Récit de la course : Munster Trail - 72 km 2018, par ChickenRun

L'auteur : ChickenRun

La course : Munster Trail - 72 km

Date : 20/10/2018

Lieu : Munster (Haut-Rhin)

Affichage : 657 vues

Distance : 72km

Matos : LaSportiva Akasha

Objectif : Terminer

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Munster Trail 72km

Mercredi 17/10: je veux faire une course pour rattraper ce que j'ai vécu comme un échec avec la Swiss Peaks Trail 90 en Septembre ( http://www.kikourou.net/recits/recit-20561-swisspeaks_trail_-_90_km-2018-par-chickenrun.html ) . Je m'inscris sur le Munster'Trail 4000m de dénivelé pour 66-70km annoncés. 

Fast-forward jusqu'au vendredi 19/10: Arrivée à Munster. 

J'engouffre mes pâtes, je perfectionne le placement du matelas dans ma petite Corolla aka "Mon petit nid douillet".

 

Debout à 4h30; déjeuner, habillage, préparation et hop, direction la ligne sans mes bâtons parce que je les ai oubliés. Tant pis: "Quand on a pas de tête, on a des jambes!" .

Le départ est donné à 5h30, avec un peu d'appréhension je m'élance à l'assaut de cette petite épopée.

 

Je reste très calme pendant la première ascension qui nous amène au sommet du Petit Ballon (1 272m) en alternant sous-bois et piste de ski. Le soleil se levant au moment où j'entamais la descente (toujours calmement), la frontale est éteinte au bout d'une petite trentaine de minutes.

 

La seconde ascension, jusqu'au Schnepfenriedkopf (1 258m) a été un peu plus difficile car plus raide, même s'il y avait quelque petits replats permettant de récupérer. A environ 1050m, j'ai pu reprendre des forces sur le premier ravito solide de la course. très complet, on avait même droit à des Bretzels! La fin de l'ascension se fait sur une piste de ski assez raide mais agréable. Par contre, la descente fut compliquée car très raide au début à cause d'une piste de ski (surtout que j'avais encore un Bretzel à manger avec lequel je trimbalais dans la main) puis assez raide.

 

Vint ensuite l'ascension du Kastelberg (1 350m) puis du Honeck (1 363m), c'est là que j'ai vraiment dégusté! 

Terrain raide, quelques fois technique mais surtout aucune relance et déjà un peu de fatigue (aux environs du 30ème km)... Tous ces éléments font que cette portion était déconcertante. Une petite vacherie qui m'a saqué le moral: on pense arriver au sommet hé ben non! On aperçoit le Honeck au loin, il faut redescendre sur une crête puis remonter au plus haut col routier des Vosges.

La descente fait mal, la piste noire était tout simplement horrible: pleine de trou et évidemment raide.

Arrive enfin le ravito solide n°2 et sa fameuse soupe au potimarron (D-E-L-I-C-I-E-U-S-E) auquel je suis resté un moment le temps de me refaire la cerise. La descente se passe bien, très bien, elle passe si vite que s'en est presque dommage.

 

Finalement, la dernière grosse ascension, le Tanet (1 294m) s'est parfaitement déroulée sur un terrain rarement raide mais avec un sale coup des organisateurs: on voit le refuge pas très loin, mais on passe d'abord par une piste extrêmement raide pour redescendre sur le refuge du Tanet, qui sert de dernier gros ravitaillement. Et c'est là, que j'ai véritablement vécu le miracle du trail long: quand tu as les jambes lourdes et douloureuses, quand tu penses être lessivé, à bout de force, quand il reste 15 bons km, quand tu n'espères plus rien, que tu ne t'attends à rien... La magie peut opérer; il suffit d'une bouchée, d'une rencontre avec un concurrent, d'une tape dans le dos d'un bénévole et la machine repart étonnamment. 

Ici, à Tanet, c'était une préparation de pommes de terre avec de la crème et des oignons.

 

La dernière partie est très agréable, une succession de montées et descentes jamais très méchantes qui permettent de courir plutôt pas mal, même si parfois la technicité fait que j'ai été forcé de marcher régulièrement. Une fois arrivé au km 60, j'ai lâché les chevaux, j'avais l'impression de voler, ma foulée était étonnamment encore dynamique, j'ai dépassé pas mal de monde qui étaient à bout de force. Effectivement, j'ai avalé les 10 km restants en 1h.

 

Je n'ai pas eu besoin de remettre ma frontale; pari tenu! :D 

A l'arrivée, pas mal de monde, mais malheureusement pas de photographe, je n'ai donc pas de photo finisher, c'est peut-être le seul point (gadget) négatif de la journée.

 

Des paysages magnifiques, des grosses montées, un parcours pas si facile que ça, des ravitaillements parfaits et la Munsterflette à la fin: que demander de plus?! Rigolant

 

Merci à toute l'équipe Jog'r pour leur organisation au poil et à tous les bénévoles. Une des mieux organisée et des plus belles courses de ma jeune vie de traileur ! Je recommande chaudement ! 

 

280ème sur 386 en 13:20:04

https://www.strava.com/activities/1916927910

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran