remonte du ravito nous averti: gardez en sous le coude, cest loin d’être fini! Et après une bonne descente post ravito c’est parti pour un voyage en enfer!! Je regarde ma montre, mince on est seulement à 1850 D+, il reste encore 450D+!! Du km 27 au km 40 c´est moins glamour! Pas pour le paysage mais je suis sûr que c’est encore plus beau quand on est moins fatigué et plus hydraté! Je suis sec, je relance malgré tout dès que je peux, un nombre incalculable de montées sèches s’enchaînent, il fait chaud, je n’arrive plus à boire, impensable de manger... faute d’inattention due à la fatigue, j´accroche une racine et chute. Rien de méchant mais je tétanise sur le choc et des crampes me paralysent la jambe gauche. Une tension constante du tendon à l’arriere Du genou me fera perdre 2/3km heure sur mon allure jusqu’à la fin. C’est interminable, je me fais cependant plaisir dans le single de descente technique dans les cailloux blancs vers le 40em. 

Enfin le bas! Quelques passages dans les vignes, sous un tunnel de pierre pour traverser la route et nous voilà devant la très courte mais redoutée bifurcation dans le bois avant l’arrivée. Bim! Crampe a la cuisse!! Pas le moment ça!! On me pique quelques places je suis dégoûté! Heureusement ça ne dure pas, l’arche d’arrivée est en vue! Ambiance au top, je suis aux anges!

je voulais faire entre 6 et 7h: je signe des 2 mains mon chrono: 5h57! Trop content! 264em au scratch.

Parcours magnifique et varié, on s’émerveille de bout en bout, les difficultés sont bien là mais largement adoucies pour le régal du décor provençal sur la partie basse du parcours et lunaire au sommet.
La seconde partie, on le savait avec beaucoup de breafing sur le sujet, est très cassante et exigeante, elle peut te faire payer cash des erreurs d’allure ou d’hydratation des 3 premières heures. J’ai pu finir dans de bonnes conditions mais les heures qui ont suivi ont été gâchées par de fortes nausées...
Je finis en 5h57, classement de rêve de 264em sur 1200 partants et environ 1020 finishers. 

Fab fait 6h40 et Flo 7h38, bravo à eux!
Nous faisons tous les 3 bien mieux que nos espérances, on en a pris plein les yeux... et plein les jambes!  :D  :D 
L'organisation est vraiment au top, à tous les niveaux, les ravitos nombreux et accueillants, après coup je cherche un point noir... ben non rien à dire!!

Petite vidéo de ma course, je vais être obligé d’y retourner car l’objectif de ma GoPro était mouillé sur la partie haute et cela rend flou ce merveilleux paysage lunaire au sommet....

https://youtu.be/jO4mYemtgKw

5 commentaires

Commentaire de Eddy_87 posté le 21-03-2019 à 10:43:09

Bravo pour la belle perf. Ton récit donne vraiment envie (pour la première partie en toutcas :)) ! Bonne récup.

Commentaire de Gilles+ posté le 21-03-2019 à 14:04:43

Waouh quelle belle perf et super récit aussi, je suis sûr que nous avons été plusieurs à négliger l’hydratation au sortir de l’hiver et difficile d’imaginer une telle météo mais ça on risque pas de s’en plaindre hein ! Haaaaa la cruelle crampe dans le dernier raidillon ça fait des souvenirs marrants ensuite ! Bonne récupération et bons prochains objectifs

Commentaire de Ze Man posté le 21-03-2019 à 22:09:28

C'est incroyable l'envie que peut susciter ton compte rendu ! Merci de m'avoir fait voyager !

Commentaire de Katman posté le 22-03-2019 à 13:25:10

Merci les Kikous! Ça reste à mes yeux une des plus belles courses que j’ai faite jusqu’à présent. Pour ceux qui ont hésité cette année sans passer le cap de l’inscription, n’ayez plus de craintes pour l’an prochain : GOOOO!!!

Commentaire de Shoto posté le 25-03-2019 à 10:23:33

Chouette CR chouette course et chouette chrono. j adore. Merci à toi.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran