Récit de la course : SwissPeaks Trail - 90 km 2018, par ChickenRun

L'auteur : ChickenRun

La course : SwissPeaks Trail - 90 km

Date : 8/9/2018

Lieu : Le Bouveret (Suisse)

Affichage : 945 vues

Distance : 90km

Matos : LaSportiva Akasha

Objectif : Terminer

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

1ère course en montagne, ma SP90

Ma première course en montagne, la plus longue distance sur laquelle je m'alignais et une préparation chaotique... Ceci est ma Swiss peaks 90!

 

De Martigny au lac Léman, en passant par 2 cols à quasiment 2500m, l'objectif était de passer du bon temps, de parcourir c'est quelques 90km 5600m de dénivelé + et 6500m de dénivelé négatif tout en admirant un paysage des plus grandiose.

L'ascension du premier col, le col d'Emaney (2462m), a été très agréable: de bonnes sensations, de beaux sentiers et une fois au sommet une vue jusqu'au Mont Blanc. Ensuite, redescente jusqu'à Salanfe et son magnifique lac avec une vue sur quelques magnifiques sommets (L'Eglise, le Dôme, la Tour Salière et l'Epaule).

Remontée sur le col de Susanfe, perché à 2493m, redescente à Susanfe direction Champéry via le Pas d'Encel, une corniche équipée de chaines plutôt technique et très aérienne avec plusieurs centaines de mètres de vide à droite et une paroi rocheuse à gauche.

Jusqu'ici, je connaissais le terrain, les jambes commençaient à se faire sentir mais j'avais toujours un bon rythme.

L'interminable descente jusqu'à Champéry m'a bien amoché, mais ma super-suiveuse Noémie était là pour m’accueillir et me rebooster!

Je ne sais pas si c'est elle ou si c'est le super hachis parmentier que j'ai englouti, mais toujours est-il que je suis reparti avec le couteau entre les dents, prêt à en démordre!

Ce sentiment m'a rapidement disparu au fur et à mesure de la terrible ascension de l'arête des Esserts. Près de 1000m de dénivelé en 6km avec des passages très aériens, très exposés parfois équipés de chaines: je suis mal, je tire une sale tête. Heureusement, le ravitaillement arrive et je peux reprendre des forces. Maxime avec qui j'ai fait une grosse partie du chemin me rejoint, on se change (il commence à faire frais vers 18h!) et hop on repart en direction de Morgins, la base vie sur laquelle nous pouvons récupérer nos sacs.

Quelques centaines de mètres de dénivelé positif, 700m de dénivelé négatif nous sépare de notre prochain objectif. On avale la montée d'un excellent rythme, la première partie de la descente est parfaite puis vient la technicité. La nuit tombant, nous sommes forcés de ralentir le pas dans ces sections pleines de trous, pierres et racines. Une fois la piste de 4x4 ralliée, plus de technicité jusqu'à Morgins! Un peu de piste, un peu de route et pas mal de sentiers et singletrack... Quel plaisir de pouvoir courir quasiment une heure, tranquillement.

Morgins... Haaaaa Morgins. Je savais que Noémie nous y attendait. Cette fois-ci, elle était accompagnée de Annick et d'une magnifique Pizza. Malheureusement, pas le temps de chaumer: la barrière horaire est très serrée. J'engloutis une demi pizza, je change de chaussettes et j'enfile une autre paire de chaussures, Maxime somnole quelques minutes et on repart de nouveau gonflés à bloc.

Cette fois-çi, c'est le terrible Bec du Corbeau qui nous nargue. L'ascension par des pistes de ski très raide me fait mal, très mal. Bien plus que je ne l'avaiq imaginé car, une fois au sommet, impossible de courir dans la descente qui, même si très raide n'était pas bien technique (pour une fois...). J'ai les cuisses toutes congestionnées, impossible d'avancer sans ressentir une puissante douleur. Sur le plat, ça va, je peux relancer sans prier pour que ça s'arrête mais dès que le dénivelé entre en compte, c'est tout bonnement impossible.

 

Je me traînerai jusqu'au ravitaillement du chalet des Conches où j'appellerai mes sauveuses pour venir de rechercher.

A la montre: 63km, 4000m de dénivelé +, 3600m de dénivelé - pour 15h de course. 

 

Même si c'est avec une énorme regret que j'ai abandonné, je suis tout de même fier d'avoir été jusque là sur une première course en montagne course si éprouvante et si difficile techniquement parlant avec un entrainement tout simplement mauvais.

MERCI à Swiss Peaks Trail d'avoir organisé une si belle et si difficile épreuve! Même s'il y a eu quelques couacs, je suis convaincu que vous allez améliorer votre événement.

I'LL BE BACK AND I'LL CRUSH IT!!!

Aucun commentaire

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran